Les Amours (1553)/Poème 3


Les amours de P. de Ronsard Vandomois, nouvellement augmentées par lui, & commentées par Marc Antoine de Muret. Plus quelques odes de l'auteur, non encor imprimées
chez la veuve Maurice de la Porte (p. 3).

Dans le serain de sa jumelle flame
Je vis Amour, qui son arc débandoit,
Et sus mon coeur le brandon épandoit,
Qui des plus frois les moüelles enflame.

Puis ça puis la pres les yeus de ma dame
Entre cent fleurs un ret d’or me tendoit,
Qui tout crespu blondement descendoit
A flos ondés pour enlasser mon ame.

Qu’eussaï-je, fait? l’Archer étoit si dous,
Si dous son feu, si dous l’or de ses nous,
Qu’en leurs filés, encore je m’oublie:

Mais cet oubli ne me tourmente point,
Tant doucement le dous Archer me point,
Le feu me brûle, & l’or crespe me lie.