Le Festival Bruckner - Munich

Ajouter un fac-similé pour vérification, — comment faire ?


CORRESPONDANCE DE MUNICH

Le Festival Bruckner. — Un événement musical de la plus grande importance, et qu’il faut signaler pendant qu’il garde encore quelque nouveauté, c’est l’apparition de plus en plus fréquente, sur l’affiche des concerts, du nom du symphoniste viennois Antoine Bruckner.

Il n’y a pas deux ans, en effet, que l’on entendait encore à peine l’une ou l’autre de ses œuvres une fois par saison ; sa IXe symphonie, demeurée en suspens sur un adagio d’une profondeur et d’une beauté sans égales, attend il, huit ans après la mort du maître, sa première exécution. On la doit à M. Stavenhagen, le distingué pianiste, qui la révéla à Munich, à l’automne de 1903. On n’était guère sorti jusque-là des auditions de la VIIe, la plus connue depuis les exécutions, en 188Í5, de Nikisch à Leipzig et de Hermann Levi à Munich, et de la IVe qu’un jeune compositeur de talent, alors chef d’orchestre du Kaimsaal, M. S. de Hausegger, avait inscrite ces années dernières au programme des Concerts populaires. A Paris, on n’a jamais entendu que la IIIe, dédiée à Wagner, aux concerts Lamoureux, en 1894.

Cette année, Bruckner a été joué maintes fois à Munich, notamment par MM. Weingartner, Peter Raabe, Félix Motll. Mais voici plus : le Kaimsaal, ce méritoire institut de musique munichois, organisant deux soirées au bénéfice du fonds de pension de l’orchestre, les transforme en Festival Bruckner et appelle tout exprès de Vienne M. Ferdinand Lœwe, le disciple et l’ami, l’interprète par excellence du symphoniste, pour diriger un choix exclusif de ses œuvres. Ces deux soirées « brucknériennes » du 20 et du 21 février, ont obtenu le plus grand succès. Le premier soir, consacré à des œuvres déjà connues, quasi populaires, la IVe (Romantique) et la IXe symphonies servaient de préparation, de mise en goût pour les nouveautés du lendemain. On aurait pu souhaiter que, pour la circonstance, M. Lœwe se conformât aux dernières volontés du musicien, en concluant l’exécution de cette IXe par le grandiose Te Deum ; mais bien des raisons rendent la chose difficile, et il y avait là déjà de quoi se déclarer satisfait. Je doute que, dans l’œuvre de tout autre compositeur contemporain, on trouve un ensemble aussi imposant. Le second soir apportait la première audition, depuis dix-huit ans, de la VIe symphonie. Déconcertante, inattendue pour du Bruckner, elle arrive, comme la IVe de Beethoven, après l’Héroïque, toute en délicatesses, en nuances, presque en grisaille, mais avec quelle autre valeur d’inspiration ! Le Psaume 150, un hymne de louanges pour finir.

Ce n’est pas le lieu, dans ce bref mémento, de commenter des œuvres de cette envergure. Profitons de l’occasion seulement pour annoncer la Biographie de Bruckner, que vient de faire paraître M. Rud. Louis [Chez G. Muller, à Munich.] et pour affirmer notre conviction que la gloire du maître ne fait que se lever : ses compositions, coulées dans le moule des grandes règles traditionnelles avec l’originalité souveraine du génie, en dehors et à côté de toutes les productions bruyantes et débridées du théâtre et du poëme symphonique, occuperont pour les générations futures le même rang que pour nous celles de Beethoven.

Marcel MONTANDON.