L’Encyclopédie/1re édition/SPOLETO

◄  SPOLETIUM
SPOLIARIUM  ►

SPOLETO, (Géogr. mod.) les François écrivent Spolete, en latin Spoletum, ou Spoletium, dont le territoire s’appelloit Ager spoletinus.

Spoleto est une ville d’Italie, dans l’état de l’Eglise, capitale du duché de même nom, à 10 lieues au sud-est de Pérouse, & à 20 au nord de Rome ; elle est bâtie en partie sur une colline, & en partie dans la plaine, dont la communication se fait par le moyen d’un pont soutenu de vingt-quatre gros pilastres, que l’on a rangés avec beaucoup d’art.

Son château passe pour un des plus forts de l’Italie ; son évêché ne releve que du saint siege ; la cathédrale est un assez beau bâtiment ; le territoire de cette ville produit beaucoup de bons fruits, d’huile, d’amande, du blé, & des vins ; il étoient autrefois fameux, car Martial en parle, & les préfere aux vins de Salerne même. Long. 30. 26. latit. 42. 44.

Tous les anciens ont parlé de Spolete, capitale des Villumbres ; Tite-Live en particulier fait l’éloge de cette ville, dont Annibal tenta vainement le siege, après sa défaite par les Romains, auprès du lac de Perugia. Théodoric, roi des Goths, y fit bâtir un palais que les Goths détruisirent après sa mort, ainsi que le théâtre. Fréderic Barberousse saccagea cette ville, parce qu’elle soutenoit le parti du pape Alexandre III. Les Pérusins la surprirent & la brûlerent en 1324 ; mais elle s’est rétablie de tous ses malheurs. On y voit encore quelques fragmens antiques, de foibles restes d’un amphitéâtre, & quelques marbres détachés ; mais son aqueduc est un ouvrage digne de la curiosité des voyageurs.

Cet aqueduc, fondé sur le roc, s’éleve à 105 toises, c’est-à-dire à 630 piés, pour joindre ensemble deux montagnes voisines ; cet ouvrage, que la tradition du pays attribue à Théodoric, est peut-être le morceau d’architecture gothique le plus hardi & le plus haut que l’on connoisse dans le monde ; il subsiste presque dans son entier, & continue depuis tant de siecles à porter de l’eau dans la ville ; il sert aussi de pont pour y passer. (D. J.)