Ouvrir le menu principal


Anonyme
La Marseillaise rielliste
Novembre 1885


I


Enfants de la nouvelle France,
Douter de nous est plus permis !
Au gibet Riel se balance,
Victime de nos ennemis. (bis)
Amis, pour nous, ah, quel outrage !
Quels transports il doit exciter !
Celui qu’on vient d’exécuter
Nous anime par son courage.

Refrain:
Courage ! Canadiens !
Tenons bien haut nos cœurs ;
Un jour viendra (bis)
Nous serons les vainqueurs.

II


Que veulent ces esclavagistes ?
Que veut ce ministre étrangleur ?
Pour qui ces menées orangistes,
Pour qui ces cris, cette fureur ? (bis)
Pour nous, amis, pour nous, mes frères,
Ils voudraient nous voir au cercueil,
Ces tyrans que leur fol orgueil
Aveugle et rend sourds aux prières.

(refrain)

III


Honte à vous, ministres infâmes,
Qui trahissez, oh ! lâcheté !
— Vous avez donc vendu vos âmes!
Judas ! Que vous ont-ils payé ? (bis)
Dans la campagne et dans la ville
Un jour le peuple vous dira:
« Au bagne, envoyez-moi tout ça !
La corde n'est pas assez vile ! »

(refrain)

IV


Enfants, gardez bien la mémoire
De ces trois ministres maudits.
Ils souillèrent ta noble histoire.
Canada ! Sont-ce là tes fils ? (bis)
Non ! Non ! Jamais ! Ce sont des traîtres
Ceux-là ne sont plus tes enfants !
Chassons bien loin ces mécréants !
Souvenons-nous de nos ancêtres.

(refrain)

V


Amour sacré de la Patrie,
Conduis, soutiens nos bras vengeurs.
Liberté, liberté chérie,
Combats avec tes défenseurs ! (bis)
Riel, gardons ta souvenance
Que ton nom souvent répété
Nous parle de la liberté,
Et nous prêche l’indépendance !

(refrain)