L’art dans l’Afrique australe/14

Berger-Levrault (p. 127-136).

Adieux à Hermon
Frédéric Christol - L'art dans l'Afrique australe, 1911 (page 175 crop).jpg


Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage.
J. du Bellay.,
Hermon, janvier.


Il va y avoir vingt-six ans que nous sommes arrivés dans le pays des Bassouto, dans peu de semaines, il y aura juste vingt et un an que nous sommes à Hermon, et nous voilà sur le point de rentrer en France !… Ce long bail laisse en nous bien des sentiments divers…

Quel long chapitre nous pourrions écrire, et si je me mettais à ouvrir la boîte aux souvenirs, qui sait quand je la fermerais ! Aussi je vais me contenter de l’entr’ouvrir
devant la maison missionnaire
en ajoutant quelques croquis à de courtes notes.

Voici, par exemple, devant la maison, un gros acacia planté il y a plus de cinquante ans par M. H.-M. Dyke, le fondateur de la station ; sur le banc de briques qui entoure cet arbre nous nous sommes bien souvent assis avec nos enfants autour de nous, il y a de cela bon nombre d’années.

Là-bas, derrière l’ancienne chapelle, non loin de la tombe du missionnaire S. Rolland, un des pionniers de notre mission, il y a celle de notre fillette née et partie en 1888.


tombes à hermon
Mais que d’autres souvenirs nous unissent à beaucoup de nos paroissiens, auxquels l’annonce de notre départ a été vraiment un coup frappé à leur cœur.

Combien d’entre ceux qui nous entou


Frédéric Christol - L'art dans l'Afrique australe, 1911 (page 178 crop).jpg
peinture dans une caverne…


Frédéric Christol - L'art dans l'Afrique australe, 1911 (page 179 crop).jpg
peinture dans une caverne près Hermon (pays des bassouto)


Frédéric Christol - L'art dans l'Afrique australe, 1911 (page 181 crop)-1.jpg
peinture dans une caverne près Hermon (pays des bassouto)

rent ont suivi, dans le temps, l’école de la station ou la classe

des catéchumènes, puis ont été reçus par nous dans l’église, sans compter que l’autre jour j’ai eu à bénir l’union d’un trois cent soixante-sixième mariage !
hermon, vue à vol d’oiseau

Inutile de dire que nous avons eu l’occasion de conseiller, d’aider, de reprendre aussi, voire même de médicamenter beaucoup de ceux que nous avons eus sur notre chemin ; depuis Krarebe que j’ai pu, grâce à Dieu, sauver d’un étouffement, jusqu’à Mokiri, que j’ai pu faire sortir de la prison de Wepener, ou à la brave vieille Thérésa Morebotsana, dont nous avons soigné les enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants.

Je ne veux pas oublier notre précieux Asa Senthebane, un vrai maître Jacques, car il est notre garçon d’écurie et d’étable, notre cocher, jardinier, savetier, vitrier, etc., un excellent bon à tout faire, et cela depuis au moins seize ans.

Cela nous sera un vrai chagrin de nous séparer de lui et de ses enfants, auxquels, par affection, il a donné les noms de nos enfants.

Presque tous les jours Absalome Mokhethi passe ici, c’est mon conseiller intime ; il a la peau noire, c’est vrai, mais il y a bien longtemps que je ne m’en aperçois plus, car c’est le cœur qui fait les amis et non pas la couleur de la peau. Il a été l’ami de notre prédécesseur, le dévoué missionnaire H. Dieterlen, et est le nôtre.


une assemblée religieuse un jour de communion, d’après une photographie faite par m. p. ramseyer

En le voyant, j’ai souvent pensé à ce qui est dit du héros de La Case de l’oncle Tom : « Tout en lui respire une grande dignité naturelle, qui n’exclut pas une simplicité humble et confiante. » Je ne dois pas omettre le nom du pasteur indigène E. Léchésa qui nous remplaça lors de notre voyage de congé en France, il y a une bonne douzaine d’années, et dont nous avons pu apprécier la nature distinguée, le zèle et la délicatesse de conscience.

Que d’autres noms d’amis je pourrais citer, dont plusieurs sont partis depuis longtemps pour la patrie éternelle. Que de traits pourraient aussi être mentionnés, montrant que les chrétiens noirs sont de la même famille que les chrétiens blancs, et certifiant bien cette parole de saint Jérôme « qu’on ne naît pas chrétien mais qu’on le devient ».

C’est, par exemple, la brave Mahadi, qui, lors d’une collecte faite dans une grande assemblée réunie en plein air, donna une pièce d’or ; le quêteur, tout étonné de la chose, vint vers moi, me conseillant d’aller lui demander si elle ne s’était pas trompée en donnant une pièce jaune au lieu d’une blanche.

Mahadi me répondit qu’elle avait été malade et n’avait rien pu donner à l’église depuis longtemps et qu’aujourd’hui elle avait voulu se rattraper.

Ou bien, c’est un homme de toute confiance, Asser, respecté de chacun, qui s’écriait dans une allocution : « Si je suis un croyant, c’est aux enseignements de ma mère que je le dois ! »

C’est aussi le pauvre vieux Khaba (celui qui brille) qui, malade, nous faisait du bien par sa sérénité et son calme devant la mort qui approchait, en nous disant : « Mon affaire à moi,
ra-orpen, le sonneur d’hermon
c’est d’attendre mon Maître qui va venir me chercher. »

Citons encore Motalane (herbe nouvelle) qui me raconta qu’un jour d’orage il vit son cheval frappé de la foudre et tomber mort à ses pieds, et qu’il se demanda où il serait s’il avait été frappé à la place de cet animal. Réflexion que Luther fit dans des circonstances analogues, en 1505, et qui décida de son avenir.

Il y aurait encore à parler du vieux Jacobo Ledimo, le doyen de nos parages, qui se souvient bien de l’époque où,
nuage de sauterelles à hermon
avant l’arrivée des missionnaires, le cannibalisme était dans le pays ; Ra-Orpen, le sonneur en titre de la cloche, devrait encore être mentionné, mais il faut se borner…

Ces longues années passées à Hermon ont été, cela va sans dire, composées avec des jours mêlés de plaisir et de peines, mêlés de pluie et de soleil, c’est-à-dire de soucis et de joies traversés en commun, des temps de sécheresse très éprouvants, ou bien de pluies surabondantes avec ou sans grêle, ou encore marquées par de désastreuses visites de criquets ou de sauterelles, etc. À de sérieuses disettes s’ajoutaient aussi parfois des maladies épidémiques…


la cour de la station d’hermon pendant la guerre

Les souvenirs de la guerre anglo-boer, de 1899 à 1902, sont encore présents à nos esprits ; ce sinistre temps avait fait de la station, par suite du voisinage de l’État libre d’Orange, une sorte de caravansérail des plus agités et de nos bâtiments un capharnaüm beaucoup trop pittoresque.

Outre les familles de réfugiés que nous avions pu recueillir sous notre toit, et les nombreux passants de tous genres et de tout acabit que nous avons reçus, nous avions notre maison et
dames boerines réfugiées à hermon
ses dépendances pleines de meubles et de fournitures de ménage de plus d’une vingtaine de familles boers, dont plusieurs portaient des noms français, car elles descendaient des huguenots chassés de France lors de la révocation de l’édit de Nantes…

Nous avons encore le souvenir d’une belle fête d’écoles, qui avait réuni près de sept cent cinquante écoliers du district, et qui a fait date dans nos annales particulières.
la nouvelle église d’hermon
Le coup d’œil que présentait la foule endimanchée, les mines réjouies des enfants et leurs chants et leurs jeux rythmés le méritaient bien.

Nous n’oublions pas non plus la belle église pouvant contenir environ sept cents auditeurs, que nous avons eu le privilège d’inaugurer le 3 juin 1906, devant une foule évaluée à quatre mille personnes, après sept ans de collectes ou de tournées de
porte principale de l’église d’hermon
conférences dans tout le sud de l’Afrique… Nos cœurs, cela va sans dire, resteront malgré les distances très attachés à ce modeste endroit caché à l’extrémité du noir continent et nos vœux accompagnent notre ami et frère, M. H. Bertschy, qui a été appelé à nous remplacer.

Au moment de terminer ces pages, faites d’observations, d’études et d’expériences, résultat de vingt-six ans passés au milieu des noirs, après avoir aussi constaté les transformations intellectuelles et morales réalisées par l’œuvre missionnaire au milieu d’eux, nous ne pouvons mieux faire que répéter une parole d’un esprit des plus fins et des plus sagaces de notre temps, H. Taine[1] : « Le vieil Évangile est encore, aujourd’hui, le meilleur auxiliaire de l’instinct social. »

Il en est de même pour les questions sociales qui agitent notre vieux monde, et les problèmes qui tourmentent notre époque, leur solution qu’on cherche et recherche ne peut se trouver que dans l’Évangile, qui, seul à travers les temps, peut répondre aux éternels besoins des peuples comme des individus. Car il est bien dans le monde, ainsi que l’a dit du christianisme un autre écrivain de grande race A. Vinet, l’immortelle semence de liberté.

  1. Les Origines de la France contemporaine.