Ouvrir le menu principal

Le Mahâbhârata (traduction Ballin)/Volume 1/Chap54

Traduction par Ballin, L..
Paris E. Leroux (1p. 359-362).


CHAPITRE LIV


VOYAGE DE BALADEVA AUX TÎRTHAS


Argument : Étymologie du nom de Kouroukshetra. Bénédictions accordées à ce lieu par Indra et les autres dieux. Chant d’Indra sur Kouroukshetra.


3008. Les rishis dirent : Râma, Samantapañcaka est appelé l’autel éternel de Prajâpati, au septentrion. Jadis les habitants du ciel, qui (nous) comblent de dons, y offrirent un excellent sacrifice.

3009. Jadis, ce (lieu) fut, pendant de nombreuses années, labouré avec une énergie démesurée, par le sage et magnanime Kourou, le meilleur des râjarshis, ce qui a fait donner à cet endroit le nom de Kouroukshetra (champ de Kourou).

3010. Râma dit : Pourquoi le magnanime Kourou laboura-t-il ce champ, ô ascètes ? Je désire l’entendre raconter (par vous).

3011. Les rishis dirent : Jadis, ô Râma, Çâkra (descendit) du Tridiva, et, s’étant approché de Kourou, qui était continuellement occupé à labourer (ce lieu), lui demanda les motifs (qui l’engageaient à se donner cette peine).

3012. Indra dit : « Ô roi, pourquoi ces fatigues extrêmes ? Ô râjarshi, quel est ton but en labourant cette terre ? »

3013. Kourou dit : « Ô Çatakratou, les hommes qui mourront ici, iront aux mondes heureux (destinés à ceux qui sont) exempts de péché. »

3014. Alors Çakra retourna au Tridiva en se moquant de lui. Le râjarshi, sans se dégoûter (de son travail), continua à labourer la terre.

3015. Çatakratou (Indra aux cent sacrifices) revint plusieurs fois vers lui. Il interrogea cet (homme) qui ne se lassait pas (de sa tâche), et s’en alla en se moquant de lui (à chaque fois).

3016. Mais comme le roi (continuait de) labourer la terre, (en se donnant) une peine terrible, Çakra (Indra) dit aux dieux ce que le râjarshi voulait faire.

3017. Après avoir entendu ce récit, les dieux dirent à (Indra) qui a mille yeux : « Ô Çakra, il faut, si c’est possible, contenter le râjarshi par un don.

3018. Car si les hommes morts en ce lieu vont au svarga, sans (avoir eu besoin de) nous offrir des sacrifices, les parts (des offrandes auxquelles nous sommes habitués), nous feront défaut. »

3019. Alors Çakra vint vers le râjarshi et lui dit : « Assez de fatigues. Fais ce que je t’ordonne.

3020. Ceux qui, après avoir jeûné sans se lasser, abandonneront leur corps (ici), ceux qui (y) mourront en combattant, de même que les quadrupèdes,

3021. Ceux-là, ô Indra des rois, posséderont le svarga, ô homme aux grandes pensées. » — « Qu’il en soit ainsi », répondit alors le roi Kourou à Çakra.

3022. Puis, ayant pris congé de lui, (Indra) destructeur de Bala, l’esprit satisfait, se hâta de retourner au Tridiva.

3023. Et c’est ainsi que, ô le meilleur des descendants d’Yadou, que ce (champ) a été labouré par le râjarshi, et (qu’un don) a été accordé par Çakra et par les dieux, Brahma en tête,

3024. D’après lequel il n’y a pas sur la terre un lieu plus salutaire. Les hommes, quels qu’ils soient, qui y pratiqueront un ascétisme suprême,

3025. Iront tous au séjour de Brahma, après avoir abandonné leurs corps ici-bas. En outre, ceux qui, possédant des mérites (ascétiques), y feront des libéralités,

3026. Ces (libéralités) seront rapidement multipliées (en leur faveur, et il leur sera rendu) mille pour un. Les enfants de Manou, désirant le bonheur (d’une vie future), qui habiteront constamment ici,

3027. N’iront jamais dans le royaume d’Yama. Et les (rois) maîtres des hommes, qui (y) offriront de grands sacrifices,

3028. Habiteront le monde d’Indra, aussi longtemps que la terre supportera (les êtres vivants). C’est là aussi que Çakra, roi des dieux, chanta (ce qui suit),

3029. Au sujet du Kouroukshatra. Ô Halâyoudha, écoute ce (chant) : « La seule poussière que le vent élève du Kouroukshetra,

3030. Conduit les coupables, eux-mêmes, au séjour suprême.

3031. Les chefs des dieux, les plus excellents des brahmanes, les premiers des rois, Nriga en tête, (y) ayant offert de très grands sacrifices, ô lion des hommes, sont allés au séjour de bonheur.

3032. Ce qui se trouve entre Tarantouka et Arantouka, les étangs de Ràma et Maçakraka, est appelé Kouroukshetrasamantapuñcaka(Samantapañcaka dans le Kouroukshetra). C’est l’autel septentrional de Prajâpati.

3033. (Ce lieu est) pur, très salutaire, très honoré des habitants du ciel, doué de toutes les qualités, et, de là, tous les rois tués dans les combats iront toujours vers le refuge propice et impérissable. »

3034. Ainsi parla Çakra lui-même, et tout cela fut approuvé par Brahma, Vishnou, Maheçvara (le grand maître, Çiva) et aussi par (tous les autres dieux) dont Brahma est le premier.