Ouvrir le menu principal

Histoire des insignes faussetés et suppositions de Francesco Fava, médecin italien

Histoire des insignes faulsetez et suppositions de Francesco Fava, medecin italien.

1608



Histoire des insignes faulsetez et suppositions de Francesco Fava, medecin italien, extraicte du procez qui luy a esté faict par Monsieur le grand Prevost de la connestablie de France.
À Paris, chez Pierre Pautonnier, ruë Sainct-Jean-de-Latran, à la Bonne-Foy ; et Lucas Bruneau, rue Sainct-Jean-de-Latran, à la Salemandre. 1608.
Avec privilége du Roy1.

On ne sçait certainement pas le nom, le païs et la profession de l’homme dont cette histoire fait mention : tantost il a pris le nom de Cesare Fiori et tantost de Francesco Fava ; ore il s’est dit medecin, ore marchand, maintenant de S.-Severin, près de Naples, et maintenant de Capriola, sur les confins de la Ligurie. Ceux qui le pensent avoir mieux cognu disent qu’il est d’une honneste famille de Finale, près de Gennes2. Quoy que ce soit, d’autant qu’en justice il a dit se nommer Francesco Fava, docteur en medecine, natif de Capriola, il sera ainsi nommé et designé.

Francesco Fava donc, medecin natif de Capriola, au printemps de son age, courut une partie des provinces d’Italie, ès quelles il exerça la medecine, et fut recommandé principalement pour estre sçavant et expert en la cognoissance et cure des venins. En l’age de trente-quatre à trente-cinq ans, il se ferma à Orta, au comté de Novarre, où, faisant sa profession de medecine, il s’enamoura de Catherine Oliva, fille d’un Oliva, marchand d’huiles, y demeurant. Il la demanda en mariage, se nommant Cesare Fiori, de S.-Severin, près de Naples ; et parce que Oliva ne le cognoissoit que par sa renommée et ne sçavoit de quel lieu ny de quelle extraction il estoit, ny mesme s’il estoit à marier, il desira s’en instruire et en avoir quelque tesmoignage. Fava, pour satisfaire à ce desir, fait luy-mesme un acte du juge de S.-Severin, qu’il escrivit et scella authentiquement, par lequel il estoit certiffié de sa preud’hommie, qu’il estoit de la maison des Fiori S.-Severin, et n’estoit point marié. Oliva, sur ceste asseurance, luy donna sa fille pour femme, et a ce mariage duré dix ou onze années, pendant lesquelles Fava a eu plusieurs enfans de sa femme, dont ne sont restez que trois a present vivans, l’aisné qui est un fils agé de neuf à dix ans seulement. Après avoir quelque tems demeuré à Orta, Fava change son habitation et son nom, transporte son domicile à Castelarca, distant de sept à huit lieues de Plaisance, sur le Plaisentin mesme, et se fait nommer Francesco Fava3.

Au commencement de l’an mil six cens sept, Fava, se voyant, comme il a dit (soit par excuse ou en verité), chargé de femme et d’enfans, et qu’il ne pouvoit de son art de medecine survenir à la despense de sa maison, se resolut, par un coup perilleux, de se mettre en repos le reste de sa vie, et sur ceste resolution prit cinquante escus qu’il avoit chez luy, partit de Castelarca vers le tems de Pasques, et s’en alla à Naples, où estant il s’enquiert des banquiers qui avoient plus de reputation, entre lesquels il fit eslite d’un nommé Alexandre Bossa, auquel il s’adressa, feignant d’estre abbé et d’avoir affaire d’une lettre de change de cinquante escus pour faire tenir à Venise à un sien nepveu, estudiant à Rome, mais que, pour lors, il disoit avoir envoyé à Venise pour quelques affaires ; baille les cinquante escus à Alexandre Bossa, et prend de luy lettre de change de pareille somme. Il garde ceste lettre quinze jours, pendant lesquels luy, qui avoit la main fort instruite et hardie à l’escriture, s’estudie à imiter et contrefaire la lettre d’Alexandre Bossa4. Au bout des quinze jours, il reporte la lettre à Alexandre Bossa et retire ses cinquante escus, luy faisant entendre que ses affaires estoient faites à Venise, et qu’il n’avoit plus de besoin de s’y faire remettre aucuns deniers.

En pratiquant en la maison d’Alexandre Bossa pour prendre ceste lettre de change et la rendre, Fava avoit pris en l’estude quelques missives de neant, mais qui pouvoient autant servir à son dessein que papiers de consequence, d’autant qu’elles estoient escrites de la main d’Alexandre Bossa et de Francesco Bordenali, son complimentaire ; et mesme un jour, ayant espié le tems qu’il n’y avoit en l’estude d’Alexandre Bossa qu’un jeune garçon, il feignit d’avoir affaire à Alexandre Bossa et de vouloir attendre qu’il fust de retour de la ville, et pria ce jeune garçon de l’accommoder de papier, plume, ancre, cire et cachet, pour faire une couple de missives à quelques uns de ses amis, en attendant que son maistre retourneroit. Cela ayant esté permis à Fava, il fit cinq ou six missives, chacune desquelles il cacheta et enferma dans une couverture de papier aussi cachetée.

De ces missives il s’en servit à deux fins : l’une pour voir la marque du papier sur lequel escrivoit ordinainement Alexandre Bossa et en achepter de pareil, comme il fit, non pas à Naples, où il n’en peut trouver, mais en la ville d’Ancone, allant de Naples à Padouë ; l’autre pour cacheter ses lettres du cachet mesme d’Alexandre Bossa, ce qu’il fit aussi, car, estant au logis, il leva les cachets qu’il avoit apposez tant aux missives qu’aux couvertures, en mouillant un peu le papier du costé où n’estoit pas la marque du cachet. Cela se faisoit assez facilement, d’autant que ce n’estoit pas cire d’Espagne5, mais molle seulement6. Il garda ces cachets pour s’en aider quand il en auroit besoin, soit pour les appliquer sur les lettres qu’il vouloit falsifier, ou pour faire un cachet de marque semblable à celle d’Alexandre Bossa.

Outre les quinze jours que Fava avoit sejourné à Naples, il y sejourna encore un mois et demy, pendant lequel il s’instruisit et s’asseura du tout à falsifier l’escriture d’Alexandre Bossa et celle de Bordenali.

Sur le point de son partement, il veid un pauvre miserable condamné à la mort, et que l’on alloit executer pour avoir fait une faulse lettre de change de quarante ou cinquante escus ; mais, de bonne rencontre pour ce miserable, passèrent par le lieu du suplice les vice-rois de Naples et de Sicile, et le cardinal d’Aquaviva, qui lui firent grace7.

Plus encouragé de ceste grâce que retenu de la condemnation de ce faussaire, Fava, au mois de juillet, part pour Naples et vient à Padouë pour executer le stratagème de faulseté qu’il avoit desseigné.

À Padoüe, il s’habille en simple prestre8, et va, sur le soir, trouver l’evesque de Concordia9, dont il avoit autrefois oüy parler, suppose et luy fait entendre qu’il estoit l’evesque de Venafry, au royaume de Naples10 ; que quelques seigneurs napolitains, ses ennemis, luy avoient mis sus d’avoir fait l’amour et abusé de la compagnie d’une niepce du duc de Caetan11 ; que ceste accusation l’avoit rendu fugitif de son evesché et fait aller à Rome pour se justifier vers Sa Saincteté, mais qu’y estant, ses ennemis avoient une infinité de fois conspiré contre luy et dressé des attentats à sa personne, tant à force ouverte que clandestinement, ayant voulu corrompre par argent l’un de ses serviteurs afin de l’empoisonner, en telle sorte qu’il avoit esté contraint, pour garantir sa vie, de se deguiser et sortir de Rome, et qu’à grand peine et à grand crainte, ainsi desguisé, il estoit ainsi arrivé à Padoüe en sa maison, où il venoit comme à un sainct asile et au port de son salut, le prioit de lui tendre les bras en son affliction, le recevoir, ayder et favoriser. La faveur qu’il desiroit de luy estoit que, par son moyen et par sa creance (n’osant luy-mesme l’entreprendre de peur d’estre descouvert de ses ennemis), il peut avoir un homme souz le nom et par l’entremise duquel il se peut faire remettre à Venise dix mille ducats qu’il avoit à Naples entre les mains du seigneur Giovan-Baptista de Carracciola, marquis de Sainct-Arme, et frère de l’archevesque de Bary12, desquels seuls il estoit assisté en son malheur comme de ses amis et alliez, ayant promis une sienne niepce en mariage, avec cent cinquante mil ducats au sieur marquis de Sainct-Arme, dont les nopces se devoient solemniser à Pasques, et que de ceste somme de dix mil ducats il vouloit achetter des diamants, perles et chesnes d’or, pour faire des presens à quelques princes et seigneurs qui pouvoient pacifier son affaire et le remettre en son evesché.

L’evesque de Concordia pleint sa fortune, luy promet toute faveur et assistance, et particulierement de luy aider d’un sien amy et confident, nommé Antonio Bartoloni, marchand banquier, demeurant à Venise, souz le nom et par le moyen duquel il pouvoit facilement se faire faire à Venise la remise des dix mil ducats qu’il avoit à Naples entre les mains du marquis de Sainct-Arme, sans qu’il fust besoin qu’il s’y employast et s’en entremist.

Fava remercia l’evesque de Concordia de la courtoisie de ses offres, et, les acceptant, luy dit qu’il en escriroit promptement au marquis de Sainct-Arme, afin que, suivant cet ordre, il luy fist tenir ses dix mil ducats ; prend congé de l’evesque de Concordia, qui le voulut honorer et conduire jusques à la porte de la maison ; mais Fava le pria de ne point passer outre, de creinte que ceste ceremonie ne le fist recognoistre pour tel qu’il estoit. Un des anciens et honorables serviteurs de l’evesque de Concordia, nommé dom Martine, arrivant sur ce depart, soit qu’il le dît comme il le pensoit, ou qu’il eût ouï parler Fava, et qu’il fût bien aise d’en conter à son maistre, dit à l’evesque de Concordia qu’il avoit veu cet homme en la ville de Rome habillé en evesque. Si l’evesque de Concordia eust eu quelque soupçon de la qualité de Fava, il l’eust lors perdu par ce tesmoignage que luy en donnoit dom Martino.

Fava, suivant ce qu’il avoit fait entendre à l’evesque de Concordia, feint d’avoir escrit et laissé passer dix jours, qui estoit le temps qu’un courrier pouvoit sejourner pour aller de Padoüe à Naples et retourner de Naples à Venise, et au bout de ce temps baille à Octavio Oliva, l’un des frères de sa femme qu’il avoit mené avec luy, un pacquet de lettres, afin de l’aller porter (comme courrier venant de Naples) à Venise, en la maison d’Angelo Bossa, marchand banquier, oncle et correspondant d’Alexandre Bossa, banquier, demeurant à Naples.

Le pacquet est rendu par Octavio Oliva à Angelo Bossa, qui trouve dedans une lettre à lui adressante de la part d’Alexandre Bossa, et un autre pacquet de trois lettres qui venoient du marquis de Sainct-Arme, et s’adressoient, l’une à l’evesque de Venafry, l’autre à l’evesque de Concordia, et la dernière à Antonio Bertoloni. Ce pacquet de trois lettres est envoyé par Angelo Bossa à l’evesque de Concordia. L’evesque de Concordia, ayant veu sa lettre, manda l’evesque de Venafry, luy rendit la sienne, et fit pareillement tenir à Venise celle d’Antonio Bertoloni, avec un advis qu’il luy donnoit de cet affaire, non pas qu’il luy dist que celuy pour lequel il avoit à recevoir les dix mil ducats fust l’evesque de Venafry, ny la cause pour laquelle le negoce se traittoit de ceste façon, mais simplement le prioit de recevoir ceste somme pour un prelat de ses amis, lorsque l’on luy en envoyerent lettre de change, pour en faire comme il luy diroit après.

Toutes ces quatre lettres estoient lettres faulses, que Fava avoit escrites, sçavoir : celle d’Alexandre Bossa sur le papier achetté à Ancone, et cachetée du cachet mesme d’Alexandre Bossa, et celles du marquis de Sainct-Arme de papier, escriture et cachet à fantaisie.

La lettre d’Alexandre Bossa à Angelo Bossa portoit : Je vous donne advis que monsieur le marquis de Sainct-Arme, dans deux ou trois jours, au plus, que monsieur l’archevesque de Bary, son frère, sera arrivé à Naples, me doit compter dix mille ducats pour les faire remettre par vous au sieur Antonio Bertoloni, marchand banquier demeurant à Venise, et estre employez en diamans, perles et chesnes d’or.

La lettre qui s’adressoit à l’evesque de Venafry contenoit : J’ay appris par les vostres que vous estes à present refugié près de monsieur l’evesque de Concordia, et qu’il vous a promis de vous favoriser du nom et ministère du sieur Antonio Bertoloni, marchand banquier demeurant à Venise, pour vous faire toucher les dix mille ducats que nous avons à vous. Si tost que monsieur l’archevesque de Bary, mon frère, qui a vos deniers entre les mains, sera retourné à Naples, qui sera dans deux ou trois jours au plus, je vous en envoyerai la lettre de change souz le nom du sieur Bertoloni pour employer en diamans, perles et chesnes d’or, ainsi que le desirez.

La lettre escrite à l’evesque de Concordia estoit en substance : J’ay sceu des lettres de monsieur l’evesque de Venafry la grande courtoisie dont vous avez usé vers luy, et les obligations que luy et moy vous avons. Je ne manqueray pas à luy faire tenir dans deux ou trois jours au plus les dix mille ducats que j’ay icy à luy, et luy en envoyer lettre de change souz le nom du sieur Antonio Bertoloni, du quel vous luy avez promis la confidence, pour estre cette somme employée en diamans, perles et chesnes d’or, ainsi qu’il le desire.

La lettre envoyée à Antonio Bertoloni disoit : J’ay appris de la maison de monsieur l’evesque de Concordia que je vous devois faire payer à Venise dix mil ducats pour employer en diamans, perles et chesnes d’or. J’attends celuy quy a mes deniers, qui doit arriver dans deux ou trois jours au plus. Aussi tost je les compteray au sieur Alexandre Bossa, banquier en ceste ville, et prendray de luy lettre de change que je vous envoyerai13.

Trois jours après ces lettres rendües, Fava suppose avoir receu un autre pacquet de cinq lettres : la première, la lettre de change qui estoit souscrite de Francesco Bordenali, complimentaire d’Alexandre Bossa14 ; la seconde, une lettre de creance d’Alexandre Bossa à Angelo Bossa ; les aultres, du mesme marquis de Sainct-Arme à luy evesque de Venafry, à l’evesque de Concordia et à Bertoloni.

Ces cinq lettres estoient faulses, escrites et cachettées comme les precedentes.

La lettre de change estoit en semblables termes : Payez à trois jours de lettre veüe ou plus tost, sans qu’il soit besoin d’autre que la presente, au sieur Antonio Bertoloni, marchand banquier, demeurant à Venise, la somme de neuf mille ducats, pour pareille somme que nous avons icy receüe du sieur marquis de Sainct-Arme, pour estre ceste somme employée en perles, chesnes d’or et diamans. Si le sieur Bertoloni prend des diamans, perles et chesnes d’or de plus grand prix que les neuf mille ducats, ne faites point de difficulté de payer le plus, car le sieur marquis de Sainct-Arme, outre les neuf mille ducats, nous en a baillé autre mil, pour prendre les perles, diamans et chesnes d’or, jusques à la valeur de dix mille ducats, si besoin est.

La lettre de creance contenoit : Suivant l’advis que je vous avois donné y a trois jours, payez au sieur Antonio Bertoloni le contenu en la lettre de change dont je vous envoye la coppie.

La lettre envoyée à l’evesque de Venafry portoit : Conformement à celles que je vous manday y a trois jours, je vous envoye la lettre de change de dix mille ducats souz le nom du sieur Antonio Bertoloni. Vous prendrez garde que vous ayez de telles perles, chesnes d’or et diamans que vous desirez.

La lettre à l’evesque de Concordia estoit en ce sens15 : C’est pour vous faire entendre que, selon celles que je vous escrivis y a trois jours, j’ay compté les dix mille ducats que j’avois à monsieur l’evesque de Venafry au banquier Alexandre Bossa, duquel j’ay retiré lettre de change souz le nom du sieur Antonio Bertoloni. J’envoye la lettre de change à monsieur l’evesque de Venafry, pour lequel je vous supplie de donner ordre qu’il ayt de tels diamans, perles et chesnes d’or qu’il vous fera entendre.

La lettre adressante à Antonio Bertoloni estoit de telle teneur : Je vous envoye la lettre de change des dix mille ducats dont je vous avois escrit il y a trois jours ; vous la presenterez et vous ferez payer du contenu en icelle, et achetterez de tels diamans, perles et chesnes d’or que vous ordonnera monsieur l’evesque de Concordia, et baillerez le tout à celuy qu’il vous dira.

L’evesque de Concordia ayant veu ces lettres, conseille à Fava de prendre luy-mesme la peine d’aller à Venise pour se faire faire son payement, et que peut-estre un autre ne prendroit pas des diamans, perles, chesnes d’or selon son affection, et qu’entre Padouë et Venise il y avoit fort peu de danger d’estre recogneu, d’autant que le voyage se fait par eau en barque couverte.

Fava n’affectionnoit point autrement d’aller à Venise, non pas de peur qu’il fust recogneu d’estre l’evesque de Venafry, mais bien de ne l’estre pas ; et toutes fois, persuadé par l’evesque de Concordia, il se resolut à faire le voyage, et, pour cet effet, prit lettres de creance de l’evesque de Concordia vers Bertoloni. Arrivé qu’il est à Venise, accompagné de Giovan Pietro Oliva, un autre frère de sa femme, qu’il disoit estre son serviteur, et nommoit Giovan Baptista (auquel il avoit dit qu’il feignoit d’estre evesque, et vouloit souz ceste feinte et par une galante invention, s’accommoder d’une somme de deniers), il va saluer Bertoloni et luy présente la lettre de creance de l’evesque de Concordia.

Bertoloni reçoit Fava, le loge en sa maison, le bienvient et honore comme prelat qui luy estoit extremement recommandé par l’evesque de Concordia, prend de luy la lettre de change, la presente à Angelo Bossa, qui l’accepte et promet payer dans le temps. Aussi tost Bertoloni, ayant la parole d’Angelo Bossa, s’embesogne pour le payement de la lettre de change, cherche par toute l’orfévrerie de Venise des plus beaux diamans et des plus belles perles qui se peussent trouver, les fait porter chez luy pour les monstrer à Fava, qui en prend en telle quantité et en choisit en telle qualité qu’il luy plaist, sçavoir16 :

Un diamant vallant trois cens ducats, mis en œuvre en anneau d’or ;

Un diamant vallant quatre-vingt ducats, aussi mis en œuvre ;

Trois diamans de septante ducats pièce, encore mis en œuvre ;

Cinquante diamans de vingt ducats pièce ;

Un diamant de soixante et cinq ducats, non mis en œuvre ;

Cent vingt-cinq diamans de sept ducats pièce ;

Deux cent vingt-quatre petits diamans de deux ducats et demy pièce ;

Une chesne de quatre-vingt-seize perles orientales et belles, pesant deux cens quarante-sept carats et demy, de mil six cens cinquante-six ducats.

Quant aux chesnes d’or, il ne s’en trouva point de telles que Fava les desiroit ; et pourtant il donna charge à Bertoloni d’en faire faire deux : l’une à trois fils, les annelets torts, l’un d’or net, et l’autre esmaillé de noir, pesant chacun fil dix onces et demy ; l’autre chesne d’or de cinq fils, pesant chacun fil deux onces.

Ces chesnes d’or, perles et diamans sont achettez au gré de Fava par Bertoloni, qui les paye de ses deniers, et fait tous les frais et la despense necessaire pour cet achapt.

Pendant six jours que dura cet affaire à chercher, marchander et acheter les diamans et les perles, et faire faire les chesnes d’or, ce fut une merveille de voir et d’entendre les actions et discours de Fava en la maison de Bertoloni, tousjours quelque mot de l’Evangile à la bouche, et le plus souvent un breviaire à la main, que pourtant il ne sçavoit pas dire. On ne veit jamais un prelat en apparence plus digne, plus religieux et plus devot. Sa modestie, son air et ses depportemens le faisoient respecter d’un chacun, et non seulement ceux qui conversoient avec luy l’honoroient comme evesque, mais encore ceux qui n’y avoient aucun accez. Le capitaine mesme du gallion de la republique, le voyant et le considerant sur le port de Venise, où il estoit allé avec Bertoloni pour voir ce grand vaisseau, luy fit beaucoup d’honneur, et demanda à Bertoloni qui estoit ce grand prelat en la compagnie duquel il l’avoit veu.

Ayant pratiqué Bertoloni, et le jugeant homme d’esprit et du monde, il luy dit que ces considerations le forçoient à luy descouvrir quel il estoit, et, luy ayant fait le mesme discours qu’il avoit tenu à l’evesque de Concordia, il y adjousta que la dernière resolution qu’il prenoit en sa mesadventure estoit d’aller à Turin trouver le marquis d’Est, qui estoit sur le point de faire un voyage en Espagne pour y traiter du mariage du fils du duc de Mantouë avec la fille du duc de Savoye, et le supplier d’obtenir lettres du roy d’Espagne, adressantes au vice-roy de Naples, pour la paciffication de ses affaires et son restablissement en son evesché, et qu’à cette fin il avoit desiré d’avoir nombre de diamans non mis en œuvre pour en faire faire des carquans17 et enseignes18, et quelques beaux diamans mis en œuvre, perles et chesnes d’or, pour en faire des presens au sieur marquis d’Est et autres seigneurs et dames qu’il estimeroit pouvoir quelque chose pour luy.

Estant à table (où tousjours il fut servi en vaisselle d’argent), il entretenoit ordinairement Bertoloni des discours des grands, des affaires principales, de la cour du pape, des forces de la seigneurie19, et du different qui naguère avoit esté entre ces deux estats, tenant quelquefois le party des Venitiens, et reffutant d’un beau discours et d’une subtile doctrine les raisons qui estoient alléguées par le pape pour la justiffication de son decret, mais revenoit tousjours au cas de conscience, pour lequel il concluoit contre les Venitiens.

Il estoit fort industrieux en ses discours à faire couler à propos quelque traict inventé advenu en son evesché, qu’il ne rapportoit qu’en passant et par occasion. Parlant un jour des miracles, il dit qu’il avoit descouvert quelques impostures et suppositions de gens d’eglise qu’il avoit passées fort doucement, de peur que l’eglise fust scandalisée, et entr’autres il en raconta une dont l’invention fut telle que, en un convent des cordeliers, on entendoit de nuict une voix qui crioit qu’elle estoit l’ame d’un deffunct détenuë en grandes peines pour n’avoir pas accomply les promesses que vivant il avoit faites à l’Eglise ; il fut en ce convent, se mit en bon estat, prit les ornemens, signes et marques de son auctorité, la croix et l’eau beniste, fit allumer une douzaine de torches, et ainsi commanda que l’on le conduisist au lieu où cette voix estoit entendue ; et là, ayant considéré d’où pouvoit sortir cette voix, il fit lever une tombe, et trouva dessouz un petit novice auquel on faisoit jouer la partie. Il s’informa du fait, et sceut que quelques cordeliers faisoient ceste meschanceté parceque le deffunt qui estoit inhumé en ce lieu, pendant sa vie monstroit une très grande devotion vers le convent, et avoit tousjours promis d’y donner tous ses biens quand il mourroit, et que neantmoins, par son testament, il n’avoit donné au convent que dix ducats.

Une autre fois, traictant des actions du feu pape Clément VIII et de ceux qu’il avoit faits grands, il dit qu’il avoit eu l’honneur d’avoir esté son nonce à Pragues vers l’empereur, et que, outre sa pension, il avoit pour la dignité de sa charge et advancement des affaires du Sainct-Siége apostolique fait depense de quinze mille escus, dont il n’avoit point esté recompensé, et que ce service, au jugement de l’archevesque de Bary et autres grands hommes d’Estat (qui pourtant le disoient pour l’obliger), estoit digne d’un chappeau de cardinal au lieu de celuy d’un évesque20.

Bertoloni, mangeant avec luy, le considerant d’assez près, pensa qu’il l’avoit veu quelqueautrefois, et luy dit confidemment : Seigneur illustrissime, me semble avoir eu l’honneur de vous avoir veu en quelque lieu. Fava, prenant la parole et le prevenant subtilement, respondit : Me souvient aussi de vous avoir veu, et je vous diray où : Ce fut, si je ne me trompe, chez monsieur le marquis de Palavisine, en sa maison, sur la rivière de Salo, un jour que nous allasmes pescher des carpillons, et qu’il y avoit avec nous une petite damoiselle sienne parente extremement belle et jolie. Soit par rencontre ou par quelque cognoissance occulte qu’eust eu Fava de ce qu’il disoit, il estoit vray que Bertoloni avoit esté en la maison du marquis de Palavisine, et que ce qu’il contoit s’y estoit passé ; mais il n’estoit pas vrai que Fava y eust esté, et toutefois il conta si particulièrement et accortement cette entreveuë supposée, que Bertoloni se persuada lors qu’il estoit vray, et fut contraint de dire : Oüy, c’est là où j’ay eu l’honneur d’avoir veu vostre seigneurie illustrissime.

Tel fut l’entretien et le deportement de Fava pendant les six jours qu’il demeura à Venise au logis de Bertoloni. Dededuire les autres particularitez qui firent remarquer son jugement, son esprit et son experience, il seroit trop long : suffit de dire que pendant ce temps on le creut universel, non seulement ès sciences humaines et divines, mais aussi en la cognoissance de toutes les affaires et secrets du monde ; ce qui faisoit que Bertoloni l’honoroit et affectionnoit d’autant plus qu’il voyoit que son merite correspondoit à sa qualité ; et toutefois, quand il fut question bailler à Fava les seguins, diamans, perles et chesnes d’or, Bertoloni, homme fort advisé, et principalement en ce qui regarde la marchandise et la banque, ayant esté nourry vingt ou trente ans parmy les marchands banquiers de Venise, et experimenté au faict de Realte, voyant que la lettre de creance de l’evesque de Concordia portoit seulement qu’il se fist payer du contenu en la lettre de change qui appartenoit au prélat qui en estoit le porteur, et ne portoit pas expressément : Baillez-luy le contenu en la lettre quand vous l’aurez receu, il douta et escrivit à l’evesque de Concordia pour sçavoir s’il bailleroit au porteur de la lettre de change, et afin de ne faire rien qu’asseurément et bien à propos.

Cependant, Fava, qui voyoit que son fait s’advançoit, et qui se souvint qu’un jour, sur l’asseurance que l’evesque de Concordia luy avoit donné de la fidelité et preud’hommie de dom Martino, il le luy avoit demandé pour luy faire compagnie quand il partiroit de Padouë, le dix-neufiesme jour d’aoust il escrivit à l’evesque de Concordia qu’avec beaucoup de contentement il avoit fait l’achapt des diamans, perles et chesnes d’or, et qu’il esperoit partir de Venise le lendemain de bon matin, accompagné du sieur Antonio Bertoloni, et arriver à Padouë avant le disner, et, parce qu’il desiroit faire peu de demeure, et autant seulement qu’il en seroit de besoin pour faire ses complimens vers luy et s’acquitter de son devoir, il le prioit de faire entendre à dom Martino qu’il se tint prest pour aller avec luy et partir aussi tost qu’il seroit arrivé à Padouë. Souscrit sa lettre Carlo Pirotto, evesque de Venafry, lequel nom de Carlo Pirotto n’est pas le nom de l’evesque de Venafry, mais un nom inventé par Fava, ne le sçachant pas.

En ce temps, Bertoloni reçoit responce de l’evesque de Concordia qu’il ne fist aucune difficulté de bailler le tout à celuy qui luy avoit porté la lettre de change. Conformement à cette responce, le vingtiesme d’aoust, Bertoloni baille et met entre mains à Fava les seguins, diamans, perles et chesnes d’or contenus en la lettre de change dont Fava lui fit quittence traduitte en ces termes : J’ay receu, moy Carlo Pirotto, evesque de Venafry, de magnifique Antonio Bertoloni, trois mil ducats de six livres quatre sols chacun ducat en seguins, et plus j’ay receu six mil trois cens cinquante-six ducats et douze gros en bagues et joyaux, sçavoir : perles, diamans et chesnes d’or, lesquels deniers, bagues et joyaux il m’a comptez et baillez au nom et de l’ordonnance de monsieur l’illustrissime et reverendissime monsieur Mathieu Sanudo, evesque de Concordia. Le tout vaut neuf mil trois cens cinquante-six ducats et douze gros : je dis 9356 duc. 12 gr., et ne sert la presente quittence que pour une seule, avec une autre semblable que j’ay faite sur le livre de quittences dudit sieur Bertoloni. Je susdit, Carlo Pirotto, evesque de Venafry, ay escrit de ma propre main et afferme ce que dessus.

Fava remercie Bertoloni des bons offices et services qu’il avoit receuz de luy, le rembourse de soixante et dix ducats payez aux courratiers21 pour l’achapt des diamans, perles et chesnes d’or, et de quelques valises et autres petites commoditez que Bertoloni avoit achetées pour luy ; et, outre ce, presente à Bertoloni (comme aussi Angelo Bossa l’offrit) la provision d’avoir traité le negoce et acheté les diamans, perles et chesnes d’or, qui montoit environ à deux cens ducats ; et encore le voulut gratiffier et recompenser de sa bonne reception et courtoisie ; mais Bertoloni, en faveur de la recommendation faite par l’evesque de Concordia, et pensant obliger l’evesque de Venafry, traita noblement et en marchand venitien, et ne voulut ny gratification ny payement de la provision qui luy estoit offerte et legitimement deüe.

Avant que de partir de Venise, Fava voulut avoir de quoy faire les fraiz de son voyage. Il y avoit trois ou quatre jours qu’il avoit remarqué qu’au cabinet où il couchoit, Bertoloni tenoit de l’argent en un coffre. Il crocheta la serrure, ouvrit le cofre, prit dedans quatre cens escus en or, et puis le referma de sorte qu’on ne pouvoit recognoistre qu’il eust esté ouvert.

Ainsi, Fava, suivi de son beau-frère Giovan Pietro Oliva, et accompagné de Bertoloni, part de Venise pour retourner à Padouë vers l’evesque de Concordia. Fava depuis a dit qu’il pria Bertoloni de l’assister encore à ce voyage et au remerciement qu’il vouloit faire à l’evesque de Concordia, et Bertoloni, au contraire, qu’il n’en fut point prié, mais que, voyant que l’affaire estoit d’importance et qu’il ne cognoissoit l’homme que par une lettre de creance, il ne désira point le laisser qu’il n’eust parlé à l’evesque de Concordia. Quoy qu’il en soit, ils partirent de Venise et furent ensemble à Padouë au logis de l’evesque de Concordia.

En ce voyage, Fava, considerant les belles maisons des gentilshommes venitiens qui sont situées sur l’une et l’autre rive de la rivière de Brenta, remarquoit les graces et les deffauts de leurs edifices, et discouroit comme architecte de toutes les singularitez de chacun bastiment. C’estoit au mois d’aoust, que la chaleur est extreme en Italie : Fava, voyant que Bertoloni estoit un peu incommodé de son manteau, qui estoit de damas doublé de taffetas (et qui peut-estre s’en vouloit accommoder), commanda à Giovan Pietro Oliva, son beau-frère, qu’il le prist et le serrast en une valise jusques à ce qu’ils fussent arrivez à Padoüe.

Arrivez qu’ils furent à Padoüe, Fava tesmoigne à l’evesque de Concordia comme l’affaire s’estoit passée selon son desir, se loue de l’honnesteté et preud’hommie de Bertoloni, du contentement et de la satisfaction qu’il avoit receüe de lui ; rend graces à l’evesque de Concordia du bien fait et de la courtoisie dont il avoit usé en son endroit, et promet de s’en revenger par tous les bons services qu’il luy pourroit rendre. L’evesque de Concordia le voulut retenir à disner, mais il s’en excusa sur ce qu’il dit qu’il estoit pressé de partir pour aller à Turin trouver le marquis d’Est, afin de donner ordre à ses affaires, et qu’il boiroit une fois seulement en passant par l’hostellerie où il estoit logé ; demande dom Martino, que l’evesque de Concordia et Bertoloni ne trouvèrent pas bon de luy bailler pour compagnie, de crainte que, s’il luy mesadvenoit par le chemin, il n’eust quelque soupçon de dom Martino, et luy dirent qu’il n’estoit pas au logis. Ainsi congedié, il part de Padoüe accompagné de Giovan Pietro Oliva, et fut si hasté qu’il ne se souvint pas et n’eut point le temps, ou ne le voulut pas prendre, de rendre le manteau de Bertoloni, qui depuis l’a retrouvé et repris en ceste ville de Paris, en la maison où a logé Fava22.

Bertoloni retourne à Venise, en sa maison, et, par occasion, recompte l’argent qu’il avoit au cabinet où avoit couché Fava, et trouve faute de quatre cens escus en or. Cela le fit entrer en quelque scrupule, et toutes fois, parce que c’estoit un evesque, il ne l’en osa soupçonner. Sept ou huit jours après son retour, il se fait payer par Angelo Bossa des neuf mil trois cens cinquante-six ducats douze gros contenus en la lettre de change, qu’il avoit advancez et acquitez pour luy. Le lendemain de ce payement vient un courrier exprès de Naples, envoyé par Alexandre Bossa, qui apporte nouvelles que Alexandre Bossa n’avoit baillé aucune lettre de change au sieur marquis de Sainte-Arme, et ne sçavoit que c’estoit de cet affaire. Aussitost Angelo Bossa fait informer à Venise contre Carlo Pirotte, soy-disant evesque de Venafry, obtient decret des sieurs juges de la nuit. L’evesque de Concordia, Bertoloni, Bossa, Bordenali, chacun est en campagne pour trouver Fava et sçavoir quel chemin il a pris. Dom Martino monte à cheval, et le va chercher en Flandre, où il avoit entendu qu’il devoit aller ; mais en vain toutes ces recherches. Ce que l’on peut faire fut d’envoyer par les provinces d’Italie, et hors l’Italie mesme, des memoires contenans le nombre, la qualité, la facture, le prix et le poids des diamans, perles et chesnes d’or qui avoient esté vollez, le bois et la façon des boëttes dans lesquelles estoient les diamans attachez sur cire rouge, avec designation des estoiles, chiffres, lettres et autres remarques qui estoient sur icelles, afin que, si quelqu’un les exposoit en vente l’on s’en saisist ; et, par ce memoire, on promettoit de donner un quart de ce qui seroit recouvré à ceux qui le descouvriroient. Un de ces memoires est envoyé au sieur Lumagnes, marchand banquier en ceste ville de Paris, qui en fait faire des coppies et les baille à quelques orfèvres.

Quant à Fava, au lieu de prendre le chemin de Turin, il estoit retourné à Castelarca, en sa maison, et là donne à entendre à sa femme que ses affaires estoient faites, qu’il avoit receu plusieurs deniers de ses debiteurs, que le temps estoit venu qu’il falloit aller en France pour y faire fortune, la fait resoudre à faire le voyage, et, sur ceste resolution, prend ses seguins, diamans, perles et chesnes d’or, et avec sa femme, ses trois enfans, Octavio Oliva et Giovan Pietro Oliva, frères de sa femme, part de Castelarca. Sur la rive du Po, à quelque neuf ou dix lieües de Plaisence, Octavio Oliva, qui n’avoit point dessein de venir en France, mais seulement qui estoit sorti de Castelarca avec Fava pour le conduire quelques journées, le laisse et va chercher païs et adventure avec trois cens ducats que luy donna Fava. Fava, sa femme, ses enfans, et Giovan Pietro Oliva, son beau-frère, tirent païs, repassent par Venise, traversent les Suisses, joignent la France, et arrivent à Paris au mois de novembre, et se logent en chambre garnie, au logis d’une dame Gobine, près la place Maubert23.

Lorsque Fava se voit à Paris, en repos, avec sa famille, incogneu et esloigné de trois à quatre cens lieuës des lieux où il avoit fait ses faulsetez et tromperies, il creut que sa barque estoit à port, et qu’il estoit à couvert et hors des risques et naufrages qu’il avoit courus ; il pença desormais d’establir et d’arrester sa fortune, non pas à Paris, où il doutoit toujours quelque mauvaise rencontre, à cause de la grande frequence des peuples qui journellement y abordent, mais en quelque ville d’Anjou ou de Poitou24, où il desseignoit sa retraite et son habitation, après avoir fait argent à Paris de ses diamans, perles et chesnes d’or ; et, suivant ce dessein, il escrivit à un sien confident nommé Francesco Corsina, Italien, apothicaire, tenant lors sa boutique en tiers ou à moitié en Flandre, en la ville de Bruxelles, et luy manda que, s’il vouloit venir à Paris, il avoit bonne somme de deniers dont ils s’accommoderoient ensemble, et leveroient une bonne boutique d’apothicairerie, où ils exerceroient la medecine, travaillant l’un et l’autre de leur art, et partageroient par moitié les proffits qui en proviendroient.

Pendant que Fava attendoit des nouvelles de Corsina, il tasche à faire la vente de ses diamans, et, pour cet effet, le samedy douziesme janvier mil six cens huict va sur le Pont-au-Change, où, après avoir quelque temps consideré l’air des marchands et des boutiques où il pouvoit plus à propos faire sa vente et moins estre descouvert, il s’adressa à un orfèvre nommé Bourgoing, tenant une petite boutique contre l’eglise S.-Leufroy25, lui faisant entendre au mieux qu’il peut, moitié italien, moitié françois, qu’il cherchoit un courratier pour luy faire vendre une quantité de diamans qu’il avoit. Sur les offres que luy fit Bourgoing de luy servir lui-mesme de courratier et luy faire vendre ses diamans, il en monstra quatre petites boëttes et les luy laissa, ayant pris recepissé de luy, et dit qu’il retourneroit dans quatre heures pour sçavoir s’il avoit trouvé marchand.

En ces quatre heures, Bourgoing cherche marchand et fait la monstre des quatre boëttes de diamans. Un lapidaire nommé Maurice et le sieur Paris Turquet, marchand joallier, qui avoient veu le memoire envoyé de Venise, se rencontrent à ceste monstre, et, ayant jugé aux remarques des boëttes que c’estoient les diamans recommandez et contenus en ce memoire, ils en confèrent avec Bourgoing, et s’associent, eux trois, au quart promis par le memoire à ceux qui recouvreroient les marchandises perduës, et aussi tost donnent advis de cet affaire à maistre Denis de Quiquebeuf26, lieutenant en la grande prevosté de la connestablie de France.

Le sieur de Quiquebeuf se tient prest à l’heure que Fava devoit retourner pour sçavoir des nouvelles de ces diamans, prend une robbe de chambre, feint d’estre marchand et de vouloir acheter les diamans de Fava, mais qu’il en avoit affaire de plus grande quantité. Cela occasionna Fava d’en monstrer encore dix autres boëttes, lesquelles, comme les quatre premières, furent recogneuës par Turquet et Maurice estre celles designées au memoire envoyé de Venise. Comme Fava consideroit les actions de ces marchands, qui regardoient la forme des boëttes, les lettres et chiffres marquez dessus, il commença d’entrer en cervelle et d’avoir peur, et pour eschiver son malheur, feignit d’avoir une assignation fort pressée, necessaire et importante, avec un homme qui l’attendoit au logis, où il vouloit aller, et promettoit de retourner incontinent, et cependant qu’il laisseroit ses diamans pour estre veus. Le sieur de Quiquebeuf lors luy declara sa qualité, se saisit de luy, et luy dit qu’il estoit adverti qu’il avoit encore d’autres diamans, perles et chesnes d’or, qu’il falloit promptement trouver. Fava recogneut qu’il avoit encore dix boëttes de diamans, des perles et chesnes d’or en son logis, mais qu’il les avoit bien achetées et estoit homme d’honneur et bon marchand ; et sur cette recognoissance le sieur de Quiquebeuf, accompagné de Bourgoing et de ses archers, se transporta à la chambre de Fava, où il trouva les dix autres boëttes de diamans, les perles et les chesnes d’or, et tout le contenu au memoire envoyé de Venise, hormis une perle et un petit diamant de deux ducats et demy, qui avoient esté perdus en ouvrant et maniant les boëttes, et outre quelque huit cens seguins d’or ; dresse son procez-verbal et fait faire inventaire, prisée et estimation des diamans, perles et chesnes d’or, par les marchands Turquet, Bourgoing et Maurice.

Quand Fava veit les formes dont on usoit pour faire l’inventaire, prisée et estimation des diamans, perles et chesnes d’or, il dit qu’il ne s’affligeoit pas de l’accident qui lui estoit advenu, puisque son bien et sa personne estoient entre les mains de la justice, où ceux qui ne sont point coupables ne doivent rien craindre ; mais qu’un doute le marteloit, qui estoit de sçavoir si, ayant acheté de bonne foi ces diamans, perles et chesnes d’or, de gens qui les eussent mal pris, ils seroient perdus pour luy, estant revendiquez par celuy auquel le larcin en auroit esté fait.

Le mesme jour de la capture, le sieur de Quiquebœuf procedde à l’interrogatoire de Fava, et, d’autant qu’il n’avoit pas l’intelligence de la langue italienne, il manda et pria maistre Nicolas Fardoïl, advocat en Parlement, versé en ceste langue, pour l’assister en l’instruction de cet affaire. Fava est interrogé, se dit avoir nom Francesco Fava, natif de Capriola, sur les confins de la Ligurie, docteur en medecine, agé de quarante-cinq à quarante-six ans, et respond que, bien que sa profession principale fust la medecine, que toutefois il avoit accoustumé de traffiquer de pierreries, et qu’il avoit acheté les diamans, perles et chesnes d’or qui luy avoient esté trouvées, en la ville de Plaisence, de trois hommes, l’un qu’il cognoissoit, les deux autres à luy incogneus, pour le pris et somme de cinq mille cent cinquante ducats qu’il avoit receus de ses debiteurs, et qu’il avoit fait l’achapt à dessein de venir en France faire marchandise et traffiquer de ces pierreries.

Il estoit minuict : l’interrogatoire est continué au jour suivant, et, ce soir mesme, Giovan Pietro Oliva se sauve, et depuis n’a point esté veu.

Le dimanche, treizieme janvier, continuant l’interrogatoire, Fava se jette à genoux et prie la justice de lui faire misericorde, declare que ce qu’il avoit respondu le jour precedent estoit faux, que c’estoit luy qui avoit fait le vol, et conte l’histoire telle qu’elle a cy-devant esté recitée. Sur ceste confession, Fava est envoyé prisonnier au For-l’Evesque.

Le lendemain de son emprisonnement, Fava, voyant (ainsi que depuis il a respondu par son interrogatoire) que son crime estoit descouvert et qu’il ne pouvoit plus paroistre au monde l’honneur sur le front et sans honte et vergogne, delibera de se faire mourir ; et de fait, s’estant couvert de ses habits et enveloppé de son manteau, afin de se tenir le plus chaudement qu’il pourroit, avec un canif qu’il avoit pris à cet effet lors de son interrogatoire, et caché entre son bras et sa chemise, il se couppa en cinq endroits des deux bras les veines basilique, cephalique et mediane, par lesquelles il perdit quelque trois livres de sang, le surplus ayant esté retenu par l’extrême froid qu’il faisoit alors27. Fava, voyant que le sang ne pouvoit plus sortir, qu’en se seignant il avoit espointé son canif, et que d’ailleurs il n’avoit plus la force de lever son bras pour achever de se donner la mort, appella le geolier pour le secourir. Il fut promptement secouru et pensé de ses playes, en telle façon que depuis il s’en portoit bien.

On escrit à Venise de la capture de Fava, et cependant monsieur Morel, grand prevost de la connestablie, assisté de maistre Nicolas Fardoïl, instruit et fait le procez à Fava.

Il est interrogé : on lui demande pourquoy il avoit requis l’evesque de Concordia de luy bailler dom Martino pour l’assister au voyage qu’il disoit aller faire à Turin ; il respond qu’il l’avoit demandé pour donner plus de couleur à sa fourbe, et que, si dom Martino fust venu avec luy, il eust bien trouvé moyen de s’en defaire par les chemins et de le r’envoyer à Padoüe.

On luy demande comment il estoit repassé par la ville de Venise pour venir en France, veu que c’estoit le lieu où il avoit fait le vol ; il respond qu’exprès il avoit repassé par Venise, jugeant, s’il estoit poursuivi, que l’on estimeroit plus tost qu’il eust pris tout autre chemin que celuy de Venise.

On luy demande si sa femme ne sçait pas cet affaire et s’il luy en a pas communiqué ; il respond que ce n’estoit pas affaire à communiquer à une femme, et principalement à la sienne, qui est une femme simple, innocente, et qui, selon la coustume d’Italie, où les femmes mariées sont plus servantes que maistresses, a creu, obeï et suivi son mary en ce qu’il luy a commandé et partout où il a voulu.

La femme, pareillement, est interrogée et confrontée à son mary. À ceste confrontation, Fava, voyant que d’abord la douleur et le ressentiment de son infortune saisissoit tellement sa femme qu’elle pendoit à son col et ne luy pouvoit parler, il luy dit avec intervalle de temps : Femme, femme, femme, où je vivray, ou je mourray. Si je vis, tu possederas tousjours ce que tu aymes ; si je meurs, tu perdras la cause de ton ennuy.

Reprochant un tesmoin, après qu’il eut fait son reproche, il adjousta qu’outre ce qu’il avoit dit, comme medecin et physionomiste28 il recognoissoit à l’inspection de sa face qu’il estoit traistre, non pas qu’il voulust induire que necessairement il le fust, mais que, naturellement et par inclination, il l’estoit, et pourtant qu’il ne vouloit pas croire à sa depposition.

À la representation qui luy fut faite des diamans, perles et chesnes d’or, pour les recognoistre, considerant qu’il avoit esté si mal advisé que de porter vendre les diamans dans les boëttes mesmes esquelles les marchands venitiens les avoient mis sur cire rouge, marquées de lettres, chiffres et estoiles, il accusa stupidité, et puis, l’excusant, dit que tous hommes estoient hommes, sujets à faillir, et que Gallien disoit que le meilleur medecin estoit celuy qui faisoit le moins de fautes.

Sur ce que particulierement on lui remonstra que seul il n’avoit peu faire toutes ces faulses lettres, et qu’il falloit qu’il se fust servi d’un tiers, d’autant que quand il avoit escrit en evesque et en marquis, ses lettres estoient toutes illustres, reverendes et céremonieuses ; et, quand il avoit escrit en marchand, ses paroles n’estoient que termes et pratiques de marchand ; d’ailleurs, qu’il avoit falsiffié plusieurs sortes d’escriture et cacheté ses lettres du cachet d’Alexandre Bossa, il respondit qu’il ne s’estoit servi que de lui seul, et que, bien qu’il ne fust evesque, marquis ny marchand, neantmoins il n’ignoroit pas les tiltres, honneurs et creances qui leur appartiennent, et dont ordinairement ils usent en leurs missives ; quant à l’imitation de l’escriture, que sa trop grande science avoit esté la cause de son mal, y estant tellement expert et subtil, qu’en une heure il pouvoit contrefaire cinquante sortes d’escritures, de telle façon qu’il seroit impossible de recognoistre les originaux d’avec les copies ; et, pour les cachets, que, en ayant un de cire pour patron, il en pouvoit aussi bien et aussi promptement faire que les graveurs et maistres du mestier.

Pendant que le procez s’instruisoit, sur le commencement du mois de fevrier, Francesco Corsina, auquel Fava avoit escrit, arrivé à Paris, est adverti de la prison de Fava, le va voir, et communique avec luy des remèdes et moyens de son salut, luy promet toute sorte d’assistance. Fava, pour lors, ne le pria d’autre chose sinon qu’il pratiquast quelque accez et cognoissance en la maison de M. l’ambassadeur de Venise, par le moyen de laquelle il fust informé chasque jour de ce qui se passeroit en son affaire, et particulièrement des nouvelles que l’on auroit de Venise. Corsina fait en sorte qu’il sçait ce qui se faisoit et proposoit contre Fava, et journellement luy en donne advis.

Le lundy vingt-cinquiesme fevrier, le courrier de Venise estant arrivé, Corsina en advertit Fava, et luy dit que Antonio Bertoloni venoit ce mesme jour pour luy faire son procez, et devoit arriver le soir ; qu’il estoit temps de prendre garde à ses affaires et de tascher à se sauver. Fava, se servant de la bonne volonté de Corsina et des offres qu’il luy faisoit de l’aider à quelque prix que ce fust, luy fait ouverture d’un moyen dont il s’estoit advisé pour sortir des prisons, qui estoit d’entrer en la chambre du geolier, qu’il pouvoit ouvrir avec un crochet, ayant observé que la servante tournoit fort peu la clef pour ouvrir la porte, passer par une des fenestres de la chambre, descendre en la court des prisons, et se sauver par dessus la muraille qui regarde sur le quay de la Megisserie29 ; à ceste fin luy donne ordre de luy faire faire une corde pleine de nœuds de certaine longueur, et une eschelle de cordes de longueur competente avec deux cordes aux deux bouts, au bout de l’une des quelles il y eust un morceau de plomb pour pouvoir plus aisement jetter par dessus la muraille de la prison, et que le lendemain au soir, à six heures sonnantes au Palais (qui est l’heure que les prisonniers sont retirez et qu’il n’y a personne en la cour), il luy jettast l’eschelle par dessus la muraille de sa prison, vis-à-vis du puids qui est en la cour, et luy promist qu’estant hors des prisons, ils retourneroient ensemble en Italie, et qu’il luy donneroit cent escus, avec lesquels il en mettroit encore autres cent, dont ils leveroient une boutique, et exerceroient ensemble la medecine.

Corsina fait faire la corde et l’eschelle, envoye la corde à Fava le lendemain, qui estoit le vingt-sixiesme fevrier ; et, quant à l’eschelle, luy manda qu’elle n’estoit pas encore achevée, mais que sans faute le jour suivant, vingt-septiesme fevrier, elle seroit faite, et ne manqueroit pas de la jetter à l’heure ordonnée. Fava prend la corde, la met en la poche de ses callessons, et sur le soir la cache souz un buffet en la salle commune des prisonniers.

Le vingt-septiesme fevrier, sur les six heures du soir, Fava envoye querir du vin par un valet qui ordinairement sert les prisonniers, et à l’heure mesme sort de sa chambre, va à la chambre du geolier, qu’il ouvre avec un clou chrochué à cet effet, qu’il avoit arraché d’une des fenestres des prisons, entre dans le cabinet de la chambre, à la serrure duquel il trouva la clef, despoüille sa robbe, son pourpoint, ses souliers et son chappeau, attache sa corde à un des verroüils de la porte du cabinet, passe par la fenestre, où n’y avoit point de barreaux, et par le moyen de ceste corde descend en la court des prisons, cherche le plomb et la corde de l’eschelle que Corsina luy avoit jettée. Il faisoit lors grande nuict et grande pluye ; d’ailleurs, la corde n’avoit pas esté bien jettée à l’endroit du puids comme il avoit esté ordonné : cela fit que Fava fut un temps sans trouver la corde de l’eschelle, et pensoit mesme qu’elle n’eust pas encore esté jettée ; enfin, l’ayant trouvée, il tire l’eschelle en dedans la court jusques à l’arrest, et attacha le bout de la corde que l’on luy avoit jettée à la potence du puids, afin que, comme en montant l’eschelle seroit arrestée par une des cordes que Corsina avoit attachée à une pierre de taille du costé de la rüe, en descendant elle fust aussi retenüe par l’autre corde qu’il avoit liée à la potence du puids du costé de la prison ; monte à l’eschelle, et estant au dernier eschelon ne peut atteindre jusques au haut de la muraille. Lors il descend et dit à Corsina (au travers d’une porte des prisons qui est en ceste muraille) qu’il avoit tenu la corde trop longue, et qu’il la retirast de deux ou trois eschelons, ce que fit Corsina. Mais, sur ces entre-faites, le vallet retourne du vin, ne trouve point le prisonnier en sa chambre, advertit le geolier et ses serviteurs, qui cherchent de tous costez, voyent la chambre du geolier ouverte, les habits de Fava, la corde qui pendoit par la fenestre du cabinet en la court, descendent à la court, et trouvent Fava sur le point de remonter à l’eschelle et se sauver, l’arrestent et le renferment, vont voir sur le quay, à l’endroit des prisons, qui y estoit, r’encontrent un jeune homme, l’espée à la main, qui s’enfuit aussi tost. Ils retournent aux prisons, et payent le pauvre prisonnier de leurs peines. Les geoliers sont ouïs sur ce bris de prisons, Fava interrogé ; on luy represente la corde et l’eschelle qu’il recognoist, et respond du fait comme il a esté cy devant deduit ; et toutes fois il dit qu’il ne sçait pas si ce fust Corsina qui luy jetta l’eschelle ou son serviteur, d’autant qu’il ne le veid et ne l’entendit pas parler. Mais il y a quelque apparence que tout ce qu’il a dit de Corsina ne soit qu’une invention et un pretexte pour favoriser et couvrir Giovan Pietro Oliva, son beau frère, ou quelque autre, du ministère et de l’entremise duquel il s’est servi depuis sa prison.

Antonio Bertoloni estoit arrivé à Paris avec lettre de faveur de la republique, avoit salué monsieur l’ambassadeur de Venise, avoit esté presenté au roi par monsieur de Fresne, et sa Majesté luy avoit fait cet honneur que d’entendre entièrement sa plainte, et commander à monsieur le chancelier de luy faire justice, ce que monsieur le chancelier a si religieusement et si soigneusement observé, que tousjours il a eu l’œil à cet affaire, et a voulu estre adverti chaque jour par monsieur le grand prevost de la connestablie de ce qui se passoit au procez. Pour l’expedition de cet affaire, Bertoloni avoit apporté procuration speciale d’Angelo Bossa, partie civile contre Fava, coppie collationnée de l’information et decret emané des sieurs juges de la nuit à Venise, la lettre escrite à Venise et envoyée par Fava à l’evesque de Concordia, et la quittance des neuf mil trois cens cinquante six ducats douze gros contenus en la lettre de change. Sur ces pièces, le procez est instruit, Angelo Bossa receu partie, Bertoloni oüy en tesmoignage contre Fava, Fava interrogé sur sa depposition, qu’il recognoist veritable ; la lettre et la quittance à luy representées et par luy recogneües, les recollemens et confrontations faites.

Depuis l’arrivée de Bertoloni, Fava, voyant que sa fuitte avoit manqué, ayant tousjours la presence de Bertoloni devant les yeux, et sçachant de jour à autre toutes les poursuittes que Angelo Bossa, sa partie, faisoit à l’encontre de luy, se desespera du tout, et de là en avant (sans pourtant en monstrer des signes exterieurs) ne chercha plus que les moyens de mourir, et mesme un jour se porta à une estrange et cruelle deliberation d’empoisonner luy, sa femme et ses enfans.

Le quatriesme jour de mars, il pria le geolier de luy faire venir un barbier pour luy coupper le poil. Après que son poil fut couppé, il donna de l’argent au barbier et le pria de luy acheter et apporter demie once d’antimoine30 preparé, des fueilles de roses, des raisins de Corinthe et du sucre, dont il disoit, avec des blancs d’œufs, vouloir faire un onguent pour une inflammation qu’il avoit ès yeux. Le barbier achepta ces drogues ; mais, d’autant que l’antimoine est poison, il en advertit le geolier, en la presence duquel il les bailla à Fava, auquel à l’instant elles furent saisies et ostées. Interrogé sur ce, il recognut qu’il avoit donné charge et argent au barbier pour achetter ces drogues comme medicinales à sa douleur, et que, bien que l’antimoine fust poison, toutefois, temperé et meslé avec sucre, raisins de Corinthe, fueilles de roses et blancs d’œufs, il estoit fort salutaire au mal des yeux, et que tant s’en faut qu’il eust eu volonté de se mefaire depuis qu’il avoit attenté à sa vie en s’ouvrant les veines, qu’au contraire, ayant esté malade et presque tousjours indisposé, il avoit usé de remèdes et de regimes, et apporté toute la peine et le soin qu’il avoit peu pour la conservation de sa santé, et de ce appelloit en tesmoignage tous les prisonniers de sa chambre.

Quelque temps après, Fava fut encore malade, et se mit au lict, où tousjours depuis il a demeuré, et en ses maladies avoit ordinairement de grandes convulsions et des vomissemens, ce qui fait presumer (et par la suitte mesme de ceste histoire) qu’il avoit envoyé querir l’antimoine preparé pour s’empoisonner, et que ses vomissemens estoient le rejet du venin qu’il avoit pris.

Il apprehendoit la condamnation aux gallères, et prioit la justice que, si, par les loix de France, son crime estoit punissable de ceste peine, que plustost on le fist mourir, attendu qu’il avoit un catarre ordinaire et une grande indisposition d’estomac, et mesme qu’il estoit mal propre et inhabile à la rame, à cause des playes qu’il s’estoit faites ès deux bras. Il recommendoit souvent sa femme et ses enfans à la justice.

Est à remarquer que Fava avoit esté soupçonné de plusieurs autres faulsetez faites à Naples, Venise, Milan et Gennes, et fut interrogé sur memoires baillez à cet effet ; toutefois il desnia tout, et dit que l’Italie ne manquoit pas de gens d’esprit, et que quand un arbre penchoit chacun s’appuyoit contre. Hors l’interrogatoire, et particulièrement, il recogneut à Bertoloni le vol des quatre cens escus en or qu’il avoit pris en son cabinet, mais le prioit de n’en rien dire, afin de ne point aggraver son crime.

Toutes les choses s’estant ainsi passées, le procez mis en estat, veu par maistre Pierre Forestier, procureur du roy en la grande prevosté de la connestablie, conclusions par luy baillées, le procez distribué à maistre Roland Bignon, advocat en Parlement, pour en faire son rapport, enfin, le samedy vingt-deuxiesme mars, il est mis sur le bureau de la connestablie et mareschaussée, où seoient pour juges messieurs les grand prevost et lieutenant de la connestablie et mareschaussée, messieurs du Hamel, Dogier, Loisel, le Maison, Leschassiers, de Brienne, Mornac, Bignon, rapporteur ; Desnoyers et Fardoil, advocats en Parlement. Le procez rapporté et les pièces veuës, le jugement, à cause de l’heure, remis au lundy.

Fava, ayant eu l’advertissement que l’on le jugeoit, se resolut de prevenir la honte de son supplice par un courage malheureux ; et, d’autant qu’auparavant il avoit trois ou quatre fois manqué à sa mort, le froid ayant retenu son sang dans ses veines, l’antimoine luy ayant esté osté, le poison qu’il avoit pris sorty de son corps sans luy nuire, il s’advisa de faire en sorte qu’il n’y fallust plus retourner. Sa femme l’estant venu voir le samedy mesme, il luy fit entendre qu’il desiroit manger d’une certaine paste à l’italienne, qu’autrefois elle luy avoit desjà faite, et luy commanda, quand elle seroit de retour en sa chambre, de faire de ceste paste et la luy apporter. Suivant ce commandement, le lendemain, qui estoit le dimanche vingt-troisiesme de mars, la femme de Fava luy envoye par son fils aisné la paste qu’elle avoit faite. Fava, ayant receu ceste paste, en rompt un morceau et met dedans quantité d’arsenic qu’il avoit eu (on n’a peu sçavoir comment par l’information qui en a esté faite31), prend le poison et l’avalle. Il prevoyoit sa mort infailliblement, d’autant qu’il avoit pris six fois plus de poison qu’il n’en falloit pour faire mourir un homme ; et d’ailleurs il savoit bien qu’il ne vuideroit pas ce poison comme les precedens, l’ayant exprès enfermé en une paste, afin que la paste s’attachast à son estomach et y demeurast pour faire son effet. Sa femme arrive ; il se plainct à elle de l’exceds de son mal, dit qu’il va mourir, sans declarer qu’il fust empoisonné, luy dit adieu, donne par diverses fois la benediction à son fils, les renvoye tous deux au logis. Aussitost il demanda un prestre. Un qui estoit prisonnier se presenta, mais il le refusa et en voulut un autre. Pendant que l’on en cherchoit, le poison, qui estoit violent, commence son operation, presse Fava et le travaille extremement. Alors il se fit oster du lict où il estoit couché et mettre sur une paillasse, où il dit qu’il vouloit mourir, et y mourut miserablement peu de temps après, sans que le geolier ny les prisonniers sceussent la cause de sa mort, et eussent le temps et le moyen d’y remedier.

Le lundy matin, vingt-quatriesme mars, les juges, qui estoient assemblez pour le jugement du procez, sont advertis par monsieur le grand prevost de la connestablie de la mort inesperée de Fava. Le corps est ouvert, le poison trouvé dans l’estomach, curateur creé au cadaver, information de la mort, la femme oüie, le procez fait et parfait au cadaver, sentence du mesme jour par laquelle Francesco Fava, accusé, est declaré deüement atteint et conveincu d’avoir mal pris, desrobbé et vollé à Angelo Bossa, par faulsetez et suppositions de nom, qualitez, escritures et cachets, neuf mil trois cens cinquante-six ducats douze gros, monnoye de Venise, tant en diamans, perles et chesnes d’or, que en deniers comptans en espèce de seguins d’or : ensemble d’avoir attenté à sa propre personne, estant en prison, par incision de ses veines, et finalement, le procez estant sur le bureau, s’estre fait mourir par poison ; et pour reparation de ces crimes ordonné que son corps sera traisné, la face contre terre, à la voyrie, par l’executeur de la haute justice, et là pendu par les pieds à une potence qui pour cet effet y sera mise et dressée ; tous et un chacun de ses biens declarez acquis et confisquez à qui il appartiendra, sur iceux prealablement pris la somme de neuf mil trois cens cinquante-six ducats douze gros, monnoye de Venise, et tous les despens, dommages et interests d’Angelo Bossa ; et à ceste fin, et sur et tant moins de ceste somme, seront rendus à Angelo Bossa, ou à son procureur, les diamans, perles, chesnes d’or et seguins dont Francesco Fava a esté trouvé saisi ; Octavio Oliva, Giovan Pietro Oliva et Francesco Corsina, pris au corps partout où ils seront trouvez et amenez prisonniers au For-l’Evesque, pour leur estre fait et parfait leur procez.

Prononcé et executé à Paris le mesme jour, vingt quatriesme mars mil six cens huict.

N’a rien esté ordonné sur le quart promis aux marchands qui avoient recouvré les diamans, perles et chesnes d’or, d’autant qu’ils en avoient accordé avec Angelo Bossa pour une somme de six cens escus.

Excuse, lecteur, si ceste histoire n’est traictée si dignement qu’elle merite : ce n’est qu’un extrait de procez, que l’autheur a fait afin de contenter la curiosité de ses amis, luy ayant esté plus facile de leur en donner des coppies imprimées qu’escrites à la main.

Extrait du privilége du Roy.

Par grace et privilége du roy, il est permis à Pierre Pautonnier, libraire et imprimeur en l’Université de Paris, d’imprimer ou faire imprimer un livre intitulé : Histoire des insignes faulsetez et suppositions de Francesco Fava, medecin italien, extraite du procez qui luy a esté fait par monsieur le grand prevost de la connestablie de France ; et defences sont faites à tous libraires et imprimeurs, et autres, d’imprimer ou faire imprimer, vendre ne distribuer ledit livre, sans le congé et consentement dudit Pautonnier, et ce jusques au temps et terme de six ans, finis et accomplis, à compter du jour et datte que la première impression sera faite, sur peine de cinq cens escus d’amande et confiscation desdits livres, et de tous despens, dommages et interests. Et outre veut ledit seigneur qu’en mettant au commencement ou à la fin dudit livre un extrait dudit privilège, il soit sans autre forme tenu pour deüement signifié à tous libraires et imprimeurs de ce royaume, ainsi que plus à plain est contenu es dites lettres. Donné à Paris, le quatriesme jour de may 1608.

Par le roy, en son conseil,

Paulmier.




1. L’histoire de Fava est aussi racontée au long dans le Supplément au Journal du règne de Henri IV, par P. de l’Estoille (1736, in-8º, t. 2, p. 165–170), sous la date du 24 mars 1608. Ce récit, qu’il ne faut chercher que dans ce Supplément, d’après M. Champollion (Journal de l’Estoile, coll. Michaud, gr. in-8º, p. 454), ne diffère de la relation reproduite ici que par quelques détails que nous signalerons au passage. Dans l’Esprit du Mercure, publié par Merle en 1810, in-8º, se trouve aussi, t. 1, p. 7–24, sous ce titre : (1608) Cause célèbre, un exposé très détaillé de cette curieuse affaire, emprunté sans doute à un numéro de l’ancien Mercure, que nous n’avons, toutefois, pas pu retrouver. Sauf quelques faits dont nous montrerons la différence, c’est en abrégé ce qu’on va lire ici in extenso.

2. Dans le Supplément au Journal de l’Estoille, t. 2, p. 165, on s’en tient à cette dernière opinion.

3. Tout ce paragraphe est reproduit textuellement, à quelques mots près, dans la relation de l’Esprit du Mercure.

4. « La dexterité qu’il avoit à imiter et contrefaire toutes sortes d’escritures luy donna bientost le moyen de contrefaire celle de Bossa, et de descouvrir les correspondances qu’il avoit à Venise. » Suppl. au Journ. de l’Estoille.

5. 6. Ce passage, écrit en 1608, détruit l’opinion accréditée depuis Pomet (Hist. générale des drogues, Paris, 1735, in-4º, t. 1, 28 ; 2, 44) sur l’invention de la cire d’Espagne. Il devient évident qu’on la connoissoit de nom avant que le marchand de Paris, nommé Rousseau, à qui l’on en attribue à tort la découverte, l’eût remise en honneur, vers 1620, et lui eut dû, grâce aux encouragements de Mme de Longueville, puis de Louis XIII, une fortune de 50,000 fr. en quelques années. C’est un argument nouveau en faveur de M. Spies, qui soutenoit avoir vu, dans les archives de la cour d’Anspach, où il étoit conseiller, un diplôme de 1574, cacheté en cire d’Espagne rouge. Beckmann, Beitræge zur Geschichte der Erfindungskunst, trad. angl. in-8, t. 1, p. 219–223.

7. Cette particularité est omise dans la relation de l’Esprit du Mercure.

8. Selon le Suppl. au Journ. de l’Estoille, il auroit fait, sous ce déguisement, tout le voyage de Naples à Padoue.

9. Concordia, qui étoit alors une ville assez importante de la république de Venise, n’est plus qu’un pauvre bourg de 1,400 habitants, qui a toutefois conservé son évêché.

10. C’est une petite ville de la terre de Labour, un peu plus peuplée, mais plus déchue que Concordia, puisqu’elle n’a pas conservé son évêché. Elle dépend aujourd’hui du diocèse d’Isernia.

11. Il faut lire de Gaëtan, comme dans l’Esprit du Mercure, ou seulement de Gaëte. Fava donnoit de la vraisemblance à son roman quand il lui choisissoit pour héroïne la nièce du prince dans le duché duquel se trouvoit en effet l’évêché de Venafry, dont il se faisoit le titulaire.

12. Bari, ville archiépiscopale du royaume de Naples.

13. La relation de l’Esprit du Mercure ne reproduit la teneur d’aucune des quatre lettres du faussaire.

14. L’Esprit du Mercure dit « correspondant d’Alexandre Bossa ».

15. L’Esprit du Mercure ne reproduit que cette lettre.

16. Le détail des pierreries et chaînes d’or achetées par Bertoloni ne se trouve pas dans l’Esprit du Mercure.

17. Le carcan étoit la chaîne de pierreries que les femmes portaient sur la gorge. On l’appeloit déjà jaseron, comme aujourd’hui, quand elle étoit d’or, et faite en fines mailles serrées, comme le haubert ou jaseron des chevaliers.

18. Les enseignes de pierreries étoient des ornements faits de plusieurs pierres enchâssées. Les hommes les portoient comme une aigrette au chapeau. C’étoit un souvenir des modes chevaleresques.

19. La seigneurie de Venise.

20. Tous les détails qui précèdent manquent dans l’Esprit du Mercure.

21. Courtiers.

22. Il n’est pas parlé de ce petit vol dans la relation de l’Esprit du Mercure.

23. Ce qui est dit ici sur le voyage et l’arrivée de Fava manque dans l’Esprit du Mercure.

24. Ce détail est omis dans le Suppl. au Journal de l’Estoille.

25. Cette petite église occupoit une partie de la place actuelle du Châtelet ; elle avoit son entrée dans la rue Trop-va-qui-dure, disparue lorsque le quai de Gèvres fut construit. C’est dans cette rue, appelée au XVIe siècle rue des Bouticles près et joignant Saint-Leufroy, que devoit loger l’orfèvre à qui Fava s’adressa.

26. Ce nom, ainsi que ceux des orfèvres, manque dans la relation de l’Esprit du Mercure.

27. Le froid fut, en effet, extrême pendant les premiers mois de l’année 1608, ainsi qu’on l’apprend par l’article du Supplément au Journal de l’Estoille qui précède celui qui est relatif à Fava. « Le gibier, y est-il dit, les oiseaux, le bétail, meurent de froid dans les campagnes ; plusieurs personnes, hommes et femmes, en sont mortes, et un plus grand nombre sont demeurés perclus, et d’autres ont les pieds et les mains si gelés, qu’on ne peut pas les réchauffer pour faciliter la circulation du sang dans ces parties. »

28. Jusqu’à la fin du XVIIe siècle, en Italie et en France, les médecins croyoient à la mauvaise influence des physionomies. Quand le chirurgien de Louis XIV saignoit Sa Majesté ou quelqu’un de la famille royale, il avoit le droit de faire sortir de la chambre toute personne dont la physionomie lui déplaisoit. « Félix, dit M. Barrière, usa de ce privilége ; mais Dionis, chirurgien de la reine et des enfants de France, se vante de ne l’avoir jamais réclamé. » Mémoires de Brienne, t. 1er, p. 367, éclaircissements.

29. La relation de l’Esprit du Mercure dit le quai de l’École-Saint-Germain, ce qui est une erreur. Le For-l’Évêque donnoit, d’un côté, rue des Fossés-Saint-Germain-l’Auxerrois, où la maison portant le nº 65 occupe une partie de son emplacement ; de l’autre, sur le quai de la Mégisserie, à la hauteur du nº 56 ancien. (V. un de nos articles sur l’Hist. des ponts de Paris, Moniteur universel, 27 janvier 1853.)

30. Au sujet des tentatives de Fava pour s’empoisonner, il n’est parlé que d’arsenic, et non d’antimoine, dans le Supplément au Journal de l’Estoille.

31. Les apothicaires avoient ordre de ne vendre d’arsenic à qui que ce fût. On verra, par le passage suivant d’une lettre de Malherbe à Peiresc (17 juillet 1615), qu’ils observoient la défense rigoureusement, et même au péril de leur vie : « Un Simon, dit-il, soldat de la citadelle d’Amiens, fut pendu il y a douze ou quinze jours, à Amiens même, pour avoir donné trois coups de poignard à un apothicaire qui lui avoit refusé de l’arsenic. Il fit ce coup-là de la peur qu’il ne le découvrît. »