L’Ambassade du duc Decazes (1820-1821)/01

L’Ambassade du duc Decazes (1820-1821)
Revue des Deux Mondes4e période, tome 155 (p. 770-805).
II  ►
L’ambassade du duc Decazes (1820-1821)


I. APRÈS LA CHUTE [1]


I

Il n’est pas de spectacle plus douloureux ni plus émouvant que celui du trouble et du désarroi des âmes françaises au lendemain du crime de Louvel, à l’heure où Decazes, dépossédé du pouvoir et nommé ambassadeur à Londres, venait de partir pour la Gironde, première étape de cet exil à peine déguisé, auquel n’avait pu le soustraire la tendre sollicitude de Louis XVIII. De toutes parts, parmi les ultra-royalistes, avaient éclaté, avec plus de violence que par le passé, les vieux ressentimens qu’ils nourrissaient contre lui, contre sa politique, contre les hommes qui s’en étaient portés les défenseurs et contre le roi lui-même. C’est Decazes qu’ils accusaient de tous les malheurs de la France. L’ardeur fratricide des partis engendrait des alarmes non moins vives que leur fureur. De dramatiques incidens parlementaires avaient, au dehors, de sinistres échos et créaient d’autres périls : l’agitation de la rue, l’exaspération des gens de cour, l’altitude menaçante des gardes du corps qui méconnaissaient la volonté du roi, bien qu’ils prétendissent défendre sa cause. « Tout est en convulsion, » écrivait un témoin.

Plein de rage, l’ultra-royalisme exigeait à haute voix d’implacables vengeances contre les promoteurs du système politique suivi depuis cinq ans, auquel était due la dissolution de la Chambre introuvable et qu’il rendait responsable de l’assassinat du Duc de Berry. Les pêcheurs en eau trouble qui siégeaient parmi les libéraux s’apprêtaient au combat. Us cherchaient à tirer parti de la confusion générale pour le triomphe de leurs idées et favorisaient les complots qui allaient bientôt éclater. La loi électorale encore en projet, léguée par Decazes à ses successeurs, et dans laquelle ils se préparaient à introduire le double vote, coup redoutable porté, par l’aristocratie à la classe moyenne, cette loi était le terrain où devaient se compter les factions aux prises.

Les nouveaux ministres étaient bafoués, encore qu’ils fussent au moment de faire voter les lois d’exception proposées par le gouvernement aussitôt après le crime de Louvel. A l’instigation de Chateaubriand et de Mole, s’organisait une opposition formidable, qui ne tendait à rien moins qu’à faire de Richelieu et de ses collègues les dociles instrumens de l’ultra-royalisme, ou qu’à les renverser pour livrer le pouvoir aux hommes de ce parti qui réclamaient avec arrogance les portefeuilles et les places.

De cet état des esprits, quelques lettres extraites des dossiers du Cabinet noir donneront une idée plus impressionnante et plus vraie que les récits des historiens.

« Voilà donc encore le sang d’un Bourbon versé par un Français, écrivait-on de Tonnerre au marquis de Vergennes, et Napoléon n’a pas trouvé d’assassin ! Quelle honte éternelle pour notre patrie !… quelle leçon pour notre roi, pour nos ministres ! En profiteront-ils, et abandonneront-ils enfin cet affreux système d’indulgence pour tout ce qu’il y a de coquins ? Ils ont si bien dénigré les pauvres princes que ce malheureux événement ne fait aucun effet sur le peuple, qui ne s’en occupe pas davantage que s’il avait appris la mort du Grand Turc ! »

Cette lettre n’est pas isolée. C’est par centaines qu’on en compte de pareilles à celle-là, ou à celle-ci que recevait, à la préfecture de Lille, Mme de Rémusat :

« Vous dire, ma chère, où nous marchons est impossible. Il y a dans ce moment une agitation, un trouble qu’on ne peut concevoir. D’un jour de douleur on fait un jour de vengeance. Les Chambres étaient décidées à recevoir les lois. M. de Chateaubriand et M. Mole ont remué ciel et terre pour les faire rejeter, sentant qu’alors M. Decazes serait perdu ; ils ne songent qu’à cela !… Les Jacobins sont dans la joie. Ils seront les funestes héritiers de nos crimes et de nos erreurs… Il y a une vive agitation dans Paris. On est obligé de consigner les troupes. Elles sont enragées. Il est bien que cela soit et qu’on le sache. Cela peut contenir en ce moment bien des gens qui, certes, auraient à profiter de l’aveuglement qui dirige tout.

« Recommandez à Charles [2] de la modération dans ses opinions dans ces affreux momens. Mme de la Briche m’a dit que, chez M. Germain, il avait eu une scène très vive sur la liberté de la presse, que M. de Mézy [3] l’avait très malmené, que Charles avait mis de la réserve vis-à-vis M. de Mézy et qu’il n’avait pas oublié relations et âge. M. Anisson m’a dit qu’il était sorti du salon avec un autre homme, impatienté de toute la violente déraison de votre fils sur ce sujet. Ma chère amie, vous ne voulez pas me croire ; on perd ce malheureux jeune homme, chauffé chez M. Guizot, chez M. de Broglie, où il passe sa vie dans les réunions les plus incendiaires ; on le perd, et l’agitation, la rage sont telles en ce moment qu’il faudrait qu’il se tût. Quelques succès obscurs de pamphlets valent-ils cette triste célébrité ? »

Tel est donc l’état des esprits, dans la société royaliste, que Decazes est assimilé à un malfaiteur, que des hommes tels que le duc de Broglie et Guizot ne sont plus que des artisans de désordre, et qu’un jeune écrivain compromet son avenir s’il tente, même dans l’intimité d’un salon, de prendre la défense des idées libérales. Les ardentes passions qui troublent le pays n’épargnent pas l’armée. Un officier écrit de Poitiers au colonel de Virieu, en garnison à Paris :

« Je crois de mon devoir, mon cher colonel, dans la circonstance actuelle, de vous instruire de l’exaspération qui existe ici dans les deux partis. La mort du Duc de Berry nous a fait voir à découvert, chose dont nous ne pouvions douter, qu’une révolution est inévitable, si l’on perd un seul moment pour détruire le Jacobinisme et donner de la force aux amis du roi en replaçant, tant dans les départemens que dans l’armée, les serviteurs dévoués. Qu’on ne s’y trompe plus, l’union ne peut plus exister ; l’oubli est impossible comme il l’a toujours été. Cette malheureuse catastrophe a fait voir les progrès que la révolution a faits, depuis un an, dans les régimens. Si notre parti peut contribuer à changer le système, qu’il emploie tous ses moyens pour agir. Il n’y a pas un moment à perdre, et si, de suite, on ne porte pas le coup, tout est perdu.

« Le soldat est encore bon ; la majeure partie des sous-officiers est encore machine et agira comme le voudront les chefs. Plusieurs officiers sont déjà très mauvais ; du reste, ils sont encore la minorité. Mais, avant six mois, on ne pourra peut-être plus en dire autant. Dans cette ville, il y a des gueux exécrables, mais, les gens bien pensans sont en si grand nombre qu’il serait bien facile de les exterminer s’il y avait un mouvement. »

Une autre lettre, expédiée de Paris à Nice et signée d’un des noms les plus marquans du parti royaliste, complète cette description du trouble effroyable qui règne de toutes parts. « Nous sommes dans une horrible crise ; le ciel seul sait ce qui va arriver ; toutes les têtes sont en fermentation ; d’un jour, d’un monument de douleur, on veut faire un monument de haine. Le nom de M. Decazes est dans toutes les bouches, et on le maudit comme complice de l’assassinat de M. le Duc de Berry. M. de Chateaubriand monte tous les esprits, bouleverse toutes les têtes, et il paraît à peu près sûr que toutes les lois vont être rejetées… M. Molé, qui croit que ceci peut le faire ministre, remue ciel et terre pour faire des voix contre le roi… On est obligé de consigner les gardes du corps et la garde royale, qui sont dans la rage ;… enfin, on ne sait que penser, que croire, qu’attendre, et si l’on ne se mourait de douleur, on pourrait expirer d’effroi… Ah ! mon cher, quel pays, quel malheur d’y être né et d’y attendre la mort ! Et laquelle ? »

On peut mesurer à ces traits les implacables haines qui poursuivaient Decazes à son départ de Paris. Il en avait déjà recueilli le témoignage dans l’attitude de la minorité ultra-royaliste de la Chambre. Après avoir repoussé comme l’extravagance d’un fou la proposition Clausel de Coussergues, cette minorité semblait maintenant disposée à l’utiliser pour consommer la perte de Decazes en le mettant en accusation et en obligeant le roi à lui retirer l’ambassade de Londres avant même qu’il eût pu s’y rendre. D’autres marques du courroux d’une partie de l’opinion publique, qu’on avait, par des procédés odieux, excitée contre lui, se produisirent encore sur sa route. La duchesse raconte, dans ses notes, que les voyageurs ne durent d’échapper, en traversant Versailles, à un véritable guet-apens, dont quelques gardes du corps étaient les auteurs, qu’au soin qu’avait eu Decazes de devancer l’heure primitivement fixée pour son départ. Cette circonstance, l’obscurité de la nuit déjouèrent les plans criminels des conjurés. Les deux chaises de poste qui emportaient l’ancien ministre et sa famille, auxquels s’étaient joints, pour les accompagner jusqu’à Chartres, le comte de Sainte-Aulaire et l’illustre médecin Dubois leur ami, étaient déjà hors la ville quand les gardes arrivèrent à leur rendez-vous. Furieux de s’y trouver trop tard, ils se mirent à la poursuite des équipages. Mais, les chevaux allant plus vite qu’eux, ils furent réduits à lancer des pierres, qui, fort heureusement, n’atteignirent personne.

Ce premier péril écarté, il fallut se garder contre d’autres. Presque au même moment, le général Donnadieu se mettait en route pour Tours, où Decazes devait nécessairement passer pour se rendre dans la Gironde. Donnadieu était un de ses plus farouches ennemis, celui qui avait proféré contre lui les propos les plus menaçans. La police fut convaincue que son voyage en Touraine était motivé par l’exécution de desseins violens. Le préfet de Tours reçut l’ordre de prendre d’urgence des mesures pour les conjurer le cas échéant.

Quelles qu’eussent été les émotions de son départ, Decazes n’avait rien perdu de son sang-froid ni de son habituel courage. Mais il demeurait profondément irrité par les circonstances qui avaient précédé et suivi sa chute. Le silence gardé par ses collègues lorsque, à la Chambre, Clausel de Coussergues avait proposé sa mise en accusation, ce silence que Pasquier expliquait en disant que la Chambre, par son attitude, avait fait justice de cette proposition inconsidérée, n : en remplissait pas moins d’indignation l’âme de l’ancien ministre.

Pourquoi faisait-on peser sur lui seul la responsabilité de la politique suivie depuis cinq ans ? Cette politique, d’autres que lui ne s’y étaient-ils pas associés ? Richelieu, Laine, Pasquier, Gouvion Saint-Cyr, Dessoles, de Serre n’avaient-ils pus pris une part à tout ce qui s’était dit et fait ? Le roi ne l’avait-il pus approuvé et toujours voulu avec la même énergie que ses ministres ? Decazes ne pouvait se résigner à être transformé en bouc émissaire et chargé de tous les péchés d’Israël. Les exigences de Richelieu, déclarant au roi qu’il ne consentirait à revenir aux affaires que si son favori quittait Paris sur-le-champ, avaient mis le comble à la colère de celui-ci. Il ne comprenait pas que ce qui lui arrivait était la conséquence logique de l’influence toute-puissante qu’il avait exercée, de ses efforts pour former autour du trône, à l’effet de contrecarrer les plans monstrueux de l’ultra-royalisme, un parti de royalistes libéraux, et qu’il expiait, en un mot, sa longue faveur.

Peut-être aussi s’en voulait-il à lui-même de s’être montré si docile aux exigences de Richelieu et aux supplications du roi, d’avoir consenti à partir au lieu de rester sur son siège à la Chambre des pairs, d’où nulle force au monde n’aurait pu l’éloigner et où il lui eût été si aisé de devenir le chef et le pivot d’une opposition libérale, derrière laquelle se serait rangée la majorité des Français. Par ce moyen, il serait redevenu le maître et eût écrasé de nouveau les factions de la droite. C’était l’avis d’un grand nombre de ses amis, de sa jeune femme et du père de celle-ci, M. de Sainte-Aulaire. Mais, lié par les bienfaits du roi, redoutant de ne pouvoir plus contenir cette opposition quand il l’aurait déchaînée, ni défendre le trône contre elle, il s’était décidé à obéir, à fuir Paris, sans que la satisfaction de s’immoler au prince à qui, non moins qu’à ses talens, il devait son invraisemblable fortune, pût le consoler d’avoir abdiqué volontairement le grand rôle qui s’offrait encore à ses ambitions.

Il est d’ailleurs juste de dire que, si sa résignation lui inspirait des regrets, il les étouffa promptement sous l’influence des témoignages de sollicitude qui lui arrivèrent bientôt de la part du roi. Et puis, il savait qu’il laissait derrière lui de fidèles amitiés, que son malheur ne refroidirait pas. Au moment où commençait sa disgrâce, il les avait senties se serrer autour de lui. Même de loin, elles devaient le soutenir dans ses épreuves et lui apporter le réconfort de conseils utiles et précieux. Il s’y rattachait à cette heure où son étoile s’assombrissait et où tant d’hommes qu’il avait obligés et secourus l’abandonnaient, oublieux de ses services.

Tous, au reste, parmi ces derniers, ne témoignaient pas d’une égale ingratitude. Il s’attendrissait en trouvant, au milieu des innombrables lettres d’adieu qu’il avait reçues avant de partir, ce court billet de la duchesse de Duras : « Malgré nos vieilles querelles, j’espère que vous croyez qu’il y a hors de la politique des senti mens que rien n’efface. J’ai besoin de vous le rappeler aujourd’hui et de vous parler de ma reconnaissance pour tout ce que vous m’avez montré de grâce, de bonté, d’obligeance, dans l’occasion la plus importante de ma vie. » D’autres adieux pareils venaient le trouver au seuil de sa retraite. Il recevait ainsi ceux de l’abbé de Montesquiou, de Royer-Collard, de Guizot, de Lally-Tollendal, de Camille Jordan, de d’Argout et de beaucoup d’autres, amis ou adversaires, qui gardaient un souvenir reconnaissant de son inépuisable obligeance.

Quant au roi, tandis que celui qu’il appelait « son fils et son ami » s’acheminait à petites journées vers la Gironde, où il devait se reposer durant quelques semaines avant de se rendre à Londres, il était douloureusement hanté par son souvenir. Decazes avait quitté Paris dans la soirée du 26 février. Le lendemain, dès le matin, le roi prenait la plume et commençait pour lui une sorte de lettre-journal qu’il devait continuer jusqu’au jour où, le sachant arrivé au terme de son voyage, il pourrait la lui expédier.

La correspondance nouvelle de Louis XVIII avec son favori, qui s’ouvre à cette date, diffère, au moins dans la forme, de celle d’autrefois. Le tutoiement est supprimé, les lettres sont signées, soigneusement datées : « Mon cher duc, » remplace « Mon cher fils. » La cause de ce changement, c’est que le roi ne peut plus, comme naguère, les faire porter et remettre aux mains de son ami éloigné de lui. Pour les lui faire parvenir, il est obligé de recourir à la poste. Mais se présente une occasion et vienne un porteur sûr, et l’on verra renaître les anciennes formules, si paternelles et si tendres. Ces modifications, au surplus, ne sont que dans les apparences ; la réalité reste la même. Qu’on en juge.

« A Paris, ce dimanche, vingt-sept février. — Vous m’avez prié, mon cher duc, de ne vous écrire qu’après avoir reçu de vos nouvelles. Je me conformerai à vos désirs en ne faisant partir cette lettre qu’en réponse à cette première que j’attends avec tant d’impatience, et qui malheureusement se fera attendre quelque temps. Mais ici, dans ce cabinet, je suis seul maître de mes actions ; il faut que je me soulage.

« Ma santé est bonne ; mon doigt est à peu près guéri ; mon sommeil est toujours imperturbable. Avec cela, bien des gens me trouvent changé, et comment ne pas l’être quand le moral est si cruellement tourmenté ! Ovide a eu raison de dire :

Donec cris felix, multos numerabis amicos ;
Tempora si fuerint nubila, solas eris.

« Cela est vrai des rois tout autant que des autres hommes. J’ai vu bien des visages depuis hier ; deux seuls ont été le miroir d’âmes qui correspondent à la mienne, ceux du duc de Gramont et du comte Charles [4]. Le premier avait été purgé avant-hier et hier ; on voulait le purger encore ce matin. Il n’a pas voulu et, j’en suis sûr, c’était pour m’apporter à déjeuner des regards consolateurs. L’autre est venu hier à l’ordre et aujourd’hui déjeuner. Je lui ai, comme c’est ma coutume, demandé du tabac, et, en le prenant, je lui ai dit en anglais, pour ne pas être entendu des indifférens :

« — Vous êtes, vous serez toujours mon bon Charles.

« Ses petits yeux m’ont seuls répondu ; mais qu’il y avait d’expression dans leurs regards ! A ce même ordre, je me suis accordé la triste consolation de donner pour mots : Saint-Elie et Chartres.

« Aujourd’hui, personne de la famille n’est venu à ma messe. Il n’y avait ni sermens à recevoir ni contrats à signer. J’en ai profité pour rentrer tout droit chez moi, sans m’arrêter dans le cabinet du Conseil. Je voulais bien qu’en passant, on vît la tristesse empreinte sur mon visage, mais non pas qu’en place, chacun vînt épier et scruter mes regards. Ils se portent souvent sur l’image chérie qui orne mon cabinet. Par un effet d’optique assez singulier, le jour, en frappant les dorures du lustre, reflète sur l’estampe et forme comme une auréole au-dessus de la tête. Qui la mérite mieux que l’ami que j’aime ?

« Louis. »

Cette lettre achevée, le roi la laisse sur son bureau, sans la clore, se réservant de la continuer en une occasion plus propice. Il y revient le lendemain, ou, pour mieux dire, il écrit à la suite de la précédente :

« Je n’ai pas encore de vos nouvelles ; ma raison le trouve très simple. Mais, dans un ami, tout n’est pas raison. Ma pensée vous suit, je cherche à chaque moment à deviner où vous pouvez être. Si vous avez pu, hier, aller couchera C***, vous devez, à huit heures qu’il est, avoir passé la Loire. Eh bien ! c’est une peine pour moi. Chaque rivière me paraît un obstacle de plus entre nous. Déjà, peut-être, le Cher est franchi ; il est si près de Tours. Restent la Creuse, la Vienne et la Charente. Bientôt même, il n’y aura plus que celle-là, car, si vous allez jusqu’à Châtellerault, les deux premières sont en deçà.

« Je viens de m’interroger ; tout cet étalage d’érudition géographique n’est que pour m’étourdir sur ma véritable pensée, et la voici. Comment supportez-vous le voyage ? Comment votre pauvre petite femme le soutient-elle ? Je ne parle pas du reste de la famille. La voiture est bonne pour les enfans, et votre sœur, qui est actuellement la mieux portante de tous, est accoutumée aux courses. J’ai été horriblement tourmenté hier ; je craignais qu’étant parti si tard, vous n’eussiez pas pu gagner Chartres ou que vous y fussiez hors d’état de continuer votre route. Mais la poste arrive tous les jours de là ; je n’ai entendu parler de rien, et, en pareil cas, pas de nouvelles, bonnes nouvelles. Point de nouvelles ! Et de qui ? Oh ! mon Dieu, que la résignation est une vertu difficile !

« Mon physique est bien ; c’est à peine s’il reste de l’enflure à mon doigt. Pour le moral, jugez-en par le vôtre. La nature m’a cependant accordé avec abondance le soulagement des malheureux et j’en ai éprouvé quelque bien. Mais ce remède n’est qu’un palliatif. A peine a-t-il produit son effet que le besoin s’en fait de nouveau sentir, et l’on ne peut pas toujours le satisfaire. Adieu pour aujourd’hui.

Ce lundi, 28 février.

« Louis. »

Encore vingt-quatre heures d’interruption dans cette correspondance quotidienne, et il la continue, sous la date du 29 février :

« Je n’ai pas encore eu de nouvelles aujourd’hui, cela n’a rien d’étonnant. Mais on dit que votre beau-père a dû vous accompagner jusqu’à Chartres. Si cela est, je suis surpris qu’à son retour, il ne m’ait rien fait dire. L’amitié inquiète se contente de si peu ! Félicitez-moi ; j’ai senti aujourd’hui un mouvement de joie… il y a plus de quinze jours qu’elle n’avait approché de mon cœur. J’ai reçu du roi d’Angleterre une lettre parfaite en tout point. En voici la dernière phrase (versionnée) : « Je regarde la nomination que Votre Majesté a faite du duc Decazes comme votre ambassadeur auprès de moi comme un nouveau gage de l’amitié de Votre Majesté, sachant à quel degré il possède son opinion favorable. Je recevrai le duc Decazes avec la cordialité qui est due au représentant d’un souverain qui commande toujours mon intérêt le plus chaud et mon attachement le plus dévoué.

Flebunt Germanicum etiam ignoti.

« Vous saurez sans doute, avant de recevoir ceci, que la loi a passé hier à la Chambre des Pairs avec une majorité de 62 voix, et que Pasquier a parlé à merveille [5]. Il n’y était pas. Adieu, cher duc.

Ce mardi, 29 février. « Louis. »

Le lendemain, le royal signataire de ces billets si affectueux et si confians eut « un des plus fameux désappointemens qu’il soit possible d’avoir. » Le directeur général des postes lui fit porter une lettre en le prévenant qu’elle était de Decazes. Le roi ne reconnut pas l’écriture de son favori, mais il brisa le cachet, ouvrit, et s’aperçut alors seulement qu’il y avait eu erreur. « C’était de Mme Chanson. » Il racontait sa déconvenue à son ami sans lui avouer cependant que, dans cette lettre d’une inconnue où il était question de lui-même, il avait lu cette phrase : « Le roi n’aime que des yeux et non du cœur. » Il ajoutait ensuite : « J’ai envoyé ce matin chercher votre beau-père. On m’avait dit, et avec quelque raison, qu’il avait le projet de réengager l’affaire Clausel de Coussergues. Mais, je l’en ai dissuadé. Quand j’ai lu la manière dont ce Clausel a retiré son odieuse proposition, j’ai d’abord refusé d’en croire mes yeux. J’aurais dicté sa lettre au Président qu’elle ne serait pas autre. Si le retrait eût été pur et simple, il eût pu être fâcheux ; mais, tel qu’il est, il traîne le Clausel dans la boue. C’est un brigand qui, satisfait de la bourse d’un voyageur, n’attaque pas sa vie. »

Le jour même où le roi traçait ces lignes, l’incident qu’il avait voulu prévenir se produisait sans la participation du comte de Sainte-Aulaire. Dès le 25 février, Clausel de Coussergues, cédant aux instances de Villèle, s’était décidé à retirer son accusation contre Decazes, et c’est à la lettre qu’il avait écrite au président de la Chambre, à cet effet, que le roi faisait allusion dans celle qu’on vient de lire. Comme conséquence de l’abandon d’une motion aussi blessante qu’insensée et dans une pensée d’apaisement, l’épithète de « calomniateur, » dont s’était servi le comte de Sainte-Aulaire en répondant à Clausel de Coussergues, n’avait pas été mentionnée dans le procès-verbal de la séance. Mais cette suppression d’un mot de justice et de colère fut relevée le 1er mars, au nom de la gauche, par Benjamin Constant. Un débat tumultueux s’ensuivit, et un vote ordonna que le mot supprimé dans le procès-verbal y serait rétabli.

A cette décision, prise surtout contre lui, Clausel de Coussergues répondit en déclarant qu’il maintenait sa proposition et qu’il saurait bien la justifier. C’était un homme violent et exalté. Dans son discours, il qualifia Decazes de chef des révolutionnaires de France. Rappelé à l’ordre pour ce nouvel outrage, il eut cependant la satisfaction de constater qu’aucun des ministres présens, dont plusieurs avaient été les collègues de Decazes, ne prenait sa défense, et que le comte de Sainte-Aulaire, engagé par la promesse qu’il avait faite au roi, restait à son banc. Déjà blessé de n’avoir pas été défendu lorsque la proposition avait été déposée, Decazes devait l’être plus encore cette fois, et on verra bientôt en quels termes amers il exprimait son légitime ressentiment.

Le 1er mars, le roi, au moment où il écrivait, ne savait rien de cet incident. Il n’en est pas question dans sa lettre, non moins pleine d’effusion que les précédentes. En revanche, il se plaisait à confier à Decazes qu’il avait été enchanté de son beau-père. Pour récompenser ce dernier, il lui avait lu en anglais la belle missive du roi d’Angleterre. Il l’avait lue aussi au marquis de La Tour-Maubourg « que la phrase de la fin a bien attendri. C’est, ma foi, un excellent homme. Le beau-père m’a raconté ce qu’a fait Dubois. Les larmes m’en sont venues aux yeux. Que pourrais-je faire pour reconnaître un pareil dévouement ? »

Cependant, il attendait avec impatience une « lettre de son fils. » Il l’espérait pour le lendemain, ou il ne répondait pas de son obéissance, c’est-à-dire que, s’il restait sans nouvelles, il expédierait ce qu’il avait écrit depuis quatre jours : « Tout ce fatras commence à me peser. » Mais, le 2 mars, ce fut une autre antienne, un véritable chant d’allégresse.

« Je l’ai revue enfin, cette écriture chérie. Mais la lettre n’est parvenue à son adresse qu’hier entre trois et quatre heures, tandis que le duc de Richelieu avait reçu la sienne dès avant-hier au soir. Ce que vous me dites de votre santé rabat de la joie que le beau-père m’avait donnée. Cependant, je vois du mieux, et c’est quelque chose. Je ne vous dis rien de la séance d’hier. Elle m’a fait de la peine ; elle vous en fera. Que les regrets de la petite sont aimables ! Je me mourais d’envie de provoquer une visite d’adieu. Je ne l’ai pas osé, dans la crainte de lui faire du mal. L’heure me presse, il faut finir. Adieu, vous savez si je vous aime vous et les nôtres. — Louis. »

Il est, certes, impossible de prodiguer à un absent qu’on aime de plus vifs témoignages de tendresse. Le malheur est qu’ils ne parvenaient au destinataire que plusieurs jours après son arrivée dans la Gironde. Il avait d’abord formé le dessein de s’installer à la Grave et d’attendre là le moment où on lui permettrait d’aller à Paris préparer son départ pour Londres. Mais, à la Grave, rien n’était prêt pour le recevoir. L’installation y était par trop primitive. Il fallait au moins huit jours pour qu’on la rendît un peu plus confortable. Il était donc parti pour une terre voisine, le Gibaud, afin d’y passer cette semaine d’attente. Or, à la date du 5 mars, ni au Gibaud èi à la Grave, il n’avait encore reçu de nouvelles. Il se décidait alors à écrire au roi, dont le silence l’étonnait et l’attristait ; il se croyait oublié, il se plaignait. Sa lettre à peine partie, il recevait, avec ce journal que Louis XVIII avait tenu pour lui, des lignes consolantes et rassurantes. Puis, lui arriva une réponse à sa plainte. Elle était bien faite pour ramener dans son âme le calme et la sérénité.

« L’Ecriture sainte a bien raison, mon cher duc, de dire que l’esprit vivifie et que la lettre tue. J’ai suivi celle-ci dans l’accomplissement de vos désirs et il en est résulté que vous n’avez rien trouvé en arrivant, que vous avez été même plusieurs jours sans rien recevoir, au lieu que, si j’avais suivi mon mouvement, je n’éprouverais pas le regret qui me tourmente. A ce regret se joint une inquiétude offensante pour vous et que je ne puis expier qu’en vous en faisant l’aveu sincère. Cette lettre de Mme Chanson me revient sans cesse à l’esprit. Cette âme sèche a dit : Il n’aime que des yeux, non du cœur. Elle a bien raison de dire que j’aime des yeux, mes mouchoirs ont pu l’attester. Mais, pour le cœur ! » Et il protestait avec véhémence contre cette réputation de sécheresse qu’on voulait lui faire et à laquelle, assurément, son fils ne croyait pas. « Ah ! rassurez-moi sur ce point, j’en ai besoin. »

La lettre est longue, et trop d’autres devront être citées pour qu’on puisse donner à celle-ci une place plus étendue. Les dernières lignes en résument exactement l’esprit : « A propos de commission, je suppose que vous voyez quelquefois mon Elie. Dites-lui, je vous prie, que son père l’aime de tout son cœur et ne sera heureux que le jour où il pourra le serrer dans ses bras paternels. » Ainsi l’éloignement ne refroidissait pas le cœur du roi. Quoique à distance, Decazes le retrouvait tout entier avec sa sollicitude et sa chaleur accoutumées.


II

Rassuré de ce côté, le ministre tombé ne trouvait pas dans l’attitude de ses successeurs les mêmes raisons de se réjouir et de se déclarer satisfait. A la tribune de la Chambre des Députés, à celle de la Chambre des Pairs, dans la plupart des journaux, même dans ceux qu’on disait enrôlés sous la bannière ministérielle, il était attaqué tous les jours avec une rare violence, injurié, outragé même, et nulle part il n’était défendu.

Libre de ses mouvemens et resté à Paris, il n’aurait eu besoin de personne pour se défendre. Mais, en faisant appel à son dévouement à la monarchie, en obtenant de lui qu’il s’exilerait, on lui avait lié les mains ; on l’avait, comme il disait, paralysé. Il en concluait que ce qu’il ne pouvait faire lui-même pour son honneur et sa sûreté, ceux à qui il s’était généreusement sacrifié devaient le faire. C’était là pour eux un impérieux devoir, mais ils ne semblaient pas le comprendre. Ils abandonnaient Decazes aux outrages du député Clause ! de Coussergues, aux attaques du pair de France duc de Fitz-James, aux insultes du journaliste Martainville, à toutes les odieuses inventions de l’esprit de parti, dont sa chute n’avait épuisé ni les haines ni les vengeances. A la douleur d’être tombé du pouvoir s’ajoutait pour lui celle de voir, à tout instant, l’implacable mauvaise foi de ses adversaires travestir ses actes et calomnier ses intentions. Ce qu’il éprouvait, il le confiait, le 10 mars, à Pasquier, avec une retenue et une modération qui rendaient mal son ressentiment et qui étaient encore de sa part un sacrifice à la cause du roi.

« Je ne crois pas que la complaisance envers ces Messieurs doive aller jusqu’à laisser sans réponse des calomnies quand elles citent des faits et des autorités. Je ne le crois pas, parce que je pense qu’une fois à ce point, il faudra leur faire de bien autres sacrifices, que la politique permettra encore moins que ceux-là. Je comprends moins encore que les attaques de cette nature viennent d’un aide de camp de Monsieur, et après ce qui s’est passé. Mais, si ma raison est étonnée, mon cœur, soyez-en bien sûr, n’est pas ébranlé et, de tous les sacrifices qu’il me paraît que j’aurai encore à faire, il n’y en aura de pénible pour moi que ceux qui me paraîtront funestes à la chose publique et à la cause royale. Celui de repartir tout de suite d’ici pour aller à Londres me coûterait fort peu, car ma santé seule en souffrirait. Mais, si ma présence à Paris, il y a quinze jours, effrayait tant ces Messieurs que j’aie du partir précipitamment, quel effet ne ferait pas mon retour et quel rôle jouerais-je en passant à Paris, au milieu de ces attaques et de ces outrages que je puis mépriser de loin, mais qu’il me serait impossible de ne pas repousser si j’étais sur les lieux ? »

Ces dernières lignes répondaient à une offre amicale de Pasquier, devenu, en sa qualité de ministre des Affaires étrangères, le chef hiérarchique de Decazes. Il croyait que pour imposer silence aux fanatiques qui, tous les jours, malmenaient son ancien collègue par la parole ou par la plume, il fallait que celui-ci allât prendre possession de son ambassade. Il serait alors démontré que ces violentes attaques n’avaient pu lui faire perdre la confiance du roi, ni entraîner sa révocation. Elles cesseraient en raison même de leur impuissance. Mais, pour aller de la Gironde à Londres, Decazes devait nécessairement passer par Paris ; il était même tenu d’y demeurer quelques jours afin de recevoir ses instructions et de procéder à des préparatifs nécessaires, et c’est ce séjour dans la capitale qui, pour les causes qu’il indiquait lui-même, lui semblait dangereux.

Tel était aussi l’avis du roi.

« Cornes m’ont poussé à la tête, — un veuf peut s’exprimer ainsi, — en lisant la douce proposition de Pasquier… Si vous vous portiez tout à fait bien et que Libourne fût à Abbeville ou Londres à Burgos, on pourrait peut-être voir. Mais, avec la nécessité de passer à Paris, et l’éviter serait bien pire, ce sont les petites maisons ouvertes. »

C’est à la date du 14 mars que le roi exprime à son favori cette opinion, qui témoigne de ses craintes et de sa prudence. Dans la même lettre, il l’entretient familièrement de l’emploi de sa journée. Le matin, il est allé à l’enterrement du Duc de Berry, « sans avoir éprouvé la moindre fatigue, grâce aux bons arrangemens qui avaient été pris. » Il n’a pas été content de l’oraison funèbre. Tandis qu’il s’attendait à pleurer, et il en avait besoin, ses yeux se sont séchés, l’orateur ayant dit qu’il voulait instruire et non attendrir.

« Mais, quand j’ai vu passer cette pauvre bière sous mes yeux, je me suis dédommagé et cela m’a fait du bien… Depuis vendredi, j’ai repris mes promenades. J’ai voulu me forcer, et, tout exprès, j’ai débuté par celle de Choisy. En passant sous des fenêtres, j’ai senti mon cœur se serrer. Le duc de la Châtre, dont la place en voiture est vis-à-vis de moi, s’en est aperçu et a jeté un regard sur ces pauvres fenêtres. Alors, je lui ai dit : Et flevimus dum recordaremur Sion. Le lendemain, j’ai fait la promenade de Saint-Cloud, Suresnes, etc., etc., où, en cette saison, on voit Madrid en plein. Cela m’a fait mal aussi, mais moins que la veille. Madrid ne m’offre pas les mêmes souvenirs que Choisy. »

Toutes ces émotions, qui trahissent le vide qu’a creusé dans le cœur de Louis XVIII l’éloignement de « son fils, » n’enlèvent rien aux ressources habituelles de son esprit et ne l’empêchent pas de trouver, au courant de la plume, le mot pour rire.

« Je m’acquitterai de votre commission pour le duc de Gramont et le comte Charles. Le premier la mérite sans aucun doute ; pour le second, il y a des gens qui prétendent lui avoir entendu tenir un langage tout différent. Je doute, mais, s’il fallait les en croire, je songerais à la famille dont il est entouré et, pour excuser un peu sa faiblesse, je le comparerais à Gil Blas, qui, enrôlé, malgré lui, parmi les brigands, fait feu comme eux en détournant la tête, et qui dit naïvement : J’espère que mon coup ne porta pas. »

Enfin, comme on a rapporté à Decazes que le duc d’Angoulême, auquel il s’est de tout temps passionnément dévoué, s’est exprimé sur lui, depuis la mort du Duc de Berry, en termes amers, le roi s’efforce de le rassurer, en lui rappelant que, par des propos postérieurs, le prince a réparé l’effet des premiers et en plaidant au total les circonstances atténuantes :

« Je comprends très bien que la plaie qu’il vous a faite ne soit pas encore guérie. Mais vous connaissez sa véracité. Ce qu’il a dit au duc de M***, ce qu’il vous a fait dire par Pasquier, c’est son cœur qui l’a dicté. Tout le reste a une interprétation, que l’horrible événement rend peut-être excusable, de ce que lui a souvent répété celui qui depuis quarante ans était animœ dimidium suæ. Hélas ! la comparaison de Gil Blas lui est encore plus applicable qu’à Charles. Mais, si vous le voyiez comme moi presque tous les jours, être pour sa nièce le père le plus tendre, si surtout il vous avait offert hier comme à moi le spectacle le plus touchant que je connaisse, celui d’une immense douleur supportée avec un immense courage, ah ! vous excuseriez un peu de faiblesse réparée d’ailleurs autant que cela était possible. »

En de telles preuves de la sollicitude de son roi, Decazes pouvait trouver plus d’un motif de consolation, et l’effet en était bienfaisant pour lui, si bienfaisant que le compte rendu de la séance du 1er mars, où il avait été de nouveau attaqué par Clausel de Coussergues avec autant d’injustice que de violence, ne semble pas l’avoir d’abord ému plus que de raison. Mais, bientôt, des lettres d’amis venaient ajouter à ce compte rendu des commentaires irritans, faire croire à Decazes qu’il était trahi par ceux dont il était naguère le fidèle compagnon. Alors il fut impuissant à contenir sa colère. On la voit se répandre dans sa correspondance avec le roi. « Que Pasquier, qui n’a pas eu le courage de dire un mot aux deux séances où son collègue et son président a été outragé d’une manière si lâche, qui ne l’avait pas eu non plus un mois avant, lorsque M. de la Bourdonnaye me représentait comme isolé dans la nation et dans la Chambre ;… que Pasquier, dis-je, me traite, absent, comme il me traitait présent, et ne défende pas plus son ami qu’il ne défendait son collègue, je peux le comprendre, quoique à grand’peine assurément. Mais que le duc de Richelieu partage cette conduite, voilà ce qui me confond. Tout à l’heure, on me demandera sans doute de faire amende honorable et de demander grâce à M. Clausel et à M. Martainville. Donner ainsi ses amis et ses collègues en holocauste à un parti, ce n’est pas de la politique, c’est de la folie, je ne dirai pas que c’est de la lâcheté. Est-ce ainsi que je me suis conduit envers M. le duc de Richelieu ? L’ai-je abandonné à la partie de la Chambre qui se réjouissait de sa chute ? J’ai demandé pour lui une récompense nationale, et j’en ai fait la condition de mon entrée au ministère. N’ai-je pas relevé le gant pour Corvetto ? Je ne cite pas ces faits, assurément, pour m’en faire honneur, mais pour ajouter que les partis, loin de m’en vouloir, ne m’en ont que plus honoré. »

Dans les souvenirs que rappelait Decazes, il n’était rien qui ne fût vrai. Mais il y avait quelque exagération dans les reproches qu’il adressait à Pasquier et à Richelieu, quelque injustice dans l’attitude boudeuse qu’il gardait à leur égard, en dépit des lettres cordiales qu’il recevait du premier, attitude dont il ne se départit que lorsqu’il eut acquis la conviction que ses anciens collègues, encore qu’ils n’eussent pas jugé opportun de le défendre à la tribune, présentaient sa défense dans leurs entretiens, à toute heure et à tout propos.

Cette conviction lui fut donnée de divers côtés à la fois :

« Il n’est pas difficile de voir que le ministère vous redoute beaucoup, lui mandait-on, et qu’on cherchera à vous fermer le chemin de Paris le plus longtemps possible. M. Pasquier vous trahit-il ? C’est là une question que je me pose tous les jours et que je me force d’éclairer par tous les moyens en mon pouvoir. Hier matin, je l’ai trouvé dans son lit, retenu par un gros rhume. Il m’a dit que vous lui aviez écrit une lettre qui l’affectait vivement. Il paraissait sincère dans ses regrets. »

Un peu plus tard, nouvelle missive du même correspondant et sur le, même objet :

« M. Pasquier m’a de nouveau exprimé combien vous auriez tort si vous vous défiiez de lui. Il compte bien que, pour ce qui le concerne, vous sauriez faire la part des circonstances. Il m’a dit que M. de Richelieu, à qui vous veniez d’écrire aussi, était toujours très bien pour vous. »

D’autre part, le roi s’efforçait de rendre confiance à Decazes et de le remonter :

« Je ne sais si Clausel de Coussergues reproduira son infamie. Benjamin Constant l’y a provoqué ces jours-ci. Si cela est, je travaillerai à ce que le duc de Richelieu fasse ce que l’honneur et la probité exigent de lui. »

Enfin, c’était Pasquier lui-même qui, prévenu des griefs de l’ambassadeur, entreprenait de les dissiper en se justifiant :

« J’ai reçu de vous une lettre hier, cher ami. Je vous dirai avec franchise que j’en avais besoin et que votre silence me faisait mal. J’accorde qu’il y ait des positions où on ait le droit d’être injuste, mais cependant, entre vous et nous, nous nous connaissons trop bien pour que vous ne deviez pas être sûr que ce qui ressemble à un abandon réel de ma part est impossible. Il y a des choses qui ne s’expliquent pas de loin et par écrit ; il y a des positions qui ne se comprennent pas, si on n’est pas placé dans leur intérieur même ; il est des résultats qu’on ne peut pas calculer quand on n’est pas sur le lieu même de l’action. Le temps et un peu de conversation, quand nous pourrons en avoir, vous auront bientôt démontré combien j’ai raison. Je vous dis en toute assurance qu’il était impossible d’avoir une autre conduite que celle que nous avons tenue, et moi en particulier [6]. »

Indépendamment de cette lettre, suivie bientôt de beaucoup d’autres, Pasquier, dès ce moment, prodiguait à Decazes des témoignages d’attachement bien propres à ranimer la confiance de celui-ci en cette amitié fondée sur de vieux souvenirs comme sur la réciprocité des services, et dont il avait un moment paru douter [7]. C’est ainsi qu’il fut averti par son ancien collègue que les lettres qu’il écrivait au roi et celles qu’il en recevait, lorsqu’elles passaient par la poste, y étaient ouvertes.

« Des avis que je crois sûrs, mandait-il à son royal correspondant, me disent que nos lettres sont lues. J’ai peine à ajouter foi à un tel manquement de la part de Mézy (directeur général des postes). Cependant, Foudras (inspecteur général de la police) m’a fait assurer que la chose était ainsi. Il l’induit, à ce qu’il paraît, de ce que lui a dit à cet égard Pasquier, et il croit que c’est de la part de celui-ci un avertissement indirect pour moi. J’en profiterai, bien que notre correspondance ne puisse avoir rien de fâcheux pour le duc de Richelieu. Mais, comme je sais que du duc de Richelieu le portefeuille va à Monsieur, puis sans doute à Siméon (ministre de l’Intérieur), il est inutile que nous passions sous tous ces feux croisés. Je m’arrange en conséquence pour que les lettres m’arrivent par des voies sûres. Je crois qu’il sera bien que la voie de Mézy ne soit pas entièrement abandonnée, et je crois qu’il serait bon que mon père (le roi) en fît autant. »

Après avoir lu ces détails, on pensera avec raison que la lettre suivante de Louis XVIII à son favori, dont nous ne donnerons qu’un extrait, ne fut pas expédiée par la poste :

« Enfin donc, mon cher, mon bien-aimé fils, je puis te donner ce doux nom. Je puis te dire que je t’aime de tout mon cœur. Les occasions en sont si rares, les circonlocutions qu’il faut prendre habituellement sont si fatigantes !… Je me porte bien. L’horrible douleur de notre séparation s’est un peu amortie. Je m’y attendais et toi aussi, et le sentiment qui nous attache l’un à l’autre est trop vrai pour que je fasse à tes yeux le héros d’amitié. Mais, pour être amortie, c’est-à-dire pour ne plus me faire éprouver une souffrance physique, pour ne plus faire à chaque instant couler mes pleurs, elle n’est ni moins vraie ni moins sentie. Tout m’y ramène, tout te peint à mes yeux ; ils se portent à chaque moment sur ton image [8]. »

Trop longue pour être citée tout entière, cette lettre est triste comme une élégie. En termes de désolation, le roi y déplore l’absence de son fils, et après lui avoir parlé en accens non moins chaleureux de la jeune duchesse, il s’écrie dans un accès d’ardente sentimentalité : « Adieu encore une fois, mon Elie, mon bon fils. Je vous prends tous deux dans mes bras ; je vous presse contre mon cœur, et je vous embrasse de toute la tendresse de votre Louis. »

De telles lettres apaisaient le ressentiment de Decazes, lui rendaient son sang-froid et lui faisaient considérer dans un esprit de résignation relative et de dédain les procédés abominables dont il se savait l’objet. Tantôt c’était Anglès, le préfet de police qui, pour s’assurer la faveur des ultras, allait, en prévision de leur triomphe, clabauder auprès d’eux contre son ancien ministre ; tantôt, on cherchait à « débaucher » les agens que ce dernier avait employés lors de sa présence aux affaires, et on tentait de leur arracher les secrets rétrospectifs de sa police ; tantôt enfin, on suspectait ses relations avec divers personnages connus pour être des partisans de Bonaparte ou de la république, des généraux notamment.

On répandait le bruit qu’à son passage au ministère de la Police, « il s’était diverti à faire surveiller Monsieur, ainsi que les princes et princesses de la famille royale. » A la faveur de ces accusations, des hommes sans mandat ouvraient contre lui, dans un rigoureux mystère, des enquêtes variées sur divers épisodes de sa vie ministérielle, avec l’espoir de le prendre en faute et de le déshonorer aux yeux du roi, au moyen de quelque procès retentissant et scandaleux, établi sur ces dires et dont il eût été le héros et le condamné. C’est la faction des ultras qui rêvait ces vengeances et mettait en circulation ces calomnies, dans un excès de haine contre l’homme d’Etat qu’elle accusait d’avoir retardé de plusieurs années son avènement au pouvoir. Il y avait là un fonds inépuisable, dont s’alimentait souvent la correspondance du roi avec Decazes.

Parfois aussi, mais plus rarement, c’est la politique extérieure qui en faisait les frais. Comme tous les hommes qui ont passé de longues années aux affaires et qui, les ayant quittées, se croient encore autorisés à donner des conseils à leur successeur, Decazes ne pouvait se déshabituer d’en faire entendre, aussi bien sur les incidens du dehors que sur ceux du dedans. En cette année 1820 et peu de temps avant la chute de Decazes, avait éclaté en Espagne une insurrection contre le triste Ferdinand VII, ayant pour but non de le précipiter de son trône, mais d’amoindrir sa puissance dont, depuis son avènement, il avait odieusement abusé. Les insurgés victorieux venaient de lui imposer une constitution, — celle dite de 1812, votée par les Cortès de Cadix, — qui le dépouillait des principaux attributs du pouvoir royal et laissait sans garanties son autorité. A peine averti de ces incidens dont, dans les environs de Bordeaux, il avait reçu plus vite la nouvelle que s’il se fût trouvé à Paris, Decazes adressait au roi tout un programme de conduite à tenir et de résolutions à prendre, tel qu’il eût eu le devoir et le droit de le formuler s’il avait été encore président du conseil.

« Je crois bon, utile, indispensable que le Roi saisisse cette occasion pour faire voir à l’Europe que la France peut encore quelque chose et que la maison de Bourbon ne se laisse pas sans secours. Je voudrais que le Roi manifestât sa volonté et qu’il fût connu que ce qui se fera en est le résultat. J’avais proposé au Roi pendant mon ministère, et je l’ai fait en détail au duc de Richelieu, d’offrir au roi d’Espagne le régiment suisse qui est à Toulon, le régiment étranger qui est en Corse, d’envoyer une station devant Cadix ou Malaga ou tout autre point, de lui proposer d’occuper Pampelune et les autres places de la frontière pour lesquelles il peut avoir des inquiétudes. »

Ces conseils ne pouvaient déplaire à Louis XVIII. Quoique entre la cour d’Espagne et celle de France, le pacte de famille eût cessé d’exister, il n’oubliait pas qu’il était Bourbon et que le monarque espagnol l’était comme lui. En conséquence, il se croyait tenu de lui porter secours contre des insurgés victorieux. En revanche, observateur scrupuleux des règles du régime parlementaire, il ne croyait pas qu’ayant lui-même des ministres responsables, il fût libre de suivre des conseils qui ne venaient pas d’eux, ces conseils eussent-ils le mérite de lui être envoyés par son conseiller d’hier, toujours si cher à son cœur, si prudent, si sage, et de qui, deux mois avant, il les eût reçus avec enthousiasme.

Telle était sa loyauté gouvernementale qu’à les écouter et à les suivre, il se fût bientôt considéré comme trahissant son ministère. Il ne voulait donc pas discuter les avis de Decazes et pas davantage feindre de ne les avoir pas entendus, car il lui en eût trop coûté d’affliger « son fils. » C’est à cette occasion que, pour la première fois dans sa correspondance, on le voit ruser avec lui, se donner l’air de lui répondre, mais en réalité se dérober par une phraséologie qui semble dire beaucoup et ne dit rien. Du reste, le même trait se renouvellera souvent par la suite, en toutes les circonstances où Decazes, se souvenant qu’il a été ministre, parlera comme quand il l’était. Le roi, quelles que soient son affection et sa confiance, esquivera l’obligation de s’expliquer en termes nets et précis témoignant d’une conviction bien assise ou même de la volonté de la faire partager. A l’exposé qui vient de lui être tracé de ce qu’il devrait faire en Espagne, il réplique :

« Je vous l’ai dit, mon cher duc, à cent cinquante lieues on ne peut pas politiquer. Je ne raisonnerai donc pas avec vous sur l’Espagne. Mais je me permettrai de gémir sur ce qui s’y passe et de vous dire que je suis fort inquiet des suites. Mon inquiétude a quelque chose de vexant que vous comprendrez tout de suite. Hier est arrivé un courrier du 14 ; c’est la plus grande diligence possible. La poste de demain n’apportera même pas tant, et ce sera beaucoup si celle de dimanche apporte quelque chose de plus. Nous voilà donc pour plus de huit jours au même point, à moins d’un nouveau courrier. Mais dans l’état où sont les choses, je ne puis raisonnablement espérer qu’il apporte rien de bon. Ainsi, je me trouve dans le tourment d’ignorer, qui mérite bien d’être compté pour quelque chose, surmonté de la crainte d’apprendre. »

Ceci dit d’ailleurs, il revient aux réflexions que lui suggèrent certains faits intéressant Decazes, réflexions qui souvent, à vrai dire, sont, sous des façons affectueuses, des critiques et des avertissemens. C’est ainsi qu’il faut interpréter celles qu’il lui présente à la suite d’un voyage que le comte de Sainte-Aulaire et le comte d’Argoult ont fait à la Grave :

« Je conçois très bien le motif pécuniaire qui les a portés à voyager ensemble ; mais, je me permets de ne pas le trouver suffisant. Je ne parle pas des bêtises que cette réunion a fait dire, du nom de mission dont on la revêtue. De notre vivant, nous nous moquions des caquets. Quanto magis post necem ! Mais leur position à tous deux est différente [9]. Le sort de la loi sur les journaux n’est pas douteux ; il n’importe guère que la majorité soit de dix-neuf ou de dix-huit ; la bataille sur les élections ne commencera pas d’ici trois semaines. Ainsi, M. de Sainte-Aulaire avait par-devant lui tout le temps nécessaire. Il n’en est pas de même pour M. d’Argoult, non que j’aie la moindre inquiétude sur la loi de la liberté individuelle, mais celle des journaux a passé à une si belle majorité qu’il serait fâcheux que l’autre n’en eût pas au moins une pareille. Je suis chiche de voix. De plus, après ce qui s’est passé entre Fitz-James et d’Argoult [10], je suis fâché que celui-ci ait, comme on dit, l’air de fouiner. Enfin, dans votre intérêt qui est pour moi la première des considérations, j’ai quelque regret qu’ils soient venus et s’en retournent ensemble. »

Tout ce verbiage ne saurait être considéré que comme une mauvaise chicane, si l’on ne se rappelait de quels soupçons Decazes était l’objet de la part de l’ultra-royalisme et quelle terreur ils inspiraient à Richelieu, qui semble les avoir partagés dans une certaine mesure. Il croyait, bien à tort d’ailleurs, son ancien collègue dévoré du désir de reprendre le pouvoir et la réalisation de ce désir souhaitée par le roi. Il s’effrayait de tout ce qui semblait donner raison à ses craintes. Il s’en effrayait d’autant plus que chacun de ces incidens avait pour effet d’exciter la fureur des ultras et lui valait à lui-même leurs récriminations et leurs reproches. Il en entretenait alors Louis XVIII, s’efforçant d’obtenir de lui qu’il ne tolérât pas que son favori eût l’air de se prêter aux manifestations de ses amis, dont sa disgrâce était le prétexte et son retour aux affaires le but. La visite que le comte de Sainte-Aulaire venait de faire à son gendre, s’il la lui eût faite seul, eût passé sans doute inaperçue. Mais en s’adjoignant dans la personne du comte d’Argoult un compagnon de voyage, il en avait changé le caractère. Ce n’était plus une visite de famille et d’amitié, mais une démarche politique dont Richelieu avait signalé au roi les inconvéniens, et le Roi à son tour, bien à contre-cœur, les signalait à Decazes. Il convenait d’insister sur ce trait pour faire comprendre en quelle situation délicate et difficile se trouvait Decazes après sa chute. Il est d’ailleurs remarquable qu’après avoir donné libre cours à ces remontrances, le roi s’efforçait d’en réparer l’effet. Dans la même lettre, on lit :

« J’ai recommencé avant-hier mes lundis. Il y a eu le soir soixante et quinze dames dans la salle du trône, ce qui n’a pas laissé que de me fatiguer un peu. Mais au bout d’un quart d’heure que j’ai été assis, il n’y a plus paru. Cent-quatre-vingt-treize dans l’autre salle ; total : deux cent soixante-huit. Le compte est beau. Mais, cher duc, vous m’en croirez quand je vous dirai qu’il ne m’a pas satisfait. J’ai soupiré tout bas, mais du fond du cœur, de n’en pas compter soixante et seize d’abord et cent quatre-vingt-quatorze ensuite. La bonne Mme du Roure est venue. Je lui ai parlé de la petite, de mon fils, du bon ange, de mon petit Louis. Cela m’a fait du bien. Mais qu’il y a loin de cette illusion à la réalité ! »

Ainsi la tendresse du roi ne se refroidit pas. Mais si loin qu’elle l’entraîne, elle ne l’empêche pas de faire un départ rigoureux entre ce qu’elle lui commande et ce que lui commandent aussi ses devoirs de souverain. Sincère avec ses ministres comme avec son ami, il ne veut rien faire au profit de celui-ci qui puisse leur porter ombrage, et s’il continue à prodiguer à l’un son affection, il a grand soin de ne s’entretenir qu’avec les autres de ce qui a trait à la marche des affaires de l’Etat. Seuls ils sont ses conseillers ; seuls ils sont en possession de sa confiance. Il ne veut pas qu’on puisse l’accuser de chercher en dehors d’eux ses inspirations et ses raisons d : agir, ni d’opposer à la légitime influence qu’ils doivent naturellement exercer celle d’un favori. Cette préoccupation apparaît dans la plupart de ses lettres. Ce qu’il veut avant tout éviter, c’est que le ministre d’hier crée des difficultés à ceux d’aujourd’hui.

Decazes eût donc été tenu complètement en dehors des affaires si, d’une part, les amis qu’il avait laissés à Paris ne lui en eussent parlé tous les jours et si, d’autre part, l’amitié de Pasquier ne s’était appliquée à l’entretenir de ce qui se faisait et se disait. De Pasquier, il apprît au commencement d’avril que ce n’était plus par les ultra-royalistes, à qui on avait fait concessions sur concessions, que le cabinet était menacé, mais par les doctrinaires et les ultra-libéraux qu’avait mis en défiance son orientation plus marquée vers la droite.

« Vous me négligez bien, mon cher ami, et j’ai peur que les douceurs de la vie de campagne ne vous fassent un peu trop oublier vos amis, qui ne sont pas comme vous étendus sur des lits de verdure et de fleurs. Nous voilà cependant hors de la loi de la presse, et ce n’est pas un médiocre avantage après la fureur des attaques que d’en être sorti avec une honnête majorité. Le côté gauche ne s’était pas encore montré avec cette violence ; elle lui a même fait quelquefois négliger la perfidie, et il n’a, dans son emportement, rien su cacher. Une telle franchise devrait bien servir d’avertissement à tous les hommes qui ne veulent pas servir d’instrument à un parti qui ne le cède en odieux à presque rien de ce que nous avons vu de plus repoussant depuis trente années. La discussion qui va s’ouvrir sur les comptes donnera, il faut l’espérer du moins, aux esprits le temps de se rasseoir. Mais il faudra bien arriver enfin à cette loi d’élection, et c’est là que se livrera le plus grand combat. De Serre, dont j’ai reçu une lettre, il y a deux jours, paraît toujours décidé à arriver pour ce combat. Mais, il y a une phrase qui termine sa lettre et qui me fait peine : Il faudra voir, dit-il, si ma position pourra supporter la tribune. Ceci prouve qu’il n’a pas une confiance entière. Nous avons cependant dans cette affaire le plus grand besoin de son appui, car les esprits sur ce point sont plus divisés que jamais, et nous avons beau dire que nous tenons à notre projet, le croyant bon et ne comptant point le changer, nous ne persuadons presque personne.

« Les journaux, à présent, disent tout sur l’Espagne. Ainsi je n’ai rien à vous apprendre à ce sujet. Je suis fort inquiet du Portugal, qui m’a assez l’air d’être tenté de suivre le même exemple. Des avis très confidentiels, et que je crois sûrs, sont parvenus à cet égard. »

Huit jouis plus tard, Pasquier ajoutait :

« Vous nous négligez terriblement et vous me devez plus d’une réponse. J’ai vu la dernière lettre que d’Argoult a apportée au duc de Richelieu, et j’en aurais long à vous dire sur cette lettre. Il y a des circonstances ou il faut savoir supporter les injustices de ses amis. Le temps en fait toujours raison et finit toujours par montrer où sont les fidèles. Je ne crains pas cette épreuve.

«… Je vous écris brièvement parce que je suis obligé d’aller à la Chambre ; et puis, je ne sais pas écrire longuement à qui me répond si peu. »


III

Écrites dans le courant d’avril, les lettres de Pasquier, qui viennent d’être citées, démontrent avec évidence que la démission de Decazes, vieille déjà de six semaines, n’avait pas porté les fruits qu’en attendaient ceux qui la lui avaient arrachée ou conseillée, et que lui-même s’était trompé en la donnant avant d’avoir été mis en minorité. Lorsqu’on faisait appel à son patriotisme pour obtenir cette démission, on lui avait représenté qu’elle déterminerait un apaisement général, consoliderait le ministère et assurerait le vote des diverses lois soumises à l’agrément des Chambres. Combien peu les faits qui s’étaient produits depuis répondaient à ces prévisions !

A la vérité, deux de ces lois, — celles dites de sûreté, — étaient votées, mais après des débats où le parti des ultra-libéraux, contenu cinq années durant par l’habileté de Decazes, venait de révéler son déchaînement et sa puissance. Le péril de droite s’était momentanément amoindri ; mais celui de gauche était devenu plus redoutable, et comme, d’autre part, les concessions faites peu à peu à l’ultra-royalisme ne parvenaient jamais à épuiser ses exigences, on pouvait craindre la dislocation de la majorité et prévoir le moment où ce parti insatiable, irrité de nouveau lorsqu’il aurait constaté qu’on ne voulait pas lui tout accorder, se coaliserait avec l’opposition libérale pour empêcher le vote de la loi des élections. On ne s’était tiré d’un danger que pour tomber dans un autre. C’est là ce que constatait Pasquier et ce qu’il avouait implicitement à Decazes, en lui faisant part des embarras du ministère.

Par surcroît de malheur, l’état de santé du roi subitement s’aggrava. Au commencement d’avril, une attaque de goutte avait fait craindre pour ses jours. On parvint à enrayer le mal. Mais ce mieux ne se maintint pas. Le jour même où Pasquier mandait à Decazes que « le roi se rétablissait et que cette crise lui aurait été salutaire, » la « coquine, » — c’est ainsi que Louis XVIII appelait la goutte, — reparut non moins alarmante que la première fois [11].

« Que feriez-vous si le roi mourait ? écrivait-on à Decazes. Hélas ! que ferions-nous, nous-mêmes ? Vous ignorez le véritable état de sa santé. Tout le monde se croit instruit et l’inquiétude est générale. On assiège son médecin Alibert. De ce terrible secret dépendent tant d’événemens ! Mais, certes, les plus tendus, les plus empressés sont les joueurs de la Bourse. La rente est suspendue aux nouvelles qu’on arrache sur l’état du roi. Les lavemens de moutarde occupent tout Paris, et si le roi veut s’assurer de la confiance qu’il inspire, qu’un de ces matins, par un brillant soleil, il dirige sa promenade sur un point qui traverse la rue Notre-Dame-des-Victoires ; à chaque tour de roue de sa calèche, il verra les fonds monter [12]. »

En dépit des rumeurs pessimistes, l’état du roi s’était rapidement amélioré. Mais la goutte lui ôtait encore l’usage de ses mains, et sa correspondance avec Decazes se trouva interrompue. Il chargea Pasquier d’en avertir « son fils, à qui il n’aurait pu écrire que deux lignes de la main gauche et que ce n’était pas la peine. »

Cette phrase blessa Decazes. Il s’en plaignit :

« Je suis sans nouvelles et sans consolations. Pasquier m’a bien dit une cause ; mais, elle m’a fait encore plus de mal que l’effet. Je ne puis croire que mon père ait prononcé ces cruelles paroles. Tous les Pasquier du monde me le répéteraient que je ne le croirais pas. Mon père ne pouvait-il me dire : Je vais bien ou je vais mieux ? »

Ceci dit, il protestait de nouveau contre des attaques qui se renouvelaient sans que personne du gouvernement ni de l’entourage du roi prît sa défense. Il s’étonnait qu’on laissât exclusivement à des membres de l’opposition le soin de plaider en son nom :

« Si le ministère ne veut pas m’avouer, je n’irai pas en Angleterre. Je resterai en France et à Paris pour me faire voir en face à mes ennemis et savoir enfin ce que je dois attendre de leur perfidie et des protestations que j’avais reçues de la bouche de mon père. »

Il y avait beaucoup d’aigreur dans ces propos. Il est vrai que Decazes était alors très excité. Il venait d’apprendre que la loi des élections présentée aux Chambres et qui était son œuvre avait été modifiée dans ses parties essentielles, à la demande de la droite, de telle façon qu’il ne restait rien de son caractère libéral. On y avait notamment introduit le principe du double vote, tout au profit de la noblesse. Avec une véhémence qu’explique sa conviction, Decazes, mieux inspiré cette fois que lorsqu’il s’attardait à des plaintes et à des reproches, s’écriait :

« La nouvelle loi est une grande faute. Je ne voudrais pas pour tout mon sang l’avoir faite. La responsabilité m’en paraît effroyable comme le danger de dépouiller entièrement la propriété moyenne, car c’est la dépouiller que de ne lui laisser qu’une représentation tout à fait illusoire ; c’est blesser au cœur la grande masse de la nation, c’est enfin établir une véritable aristocratie sans aucune part au peuple ; c’est perdre tout le fruit des concessions faites jusqu’ici ; c’est avouer qu’on n’a pas confiance en la nation. »

Au reçu de cette lettre, le roi y répondit. De sa main gauche, toute tremblante, il traça quelques lignes qu’on peut à peine déchiffrer dans l’original que j’ai sous les yeux. On remarquera qu’il n’y faisait que la part du cœur. Fidèle à son système de correction parlementaire, il se taisait sur tout ce qui avait trait à la politique.

« Il manquait à mes peines, mon cher fils, d’être soupçonné de t’oublier. Je me croyais sûr que tu te disais : Mon père pense à moi tous les jours, à tous les instans. Si j’e ne t’ai point écrit depuis le 6 avril, c’est que j’e ne puis écrire de la main gauche que peu, très lentement et avec beaucoup de fatigue, et que cela devient un supplice de Tantale. Le fond de ma santé est parfaitement rétabli. Mes genoux vont beaucoup mieux. Mais le poignet droit est encore si faible qu’après avoir tracé : je t’aime, il lui faut du repos. J’embrasse tout le monde. »

Ce billet affectueux eut pour effet de dissiper les défiances et les craintes de Decazes. Il en remercia le roi avec effusion. Mais, son ressentiment contre les ministres durait toujours. Déjà douloureusement surpris qu’ils ne l’eussent pas défendu quand il était attaqué, les modifications introduites par eux dans la loi électorale l’exaspéraient à ce point qu’au risque de se répéter, il le confessait une fois encore à Louis XVIII.

« Ils savent que les deux degrés m’ont toujours paru la faute la plus grave et la plus funeste et que c’est ce qui m’a fait me séparer en décembre 1818 du duc de Richelieu, et que dans les modifications à faire à la loi des élections, je n’ai jamais voulu en entendre parler. Nous adoptons ensemble une nouvelle loi que le côté droit agrée, je la leur lègue en partant, et non seulement ils me promettent, mais ils me prient de la défendre par mon influence auprès de mes amis, ils s’alarment de la supposition que j’ai pu faire des concessions à l’un ou à l’autre… et tout à coup, sans avoir daigné m’en dire un mot, sans donner d’autres raisons que la longueur des quarante et un articles et la difficulté de faire passer le renouvellement intégral, ils produisent un nouveau système entièrement opposé au premier ! »

Après cette sortie et comme s’il craignait que le roi y vît un commencement de rébellion, il continuait en lui racontant que Guizot et ses amis le pressaient de rentrer à Paris pour travailler à la formation d’un nouveau ministère, « ce à quoi j’ai répondu en restant à la Grave. J’appartiens au roi, mais ce ne sera qu’avec désespoir que je rentrerai aux affaires. Je crois fermement que ce serait faute et malheur pour moi d’y rentrer actuellement. »

Il était tout aussi décidé à ne pas se mettre à la tête d’un parti d’opposition : « Cela ne pourrait être qu’autant que le roi aurait un ministère qui lui aurait été imposé et qu’il approuvât in petto ma conduite et encore que j’aie au moins la chance de le sauver. » Il ne voulait et ne demandait qu’une chose avant de partir pour Londres, c’est que lorsque Clausel de Coussergues développerait sa proposition, le duc de Richelieu lui répondît. « Il serait beau et noble à lui de dire que la responsabilité de ce qui a été fait dans notre administration a été commune, que rien dans la mienne n’a été qu’honnête, que dans les affaires de Grenoble et de Lyon, rien n’a été fait que d’accord, que j’ai déployé activité et zèle, qu’il faut reconnaître que jamais police n’a été moins inquisitoriale que la mienne, qui cependant n’a pas manqué de prévoyance. » Et il concluait en déclarant que tant qu’il n’aurait pas été vengé par le cabinet des attaques de Clausel de Coussergues, il lui serait bien difficile, sinon impossible, d’aller prendre possession de son ambassade.

En même temps qu’il s’exprimait avec cette franchise et cette vivacité dans ses lettres au roi et aux ministres, il s’appliquait à ne rien laisser transpirer, au dehors, de son mécontentement et de sa colère. Il voulait bien s’en ouvrir à eux, mais non à des étrangers. Villemain, dont il avait encouragé les débuts dans la vie publique en lui ouvrant le Conseil d’Etat et qui lui en gardait la plus vive reconnaissance ayant blâmé sévèrement, dans une de ses lettres, l’inexplicable silence des ministres en ce qui concernait leur collègue d’hier indignement calomnié, il lui répondait :

« Je suis trop loin du théâtre des affaires pour pouvoir les bien apprécier et je ne saurais assez bien juger la position du ministère pour condamner son silence sur ce qui me touche et l’apparence d’abandon qu’il s’est donné en ne défendant ni mon administration ni mon caractère. Je connais assez mes anciens collègues pour être assuré qu’ils ont fait ce qu’ils ont cru indispensable pour la chose publique et que ce sacrifice leur aura été plus pénible qu’à moi. J’ignore ce qu’à leur place j’aurais fait. J’aurais été bien malheureux si la politique n’eût pu s’accorder avec l’amitié. L’an dernier, j’aurais cru faire une faute et manquer à un devoir en n’avouant pas M. Corvetto et toutes ses opérations d’emprunt, quoique j’eusse quelquefois différé d’avis avec lui sur les détails. Mais la position n’est pas la même et je peux m’affliger mais non me plaindre et encore moins condamner. »

Ce n’était là qu’un généreux mensonge, un beau triomphe sur soi-même, et Decazes s’exprimait tout autrement quand il écrivait au roi, à Pasquier ou à Richelieu, à qui le même jour il adressait une longue lettre au sujet de la loi électorale. Mais ce qu’il leur disait à eux, il se fût reproché de le dire à des tiers. Dans la correspondance qu’il entretenait avec tant de gens, il jouait la comédie. On n’y voit guère trace des sentimens qui, en réalité, emplissaient son cœur d’amertume. Pour qu’éclatât sa colère, il fallait qu’il eût surpris quelqu’un de ses adversaires en flagrant délit de perfidie, de mauvaise foi, de malveillance plus ou moins dissimulée.

C’est ainsi qu’à propos de Villemain, il se découvrit un ennemi très actif dans un homme assez obscur qu’il avait maintes fois obligé, dont il attendait sinon de la gratitude, du moins de l’indifférence, François Roger, l’auteur dramatique, membre de l’Académie française, qu’il avait fait nommer en 1817 secrétaire général des postes. Naguère, en apprenant que sa correspondance avec le roi passait par le Cabinet noir, il s’était refusé à soupçonner de ces indiscrétions le directeur général M. de Mézy, dont il avait éprouvé l’amitié. Il sut tout à coup non seulement que Roger se vantait partout d’être l’organisateur de cette surveillance mais encore que Villemain ayant posé sa candidature à l’Académie française, le même Roger la combattait par tous les moyens, « l’Académie n’étant pas faite pour les amis de M. Decazes. » C’est une des rares circonstances où, dans les lettres de celui-ci à ses amis, on voit son irritation se trahir. Et encore ici est-elle dissimulée sous la raillerie :

« Si ce n’était qu’une méchanceté et une ingratitude de la part de ce pauvre académicien, écrivait-il à de Mézy, je ne vous en dirais rien. Mais c’est une trop lourde bêtise pour que, charitablement, je ne vous prie d’en avertir ce cher homme. Un nouvel élu est obligé à plus d’esprit, plus de tact et encore plus de mémoire. Lorsqu’il l’a été, il ne trouvait pas que l’obstacle qu’il a la sottise d’opposer aujourd’hui à Villemain fût dirimant. Dites-lui de ne pas changer si vite d’avis. Dites-lui aussi qu’il ne soit pas aussi étourdi secrétaire général des postes qu’il est léger académicien, et qu’il ne se vante pas de faire : si bien qu’aucune de mes lettres, quelque voie que je prenne, ne puisse arriver sans examen préalable. C’est encore une grosse sottise et c’est toujours ce qu’il y a de pis pour un secrétaire général comme pour un académicien. Plaisanterie à part, j’ai été indigné de la conduite de ce petit imbécile envers Villemain, dont il n’est pas digne de délier les souliers académiques et à qui il doit sa réception, que j’ai, du reste, aussi un peu sur la conscience. Je serais bien fâché que l’attachement que je porte à un homme de lettres aussi distingué reculât le moment de son entrée à l’Académie, où il occupera sa place un peu mieux que ce pauvre Roger, à qui je vous prie de dire son fait, ne fût-ce que par charité pour lui-même. »

Cependant dans la retraite où les instances des ministres du roi le retenaient malgré lui, Decazes s’impatientait et rongeait son frein. Il regrettait de n’être pas parti pour Londres quelques semaines plus tôt et de s’être engagé à attendre pour partir que la loi électorale fût votée. De quelque apparence de résignation qu’il cherchât à parer son attente et sa servitude volontaire, il appelait nerveusement la fin de son exil, toujours préoccupé toutefois de ne rien dire ni de ne rien faire qui pût alarmer les ministres et altérer la confiance du roi dans sa docilité. Ce qui se passait en lui, alors qu’il attendait depuis trois mois qu’on lui rendit la liberté, se devine dans une lettre qu’il écrivait à de Serre, le 23 mai.

Resté ministre dans le second cabinet Richelieu, De Serre, que le triste état de sa santé avait contraint de partir pour Nice plusieurs semaines avant l’assassinat du duc de Berry, venait de rentrer à Paris pour y défendre devant les Chambres la loi électorale.

« J’ai appris avec bonheur, mon cher ami, votre heureuse arrivée, lui disait Decazes. Un moment, j’ai craint, en vous voyant courir le monde méridional, que je serais privé de vous voir avant mon départ pour Londres, et cela eût été en effet si nos collègues n’avaient pas pensé qu’il était utile que je différasse encore mon départ et que j’attendisse la fin de la discussion et le vote de la loi nouvelle, ce qui me mènera, je suppose, vers le 5 ou le 10 du mois prochain, époque pour laquelle je prépare mes paquets. J’attendrai toutefois pour me mettre en route d’avoir appris l’adoption de la loi, car si elle était rejetée, je me garderais bien de quitter ma retraite et j’attendrais que vous vous fussiez déterminé à en présenter une autre pour traverser Paris et me rendre à Londres. Je regrette de ne l’avoir pas fait il y a trois semaines. Je serais sorti de cette ridicule position qui fait que je n’ose pas traverser Paris dans la crainte d’être un embarras alors que je devrais et que je ne voudrais être qu’un secours. »

Et comme il savait qu’au même moment, Clausel de Cousserques faisait campagne contre lui, annonçait la publication d’un libelle où tous ses griefs seraient énumérés et justifiés et se vantait de l’obliger à l’appeler devant les tribunaux, il ajoutait :

« On m’annonce l’affaire Clausel pour le mois prochain. Je mets beaucoup de prix à ce qu’elle soit vidée avant que j’arrive à Londres, et je ne doute pas que nos collègues ne partagent cette opinion et n’aident à ce que cela soit ainsi. Ma position serait extrêmement fausse à Londres, soit que j’y arrive ou que j’y reste sous cette impudente attaque, soit qu’elle ne s’y discute que lorsque j’y serai en regard du publie anglais qui en suivrait comme moi les développemens, lesquels pourraient par impossible être tels qu’ils nécessitassent ma présence. J’ai fait et je ne me lasserai pas de faire jusqu’au bout la plus complète abnégation de moi-même tant que cela sera utile le moins du monde au gouvernement, à mes anciens collègues surtout. Mais s’il arrivait qu’on poussât le crime jusqu’à alléguer des faits ou des actes faux, comme il paraît qu’on a voulu le faire dans l’affaire Louvel, et que je pusse seul prouver le mensonge et la calomnie, il faudrait bien que je coupasse court à ces trames d’iniquité. »

Sur ces entrefaites, la loi des élections était discutée et votée dans les deux Chambres, au milieu d’une agitation générale, aggravée par des émeutes et de retentissans procès de presse. L’attitude qu’observa dans cette discussion le beau-père, de Decazes, le comte de Sainte-Aulaire, déplut au roi, qui ne le trouvait pas assez ministériel et lui en gardait rancune. Tandis que Decazes s’apprêtait à quitter la Grave, lui arrivèrent, dans une lettre, des preuves du mécontentement de Louis XVIII, qui blâmait du même coup qu’il eût écrit au duc de Richelieu pour se plaindre des changemens apportés dans la loi électorale.

« Votre lettre, mon cher duc, m’apprend que vous avez écrit au duc de Richelieu. Je ne doute pas que vous ne l’ayez fait avec tous les ménagemens possibles. Mais quelque forme qu’on emploie, il est rare qu’un homme ne se sente pas un peu blessé quand on combat son opinion. C’est sans doute la cause du silence que le duc de Richelieu a gardé vis-à-vis de moi, que je trouve fort simple, et de celui qu’il observe à votre égard, qui m’afflige beaucoup. Je n’ai aucune connaissance de la lettre aigre de Pasquier à M. de Sainte-Aulaire. Celui qui l’a écrite ne m’en a point parlé ; celui qui l’a reçue n’a eu garde de venir me la montrer. Je l’ai vu une fois à son retour. Depuis ce temps-là, il a trop d’esprit pour ne pas juger en son for intérieur de la peine profonde que sa conduite me cause. »

A la veille de son retour à Paris, Decazes, en raison de ces incidens, aurait pu craindre de trouver le roi refroidi à son égard s’il n’eût été déjà rassuré par cette réponse à ses précédens reproches : « Non, vous ne vous êtes pas cru oublié ; non, je ne m’en suis pas cru soupçonné. Mais, l’un et l’autre sentant trop vivement notre mal, nous avons geint un peu trop fort. Pardonnons-nous. Pour moi, j’accorde le pardon de tout mon cœur et j’espère obtenir le mien. » C’est ensuite une approbation des projets de voyage de Decazes, dont celui-ci lui a fait part, et de la durée de son prochain séjour à Paris : « Votre projet me paraît fort raisonnable. Je suis persuadé que le 11, vous saurez le sort de la loi. Mais si cela n’était pas, je crois que vous feriez bien, ainsi que Mézy m’a dit que vous le lui avez mandé, d’en attendre la nouvelle avant que de vous mettre en route. Quant à votre séjour, si quelqu’un me parlait de deux ou trois jours, je lui rappellerais qu’un homme arrivé ici comme une bombe, le 23 avril 1817, n’en est reparti que dans la nuit du 3 au 4 mai suivant [13]. »

Ils en étaient donc maintenant tous deux entièrement à la joie de se revoir à bref délai. La loi électorale fut votée le 12 juin. Le 16, Decazes annonçait au roi son arrivée à Paris pour le jeudi suivant 22. « Quand verrai-je mon père ? Comment le verrai-je ? Ne trouverai-je pas un mot qui me le dira ? » Il était d’ailleurs rassuré quant à l’accueil qui lui serait fait par ses anciens collègues. Il avait reçu de Richelieu une réponse « assez bonne. » Si, durant son séjour à Paris, il se trouvait des gens « pour lui mettre l’épée dans les reins, » il leur citerait le précédent Blacas, que le roi lui avait rappelé.

Louis XVIII, de son côté, se préoccupait de lui tracer sa ligne de conduite.

« J’ai reçu lundi, mon cher fils, ta lettre de vendredi. Tu m’y mandes que tu arriveras jeudi. Je comptais donc t’écrire tout à mon aise demain. Mais voilà que tout le monde, le duc de Richelieu lui-même, qui croyait hier la même chose que moi, est persuadé que tu arriveras ce soir. Cela m’oblige, quoique l’heure du dîner soit proche, à prendre la plume et à étrangler ma lettre. Je suis convaincu qu’elle attendra vingt-quatre heures au moins. Mais je ne veux rien avoir à me reprocher.

« Il m’aurait été assez difficile de te donner des directions relativement à ton oncle (Monsieur). Il est des plaies que je ne puis sonder en personne. Le duc de Richelieu s’en est chargé de lui-même. Le résultat, je le dis avec douleur, n’a pas été bon. Ne demande point d’audience particulière, même à Sp (le duc d’Angoulême) et vas-y dimanche à l’audience publique. Tu seras reçu ce qu’on appelle poliment, mieux de Sp. Mais, je ne me flatte pas encore que ce soit comme nous le désirerions. Hélas ! Jonathas était obligé de se cacher de Saül pour aimer David. Pour moi, tu sais bien que mon cœur et mes bras te seront toujours ouverts. Écris-moi à ton arrivée. Adresse ta lettre à Péronnet qui est de service. Je t’indiquerai le moment où quatre mois de peine finiront… pour recommencer bientôt. Je te conseille d’écrire aussi au duc de Richelieu et à Pasquier pour leur demander un rendez-vous. J’ai signé ce matin tes lettres de créance. Je ne peux douter d’après quelques mots, par-ci, par-là, qu’on n’ait grande envie que tu partes. N’y oppose point de difficulté ; ne parais point désirer de prolonger ton séjour ; nous verrons ce que nous pourrons faire.

« L’affaire Clausel dort. Nul doute qu’à ton arrivée, MM. les doctrinaires et les ultra-libéraux ne semblent la réveiller. Je ne suis pas en peine du dénouement. Mais cela mettrait le feu à la maison : Incidimus per igne supposita cineri doloso. On te saisira au saut de ta voiture pour t’en parler. Aie, je t’en conjure, comme ami, comme père, le courage de déclarer hautement que tu ne veux pas que ton affaire particulière interrompe le cours des affaires publiques… Tu me trouveras très bien portant, quoique dans mon fauteuil… »

Assuré par ces recommandations du bon accueil qui l’attendait aux Tuileries, Decazes arrivait à Paris dans la journée du 22 juin. Il fut reçu par le roi dans la soirée du même jour et le retrouva tel qu’il l’avait laissé quatre mois avant, tel qu’il devait être pendant la durée de ce séjour où, presque tous les soirs, le favori eut une longue audience qui ne différait en rien de celles d’autrefois. Il n’existe pas dans la correspondance royale de longues lettres datant de cette époque. Le roi voit Decazes autant qu’il veut le voir et n’a pas besoin de lui écrire. Tout se borne à quelques billets brefs et concis par lesquels il le mande : « Bonjour, mon cher fils ; si tu es libre, je t’attends à neuf heures et demie. » « A ce soir, cher fils bien-aimé ; ne perdons rien du peu de temps qui nous reste. » Rien n’est donc changé dans le cœur du roi. Il est tout entier à son ami. Il n’en faut pas davantage pour déchaîner toutes sortes de rumeurs. Le bruit se répand que Decazes va revenir aux affaires et que le roi s’est décidé à lui confier de nouveau le pouvoir. Ses amis exultent ; ses ennemis sont terrifiés. Ils en reviennent à le redouter et se taisent. Clausel de Coussergues « n’ose reproduire son infamie. » Monsieur, qui le reçoit à peine poliment, est inquiet et s’efforce d’exciter les susceptibilités des ministres ; ceux-ci, bien qu’ils sachent qu’ils n’ont rien à craindre de leur ancien collègue, sont pressés de le voir partir ; Richelieu et Pasquier, avec qui il confère tous les jours et de qui il reçoit ses instructions en vue de son ambassade, sont avertis qu’il partira pour Londres le 10 juillet et respectent la volonté de Louis XVIII qui, d’accord avec lui, a fixé cette date.

Pendant ce temps, Decazes est l’objet de sollicitations pressantes. On le supplie de se mettre à la tête de l’opposition libérale. En renonçant à quitter Paris, en y restant et en exerçant sa fonction de pair de France, il peut redevenir tout-puissant. L’occasion est unique pour lui. S’il la laisse échapper, elle ne se représentera pas. Déserter en un tel moment, c’est se condamner à ne revenir jamais aux affaires, car la santé du roi ne permet pas d’espérer qu’il vivra longtemps encore, et après lui, il n’y aura plus de chances pour une politique modérée si, dès ce moment, Decazes ne lève résolument son drapeau. Il est convaincu de la vérité de ces avertissemens. Mais les bienfaits du prince ont enchaîné son ambition. Il ne songe qu’à obéir. Il ferme les oreilles et les yeux aux perspectives qui s’offrent à lui.

Bientôt, ses desseins sont connus. Les manifestations les plus flatteuses redoublent autour de sa personne. Royer-Collard, entre autres, lui écrit : « Pendant que je garde la chambre, mon cher duc, je commence à craindre que vous ne m’échappiez. Il ne sera pas dit et il ne serait pas cru que j’ai pu vous embrasser et que j’y ai manqué, quoique empaqueté par la moitié du visage. Soyez donc assez bon pour me dire si je puis vous voir un de ces jours de midi à six heures, car ce sont là, pour moi, les limites de la journée. Toujours bonne et vieille et tendre amitié. »

Quelles offres, quelles invitations ne cachent pas de tels témoignages d’attachement ? Mais Decazes ne veut rien comprendre ni rien entendre, et le 11 juillet, il se met en route après avoir pris congé du roi. On lit dans les cahiers de la duchesse : « Nous ne passâmes que quelques jours à Paris avant de partir pour Londres. C’était en plein été. Je vis peu de monde, je ne fus pas à la cour, mais une fois, le matin, chez le roi. Cette visite ne me fit pas grande impression, car il en est à peine fait mention dans mes notes d’alors. En quittant Paris, nous nous arrêtâmes à Beauvais, chez le préfet M. de Germiny, pair de France depuis 1819, habitué de notre maison comme homme politique et comme ami. Nous fûmes coucher à Calais où nous nous embarquâmes pour Douvres. Pendant la traversée, je fus très souffrante, sans cependant avoir le mal de mer. J’étais descendue dans une cabine. Lorsque nous fûmes en vue de Douvres, on vint me dire qu’il fallait m’habiller parce que l’ambassadeur allait être reçu avec l’étiquette ordinaire. Notre bateau étant entré dans le port, le comte de Caraman et Elisée Decazes, premier et deuxième secrétaires de l’ambassade, montèrent à bord. En débarquant, nous trouvâmes nous attendant le commandant et les officiers de la ville. Ils nous accompagnèrent jusqu’à l’hôtel, où M. Decazes les engagea à dîner. Quel singulier dîner ! Une grande table très peu garnie, des plats recouverts de cloches, le tout en plaqué. Quand on levait la cloche, on trouvait quelques pommes de terre bouillies. Il y avait à chaque bout de table deux autres plats, un de poisson, un de bœuf rôti. Le dîner fut long ; on fit passer beaucoup de vins. Tout était bien mauvais. Cependant, le dîner et la nuit coûtèrent douze cents francs !… »

Le 13 juillet, le nouvel ambassadeur de France arrivait à Londres.


ERNEST DAUDET.


  1. Voir la Revue des 1er juin, 1er et 15 juillet 1898.
  2. Charles de Rémusat, qui débutait alors dans la vie publique.
  3. Député du Centre, ami de Decazes et directeur général des ( ? )
  4. Le comte Charles de Damas.
  5. C’est de la loi qui rétablissait la censure qu’il est ici question. Elle avait été présentée par Decazes après l’assassinat du Duc de Herry. Il, dont parle le roi, n’était autre que Chateaubriand, qui, en effet, n’assista pas à cette discussion.
  6. Voici ce que dit dans ses Mémoires le chancelier Pasquier des incidens dont s’était offensé Decazes : « On pouvait nous accuser de faiblesse et nous semblions abandonner un homme malheureux avec lequel nous avions tous eu des liaisons plus ou moins intimes. Cette réserve avait pu être commandée par des circonstances impérieuses alors ; la patience toutefois devait avoir un terme. Je déclarai à M. de Richelieu, à tous mes collègues, à MM. de Villèle et de Corbière que cette situation ne me convenait pas, que, si jamais l’accusation devait être discutée, rien ne saurait m’empêcher d’entrer dans les débats avec toute l’énergie dont j’étais capable. »
  7. Les lettres de Pasquier à Decazes conservées dans les Archives de la Grave forment de volumineux dossiers et révèlent, en même temps que l’affectueuse intimité qui régnait entre ces deux personnages, le prix que chacun d’eux y attachait, en dépit des brèves querelles qui troublèrent leurs relations.
  8. Il avait fait enlever de son cabinet un portrait de François Ier pour mettre à la place celui de Decazes. Un jour. « la chère image » fut déplacée par on ne sait qui. Le roi entra dans une violente colère et fit rétablir toutes choses comme il l’avait précédemment ordonné.
  9. Sainte Aulaire était député et d’Argoult pair de France.
  10. Le duc de Fitz-James ayant violemment attaqué Decazes à la Chambre des pairs, d’Argoult s’était mis en avant pour répondre.
  11. C’est à cette occasion qu’un ultra-royaliste connu disait chez le duc d’Aumont : — Nous espérons la gangrène.
  12. Mme Hamelin. — Une des belles du Directoire et de l’Empire, dont il est question dans beaucoup de mémoires du temps. Elle fut l’amie de Rovigo et était encore très lancée sous la Restauration. Elle « faisait de la police. » Decazes l’avait employée quand il était ministre et elle continuait à lui écrire. C’est un type très étrange qui mérite d’être étudié de près, ce que je me propose de faire quelque jour.
  13. C’est de M. de Blacas que le roi veut parler. Ambassadeur à Rome, Blacas quitta son poste sans autorisation et vint à Paris, appelé par les ultras qui voulaient se servir de lui pour déposséder Decazes de la faveur de Louis XVIII. Les ministres exigèrent son départ, et il dut obéir.