L’Abîme (Rollinat)/La Complaisante

L’Abîme : poésie
G. Charpentier et Cie, éditeurs (p. 200-201).


LA COMPLAISANTE


Le loup reprend son air fâché
Quand il est repu de charogne.
Ainsi notre âme se renfrogne
Quand elle est saoule du péché.

Car après l’infâme besogne
Où son plaisir s’est pourléché,
Le dégoût lui vient, remâché
Par la conscience qui grogne.


Mais nos vices sont les plus forts :
Peu à peu, la rigide hôtesse
Admet nos crimes et nos torts,

Et sans colère, sans tristesse,
Fait digérer par le remords
Nos trop plein de scélératesse.