Ouvrir le menu principal

Les Chansons de Bilitis, suivies de Chansons modernes/Les Chansons de Bilitis/8

Slatkine reprints (p. 26).


LE RÉVEIL


Il fait déjà grand jour. Je devrais être levée. Mais le sommeil du matin est doux et la chaleur du lit me retient blottie. Je veux rester couchée encore.


Tout à l’heure j’irai dans l’étable. Je donnerai aux chèvres de l’herbe et des fleurs, et l’outre d’eau fraîche tirée du puits, où je boirai en même temps qu’elles.


Puis je les attacherai au poteau pour traire leurs douces mamelles tièdes ; et si les chevreaux n’en sont pas jaloux, je sucerai avec eux les tettes assouplies.


Amaltheia n’a-t-elle pas nourri Dzeus ? J’irai donc. Mais pas encore. Le soleil s’est levé trop tôt et ma mère n’est pas éveillée.