Ouvrir le menu principal

Le Mahâbhârata (traduction Ballin)/Volume 1/Chap50

Traduction par Ballin, L..
Paris E. Leroux (1p. 338-340).
◄  Errata


CHAPITRE L


LÉGENDES SARASVATIENNES


Argument : Bala va à Indratîrtha, à Râmatîrtha, à Yamounâtîrtha et à Âdityatîrtha. Légendes de ces tîrthas.


2831. Vaiçampâyana dit : Alors Bala, le plus excellent des descendants d’Yadou, étant allé à Indratîrtha et s’y étant baigné selon les règles, donna aux prêtres des richesses et des joyaux.

2832. En ce lieu, le roi des immortels, le maître des dieux, offrit (jadis) des centaines de sacrifices et donna de grandes richesses à Brihaspati.

2833. Il accomplit ces sacrifices selon les règles. C’est de là qu’on l’a nommé Çatakratou (aux cent sacrifices), et de son nom, ce tîrtha pur, salutaire, éternel 27

2834. Est appelle Indratîrtha (tîrtha d’Indra). Il délivre de tous les maux. Moushalâyoudha (Bala, qui a pour arme un pilon), y ayant aussi touché l’eau selon les règles,

2835. Et ayant honoré les brahmanes, (en leur donnant) de bons vêtements et de bons aliments, se dirigea, de là, vers l’excellent Râmatîrtha (tîrtha de Râma),

2836. Où l’heureux Râma, descendant de Bhrigou, doué d’un grand ascétisme, après avoir à plusieurs reprises conquis la terre et tué les plus héroïques des kshatriyas.

2837. Offrit un vàjimedha et des centaines d’açvamedhas, dirigé (dans ces sacrifices) par son instituteur Kaçyapa, le plus grand des mounis 28

2838. (A qui) il donna, comme salaire des sacrifices, la terre avec les mers ; après lui avoir aussi offert des présents de diverses sortes, avec différents joyaux,

2839-2841. Des bœufs, des éléphants, des captives, des chèvres et des moutons, il se retira dans les bois. (Baladeva) lui aussi, ayant honoré les mounis dans cet excellent et salutaire tîrtha, fréquenté par les dieux et les brahmarshis, alla à Yamounâtirtha (le tirtha d’Yamounà), où, après avoir vaincu les hommes ainsi que les divinités, l’heureux Varouna, le très éclatant fils d’Aditi, fit célébrer le rajâsouya (cérémonie religieuse du sacre), ô roi.

2842. Varouna, tueur des héros ennemis, (y) accomplit un sacrifice excellent. Pendant que cet excellent sacrifice avait lieu, il se produisit un combat

2843. Effrayant les trois mondes, entre les dieux et les dânavas. Quand le rajâsouya, le meilleur des sacrifices, fut terminé, ô Janamejaya,

2844. 2845. Un combat très grand et terrible eut lieu entre les kshatriyas. — Là aussi, le roi Lângalin, qui accomplit les désirs (des solliciteurs), ayant comblé de respect les rishis et fait des dons aux pauvres, (ce prince), qui porte des guirlandes de fleurs des bois, loué par les maharshis,

2846. L’homme aux yeux de lotus, alla de là à Âdityatîrtha (le tirtha du soleil), où l’astre adorable, père des lumières, le plus grand des rois, ayant offert un sacrifice,

2847. Obtint le pouvoir et la souveraineté sur les étoiles ; sur la rive de cette rivière, tous les dieux avec Vâsava,

2848. Les Viçvedevas, les Marouts, les Gandharvas, les Apsaras ainsi que Çouka (Vyâsa) Dvaipâyana (insulaire), et Krishna, meurtrier de Madhou,

2849. Les Yakshas, les Rakshasas, les Piçâcas, ô maître des hommes, et les autres (êtres) très nombreux appelés Yogasiddhas, par milliers,

2850, 2851. Vishnou (lui-même), après qu’il eut tué les deux asouras Madhou et Kaitabha, s’étant baignés dans cet excellent tîrtha de la Sarasvatî, ainsi que ce vertueux Dvaipàyana, ô Bharatide,

2852, 2853. Ayant obtenu le yoga suprême (union de l’âme individuelle à l’âme de l’univers), ont atteint le but final. De même, le grand ascète Dévala Asita, s’étant appliqué au yoga suprême, ce rishi, après s’être baigné dans ce même tîrtha, obtint le résultat (qu’il désirait).