Ouvrir le menu principal

Histoire joyeuse et plaisante de M. de Basseville et de la fille du ministre de S.-Lo

Histoire joyeuse et plaisante de Mr de Basseville et d’une jeune demoiselle, fille du ministre de Sainct-Lo, laquelle fut prise et emportée subtilement de la maison de son père par un verrier, dans sa raffle.

1611



Histoire joyeuse et plaisante de Mr de Basseville et d’une jeune demoiselle, fille du ministre de Sainct-Lo, laquelle fut prise et emportée subtilement de la maison de son père par un verrier, dans sa raffle ; ensemble le bien quy en est provenu par le moyen d’un loyal mariage quy s’en est ensuivy, au grand contentement d’un chacun.
Prins sur la coppie imprimée à Rouen par Jacques de la Place, en 1611. In-8.

Stances.

Ce n’est pas un discours de Cour ;
Ce sont parolles bien plus belles,
Car elles viennent de l’amour :
Aussy sont elles immortelles.

Autre que vous n’eust sceu escrire
Ces belles parolles d’amour
Si l’amour, quy vous les inspire,
N’eust rendu parfaict ce discours.

Beaux esprits à quy les faveurs
D’Amour et du Ciel sont données,
Puissiez-vous avec cest honneur
Parachever vos destinées !

Finissant ensemble vos ans
Unis d’une amour mutuelle,
De vostre amitié immortelle
S’engendreront de beaux enfans.

Voicy des parolles, mais non telles qu’on les donne en cour ; pures, simples, dont l’art sans fard est le lustre manifeste et l’ornement principal. À la verité, mon desseing estoit de le marquer en mon esprit, non de les donner en public pour la vanité. Le los1 ne s’acquière à si bons petits traits ; mais, regarde le pouvoir des beautez, quy a forcé mon ame à cest entreprise, et tu jugeras que mon obeissance ne pouvoit refuser à faire le contenu de ce present discours.

Comme je vous veux raconter d’un vaillant guerrier nommé le capitaine Basseville, lequel, traitant l’amour d’une jeune demoiselle, fille de M. Guiot, bourgeois de la ville de Sainct-Lô, en Normandie, ministre et pasteur de l’Église reformée, luy ayant traité l’amour l’espace d’un an et demy, ne treuvant le moyen de la pouvoir avoir, et estoit en grand’ peine comment il en pourroit venir à bout.

La fortune veut qu’il rencontre un marchand verrier quy venoit de la ville de Sainct-Lô, auquel il conta sa fortune et l’amitié qu’il portoit à cette jeune demoiselle, lequel estoit fort en peine comme il pourroit trouver le moyen de la voir, d’autant qu’il ne’pouvoit frequenter la maison de son père si souvent qu’il avoit de coustume, à cause de la colère qu’il avoit ; en quoy le verrier commence à s’enquester du capitaine de Basseville quy estoit sa maistresse, et luy respondit que c’estoit la fille de M. Guiot.

Le verrier luy respond qu’il venoit de son logis, et qu’il avoit parlé à elle-mesme, qu’il luy avoit vendu des verres et luy avoit promis d’y retourner de près. Le capitaine Basseville luy dit alors que, s’il luy vouloit faire un plaisir, qu’il regardât qu’il luy donneroit, et luy dire le jour qu’il y retourneroit.

Alors le verrier luy respond que, si c’estoit chose qu’il peut faire, qu’il ne s’y refuseroit pas, et chose de quoy il peut venir à bout. Lors le capitaine luy dict : Ne pourrions-nous point trouver le moyen et subtilité de la sortir de la maison de son père ?

Le verrier luy respondit : Ouy, moyant2 qu’il y voulut consentir. Pour moy, je prendray bien ma raffle3 et la porteray dans le logis de M. Guiot cependant que le presche se dira dimanche, et l’emporteray hors la ville sans que personne s’en donne garde, je vous le promets.

Le capitaine luy dit qu’elle le voudroit bien, et qu’il ne desiroit autre chose que sa compagnie ; et, ceste resolution prise, le capitaine le faict demeurer à un logis hors de la ville, et qu’il fisse bonne chère cependant qu’il alloit parler à elle. Incontinent le capitaine Basseville entre dans la maison de sa maistresse sans que personne le vit, et luy fist la reverence. En la baisant luy dict : Ma mie, si vous ne me croyez aujourd’huy, vous ne me verrez jamais ceans. Alors elle se prit à plorer. — Et pourquoy me dictes-vous ces parolles, voyant l’amitié que je vous porte et que je vous ay toujours porté ?

Le capitaine luy dict alors qu’il avoit fait une certaine entreprise. — Hélas ! mon Dieu ! quelle entreprise avez-vous faicte, mon amy ? — C’est que le verrier quy partit hier d’icy reviendra aujourd’huy, faignant de vous apporter des verres. Et faut, si vous me portez amitié, que vous faciez ce que je vay vous dire. Ne faictes faute, aussy tost qu’il arrivera, de le faire entrer dans la grande salle, puis après vous direz à vos servantes que vous voulez aller voir vostre commère Mme Daussy, par compagnie avec vostre nièce, qui vous attend là bas à la porte. Alors vous descendrez et vous vous mettrez dans sa raffle, et ne craingnez rien de luy, car il ne vous fera aucun tort, et vous apportera droict à la maison de mon fermier des bois, là où vous me trouvrez, et tiendrai là deux pièces de grands chevaux pour aller où nostre cœur desire. Alors la jeune demoyselle luy promit de ce faire. Aussy le capitaine, en la baisant, prit congé d’elle, en soupirant tous deux du regret qu’ils avoient de se laisser l’un l’autre pour si peu de temps.

Tout aussy tost M. de Basseville s’en va bien rejouy, arrive à l’hostellerie où estoit le verrier, quy, le voyant entrer, luy demanda : Hé bien ! Monsieur, quelles nouvelles apportez-vous de bon ? Ferons-nous quelque marché nous deux ? — Ouy, si vous voulez. — Hé bien ! que me donnerez-vous, Monsieur, si je vous mets aussy dessus vos affaires ? — Je vous donneray cent escus. Lesquels luy furent accordez vistement, et à l’instant luy en fit toucher cinquante, et le reste au retour.

Alors le verrier, bien rejouy, charge sa raffle à son col, et s’en va tout droict au logis de M. Guiot et descharge sa raffle dans la court. La demoyselle, quy se tenoit sur ses gardes pour quand il arriveroit, descendit les desgrez et le fit entrer dans la grande salle et lors jette dix escus en luy disant : Mon amy, je te prie, sauve-moy mon honneur ! ne permect qu’il me soit faict tort ! Ce que le verrier luy promit, et qu’aucun tort ne luy seroit faict, et qu’il la conserveroit le plus doucement possible. Tout aussy tost elle s’en va en sa chambre, ouvre son cabinet, prend tous ses thresors, piereries, bagues et joyaux, et emporta tout dans la raffle du verrier ; puis elle monta en sa haute chambre, et va trouver ses servantes et leur dict qu’elle alloit voir sa commère Mme Daussy, quy se porte mal, avec sa niepce, quy l’attendoit en bas. Aussy tost qu’elle fut descendue, elle entre dans la salle où estoit le verrier et se couche dans sa raffle, si bien que le monde pensoit que c’estoit des verres ; mais le pauvre verrier ne pouvoit presque aller dessous, tant sa raffle pesoit ; neantmoings, pour mieux jouer son personnage, il se mit à chanter, et fit tant qu’il arriva au logis du capitaine Basseville, lesquels demenèrent4 une grande joie, aussitost montèrent à cheval et s’en allèrent droict au chasteau de M. de Basseville, qui s’appelle de Mesnil, à deux lieues de Falaise, là où ils s’allèrent retirer pour y faire leurs nopces et festins.

Or, laissons un peu cette affaire et retournons à parler de monsieur Guyot, lequel, arrivant à sa maison, ne treuva que ses servantes, et leur demanda où estoit Ysabeau, sa fille ; les servantes luy respondirent qu’elle estoit allé voir madame Daussy, sa commère, quy estoit malade. Voyant qu’il estoit tard, il leur commanda d’y aller et luy dire qu’elle s’en revienne. La servante s’en va droict à la maison de madame Daussy, la treuva en sa porte et luy dit : Dieu vous doint le bon soir, Madame ; je viens chercher mademoiselle Ysabeau. Elle luy respond qu’elle ne l’avoit point veue et qu’elle n’estoit point veneue. La servante, bien etonnée, s’en retourne en la maison de son maistre, et luy dict qu’elle n’y estoit point.

Alors il envoye par toutes les maisons de la ville là où elle avoit coustume de frequenter, en quoy n’en entendirent aucune nouvelle ; s’en revient vers monsieur Guyot, leur maistre, et luy dict qu’elle ne la trouvoit point et que personne ne l’a veu aujourd’huy.

Je vous demande en quel état doit être un père à tel accident qui arrive. Bref, voilà monsieur Guyot quy se met à crier d’une voix si pitoyable que tous les assistans en ploroient. Helas ! mon Dieu ! ma fille Ysabeau est perdue ! Et il s’evanouit à l’instant. On eut grand peine à le remettre ; les servantes, d’ailleurs, se mirent à crier : Hélas ! mes amis ! mademoiselle Ysabeau est perdue ! nous ne la saurions treuver. Incontinent la maison fut pleine de monde, de ses voisins et parens qui entrèrent, faisans plusieurs signes de regrets, demandant : Mon Dieu ! y a-t-il longtemps que vous ne l’avez veue ? Les servantes repondirent : Depuis dix heures du matin. Voyant que Monsieur estoit fort triste du regret de sa fille, ses parens ne savoient que dyre ni de quel costé tirer. Neanmoings, monsieur Guillouard et monsieur de Bordes, oncle de la fille, et plusieurs autres de ses parens, se depescherent d’envoyer des hommes après elle pour chercher de ses nouvelles ; de quoy on partit au nombre de dix, tant à pied qu’à cheval, lesquels sejournèrent environ huict journées. Voyant qu’ils n’en apprenoient aucune nouvelle, ils s’en revinrent les uns après les autres, disant qu’ils n’en avoient point ouy de nouvelles. Ses pauvres parens, de plus en plus fort tristes, et principalement monsieur Guyot, lequel se mit à faire une petite requeste à Dieu, le priant de luy en donner des nouvelles.

Le soir arriva à la ville de Sainct-Lô un passant, lequel alla loger à Saincte-Barbe, et, comme le bruict couroit en la ville et qu’on ne parloit d’autre chose que de cette fille, le passant, entendant compter cette affaire, aussy tost va dire qu’il savoit bien où elle estoit, et qu’il l’avoit veue, et que plusieurs personnes de ce pays-là ne savoient d’où elle etoit venue ni quand elle estoit arrivée. Ces parolles ouyes furent incontinent rapportées à monsieur Guyot et à tous ses parens, lesquels vistement vinrent trouver ce passant, et luy demandèrent d’où il venoit. Il leur repondit qu’il venoit de Rouen. Helas ! mon Dieu ! n’avez-vous pas ouy parler en ce pays-là d’une jeune demoiselle de cette ville quy a esté desbauchée depuis dix jours en ça ? Avez-vous ouy ? dictes-le-nous, et nous vous ferons un don de ce que vous voudrez. Alors il leur dict qu’il venoit de quelque lieu là où il en avoit ouy parler.

Presentement le menèrent au logis de monsieur Guyot et le firent diner avec eux, en devisant toujours de ceste affaire. Apres le disner faict, ils luy donnèrent dix escuz pour qu’il les menast là où elle estoit. Incontinent le pauvre passant, bien rejouy, leur respondict qu’il les meneroit tout droict où elle se treuvoit. Le lendemain monsieur Guyot, monsieur Guillard, monsieur de Bordes, et plusieurs autres de ses parens, montèrent à cheval au nombre de treize, et le passant avec eux, et chevauchèrent tant qu’ils arrivèrent à quatre lieues près, et firent ainsy seize lieues. Le lendemain à sept heures furent à la porte du chasteau de Mesnil. Ils se trouvoient fort empeschés sur le moyen de parvenir à luy parler, parce qu’ils n’estoient pas asseurez qu’elle fut audict chasteau, et ils craignoient la fureur de M. Basseville, d’autant que la fille perdue luy avoit esté refusée pour femme, et mesme qu’il y avoit longtemps qu’on ne l’avoit veu frequenter la maison de M. Guyot, comme ils pensoient.

Et fortune voulut qu’ils se fussent levez encore plus matin qu’eux, car ils venoientde l’eglise espouser sa fiancée, et estoit le chasteau tant plein de noblesse que c’estoit merveille à ouyr le bruict du monde et la musique quy retentissoit dedans, du costé de M. de Basseville, quy l’assistoient. Au mesme instant sortit du chasteau l’homme de chambre de M. de Basseville, quy trouva ces seigneurs à la porte, et leur demanda ce qu’ils demandoient. Ils luy respondirent qu’ils vouloient parler à mademoiselle Ysabeau, qui estoit en ceste maison. Ce qu’entendant, l’homme de chambre de la mariée, en souspirant, respondit ouy. Incontinent il monta en haut, où il les trouva qui parloient de leurs amours. Incontinent, Monsieur luy demande ce qu’il luy vouloit dire ; et fut suivy ledict homme de chambre de plusieurs seigneurs quy montèrent avec luy pour entendre quy estoient ceux quy attendoient à la porte du chasteau.

Alors il commença à dire : Monsieur, il y a nombre d’honnestes gens à cheval quy demandent mademoiselle Ysabeau, et quy sont venus expressement pour luy parler. Se sentant blessée de la faute qu’elle avoit faicte, alors la demoiselle, entendant ces parolles, se jetta à l’instant au col de son époux, luy disant : Helas ! mon Dieu ! mon amy, que feray-je ? C’est M. Guyot, mon père, quy me vient chercher. — À la bonne heure, il sera le très bien venu avec toute sa compagnie : il vous trouvera en un bon ordre et bonne compagnie. Sur ce, promptement fit aller ouvrir la porte du chasteau, et allèrent les recevoir tous deux ensemble, baiser les mains de M. Guyot et à toute sa compagnie ; ce quy se fit tant d’une part que d’une autre avec grande rejouissance de M. Guyot d’avoir retreuvé sa fille en si belle assistance de noblesse et très belle alliance. Incontinent et à l’heure sortit mademoiselle Ysabeau de sa chambre et s’alla jeter à genoux devant son père, luy demandant mercy de la faute qu’elle avoit commise.

Mais le pardon fut aisé à obtenir d’un père quy ne demandoit que l’avancement de sa fille, et surtout la voyant en telle pompe et si bien accompagnée, chose quy ne luy estoit pas trop commune.

Ainsy la tristesse et la fascherie se convertirent en joye et en allegresse pour chacun. De cette façon fut mariée et de cette façon fut assistée la fille de monsieur Guyot.



1. Los, louange. Ce mot, qui est purement latin, avec une différence d’orthographe, est l’un de ceux que regrettoit le plus Ménage.

2. Pour moyennant.

3. Espèce de hotte ou de grand panier dans laquelle le verrier portoit sa marchandise. On n’appelle plus ainsi qu’une sorte de filet.

4. Du verbe demener, qui se prenoit alors comme ici dans le sens actif, on avoit fait le mot demaine, mouvement, agitation. Ce mot, qui s’emploie encore à Orléans, se trouve au premier vers du blason en acrostiche de la ville de Paris, par P. Grognet :

Paisible demaine......