L’Abîme (Rollinat)/Le Néant

L’Abîme : poésie
G. Charpentier et Cie, éditeurs (p. 236-237).


LE NÉANT


Qu’en dites-vous à la surface
Et qu’en pensez-vous dans le fond,
Du mirage humain qui s’efface
Et du néant qui vous confond
Par votre propre face à face ?

Avec une lenteur vivace
Le sang pâlit, la moelle fond
Et la vanité se crevasse,
Qu’en dites-vous ?


La vie, enterreuse rapace,
Vous aspire comme un siphon ;
Elle vous vide au plus profond,
Et vous laisse une carapace
Que le Temps souffle dans l’espace…
Qu’en dites-vous ?