Ouvrir le menu principal
Le Parnasse contemporain : Recueil de vers nouveauxSlatkine ReprintsIII. 1876 (p. 172).


PAN


A travers les halliers, par les chemins secrets
Qui se perdent au fond des vertes avenues,
Le Chèvre-pied divin, chasseur de nymphes nues,
Se glisse, l’œil en feu, sous les hautes forêts.

Il est doux d’écouter les soupirs, les bruits frais
Qui montent à midi des sources inconnues,
Quand le soleil, vainqueur étincelant des nues,
Dans la mouvante nuit darde l’or de ses traits.

Une Nymphe s’égare et s’arrête ; elle écoute
Les larmes du matin qui pleuvent goutte à goutte
Sur la mousse : l’ivresse emplit son jeune cœur.

Mais, d’un seul bond le Dieu du noir taillis s’élance,
La saisit, frappe l’air de son rire moqueur,
Disparaît, et les bois retombent au silence.