Ouvrir le menu principal


III

L’Alpe vierge


À la Jungfrau


 
I

Un esprit gardien de toute pureté
Habite les glaciers et la neige éternelle.
L’air qu’on respire autour de ce faite argenté
Rajeunit l’âme et jette une lumière en elle.

O vierge ! cette nuit, dans son fluide azur,
Semble exprès pour mes yeux dissiper tous tes voiles ;
J’adore en sa blancheur ton front chargé d’étoiles.
En toi, jusqu’à ton nom, tout est splendide et pur !

Le ciel seul boit ton souffle à ta lèvre sacrée ;
Ton sein veiné d’azur, rougissant au réveil,
Laisse à Dieu seul cueillir sur sa neige empourprée
Les roses d’Orient qu’y sème le solei

I.

Toi seule entre les monts as préservé la face
De l’affront qu’aux sommets imprime un pied humain.
Partout survient la fange où se forme un chemin :
Tu dois de rester pure à tes remparts de glace.

Par eux tes flancs sacrés conservent leur candeur.
Le soir, lorsque à tes pieds tout le pays est sombre,
De l’azur infini perçant la profondeur,
Des sommets fréquentés ton front domine l’ombre.

Toi-même as cependant tes vallons ténébreux,
Et tu tiens, par ta base, aux régions impures
Où l’eau du ciel se trouble à laver nos souillures,
Où l’homme teint de sang un sillon douloureux.

Mais au-dessus de tous, belle vierge de neige,
Attirant le premier l’onde et les feux du ciel,
Ton front chaste et hautain garde le privilège
De porter l’invisible et l’immatériel.

Dieu, pour trône ici-bas, a pris ta blanche cime,
Seul séjour assez pur pour qu’il s’y daigne asseoir ;
C’est lui, dans tes splendeurs, qui m’apparaît ce soir ;
C’est sa voix que j’entends sur ton glacier sublime.


II

Tu portes, ô mon âme ! un sommet tout pareil,
Un sommet virginal plus haut que tous nuages,

Et qui toujours reflète un peu du vrai soleil,
Quand ta plaine assombrie est en proie aux orages.

Tu n’as que trop, aussi, d’infimes régions,
Noirs marais dont chacun cache une hydre rampante ;
Chemins à tous venants, où la fange serpente,
Et qu’en troupeaux impurs foulent les passions.

Oui, ta vallée ouverte est basse, humide, obscure,
O cœur par les désirs, par l’ennui fréquenté !
Mais vous savez, mon Dieu, si l’humaine souillure
Jusqu’au sacré sommet a jamais remonté.

Parfois une vapeur sort d’en bas et le cache :
Je ne vois pins briller sa neige à l’horizon ;
Mais elle reste vierge, ô divine raison !
Ta splendeur reluira sur ce glacier sans tache.

Nul impur voyageur du pied ne l’a terni.
A l’homme inférieur par moments invisible,
O région sereine où siège l’infini,
Ta cime aux passions demeure inaccessible !

C’est toujours l’Alpe vierge an front éblouissant,.
Dont la chute buteur ne. peut être abaissée,
Tabernacle où de Dieu réside la pensée,
Échelle de cristal par où l’esprit descend.

Oui, j’ai gardé ta neige en ma fierté suprême ;

Oui, ton faîte est debout ! Je le die humblement :
Car j’en reviens toujours indigné de moi-même,
Quand mon cœur, de là-haut, se mesure un moment.

Et j’offre à cet autel splendide et vierge encore
Mon culte et le tribut de mes jours les meilleurs ;
Sa beauté luit en moi, mais elle vient d’ailleurs ;
En l’adorant, c’est vous, ô mon Dieu ! que j’adore.

En vous est la hauteur de ce front radieux ;
En vous est sa blancheur où l’arc-en-ciel se joue :
Dans l’homme seul est l’ombre, en lui sont les bas lieux.
A vous la neige, à moi la poussière et la boue.

Si ce mont reste pur, c’est que vous l’habitez :
Toute virginité n’est que votre présence.
L’homme, s’il eût trouvé ces cimes sans défense,
Eût traîné là sa fange et ses obscurités.

A l’abri de moi-même, ô Père ! et de la foule,
Garde donc l’Alpe vierge où luit ton tribunal,
Ce sommet de mon cœur d’où ta grâce découle ;
Renforce chaque nuit son rempart glacial ;

Pour qu’au-dessus, toujours, des lieux sombres, immondes,
Brille un degré du ciel que je puisse entrevoir,
Et qu’aux feux de midi ce divin réservoir
M’abreuve tout entier de ses fertiles ondes.