L’Abîme (Rollinat)/Les Oubliettes

L’Abîme : poésie
G. Charpentier et Cie, éditeurs (p. 90-91).


LES OUBLIETTES


Dans les oubliettes de l’âme
Nous jetons le meilleur de nous
Qui languit lentement dissous
Par une moisissure infâme.

Pour le vice qui nous enflamme
Et pour le gain qui nous rend fous,
Dans les oubliettes de l’âme
Nous jetons le meilleur de nous.


Comme personne ne nous blâme,
Parfois, nous nous croyons absous,
Mais un cri nous vient d’en dessous :
C’est la Conscience qui clame
Dans les oubliettes de l’âme.