Ouvrir le menu principal

Les Chansons de Bilitis, suivies de Chansons modernes/Les Chansons de Bilitis/68

Slatkine reprints (p. 88).


LE CŒUR


Haletante, je lui pris la main et je l’appliquai fortement sous la peau moite de mon sein gauche. Et je tournais la tête ici et là et je remuais les lèvres sans parler.


Mon cœur affolé, brusque et dur, battait et battait ma poitrine, comme un satyre emprisonné heurterait, ployé dans une outre. Elle me dit : « Ton cœur te fait mal… »


« O Mnasidika, répondis-je, le cœur des femmes n’est pas là. Celui-ci est un pauvre oiseau, une colombe qui remue ses ailes faibles. Le cœur des femmes est plus terrible.


« Semblable à une petite baie de myrte, il brûle dans la flamme rouge et sous une écume abondante. C’est là que je me sens mordue par la vorace Aphroditê. »