Les Deux Amours (Hégésippe Moreau)

List2 gray&blue.svgPour les autres utilisations de ce mot ou de ce titre, voir Les Deux Amours.

LES DEUX AMOURS



Pourquoi donc, jeune Laïs,
Rêveuse au bord de ma couche,

Sur mes amours au pays
M’interroger bouche à bouche ?
J’ai, pour eux, dans nos déserts,
Chanté sur toutes les notes…
Mais, à propos de mes vers,
Faites donc vos papillotes.
Vous soupirez, et pourquoi ?
Riez vite !
Ma petite :
Vous soupirez, et pourquoi ?
Riez vite, et baisez-moi.

Un ange sut me charmer,
Un ange au cœur pur et tendre ;
De loin, content de l’aimer,
De la voir et de l’entendre,
Je la suivais sans repos,
Et mes lèvres enfantines
Baisaient sa trace… À propos,
Délacez donc vos bottines.
Vous soupirez, et pourquoi ?
Riez vite !
Ma petite :
Vous soupirez, et pourquoi ?
Riez vite, et baisez-moi.


De sa bouche quand j’ai su
Obtenir enfin : Je t’aime !
Les mains jointes j’ai reçu
Son baiser comme un baptême ;
J’ai, le front sur ses genoux,
Prié des heures entières…
À propos, qu’attendez-vous ?
Otez donc vos jarretières.
Vous soupirez, et pourquoi ?
Riez vite !
Ma petite :
Vous soupirez, et pourquoi ?
Riez vite, et baisez-moi.

Oh ! si j’avais par hasard
Effleuré de mon haleine,
Profané de mon regard,
Son sein rond sous la baleine,
J’aurais dit cent fois : Pardon !
Moi, bâtard de Diogène…
À propos, débouclez donc
La ceinture qui nous gêne.
Vous soupirez, et pourquoi ?
Riez vite !
Ma petite :

Vous soupirez, et pourquoi ?
Riez vite, et baisez-moi.

Ces beaux jours sont envolés :
Que le souvenir en meure !
Lorsque vous me consolez,
Peut-être qu’en sa demeure,
Hélas ! son oubli m’absout
De mon plaisir infidèle :
Amours purs, croyances, tout
S’éteint… soufflez la chandelle.
Vous soupirez, et pourquoi ?
Riez vite !
Ma petite :
Vous soupirez, et pourquoi ?
Riez vite, et baisez-moi.