Ouvrir le menu principal

◄  LXXXVII.
LXXXIX.  ►

LXXXVIII.

D’OCTAVE À HERBERT.

Malgré la colère des uns, les remords des autres, et l’incertitude de mon esprit au milieu de tout cela, je ne peux pas m’empêcher d’être heureux, mon cher Herbert, car mon cœur est rempli d’amour et mon sort est fixé. Une affection indissoluble m’attache à Fernande, n’en doutez pas : je ne suis pas inconstant. On peut me rebuter ; la femme que j’aime, quand elle s’obstine à me repousser, peut finir par me dégoûter d’elle ; mais ce n’est pas une autre femme qui peut m’en distraire avant qu’elle l’ait elle-même ordonné. Malgré la différence effrayante de nos caractères, j’ai longtemps aimé Sylvia, et j’ai lutté contre ses dédains longtemps après qu’elle ne m’aimait plus. Fernande est une tout autre femme. C’est celle-là qui est née pour moi, et dont les défauts mêmes semblent combinés pour resserrer nos liens et rendre notre intimité nécessaire. Je ne sais pas si je suis aussi criminel que Sylvia veut me le faire croire, mais il m’est impossible de ne pas me sentir amoureux et transporté de joie. L’amour est égoïste, il s’assied aveugle et joyeux sur les ruines du monde, et se pâme de plaisir sur des ossements comme sur des fleurs. J’ai fait le sacrifice du chagrin d’autrui comme j’ai fait celui de ma propre vie. Je ne connais plus les lois du tien et du mien. Fernande s’est confiée a moi, j’ai juré de l’aimer, de vivre et de mourir pour elle ; je ne sais que cela, et tout le reste m’est étranger. Jacques peut venir à toute heure du jour ou de la nuit me demander mon sang et le boire à son aise sans que je le lui dispute. Pour l’acquit de ma conscience, je livre ma poitrine nue ; qu’est-ce qu’un homme peut faire de plus ? Et de quoi Jacques peut-il se plaindre ? Je ne porte pas de cuirasse et ne dors pas sous les verrous. Sylvia, croyant me faire tomber à genoux devant son idole, me lit quelques fragments de ses lettres. Il commence à faire de la poésie sur sa douleur ; il est à moitié guéri. Il s’est battu bravement, et il a bien fait. J’en aurais fait autant à sa place, et, si j’en avais eu le droit, je l’aurais prévenu. Il a bien recommandé de cacher ces événements à sa femme ; il peut être tranquille, je m’en charge. Je n’ai pas envie qu’elle retombe malade, et je veille sur elle comme sur un bien qui m’appartient désormais. J’ai trouvé hier à la poste une lettre de Clémence pour elle. Comme je connais fort bien l’écriture, j’ai ouvert sans façon la missive, et j’y ai trouvé tous les charitables avertissements auxquels je m’attendais ; de plus, la nouvelle additionnelle, le mensonge gratuit d’une bonne blessure que, selon la renommée et selon elle, Jacques aurait reçue dans la poitrine. J’ai déchiré la lettre, et j’ai pris des mesures pour que toutes les dépêches adressées à Fernande passent par mes mains en arrivant. Celles de Jacques seront respectées religieusement ; mais gare aux autres ! Il m’en coûte assez pour la voir heureuse et endormie sur mon cœur. Je ne me soucie pas qu’une prude envieuse ou une mère infâme viennent la réveiller pour le plaisir de nous faire du mal à tous deux. Elle est encore délicate ; l’absence de Jacques, qui lui écrit rarement, et la mauvaise santé de son fils, sont pour elle des sujets suffisants d’inquiétude et de chagrin. Ma sollicitude entretient encore le calme et l’espoir dans son cœur. Rien ne me coûtera, rien ne me répugnera pour la préserver le plus longtemps possible des coups qui la menacent. Je suis égoïste, je le sais ; mais je le suis sans honte et sans peur. L’égoïsme qui se dissimule et rougit de lui-même est une petitesse et une lâcheté ; celui qui travaille hardiment au grand jour est un soldat courageux qui lutte contre ses ennemis et s’enrichit des dépouilles du vaincu. Celui-là peut conquérir son bonheur ou défendre celui d’autrui. Qui donc a jamais songé à accuser de vol et de cruauté celui qui triomphe et qui fait bon usage de la victoire ?