Ouvrir le menu principal

Histoire naturelle/XVII/Chapitre 8

< Histoire naturelle‎ | XVII

Traduction par Emile Littré.
(1p. 617).
◄  Chapitre 7
Chapitre 9  ►

LivRE xvn. 6f7 qtt*ao arraehe. Ne semei paa.des mqrMx d$n% la lerre hhl^n Virgile (Gtorg., i, 77) peDse qne la terre bl6 est briil^ bqssI par le lin, ravoine et lepaTot 1 VIII. On recomiBande de placer les tas de Ai- mier en pleio air, daos un.creux qal recueille les llqttidefl , de les couvrir de paille pour que le so- leil De les dess^he pas, et d'y flcher ud pien en bois de rouvre, pr^ntion qni emptelie les ser- pents de s'y engendrer. II importe beaoconp de mdler le fiimier k la terre pendant qne sonffle le Favooius, et par nne lune s^he. La plnpart com- prennent mal ce pr^pte, pensant que cette op6- ration doit se faire ao lever du Favoniu^, et senle- ment au mois de f^vrier ; cependant la plupart des semences demandent h ^tre fum^s en d'autres mois. Quelle que soit r^poque on Ton fume , 11 lisot choisir le moment on le vent souffle du cou^ eher ^uinoxial, ou la luoe d^roft et est s^che. Une tolle pr^ution augmente d'une fa^on mer- veiileuse les efliets fertilisants du fumier. I IX. (x.) Ayant trait^ sufflsammeot des condi- tions du ciel et de la terre, noos allons parler de ces arbres qne font naitre les soins et rindustrie de rhomme. £t ils ne sont gu^e moins nombrenx qne eeox qoe prodoit la oatore (xvi, 68) ; tant noos avons pay^ avec g^rosit^ ses blen- faits I On prodoit ces arbres oo de graine , oo de planty 00 de provios , oo de rejetons, oo de scioos, oo de greffe, oo d'ente. Qoant ao pr^tendo pro- usit^ chez les Babyloniens, de semer des liBQliles de palmier qni donnent naissance h Tar- bre, Je m'^tonne que Trogoe Pomp^ y alt cro. Qoelqoes arbres se reproduisent par plusieurs des op^rations ^nm^rto, quelques autres par toutes. j X. Cest la nature qui a ensei^ la plupart, et d*abord Tart de semer, car on voyait germer la el omnia qaae velluntur : mieleos in segetem ne indideris. Viffplias et Uoo segetem exuri , et aTena , et papaTere arbitmtur. 1 VIII. FimetasahdiocoDcafolocOyetqoiliomoremool- ligat» alraaientointecla, ne io sole arescant, palo e ro- bore depacto fieri jubent : ita fore ne ionascantur his serpeoles. Fimum miscere teme, plurimam refert Favo- nio flante, ac luna sitiente. Id plerique prave inteltigunt a Favonil orta laciendum, ac februario oiense tantum: qoam id pleraque sata aliis postulent mebsibus. Quocum- que tempore facere libeat, curandum ut aboccasu «equino- ctlali flante vento fiat , lunaque decrescente ac sfcca. Mirom io modum angetur obertas efTectusqoe cyos obserTatione tali. 1 IX. (x.) Abonde praedicta ratione o«pli ac terrae, oonc de his arboribusdlcimuSy quse cura bominam atque arle proveniont. Nec paociora prope sont genera: tam benigoe natiirsegratiam relulimus. Autenim samine pHDyeniont, ao( plantib radicis, aut propagine, aotavolsiooe , aot sorculo, aot iosito etconsecto arboris tronco. Nam folia palmarom apad Babylonios scri, atque ita arborem provenire, Trogom credidisse demiror. Quedam autem pluribus geoeribus eeniiitary qusedam omnibas. graine tombte et ref ne par la terre. Qudqnes ar- bres ne sont pas •osceptibleade venir antrement, par f xeo^le les chiitaigoiera, ies noyers. Nous ex- ceptons ies taitlis, qoi repoussent du pied. Des ar- bres qui penvent aussl se reproduire par d*autres moyens, ia vigoe, le pommier, le poirier, se re- prodoisent par ia gratn^ , qnoiqoe cette graine soit diff(6rente : en effet^ ils ont ponr graioe le noyau^ et non, comme les pr^cMeots, le fruit lui- mtoie. Les n^flieri paivent aussi venir de graine. Tous ces arbres, ainsi sem^ poossent lentemeot, deg^n^nt, et il &ut les r^en^rer par la greffe. Le chAtaignier mdmea qneiquefois l>e9oin d'6tre grefr(§. XI. Au contraire^ qoelqnes arbres ont la pro- 1 pri^ de ne pas d^gen^rer, de qoetqne mani^ qu'on lesreproduise, le cyprte, le palmier (7), le laurier. Le lanrier en effet se reproduit de plusleurs maniferes. Nous en avons indiqu^ les espdces (xv, 80). Le laarier augiute, le lanrier baocalis, le iau- rier-tin, se sement de la mdmemani^ : les iMues se cueillent au mois de janvier» quaod le vent du nord-est ies a dess^chto ; on les expose k Tair en les toirtant les unes des antres , de peur qne, en tas, elles ne s*^hauffent ;. puis, pr^parees dans du fbmier pour rensemencement , on les faumecte avec de rnrine. D*autres foulent avec les pieds , daos une eau couraote, lesbaies misesen des pa- niers d*osier, Josqn*^ ce que la peau s*en aille; autrement, rhumidit^ qn*elles renferment de- vient pr^Judiciable, et les emptehe de lever. On > d^fonce le champ , et dans un tron profond d'un palme on les met par tas de vingt envirouy pen- dant lemois de roars. Gesespdces de laoriers vien- nent aussi de provins. Le laurier triomphal (xv , 89 ) ne vient que de scion. Toutes ies esp^s de myrte (xv , 87 ) viennent en Caippanie de graine; X. Ac pleraque ex his ipsa natura docuit, etin primis 1 semeo serere, qoum deddeos exceptumqoe terra Yivesce- ret. Sed qoaedam non aliter proveniaiit , otcastanese, ju- glandes : cscdois domUxat exceptis. Ex semine aulem , quanquamdissimiU, ea quoque , qoe et aliis naodis serun- tnr : ot vites , et mala , atqoe pira. Namqoe iis pro semine nocleos , noo ot supra dictis fructoa ipse. £t mespila se- mine nasci possont. Omnia bsDC tarda provento , ac dege- nerantia, et insito restitoenda. Interdom etiam castaneec XI. Qoibusdaro natora coutraomnino non degenerandi, ^ qnoquo modo serantur : ut cupressis, paUnis, lauris: naroque et laorus ploribos roodis serilur. Geoera ejiis diximus. £x his Aogusta, et baccalis, ettinus, siroili modo seruutor. Baccae mense januario , Aquilonis afllatu siccatsB leguntur, expandunturque rarse, ne calefiant acervo. Postea qoidaro firoo ad satum prseparatas, urina madefaciunt. Alii in qoalo pedibos io profluente decul- cant, dooec aoreralor cutis. Alioqaio uligo infeslat, nec 2 patitor oasci. In sotco repastinato palroi aUitodioe ▼iceroe fere acerratim oieose marUo : eadem et propagioe serun* tur; triumpbalisque talea tantam. Myrti genera omuia in Campaoia baccis serootor, BonNe propagioe Tarenliua. Democritoset alio modo seri docet , graodissimis bacca- Digitized by Google