Ouvrir le menu principal

◄  XIII.
XV.  ►

XIV.

DE JACQUES À FERNANDE.

Je voulais vous dire bien des choses l’autre soir, et je n’ai pu parler ; nos larmes se sont mêlées, nos cœurs se sont entendus. Cela suffit pour deux amants, mais pour deux époux ce n’est peut-être pas assez. Votre esprit a peut-être besoin d’être rassuré et convaincu. Je demande à votre affection une preuve de confiance bien grande, ô mon enfant ! en vous priant d’accepter mon nom et de partager mon sort ; et je m’étonne de l’abandon avec lequel, me connaissant aussi peu, vous vous en êtes jusqu’ici rapportée à moi. Il faut que votre âme soit bien noble et bien généreuse, ou que vous ayez deviné que vous n’aviez rien à craindre du vieux Jacques. Je crois à l’un et à l’autre, à votre confiance et à votre pénétration. Mais je sens bien que jusqu’ici votre cœur a fait tous les frais de cette sécurité, et que j’ai été muet et nonchalant ; enfin qu’il est temps que je vous aide à m’estimer un peu.

Je ne vous parlerai pas d’amour. Il me serait impossible de vous prouver que le mien doit vous rendre éternellement heureuse ; je n’en sais rien, et je puis dire seulement qu’il est sincère et profond. C’est du mariage que je veux vous parler dans cette lettre, et l’amour est une chose à part, un sentiment qui entre nous sera tout à fait indépendant de la loi du serment. Ce que je vous ai demandé, ce que vous m’avez promis, c’est de vivre avec moi, c’est de me prendre pour votre appui, pour votre défenseur, pour votre meilleur ami. L’amitié seule est nécessaire à ceux qui associent leur destinée par une promesse mutuelle. Quand cette promesse est un serment dont l’un peut abuser pour faire souffrir l’autre, il faut que l’estime soit bien grande des deux côtés, et surtout du côté de celui que les lois humaines et les croyances sociales placent dans la dépendance de l’autre. C’est de cela, Fernande, que je veux m’expliquer formellement avec vous, afin que si vous livrez aveuglément votre cœur à l’amour, vous sachiez du moins à qui vous confiez le soin de votre indépendance et de votre dignité.

Vous devez avoir pour moi cette estime et cette amitié, Fernande ; je les mérite, je le dis sans orgueil et sans forfanterie ; je suis assez vieux pour me connaître, et pour savoir de quoi je suis capable. Il est impossible que j’aie jamais envers vous un tort assez grave pour les perdre, ou même pour les compromettre. Je vous parle ainsi parce que je vous estime et que je crois en vous. Je sais que vous êtes juste, que vous avez l’âme pure et le jugement sain. Avec cela il est également impossible que vous m’accusiez sans motif, ou que du moins vous n’acceptiez pas ma justification quand elle sera éclatante de vérité.

Il faut cependant tout prévoir : l’amour peut s’éteindre, l’amitié peut devenir pesante et chagrine, l’intimité peut être le tourment de l’un de nous, peut-être de tous les deux. C’est dans ce cas que votre estime m’est nécessaire ! Pour avoir le courage de m’abandonner votre liberté, il faut que vous sachiez que je ne m’en emparerai jamais. Êtes-vous bien sûre de cela ? Pauvre enfant ! vous n’y avez peut-être pas seulement songé. Eh bien ! pour répondre aux terreurs qui pourraient naître en vous, pour vous aider à les chasser, j’ai à vous faire un serment ; je vous prie de l’enregistrer, et de relire cette lettre toutes les fois que les propos du monde ou les apparences de ma conduite vous feront craindre quelque tyrannie de ma part. La société va vous dicter une formule de serment. Vous allez jurer de m’être fidèle et de m’être soumise, c’est-à-dire de n’aimer jamais que moi et de m’obéir en tout. L’un de ces serments est une absurdité, l’autre une bassesse. Vous ne pouvez pas répondre de votre cœur, même quand je serais le plus grand et le plus parfait des hommes ; vous ne devez pas me promettre de m’obéir, parce que ce serait nous avilir l’un et l’autre. Ainsi, mon enfant, prononcez avec confiance les mots consacrés sans lesquels votre mère et le monde vous défendraient de m’appartenir ; moi aussi je dirai les paroles que le prêtre et le magistrat me dicteront, puisqu’à ce prix seulement il m’est permis de vous consacrer ma vie. Mais à ce serment de vous protéger que la loi ma prescrit, et que je tiendrai religieusement, j’en veux joindre un autre que les hommes n’ont pas jugé nécessaire à la sainteté du mariage, et sans lequel tu ne dois pas m’accepter pour époux. Ce serment, c’est de te respecter, et c’est à tes pieds que je veux le faire, en présence de Dieu, le jour où tu m’auras accepté pour amant.

Mais dès aujourd’hui je le prononce, et tu peux le regarder comme irrévocable. Oui, Fernande, je te respecterai parce que tu es faible, parce que tu es pure et sainte, parce que tu as droit au bonheur, ou du moins au repos et à la liberté. Si je ne suis pas digne de remplir à jamais ton âme, je suis capable au moins de n’en être jamais le bourreau ni le geôlier. Si je ne puis t’inspirer un éternel amour, je saurai t’inspirer une affection qui survivra dans ton cœur à tout le reste, et qui t’empêchera d’avoir jamais un ami plus sûr et plus précieux que moi. Souviens-toi, Fernande, que quand tu me trouveras le cœur trop vieux pour être ton amant, tu pourras invoquer mes cheveux blancs, et réclamer de moi la tendresse d’un père. Si tu crains l’autorité d’un vieillard, je tâcherai de me rajeunir, de me reporter à ton âge, pour te comprendre et pour t’inspirer la confiance et l’abandon que tu aurais pour un frère. Si je ne réussis à remplir aucun de ces rôles ; si, malgré mes soins et mon dévouement, je te suis à charge, je m’éloignerai, je te laisserai maîtresse de tes actions, et tu n’entendras jamais une plainte sortir de ma bouche.

Voilà ce que je puis te promettre ; le reste ne dépend pas de moi. Adieu, mon ange, réponds-moi ; ta mère te laisse toute la liberté possible. Mon domestique ira chercher ta lettre demain matin. Je serai forcé de passer la journée à Tours.

Ton ami,
Jacques.