L’Encyclopédie/1re édition/SINGIDUNUM

SINGIDUNUM, (Géog. anc.) ou Singindunum, ou Sigendunum, ville de la Pannonie, que l’itinéraire d’Antoine marque sur la route d’Italie, en orient, en passant par le mont d’Or. Ptolomée met cette place au nombre des villes méditerranées de la haute Mœsie, car, comme Pline nous l’apprend, la Mœsie fut ajoutée à la Pannonie ; Singidunum étoit située à une petite distance de la Save. Holstein juge que c’est à présent Zinderin, dans la Servie.

Jovien (Flavius Claudius Jovianus) naquit à Singidunum, vers l’an 331, & fut proclamé empereur par l’armée romaine, en 363, après la mort de Julien. Il fit aussitôt la paix avec les Perses, par une négociation qu’ils tirerent exprès en longueur pour faire consumer aux Romains ce qui leur restoit de vivres. Alors le nouvel empereur, pressé de la faim, & dans la crainte assez bien fondée, que quelqu’autre, profitant de son absence, ne prît aussi le diadéme, conclut avec Sapor un traité apparemment nécessaire, certainement honteux. Il céda par ce traité, les cinq provinces transtigritaines, avec la ville de Nisibe, qui étoit le boulevart de l’empire, en orient ; ce même prince avoit généreusement confessé la foi chrétienne, & persévéra dans la même croyance ; mais il se proposa d’éteindre par la douceur, les schismes de l’église. Son regne ne dura que sept mois & vingt jours ; il fut étouffé dans son lit, en 364, à l’âge de 33 ans, par la vapeur du charbon qu’on avoit allumé dans sa chambre. M. l’abbé de la Bletterie a écrit la vie de ce prince, & nous y renvoyons le lecteur, parce qu’elle mérite d’être lue. (D. J.)