L'art de prononcer parfaitement la langue françoise (seconde édition)

Te Linguae celebrent omnes, qui detegis ortus
Linguarum Interpres, quae sit origo, probas.
Gallus, Iber, Germanus, Arabs, te laudet et Anglus
Sed te quam melius praedicet ille liber.
Santolius Victorinus
Jac. Van Schuppen pinxit & sculp. 1697
Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/7 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/9 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/10 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/11 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/12 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/13 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/14 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/15 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/16 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/17 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/18 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/19 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/20 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/21 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/22 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/23 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/24 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/25 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/26 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/27 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/28 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/29 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/30 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/31 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/32 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/33 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/34 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/35 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/36 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/37 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/38 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/39 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/40 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/41 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/42 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/43 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/44 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/45 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/46 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/47 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/48 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/49 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/50 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/51 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/52 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/53 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/54 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/55 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/56 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/57 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/58 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/59 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/60 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/61 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/62 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/63 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/64 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/65 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/66 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/67 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/68 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/69 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/70 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/71 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/72 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/73 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/74 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/75 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/76 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/77 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/78 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/79 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/80 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/81 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/82 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/83 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/84 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/85 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/86 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/87 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/88 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/89 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/90 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/91 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/92 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/93 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/94 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/95 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/96 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/97 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/98 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/99 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/100 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/101 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/102 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/103 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/104 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/105 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/106 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/107 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/108 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/109 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/110 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/111 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/112 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/113 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/114 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/115 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/116 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/117 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/118 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/119 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/120 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/121 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/122 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/123 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/124 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/125 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/126 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/127 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/128 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/129 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/130

L’ART

DE
PRONONCER
PARFAITEMENT
LA LANGUE

FRANÇOISE.


LIVRE PREMIER.
De l’Articulation.

CHAPITRE I.

DE LA PAROLE, ET DE LA MANIÈRE
dont nous formons & articulons les Sons de nos mots.


PHILINTE & DAMON se trouvèrent dans un repas avec quelques Gentilshommes de différentes Provinces : Au dessert on se mit à parler des nouvelles du tems, comme il arrive presque toujours ; & quoi qu’ils parlassent assez bien, & qu’il parût à Damon qu’ils n’avoient point d’accent particulier qui pût faire connoître de quelle Province chacun d’eux ètoit : Philinte qui a l’oreille délicate sur la prononciation des Langues vivantes dont il sçait la plus grande partie, & qui parle correctement la sienne, les distingua tous, & leur nomma à chacun leur païs. Cette remarque donna occasion de parler des diverses manières de prononcer notre Langue ; mais comme c’ètoit à la fin du repas, & que la compagnie se sépara, sans examiner la chose à fond ; Damon curieux d’apprendre tout ce qu’un galant homme doit sçavoir, accompagna Philinte chez lui, & l’ayant prié de l'instruire de la pureté de la prononciation dont il s’ètoit si bien expliqué, ils eurent enfemble l’entretien que vous allez entendre.

Damon. Vous avez raisonné si-bien sur la prononciation de la Langue Françoise, que vous m’avez fait concevoir un extrême desir d’aprendre de vous tout ce que vous pourrez m’en enseigner, & si vous voulez bien en prendre la peine, vous me ferez un plaisir très-sensible.

Philinte. Volontiers ; mais avant que nous entrions en matière, il est bon que vous sçachiez tous les termes dont on se sert pour l’introduction de cette importante partie, afin que vous compreniez plus aisément les préceptes que je vous donnerai ; & pour ne rien oublier, nous commencerons par le mot de parole & de quelle manière elle se forme.

Dam. Vous me ferez plaisir, car je serai bien aise de ne rien laisser échaper de ce qui pourroit satisfaire ma curiosité, en ce qui regarde toutes les parties de notre Langue.

Phil. La parole est un signe, ou une expression de la pensée, qui se fait par le moyen des organes de la voix ou par des caractères différemment figurés. Il y a deux sortes de paroles ; l’une s’appelle, la parole articulée ; & l’autre, la parole écrite.

La parole articulée, est une parole prononcée de vive-voix, & qui se termine à l’ouye. La parole écrite, est celle qui représente sur du papier tous les sons de la parole articulée par des figures qu’on appelle Lettres, & qui se termine à la vuë.

Dam. D’où nous est venu cette invention ?

Phil, Quelques-uns prétendent que les Phœniciens ont été les premiers à la mettre au jour par les Lettres qu’ils apportèrent en Grèce. Lucain entre autres l’ècrit ainsi dans le Livre 3. de sa Pharsale.

Phœnices primi, famæ si credltur ausi Mansuram rudibus vocem signare figuris.

Ce que Monsieur de Brebeuf a traduit en notre Langue par les quatre Vers qui suivent, en parlant de Cadmus, prince des Phœniciens , qui apporta les Lettres en Grèce.

C’est de luy que nous vient cet Art ingénieux
De peindre la parole & de parler aux yeux.
Et par des traits divers de figures tracées,
Donner de la couleur & du corps aux pensées,

Ces deux fortes de paroles sont les véritables signes de nos pensées, & par lesquels nous découvrons sans peine tout ce qui se passe de plus secret dans notre esprit. C’est par ces signes que nous apprenons tout ce que nous ne sçavons pas. Ces signes sont les ministres de notre raison, & sans lesquels elle nous seroit de peu d’utilité. En quoy nous devons admirer la sagesse & la bonté infinie de Dieu ; car s’il ne nous avoit pas donné des moyens aussi prompts & aussi faciles, que ceux qu’il nous a donnés par l’usage de la parole, nous aurions été contraints d’inventer des signes des bras, des mains, des yeux, & des autres parties de notre corps, comme font les Muets pour nous faire entendre les uns aux autres ; ce qui auroit été bien incommode & d’une longue & difficile exécution ; mais on n’auroit pas pour cela laissé d’inventer des figures qui eussent à peu près representé ces signes de même que nous avons déjà fait par l’Ecriture, en representant les mouvemens que nous faisons de la Langue & des autres organes de la voix, lors que nous parlons : Ainsi la parole écrite nous seroit toujours demeurée. Mais l’Auteur de la Nature voulant joindre l’agréable & l’utile en toutes nos actions, ne s’est pas contenté de nous fournir simplement les moyens de nous communiquer nos pensées les uns aux autres, il a voulu nous rendre ces moyens aussi faciles & aussi prompts qu’il ètoit nécessaire pour nous faire entendre ce que nous pensons, & les mettre au jour aussi-tôt qu’il se forme dans notre esprit. Ce qu’il a fait par le secours de la Langue & des autres organes destinés à former la parole qu'il a situés aux parties les plus élevées du corps humain, & proche du lieu où se fabriquent toutes nos pensées, afin que les Sons qui servent à les exprimer, s’articulent plus promtement, & qu’ils se fassent mieux entendre, & de nous-mêmes & de ceux à qui nous les voulons communiquer de vive-voix.

Ces Sons seuls, ou joints ensemble, forment la parole, par le moyen des mouvemens de la langue, & des autres organes destinés à cet effet : & c’est où se réduit particulièrement le dessein de notre entretien sur la prononciation.

Dam. Je vous prie de me dire comment vous comprenez cette formation de la parole articulée ?

Phil. La parole articulée se fait comme j’ai déjà dit, d’un son ou de plusieurs, qui se forment d’un air qui est agité par les poûmons dans une espece de tuyau que nous avons dans la gorge, que les Medecins nomment la Trachée artere, & qui sort avec contrainte par le Larinx.

Le bruit que fait cet air dans la voûte de la bouche, en sortant de cette trachée artere, poussé par les poûmons, se modifie en différentes manières dans la bouche par les divers mouvemens de la langue, & s’articule aussi par ceux des autres organes destinés à cet usage ; d’où il est reçu dans l’air, & de là porté à l’ouye.

Dam. Qu’entendez-vous par ces mots de modifier & d’articuler ?

Phil. Modifier est un terme de Philosophie, qui signifie donner une façon, une forme à quelque chose achever de la former & de la façonner. Ce mot vient du Latin, modus, qui signifie façon. Ainsi quand je dis que le Son se modifie en différentes manières dans la bouche, cela signifie qu’il acheve de s’y former, & qu’il prend la forme d’un a, d’un e, d’un i, d’un o, ou d’un u, selon les différens mouvemens qui se font de la langue ou de la bouche. Car si vous ne faites que recevoir simplement dans la bouche l’air qui sort du nœud de la gorge, sans remuer la langue ni les lèvres, on n’entendra qu’un bruit ou un son confus, qui ne signifiera rien, non plus que si vous souffliez dans une flûte sans remuer les doigts sur les trous destinés à former les tons d’un air,, en les bouchant & ouvrant, selon le besoin que vous en auriez, pour faire entendre l’air que vous voudriez joüer.

De forte que si dans le tems que vous faites sortir l’air du nœud de la gorge avec assez de force pour faire mouvoir le Larinx, vous ouvrez la bouche pour le porter à l’ouye, vous formerez un son parfait, qui sera ce lui de l’a. Si vous faites un mouvement de la langue, en la repliant par le bout vers les gencives inferieures, vous formerez le son d’un e. Si vous la poussez un peu plus fort vers les mêmes gencives, & que vous èlargissiez un peu l’ouverture de la bouche, comme si vous vouliez rire, vous formerez le son d’un i ; & ainsi du reste. De sorte qu’en diversifiant ainsi les formes de vos sons par le moyen des mouvemens des organes destinés à la parole, vous formerez tous les mots dont vous aurez besoin, pour exprimer tout ce que vous pourrez imaginer.

Dam. Mais n’ai-je pas leû quelque chose approchant de cela dans une Comédie.

Phil. Il est vray que Moliere qui a trouvé l’art de tourner en ridicule les choses les plus serieuses, en a fait une Scêne même assez plaisante dans le Bourgeois Gentilhomme : Il est vray encore que les François nés dans le cœur du Royaume, accoutumés dès leur Nourice à bien articuler naturellement les lettres, semblent n’avoir aucun besoin de ces leçons : mais comme nous avons dessein d’aprofondir cette matière, & de la rendre sensible, même aux Etrangers, je ne sçai point de moyen plus prompt pour leur apprendre à bien prononcer le François, que celui dont ils se servent eux-mêmes pour apprendre aux François à bien prononcer les Langues ètrangeres. Et moi qui vous parle, qui ai beaucoup voyagé, & qui me suis toujours fait une ètude des Langues, je sçai par expérience que c’est par l’ètude de ces différens modes de nos organes, que les Maîtres Allemans, Espagnols, Italiens & autres enseignent à prononcer leurs Idiomes, & que je n’ay pu y réüssir que par ce seul moyen ; ainsi vous ne devez non plus abandonner cette pratique, parce que Molière l’a tournée en ridicule, que les Malades doivent abandonner les Médecins, parce que ce même Auteur Comique a joüé la Médecine avec applaudissement dans plusieurs de ses Pièces.

Dam, Je vous entends parfaitement ; mais je vous prie de me dire ce que signifie ce mot de Larinx. Phil. Le Larinx est le commencement de la trachée artere ; c’est ce que nous appellons vulgairement le nœud de la gorge ; c’est par où entre l’air qui se porte aux poûmons, & par où il sort quand il est renvoyé des poûmons pour former la voix.

Dam. Passons à l’explication des mots d’articuler & d’articulation.

Phil. Articuler est un terme d’Anatomie, dont les Medecins se servent pour dire joindre un membre a un autre, le mettre bout à bout d’un autre membre pour les faire remuer & joüer selon le besoin qu'on en a, ou les enclaver l’un dans l’autre, soit qu’on parle de l’assemblage des os d’un Squelette, ou qu’on parle de la manière dont le corps humain est composé. Ce mot articuler, vient du Grec ἀρτύς qui signifie membre en general, & plus particulierement les os, les nerfs & les veines d’un membre dégarni de sa chair ; ou si vous voulez simplement, un membre dègarni de sa chair. De ce mot ἀρτύς, on a fait le mot Latin artus, qui signifie la même chose qu’en Grec, & dont quelques Auteurs Latins se sont servis pour signifier ce que nous appellons jointures de membres. Du mot, artus, nous avons fait articulus, qui suivant l’Analogie des Diminutifs Latins, doit signifier petit membre, & qui selon le sens qu’on lui donne, signifie jointure de membre ou partie de membre. Du mot articulus, les François ont fait celui d’article, qui en son propre sens, signifie comme en Latin, sspartie de membre, jointure de membre ; mais plus particulièrement, une très-petite partie de membre, & la jointure des os, comme celle des doigts, du coude, des genoux, &c. De ce mot article, ou plûtost du mot articulus, nous avons fait celui d’articuler, qui en son propre & veritable sens, signifie faire l’assemblage des os les uns avec les autres, soit par la reception des têtes, ou éminences des uns dans les cavitez des autres pour les faire mouvoir, ou soit en enclavant dans les autres ceux qui sont sans mouvement. Mais ce mot a d’autres significations dans le sens figuré, comme vous verrez dans la suite.

Dam. Quel rapport ont ces termes d’Anatomie avec notre parole ?

Phil. On ne s’en sert que figurément, & ce sont nos anciens Grammairiens, qui faute de mots propres pour signifier les mouvemens des organes de la voix, se sont servis du terme d’articuler, &c. par rapport à l’articulation qui se fait des membres du corps humain, considerant ces mouvemens comme autant d’articles & de petits membres separés, qui font le corps d’une parole, quand on les joint ensemble ; de sorte qu’ils ont nommé, articulation, cette action qu’on fait par les mouvemens de la langue, des dents, des lévres & du gosier, pour achever de former un Son, ou pour joindre & lier un Son avec un autre pour en faire une parole. Et tous ces mouvemens d’organes doivent se faire avec autant de justesse, que ceux que nous faisons dans l’articulation de nos membres, lorsque nous voulons nous en servir pour quelque action : autrement la formation de nos paroles & la prononciation qu’on en feroit, seroient aussi défectueuses que l’articulation de nos membres s’ils ne se mouvoient pas avec toute la vîtesse & toute la liberté dont nous avons besoin, pour executer ce que nous voulons. C’est donc avec raison que nous dirons en François, articuler, lorsque nous parlons de la prononciation. Bien articuler ses mots, pour dire, en prononcer distinctement & nettement les Sons. Car l’articulation est une des principales parties de la prononciation.

Dam. Si la prononciation ne consiste qu’en cela, il n’est pas difficile de s’y rendre parfait, à moins qu’on n’ait quelque défaut dans les organes qui en retarde ou en empêche les mouvemens.

Phil. À la vérité ce n’est pas le plus difficile de la prononciation ; car excepté ce défaut d’organes, ou la foiblesse de ceux des enfans, on voit peu de gens qui péchent dans cette partie de la prononciation, à moins que ce ne soit des Etrangers : & encore cela ne leur vient que du peu d’habitude qu’ils ont à exercer les mouvemens des organes qui forment & qui diversifient les Sons de nos paroles. J’avouë néanmoins que le soin de l’articulation est d’une grande sujetion pour un Maître qui veut enseigner notre Langue à une personne étrangère, dont les organes de la voix sont accoutumés à se mouvoir autrement que les nôtres. Mais outre cela, nous avons trois principaux points à observer dans la manière de prononcer, sans lesquels nous ne prononcerons jamais qu’imparfaitement.

Dam. Qui sont-ils ?

Phil. Le premier est d’observer la prononciation de nos e dont les uns se prononcent d’une manière, & les autres d’une autre ; ce qui cause des èquivoques & peu de netteté dans le langage, & beaucoup de fautes de Grammaire. Le second est d’observer régulièrement les Syllabes longues & brèves, comme on les observe aux autres Langues. Le troisième, d’observer les elisions ou supressions qu’il faut faire dans la prononciation des consones finales de nos mots ; comme en ces mots, les hommes, les garçons, où l’s finale du mot les devant le mot d’hommes se prononce, & où elle se mange devant le mot de garçons. L’usage du monde, les réflexions que nous faisons sur les manières de parler ; & si vous voulez, la liberté que peut avoir un ami de vous faire observer ces trois choses, vous peuvent instruire de cette prononciation.

Dam. Revenons à notre articulation.

Phil. Articulation est la liaison & la jonction qui se fait d’un ou de plusieurs Sons complets pour former une parole, comme vous pourrez remarquer en la prononciation de ces mots, ta xe, pros cri re, tè moi gna ge.

Dam. Le mot d’Articulation, ne signifie-t-il que l’assemblage & la liaison de ces Sons complets ?

Phil. Il signifie aussi une liaison de mouvement d’organe avec un Son, tel qu’est celui qui sort simplement de la voix, sans être modifié par le mouvement de la langue, ou des autres organes ; qui pour lors n’est qu’un simple Son, lequel ne signifie le plus souvent rien, s’il n’est joint avec quelqu’autre mouvement d’organe. Examinez, par exemple, l’Articulation que vous ferez en formant ces mots, à, ma, part : Pour former le premier mot qui est, à, vous pousserez l’air qui est dans vos poûmons par le nœud de la gorge ; & alors vous ferez un Son parfait & complet, qui est celui de l’à, & de qu’on entendra fort distinctement. Si vous faites encore un mouvement des levres en les ouvrant & fermant, vous formerez le Son de ma : Joignez deux autres sortes de mouvemens de la langue & des levres avec le Son de l’à, qui est dans le mot qui suit celui de ma, vous prononcerez fort distinctement le mot de part : Voilà ce qu’on appelle proprement Articulation ; c’est cet ajustement d’un ou de plusieurs differens mouvemens des organes qui se fait pour former une parole d’un ou de plusieurs Sons, comme vous pourrez observer par ce mot d’Ar-chi-tec-tu-re ; & par les differens mouvemens qui se font dans la bouche pour produire le Son articulé d’Ar, celui de chi, celui de tec, celui de tu & celui de re, qui font ensemble le mot d’Architecture.

Dam. Dites-moi, je vous prie, ce que vous entendez par ce mot, Organe, & d’où il vient ; car l’origine d’un mot me donne aisément la connoissance de sa veritable signification ?

Phil. Organe est un mot assez connu en notre Langue, & qui signifie proprement, instrumemt, outil : Il vient du mot Grec ὸργανον, qui signifie la même chose. Mais on ne se sert de ce mot en notre Langue, qu’en parlant des facultez du corps de l’Homme, ou de quelque animal : comme quand on parle de la vuë & de l’instrument qui la fait agir qui est l’œil : On dit, l’œil est l’organe de la vuë, c’est l’instrument avec lequel on voit. Ainsi on dit, l’oreille est l’organe de l’ouye ; les poûmons sont les organes de la respiration ; le nez est l’organe de l’odorat ; parce que l’oreille est l’instrument avec lequel nous écoutons ; les poûmons, les instrumens avec lesquels nous respirons ; le nez, l’instrument avec lequel nous flairons, & recevons la senteur de quelque chose. De sorte que tout ce qui sert à former la parole s’appelle organe de la voix & de la parole, comme qui diroit, Instrument de la Parole & de la Voix, tel qu’est la langue, les dents, le palais, les lèvres, le larinx ou le nœud de la gorge, la trachée artere, les poûmons, &c. qui sont des parties qui servent d’instrumens à former nos paroles, & qu’on nomme proprement, Parties organiques ; ou, Organes de la Voix & de la Parole, ou de la respiration.

Damon. Me voilà bien instruit de la Parole articulée : demain nous nous entretiendrons de la Parole écrite.


CHAPITRE II.

De la Parole ècrite.


Philinte, je croi vous avoir déja dit que la Parole ècrite est une peinture de la Parole prononcée ou articulée, de même que la Parole prononcée est une peinture de la Pensée : Que cette Pensée est une Parole cachée en nous, qui se manifeste par le moyen de la Parole articulée ; & que la Parole ècrite est une Parole peinte, & qui represente tous les Sons différens de la Parole articulée, par des caractères ditféremment figurés sur quelque matière propre à les recevoir.

De vous dire comment on a trouvé cet admirable secret de fixer par la peinture nos paroles qui se perdoient en l’air, de leur donner un corps, de les rendre permanentes, pour les communiquer aux absens, & de les conserver par l’ècriture & même de manifester nos pensées par cette ècriture d’un bout de la terre à l’autre, ou de les faire vivre une longue suite de tems après nous, c’est ce que j’aurai bien de la peine à faire.

Quelques uns disent que les Egyptiens ont été les premiers qui ont trouvé le secret de fixer nos paroles par de certaines figures d’animaux, de plantes ou d’autres choses, pour peindre & marquer sur de certaines tables, leurs paroles & leurs pensées : Que ces figures s’appelloient Hiéroglifes, ou Figures Hiéroglifiques : Que chacune de ces figures signifioit un mot tout entier. Par exemple, la figure d’un œil signifioit Dieu ; celle d’une Abeille, un Roi ; celle d’un Epervier, la diligence, & ainsi des autres. Il est certain qu’on se sert de cette sorte d’ècriture dans les Royaumes de la Chine & du Japon, n’ayant qu’une seule figure pour signifier un mot, & quelquefois deux ou trois : Que quelques-uns s’ètant appliqués à remarquer les différentes manieres dont on faisoit remuer les parties organiques de la voix, pour la formation des paroles, ont trouvé l’invention de les representer sur une Table de cuivre ou d’autre matiere, par des figures semblables aux mouvemens qu’on faisoit de la langue, & des autres parties qui servent à former les paroles. On prétend que c’est de là que nous est venu l’invention de l’Ecriture, mais qui a bien changé de forme depuis. On a écrit sur des ècorces d’Arbres, & ensuite sur des Plaques de cuivre ou d’autres matières ; & sur des planches de bois avec des burins ou des cizeaux, qu’on appelloit stiles ; d’où nous est venu le mot de stile, pour signifier la maniere d’ècrire & de coucher par écrit ; de même que nous employons quelquefois figurément le mot de plume, pour signifier la même chose. On a écrit sur des peaux d’Animaux, qu’on a appellées Parchemin, du mot de Pergame, parce que le premier aprest qui s’est fait de ces sortes de peaux pour écrire dessus, s'est fait à Pergame Ville d’Asie. Depuis on a ècrit avec des roseaux taillés en forme de plume, avec des teintures ou des encres différentes, sur des ècorces d’Arbres extrèmement minces, & particulierement sur de certaines peaux fines qui se trouvoient entre le bois & l’ècorce des Arbres ; & c’est d’où est venu le mot de Liber en Latin, dont nous avons fait, Livre en François ; parce que Liber en Latin signifie cette seconde peau des Arbres sur laquelle on ècrivoit. Depuis on s’est servi des feuilles d’une plante qui croissoit dans les marais d’Egypte, que les Grecs ont appelle πάπιρος, & les Latins Papyrus, dont nous avons fait notre mot de papier. Chacun a ècrit différemment de l’invention des Lettres ; & il seroit difficile d’ètablir quelque chose de certain là-dessus. Je vous dirai seulement que celles dont nous nous servons aujourd’hui, representent sur le papier tous les differens Sons qui servent à former nos paroles.

Dam. À propos de paroles & de mots : Faites-vous quelque difference entre mot & parole ?

Phil. Il n’y en a pas beaucoup ; car mot & parole sont la même chose, excepté que le mot de mot a une signification plus ètendüe que le mot de parole en ce que le premier se dit d’une parole prononcée & d’une parole écrite ; & que le mot de parole ne se dit guéres que d’une parole qu’on prononce de vive-voix, car on ne dit pas, en parlant d’un discours ècrit, que les paroles en sont énergiques & bien choisies, pour dire, les mots en sont énergiques & bien choisis. On ne dit pas non plus, donnez-moi une parole de votre main, une parole d’ècrit : Où est la parole pour rire ? pour dire, donnez-moi un mot de votre main, un mot d’ècrit : Où est le mot pour rire ? Ces exemples suffisent pour prouver que le mot de parole a une signification plus bornée que celui de mot, qui se dit indifféremment des paroles ècrites, comme des paroles prononcées ; car on dit, ècrire un mot & prononcer un mot : mais on ne dit point, ècrire une parole ou des paroles, à moins qu’on ne voulût parler des paroles d’un air ou d’une chanson ; car en ce cas il faudroit dire, ècrire les paroles d’un air ; je vous en donnerai les paroles ; j’en sçai les paroles, &c. & non pas, ècrire les mots d’un air, &c. j’en sçai les mots.

Dam. Revenons, s’il vous plaît, à nos Lettres : Combien en avons-nous ?

Phil. Nous en avons vingt-cinq, qui sont A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, X, Y, Z.

Les unes se nomment Voyelles, qui sont, A, E, I, O, U, Y.

Les autres se nomment Consones, qui sont, B, C, D, F, G, H, J, K, L, M, N, P, Q, R, S, T, V, X, 2.

Les Voyelles servent à caractériser les Sons simples de nos paroles ; & les Confones, à caractériser seulement les mouvemens qui se font des organes de la parole pour articuler ces Sons simples.

Ces Sons simplcs sont ceux que vous allez entendre dans les premieres syllabes des mots qui suivent. Amas, Aigle, egal, idole, opale, Eucharistie, oubli, Ange, ainsi, ingrat, oncle, humble.

Les mouvemens qui servent à l’articulation, sont ceux qui se font dans la bouche en prononçant les Consones avec un de ces Sons pour les articuler, telles que sont le b, le c, le d, l’f, le g, l’h, le k, l’l, & ainsi du reste, comme vous pouvez remarquer en changeant ces mots d’amas, egal, oncle, en ceux de damas, legal, froncle, où vous voyez ces Sons purs & simples, a, e, on, qui se trouvent dans les premieres syllabes des mots amas, egal, oncle, changés en ces Sons articulés de, le, fron, que vous voyez aux premières syllabes des mots de damas, legal & froncle, par le moyen des mouvemens des organes qui se sont faits dans la bouche, pour prononcer les neuf Consones qu’on a ajoutées aux premieres syllabes de ces mots.

Dam. Combien avez-vous de lettres pour marquer tous vos SonS purs & simples ?

Phil. On en marque six dans notre Alphabet, qui sont a, e, i, o, u, y.

Dam. Comment faites-vous donc pour faire connoitre par l’ècriture tous les différens Sons que vous venez de nommer ?

Phil. Nous joignons une lettre avec une autre, qui jointes ensemble marquent un Son tout différent de celui que chacune d’elles avoit, lors qu’elles, ètoient separéës. Par exemple, la Lettre e marque un Son tout différent de la lettre u ; si on joint ces deux lettres ensemble & qu’on les prononce, on entendra un Son mitigé de l’e, & de l’u, & qui est si bien dèguisé par le mèlange qui se fait de ces deux Sons que l’oreille la plus fine a de la peine à remarquer le Son de l’une & de l’autre. La même chose se pratique à l’ègard du Son de la double voyelle ou.

Pour ce qui concerne les Sons des syllabes an, ain, in, on, un ; vous voyez l’effet que fait l’n attachée à une voyelle, en lui donnant un Son nazal qui en altere le Son naturel en la prononçant. Ainsi il vous doit être indifférent de quelle manière nous caractérisions tous nos Sons, pourvu qu’on vous en fasse faire la différence, sans qu’il vous reste aucun doute.

Dam. Je demeure d’accord que les choses étant ainsi que vous le dites, nous devons être content de notre manière de marquer tous ces Sons. Mais outre qu’il y en a encore deux, dont vous ne parlez pas, qui sont les e, qui se trouveront dans les premières syllabes des mots de verglas & de cela. Il y a encore de grandes incertitudes à essuyer sur les finales des syllabes, an, ain, in, on, un, dans la prononciation desquelles les Etrangers, & même des gens de nos Provinces, se trompent bien souvent, faute de bien comprendre le Son nazal qui se forme en prononçant cette n, quand elle est immédiatement prècedée d’une voyelle, & suivie d’une consone.

Phil. Les deux Sons des e des mot de verglas & de cela, me donne encore plus de peine à caractériser que tous les Sons de nos Paroles ; car on pourra donner de courtes regles pour apprendre à les connoitre. Mais nous ne trouverons pas la même facilité à faire connoitre le son de nos, e, n’aïant qu’une seule lettre pour les caractériser tous trois.

Dam. Ne pourrions-nous pas nous servir de quelque accent pour marquer la différence des Sons de notre e, puis qu’on a dèjà commencé à en marquer un à la fin des mots, pour donner à entendre qu’il le faloit prononcer d’une autre maniere que les autres e.

Phil. Vous n’êtes pas le premier qui avez eu cette pensée, & il n’y a pas de doute que si cette maniere de caractériser les Sons de nos, e, se pouvoit ètablir dans notre Ortographe, elle apporteroit une grande facilité à la lecture de nos mots, & tireroit les Etrangers & nous-mêmes, d’un grand embarras où nous jette l’incertitude de la prononciation de ces sortes d’e. Mais il n’est pas encore tems de parler de cela, achevons premierement ce que nous avions commencé touchant les autres lettres de notre Alphabet.

Dam. Mais à propos qu’entendez-vous par ce mot de Caractériser, dont vous parlez si souvent. N’auriez-vous point quelqu’autre mot plus intelligible & plus François.

Phil. J’en parlerai encore bien davantage, car je ne sçache point de mot qui exprime mieux l’Usage que nous faisons des lettres de notre Langue. Il est vrai que ce mot n’est guères en usage que dans le figuré ; mais comme il a été fait du Grec character, qui signifie proprement une figure qu’on fait avec un burin, ou un ciseau sur du marbre, sur de la pierre, sur de l’airain, ou sur quelqu’autre matiere que ce soit ; & que ce mot signifie aussi les mêmes figures, dont nous nous servons pour marquer sur du papier les Sons de nos Paroles, & que nous appellons à present Lettres ; que les Imprimeurs mêmes se servent de ce mot de caractére, pour signifier les lettres avec lesquelles ils impriment Il est certain qu’en prenant ce mot de caractériser dans son propre sens, qui signifie faire une figure sur quelque matiere avec un burin ou quelqu’autre instrument, & par consequent marquer un Son avec un caractére, nous pouvons hardiment & sans scrupule employer ce mot de caractériser, en parlant de l’ortographe de nos mots ; pour dire, représenter sur le papier avec des lettres les Sons de nos Paroles.

Dam. Je comprens fort bien ce mot, & je le trouve fort expressif. Je croi même qu’on auroit de la peine à s’exprimer mieux, & en un seul mot.

Phil. Revenons donc à nos lettres. Nous en avons vingt-trois en notre Langue, qui ètant rangées toutes de suite, comme vous les allez voir, s’appellent Alphabet ; c’est ainsi que les Grecs ont nommé cette disposition par ordre des lettres de leur Langue, parce que les deux premières de leurs lettres s’appelloient Alpha & Beta, de même que nous avons nommé & que nous nommons encore cette même disposition de lettres abecé, des trois premières lettres de notre Alphabet a, b, c, car alphabet & abecé est la même chose en notre Langue.

Les Imprimeurs ajoûtent encore à ces vingt-trois lettres celles de l’j à queuë, & celle de l’v rond ou j consone & v consone, pour les distinguer des voyelles, i & u : ce qui n’est pas un petit avantage pour notre Langue, & nous en avons toute l’obligation aux Hollandois, qui ont été les premiers à introduire ces lettres en notre Ortographe, pour les distinguer des lettres i & u, dont les Sons n’ont aucun rapport avec ceux que font les j à queuë, & les v ronds, quand ils sont joints avec une voyelle, comme vous pourrez voir en ces mots, diacre, desja, rude, & solvable, où vous voyez l’i du mot diacre, produire tout un autre Son que celui de l’j à queuë, du mot de desja ou dèjà & l’u du mot de rude, un Son tout différent de celui du mot de solvable.

Cette manière d’ortographier facilite beaucoup la lecture des mots où il entre des i & des u, non seulement aux Etrangers, mais encore aux François, qui n’ont pas une connoissance générale & parfaite de tous les mots de notre Langue, & qui par consequent pourroient souvent se tromper dans la prononciation de ceux, où les Sons différens de ces lettres i & u, sont marqués indifféremment par une même lettre & sans aucune distinction de figure, comme on peut remarquer en ces mots, eniabler, eniamber, desia, enieu, liure, aduis, aduiser, Adiudicataire, Beniamin, & quantité d'autres qui se trouvent ortographiés dans les Livres qui ont été imprimés au commencement de ce Siecle & même depuis, avec des i & des u voyelles. Car il est certain qu’un Etranger qui ne sçaura pas tous les mots de notre Langue, prononcera aussi-tôt, e-nia-bler, qu’enjabler, s’il n’a jamais ouï prononcer ce mot, & qu’il prononcera e-niam-ber pour enjamber ; dè-sia pour dèjà ; Li-u-re pour Li-vre ; a-duis pour avis ; a-dui-ser pour a-vi-ser, A-diu-di-ca-tai-re pour Ad-ju-di-ca-tai-re, Be-nia-min pour Ben-ja-min. quoi qu’il sçache passablement lire en notre Langue. Et si un François trouve dans quelque Livre de Medecine, d’Architecture, de Blason ou de quelqu’autre Science que ce soit, ou dans quelque Livre de voyages, des mots qu’il n’ait jamais ouï prononcer, comme pourroient être ces mots, adianthe, diuretique, ovicule, vivré, qui sont des termes de Medecine ou de Botanique, d’Architecture & de Blason ; ou des mots dans quelque Livre de voyages, que l’on n’ait jamais ouï prononcer, tels que pourroient être ceux-ci ; Banjans, qui sont de certains Idolâtres des Indes, ainsi nommés par les Portugais, & par les autres Européens qui demeurent dans les Indes ; Dervis ou Derviche qui est une sorte de Religieux Mahometans. Si, dis-je, ce François voit tous ces mots imprimés, comme ils le sont en effet, pour la plûpart avec les lettres i & u voyelles, indifféremment & indistinctement de celles qui ont le Son des voyelles, d’avec celles qui ont celui des consones, en la manière qui suit : Adianthe, ou adianthum, diuretique, ouicule, viuré, Banian, deruis, ne pouvant régler, ni conduire sa prononciation, que par l’inspection de ces sortes de lettres, faute d’en connoitre la valeur, il prononcera ad-jante qu’a-di-ante, puis qu’on lui fait prononcer adjacent, Adjoint, Adjudicataire, & beaucoup d’autres, quoique dans les anciens Livres on l’ortographie avec un simple i en la maniere qui suit : adiacent, Adioint, Adiudicataire. Il prononcera di-vre-tique au lieu de diu-re-ti-que, oui-cule au lieu d’o-vi-cu-le, viu-ré au lieu de vi-vré, & ainsi des autres mots qu’il trouvera ortographiés de même. Il seroit à souhaiter que nos Maîtres Ecrivains voulurent acoutumer leurs Ecoliers à suivre cette manière d’ortographier, en distinguant les figures de nos i & de nos u voyelles, & celles de nos j & v consones.

Dam. D’où vient que nous n’avons pas ces deux Consones d’augmentation dans l’écriture, aussi-bien que dans l’impression : puis qu’elles en sont la véritable fonction.

Phil. Il est bien difficile d’en donner d’autre raison, que celle de l’usage qui ne les y a pas encore ètablies. Je croi pourtant que si quelque Maître un peu en réputation, vouloit faire imprimer ou ècrire un Alphabet, suivant la proposition que j’avance ; & suivant cette Methode, enseigner à lire & à ècrire à des Enfans, il pourroit facilement introduire cette manière d’ortographier, mais je voudrois que ces deux lettres j & v fussent à la fin de l’Alphabet ?

Dam. Pourquoi voudriez-vous qu’elles fussent à la fin de l’Alphabet, plutôt qu’auprès des lettres dont elles ont pris leur origine.

Phil. C’est afin de faire perdre entierement l’idée du Son des deux voyelles, d’où ces nouvelles lettres sont tirées, & même afin qu’on ne confondît pas l’i & l’u voyelle avec l’j à queuë & l’v rond, je voudrois leur faire perdre entierement ces noms d’j à queuë, d’j long & d’j consone ; & d’v rond & d’v consone, en leur donnant d’autres noms ; sçavoir, à l’j à queuë celui de jod ; & à l’v rond rond celui de vau, qui sont des lettres de l’Alphabet des Hebreux, qui ont le même Son & le même Usage qu’ont nos j à queuë & nos v ronds, en ces mots joli & service. Cela seroit d’autant plus raisonnable, que les Sons de ces deux lettres j & v, jointes avec des voyelles, n’ont aucun rapport avec ceux des i & des u voyelles ; & puis qu’elles, n’en font point la fonction & qu’elles n’en ont plus la figure, il est raisonnable qu’elles, ayent aussi un autre nom. C’est pourquoi pour ètablir cet Alphabet, je voudrois faire appeller toutes les lettres de nos Abecé l’une après l’autre. A. B. C. D. E. F. G. H. I. K. L. M. N. O. P. Q. R. S. T. U. X. Y. J. V. en la maniere qui suit. a, bé, cé, dé, é, èffe, gé, ache, i, ka, èlle, èmm, ènn, o, pé, quu, èrr, ess, té, u, icse, igrec, zed, jod, vau : Et quand on feroit èpeler à la jeunesse des mots où il entre de ces lettres i, j, u & v, tels que sont les mots suivans, diamant, jardin, nuit, valet, service ; je voudrois les faire èpeler ainsi, dé, i, a, dia ; èmme, a, ènne, té, ment, diamant : jod, a, èrre, jar, de, i, ènne, din, jardin : enne, u, i, té, nuit : vau, a, va, ell, é, té, let, valet. Ess, é, err, fer ; vau, i, vi ; cé, é, ce, service. Et pour acoutumer les Ecoliers à èpeler ces sortes de consones ainsi, il faudroit leur faire èpeler souvent, ja, jé, ji, jo, ju, va, vé, vi, vo, vu, en la maniere qui suit, jod, a, ja, jod, é, , jod, i, ji, jod, o, jo, jod, u, ju : vau, a, va, vau, e, ve, vau, i, vi, vau, o, vo, vau, u, vu.

Dam. Ne trouveriez-vous pas que le nom de sieroit mieux à l’v rond, que celui de vau, qui paroît bien ètranger, aussi-bien que celui de jod ? & il me semble qu’on auroit plûtôt fait de faire dire aux Ecoliers, , a, va ; , e, ve ; , i, vi ; , o, vo ; , u, vu : que vau, a, va ; vau, e, ve ; vau, i, vi ; vau, o, vo ; vau, u, vu.

Phil. A la verité, le nom de, , paroît plus doux & plus analogique, plus conforme aux noms que nous, donnons à nos consones, b. c. d. g. p. t. & il ne seroit pas difficile aux Maîtres de l’ètablir ; mais pour le jod, je ne sçai quel autre nom on lui pourroit donner. Pour moi je croi que de quelque manière qu’on fasse èpeler ces syllabes aux Ecoliers, on pourroit aussi facilement les accoutumer à nommer ces lettres, comme je le viens de proposer, qu’on leur fait nommer celles des syllabes, cha, che, chi, cho, chu : qua, que, qui, quo, quu, qu’on leur fait èpeler en la manière qui suit ; , ache, a, cha, , ache, e, che ; , ache, i, chi ; , ache, o, cho ; , ache, u, chu : qu, u, a, ka ; qu, u, e, ke ; qu, u, i, ki ; qu, u, o, ko ; qu, u, u, ku.

Dam. Comment distinguez-vous ce jod & ce vau dans les lettres qu’on est obligé de mettre tout au commencement d’un mot ; car je ne vois point de différence dans l’Ecriture & dans l’Impression entre ces sortes de lettres & les lettres communes, l’j & l’v consones n’étant pas autrement marqués que l’i & l’u voyelles, comme vous pouvez remarquer aux mots qui suivent, dont les premières lettres sont capitales, Jacques & Ignace, Versailles & Uranie ?

Phil. C’est un mal où je ne vois point de remède, à moins que l’usage ne vienne à notre secours, & je ne desespere pas que cela n’arrive quelque jour : mais par bonheur le mal n’est pas grand ; & en attendant que quelque habile & zélé Imprimeur nous tire de cette peine, il faut avoir recours à une petite règle, courte & facile à comprendre, qui est que lorsque la lettre jod ou la lettre vau se trouvent capitales au commencement d’un mot, soit parce qu’il commence un Chapitre, un Article ou quelque période, ou pour quelque raison que ce soit, elles sont réputées voyelles, & prennent le Son d’un i, ou d’un u, commun, si la lettre qui les suit immédiatement après, est une consone ; comme vous pouvez remarquer en ceux-ci, Imaginez-vous, Innocent VII. Ignace, Instruction : Unique, Usure, Usage, Utilement, Uranie. Exceptez la lettre vau en ces mots, Vray, Vraye, &c. Vray-semblance, Vray-semblable, &c. laquelle prend son Son de consone.

Dam. Ne pourroit-on pas au lieu au nom de jod que vous voulez donner à l’j à queuë, lui donner celui de je, & donner à la lettre, ge, le nom de ga, & supprimer tous les, g, de notre Langue qui sont suivis d’un, e ou d’un, i, & se servir en leur place des, j à queuë, en ortographiant tous les mots où il y a des, g, suivis d’un, e, ou d’un, i ; tels que sont ces mots, engageant, genre, gerbe, geste, gigot, giron, giroflée, &c. Avec un, j à queuë ; ainsi, engajant, jenre, jerbe, jeste, jigot, jiron, jiroflée ? Cette manière d’ortographier ne vous semble-t-elle pas commode pour la facilité de la lecture des mots ?

Phil. À la vérité, cela tireroit les Etrangers du grand embarras que leur cause l’èpellation de ces lettres : mais ne croi pas que l’usage de ces lettres se puisse jamais établir en notre Langue, pour bien des raisons qui seroient trop longues à déduire ici. S’il y avoit quelque changement à souhaiter, ce seroit, ce me semble, de distinguer par l’ortographe la fonction & la valeur du, g, qui suivant les lettres qui le suivent dans une syllabe, rend un Son dur ou mol : car étant placé devant un, a, un, o, ou un, u, il a un Son dur, comme vous voyez aux syllabes marquées en lettres italiques des mots qui suivent, galant, goguenard, ambigu : & quand il est suivi d’un, e, ou d’un, i, il a un Son mol, comme vous pouvez remarquer aux premières syllabes de ces deux mots, gerbe, gigot. Ainsi pour rendre la lecture de nos mots plus facile, il seroit bon d’avoir deux, g, dans notre Alphabet, dont l’un seroit dur, & l’autre mol, qui seroient distingués par leur différente figure. Notre, g, mol, par exemple, demeureroit comme il est ; il garderoit sa figure & son nom, & il seroit employé dans tous les mots où il est aujourd’hui suivi d’un, e, ou d’un, i, comme en ceux qui suivent, mangeant, geole, giboulée, giron, mangeure ; & on ècriroit simplement, mangant, gole, giboulée, giron, mangeure : & notre, g, dur seroit toûjours accompagné d’un, u, & prendroit le nom de, gu, comme le, q, de notre Alphabet ; Ainsi au lieu d’ècrire ces mots, galant, gobelet, augure, on ècriroit, gualant, guobelet, augure ; comme on ècrit en notre Langue ces mots, quatre, quelque, quitte, quolibet, piquure. Il est bien vrai que le, q, de notre Alphabet n’est pas suivi d’un, u, & que cela n’arrive que lorsqu’on le joint à quelque lettre pour en faire une syllabe : mais nous ne pourrions en faire de même en plaçant la figure du, gu, dans l’Alphabet, comme celle du, q, sans y ajouter un, u, pour le distinguer du, g, mol. Ainsi en ce cas les lettres de notre Alphabet, a. b. c. d. e. f. g. h. i. k. l. m. n. o. p. q. r. s. t. u. x. y. z. j. v. devroient être nommées en la manière qui suit, a. bé. cé. dé. e. èffe. gé. gu. ache. i. cas. èlle. èmme. ènne. o. pé. cu. èrre. èsse. té. u. ixe. ygrec. zed. jod. vau. Si nous avions une fois accoutumé nos yeux & notre prononciation à ces sortes de, g, nous ne nous souviendrions plus que les, g, durs ayent jamais èté figurés autrement, & je ne doute pas que cet, u, accompagné du g ne si liât si bien dans la suite, qu’il ne paroîtroit plus qu’une seule figure avec le tems ; car on pourroit le marquer ainsi, gv. Voyez les pages 158. & 159.

Dam. Suivant la proposition que vous faites, il semble que vous vouliez augmenter trois lettres à notre Alphabet : Ne voudriez-vous point encore reformer notre c ?

Phil. Je ne veux rien que ce que l’usage voudra ; mais je croi qu’il est permis de souhaiter & de proposer : Et pour répondre à la demande que vous faites en ce qui regarde le c ; je vous dirai qu’on pourroit encore y changer quelque chose, sans augmenter notre Ortographe d’aucune lettre, que de celles dont nous nous servons actuellement, par le moyen du ç à queuë que nous employons devant l’a, l’o & l’u ; comme vous voyez en ces mots, il perça, garçon, conçu. Car on pourroit garder dans notre Alphabet tous les c qui se prononcent comme des k, tels que sont ceux qui se trouvent aux syllabes des mots suivans, cadet, code, curé. & nommer tous ces c des , & les faire nommer ainsi en epelant les syllabes où ils se trouvent : Et quant aux c qui se prononcent comme des s fortes, parce qu’ils sont suivis d’un e ou d’un i, il faudroit toujours y mettre une queuë au dessous, & leur donner le nom de , sans leur donner celui de cé à queuë, ni celui de cé cedillés, comme font les Espagnols, qui les appellent cé con cedilla, à cause du petit c qui paroît au dessous, auquel nous donnons le nom de queuë, & pour laquelle raison nous nommons ces sortes de c des cé à queuë. Leur ayant donc donné ces noms de & de , on les nommeroit dans notre Alphabet en la manière qui suit, a. b. c. ç. d. e. f. g, &c. a. bé. câ. cé. dé. e. èffe. gé &c. & on feroit epeler ces mots, cadet, code, curé, cet, civil, en la manière qui suit, câ, a, , dé, e, , det, cadet ; câ, o, co, dé, e, de, code ; câ, u, cu, erre, e, , curé ; cé, e, té, cet, cet ; ce, i, ci, vau, i, elle, vil, civil.

Dam. Si quelque personne d’autorité vouloit établir cette manière d’ortographier, & de donner à chaque Son ou articulation de nos mots, les caractéres qui leur conviennent sur le papier, il aplaniroit bien des difficultés qui sont dans la lecture de notre Langue.

Phil. Nous ne sommes pas encore au bout de nos difficultés : & celles que vous venez de mettre en avant, ne sont pas des plus grandes que nous ayons ; car il ne faut que deux petites règles générales pour le, c, & pour le, g, pour nous tirer tout d’un coup d’affaire ; en disant que le, c, devant l’i, prend le Son d’un, s sorte, & qu’il prend celui d’un, k, quand il est mis devant un, a, un o, ou un, u ; comme en ces mots, celibat & civil, qui se prononcent comme s’il y avoit, selibat, sivil : cadet, cornu, curé, qui se prononcent comme s’il y avoit, kadet, kornu, kuré. Et que le, g, mis devant un e ou, un, i, se prononce comme s’il y avoit un, j, à queuë ; comme en ces mots, gerbe, giron, qui se prononcent comme s’il y avoit jerbe, jiron : & que quand ce, g, est suivi d’un, a, d’un, o, ou Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/176 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/177 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/178 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/179 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/180 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/181 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/182 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/183 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/184 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/185 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/186 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/187 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/188 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/189 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/190 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/191 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/192 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/193 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/194 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/195 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/196 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/197 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/198 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/199 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/200 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/201 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/202 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/203 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/204 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/205 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/206 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/207 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/208 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/209 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/210 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/211 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/212 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/213 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/214 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/215 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/216 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/217 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/218 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/219 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/220 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/221 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/222 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/223 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/224 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/225 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/226 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/227 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/228 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/229 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/230 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/231 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/232 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/233 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/234 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/235 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/236 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/237 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/238 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/239 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/240 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/241 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/242 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/243 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/244 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/245 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/246 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/247 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/248 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/249 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/250 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/251 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/252 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/253 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/254 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/255 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/256 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/257 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/258 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/259 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/260 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/261 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/262 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/263 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/264 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/265 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/266 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/267 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/268 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/269 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/270 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/271 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/272 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/273 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/274 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/275 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/276 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/277 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/278 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/279 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/280 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/281 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/282 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/283 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/284 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/285 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/286 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/287 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/288 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/289 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/290 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/291 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/292 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/293 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/294 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/295 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/296 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/297 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/298 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/299 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/300 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/301 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/302 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/303 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/304 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/305 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/306 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/307 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/308 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/309 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/310 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/311 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/312 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/313 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/314 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/315 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/316 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/317 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/318 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/319 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/320 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/321 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/322 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/323 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/324 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/325 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/326 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/327 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/328 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/329 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/330 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/331 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/332 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/333 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/334 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/335 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/336 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/337 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/338 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/339 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/340 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/341 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/342 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/343 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/344 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/345 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/346 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/347 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/348 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/349 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/350 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/351 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/352 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/353 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/354 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/355 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/356 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/357 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/358 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/359 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/360 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/361 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/362 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/363 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/364 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/365 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/366 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/367 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/368 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/369 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/370 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/371 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/372 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/373 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/374 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/375 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/376 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/377 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/378 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/379 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/380 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/381 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/382 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/383 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/384 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/385 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/386 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/387 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/388 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/389 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/390 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/391 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/392 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/393 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/394 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/395 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/396 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/397 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/398 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/399 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/400 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/401 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/402 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/403 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/404 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/405 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/406 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/407 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/408 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/409 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/410 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/411 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/412 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/413 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/414 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/415 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/416 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/417 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/418 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/419 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/420 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/421 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/422 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/423 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/424 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/425 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/426 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/427 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/428 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/429 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/430 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/431 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/432 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/433 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/434 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/435 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/436 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/437 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/438 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/439 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/440 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/441 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/442 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/443 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/444 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/445 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/446 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/447 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/448 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/449 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/450 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/451 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/452 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/453 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/454 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/455 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/456 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/457 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/458 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/459 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/460 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/461 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/462 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/463 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/464 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/465 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/466 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/467 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/468 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/469 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/470 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/471 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/472 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/473 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/474 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/475 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/476 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/477 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/478 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/479 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/480 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/481 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/482 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/483 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/484 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/485 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/486 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/487 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/488 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/489 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/490 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/491 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/492 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/493 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/494 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/495 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/496 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/497 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/498 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/499 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/500 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/501 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/502 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/503 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/504 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/505 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/506 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/507 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/508 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/509 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/510 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/511 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/512 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/513 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/514 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/515 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/516 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/517 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/518 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/519 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/520 Page:Hindret - L'art de bien prononcer la langue françoise - 2e édition.djvu/521 pas de le marquer sur l’e où il n’est point marqué, à moins que ce ne soit dans ce Chapitre pour faciliter l’instruction de mes Regles. Je me contenterai de proposer l’avantage qu’on tirera de cet accent grave ; en profitera qui voudra : mais je ne prétens pas être le premier à m’en servir.



Fin du premier Tome.