Le Livre des oraisons/XXXVI

Alphonse Picard et Fils (p. 40-41).
◄  XXXV

XXXVI

Ma esperance mon Dieu et ma salut a toy sire ie me rent et cri mercy comme le plus vil pecheurs et le plus vil maleureux que ie croy qui onques fust ; et sire ce que ie disces tu mielx que ie ne fais, mais pour ce quil te plaise avoir pitié de moy, non en nulle manière ainsi comme ie doy maiz ainsi comme ma feble char puet ie te supplie qu’il plaise à ta sainte et doulce misericorde rendre a moy mon salut ; cest ta grace et ta doulce cognoissance. Las sire et quans de biens er quans de miracles as tu fait pour moy pourreture sur toutes ordures, ver des vers, opprobre non pas des hommes tant seulement maiz de toutes autres creatures, lesquelles graces et toy qui pis est iay perdues par mes horribles vilz et deshonnestes pechiez. À pechiez que doulce et legiere chose estes de faire et très gréveuse et perilleuse estes de yssir, car puis que un homme est cheu en grans pechiez dont il a courrouce notre sire de soy relever et de retourner vers toy, est il neant se tu meismes doulz dieu ne le fais et si ne te plaist pas à le faire chascune fois dont moult de gens sont perduz. Moulz est donc merveilleusement male chose pechiez car on en pert corps et arme et toute bonne renommee, car puis que on a perdu la grace de Dieu les fais de lomme ne peuvent riens valoir. Pechiez ie vous puis bien comparer a la morsure d’un chien enragie car la morsure est petite maiz le venim est très grant, car premièrement il emfle, puis après il rent grant douleur et puis vient en fievre et en pert le mangier et le boire, puis vient en frenaisie et en descognoissance de toutes choses et en la fin sensuit la mors. Certes ainsi est il de pechie car quant on le fait il semble petite chose, maiz apres il emfle, car a peinnes sera un pechie quil natraye un autre ou celluy meismes autrefois, tout ainsi comme lenfleure atrait les humeurs du corps ; après quand on est emfle cest a dire plein de pechiez, lors vient la douleur cest que les besoignes de lomme vont toutes arebours, car il ne puet ariens bien avenir dont il a tristece et douleur. Après la douleur pert le boyre et le mengier, cest qu’il pert la saveur de confesser de prier Dieu et de tout bien faire, après sensuit la frenaisie et la descognoissance cest quil delaise dieu et pense que Dieu ne soit mie et que les bonnes et mauvaises aventures vieignent de leur nature senz ce quil y ait rien de Dieu. Après sensuit la mort cest la mort du corps et de larme. Certes sire mon doulz seigneur ie confesse a estre mors de celle enragie morsure et touz les maulz dessus diz ay ie eus fors seulement la parfaite descognoissance de toy, laquele par ta doulce grace et miséricorde encore ne mas laissie du tout avoir. Pour ce sire a jointes mains te cry mercy quil te plaise moy deffendre que le dyable ne me puisse mener a ce que ie en desesperance de toy puisse cheoir, aincoys sire te plaise par ton sainctisme nom et par tout toy mesmes que tu me vueilles retourner en ta grace ainsi comme ie fu oncques. Car ie say bien sire que ie y ay este parton doulz plaisir senz mes merites ; toute la generation de gens qui sont en ta grace suppli et pri que ilz vueillent prier a ta saincte mageste que tu me vueilles pardonner et a toy retourner ; et tu vray dieu omnipotent vueilles encliner tes doulces oreilles a leurs et miennes prières, qui vis et regnes puissamment par tout le siècle des siècles. Amen.