L’Abîme (Rollinat)/Soliloque du Rêve

L’Abîme : poésie
G. Charpentier et Cie, éditeurs (p. 128-129).


SOLILOQUE DU RÊVE


La tombe étouffe son mystère.
Après chaque engloutissement,
Plus rien qu’une ironie austère
Et qu’un morne épouvantement
Qui s’exhalent de dessous terre.

Soit ! incurieux volontaire
J’endors mon questionnement.
J’attends que je me désaltère
Dans la tombe.


Et pourtant celui qu’on enterre
Sait-il bien, même en ce moment,
S’il doit subir un jugement,
Et si l’Énigme Solitaire
N’est pas décidée à se taire
Par delà la tombe !