Le Diable à Paris/Série 3/Du mot — Monsieur

DU MOT — MONSIEUR
et de quelques-unes de ses applications

On demande souvent quels sont les savants et les gens de lettres auxquels on doit encore le Monsieur, et quelle règle il faut suivre, quand on parle d’eux, pour ne pas manquer aux convenances d’une société polie ; cette difficulté n’était pas tranchée au xviie siècle, et Ménage parait bien persuadé qu’on dira toujours M. Arnauld et M. Descartes ; en quoi il s’est trompé, surtout pour le second. Il est reçu aujourd’hui qu’on ajoute ce titre cérémonieux au nom de tous les vivants, et, quant aux morts, de tous ceux dont on a pu être contemporain. Ainsi Voltaire et Montesquieu seraient encore M. de Voltaire et M. de Montesquieu pour quelques vieillards. Le caractère du personnage et de son talent modifie toutefois beaucoup cette convention dans l’usage ordinaire. Les grands hommes perdent beaucoup plus tôt le Monsieur que les autres, parce que l’imagination s’accoutume facilement à agrandir le domaine de leur réputation aux dépens des temps passés, et à les confondre d’avance avec les classiques profès. Je ne pourrais m’empêcher d’écrire sans formule : Bernardin de Saint-Pierre, Chateaubriand, Lamartine, Béranger, Victor Hugo ; et il me semble que le contraire serait malséant, cette licence qui marque une familiarité déplacée avec la médiocrité n’étant que l’expression d’un hommage envers le génie. Beaucoup d’hommes célèbres de notre époque seront longtemps des Messieurs. Ceux-là n’en sont plus.

J’ajouterai qu’il y a une délicatesse exquise, mais spontanée, et peut-être inexpliquée jusqu’ici ; à conserver le titre de Monsieur à certains hommes éminemment vertueux qui ont occupé de grandes positions dans le monde, mais que l’exercice de la vertu a placés si haut au-dessus des dignités civiles, que leur nom est resté la première de leurs recommandations aux yeux de l’histoire. Il ne serait pas surprenant que la postérité dit encore : M. de Malesherbes, M. Lainé et M. de Martignac, comme nous disons M. de Harlay et M. de Thou.

charles nodier.