Ouvrir le menu principal

Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain, traduction Guizot, tome 6/XXXVI

CHAPITRE XXXVI.
Sac de Rome par Genseric, roi des Vandales. Ses pirateries. Succession des derniers empereurs d’Occident, Maxime, Avitus, Majorien, Sévère, Anthemius, Olybrius, Glycerius, Nepos, Augustule. Extinction totale de l’empire d’Occident. Règne d’Odoacre, premier roi Barbare de l’Italie.

Puissance navale des Vandales. A. D. 439-455.

LA perte ou la dévastation des provinces, depuis l’Océan jusqu’aux Alpes, rabaissait la gloire et la puissance de Rome ; la séparation de l’Afrique avait détruit sans retour sa prospérité intérieure. Les avides Vandales confisquaient toutes les possessions des sénateurs, et arrêtaient les subsides annuels qui servaient, avant leurs conquêtes, à soulager l’indigence des plébéiens, et à encourager leur oisiveté. Une attaque imprévue aggrava bientôt les malheurs des Romains, et la province fertile et fidèle qui avait long-temps fourni à leur subsistance, s’arma pour les attaquer sous la conduite d’un Barbare ambitieux. Les Vandales et les Alains qui suivaient les drapeaux victorieux de Genseric, avaient acquis un riche territoire qui s’étendait depuis Tanger jusqu’à Tripoli ; mais ce territoire, d’environ quatre-vingt-dix jours de marche le long de la côte, était très-resserré, d’un côté par le désert, et de l’autre par la Méditerranée. La découverte ou la réduction des noirs habitans de la zone torride ne pouvait tenter l’ambition du prudent Genseric ; mais il jeta ses regards vers la mer, résolut de se créer une puissance maritime, et exécuta cette grande entreprise avec autant de persévérance que d’activité. Les bois du mont Atlas offraient des matériaux inépuisables ; ses nouveaux sujets étaient également instruits dans l’art de la construction et dans celui de la navigation ; il excita ses intrépides Vandales à se tourner vers un genre de guerre qui devait leur livrer l’entrée de tous les pays maritimes. L’espoir du pillage tenta les Maures et les Africains, et après un intervalle de six siècles, les flottes sorties du port de Carthage régnèrent de nouveau sur la Méditerranée. Les succès des Vandales, la conquête de la Sicile, le sac de Palerme, et des descentes réitérées sur la côte de Lucanie, alarmèrent la mère de Valentinien et la sœur de Théodose. Elles formèrent des alliances et des armemens dispendieux et inutiles pour détruire l’ennemi commun, qui réservait tout son courage pour les dangers qu’il n’avait pu prévenir ou éviter par son adresse. Sa politique fit échouer tous les projets des Romains par des délais artificieux, des promesses équivoques et des concessions apparentes ; et l’apparition de son formidable confédéré le roi des Huns, rappela les empereurs de la conquête de l’Afrique au soin de leur propre sûreté. Les révolutions du palais, qui laissèrent l’empire d’Occident sans défenseur et sans prince légitime, dissipèrent les craintes de Genseric et excitèrent son avidité : il équipa promptement une nombreuse flotte de Maures et de Vandales, et jeta l’ancre à l’entrée du Tibre, environ trois mois après la mort de Valentinien et l’élévation de Maxime sur le trône impérial.

Caractère et règne de l’empereur Maxime. A. D. 455. 17 mars.

La vie privée du sénateur Pétrone Maxime[1] avait été souvent citée comme un exemple rare de la félicité humaine. Sa naissance était noble et illustre, puisqu’il descendait de la famille Anicienne ; il possédait une fortune immense en terres et en argent, et ajoutait à ces avantages l’instruction, les talens et les manières nobles qui ornent ou imitent les dons inestimables du génie et de la vertu. Il faisait avec grâce et générosité les honneurs de sa table et des plaisirs de son palais. Maxime ne paraissait en public qu’environné d’une foule de cliens[2], parmi lesquels il avait mérité peut-être de compter quelques amis sincères. Considéré du prince et du sénat, il avait été élevé trois fois au poste de préfet du prétoire d’Italie, deux fois au consulat, et enfin au rang de patrice. Ces emplois civils n’excluaient pas la jouissance du loisir et du repos ; tous ses momens étaient comptés et partagés avec un soin égal entre le plaisir et les affaires. Cette économie de temps annonce que Maxime savait jouir de son heureuse situation. L’injure qu’il avait reçue de Valentinien paraît suffisante pour excuser la plus sanglante vengeance. Cependant un philosophe aurait pu réfléchir que la chasteté de sa femme était intacte, si sa résistance avait été sincère, et que rien ne pouvait la lui rendre, en supposant qu’elle eût consenti au désir de son corrupteur. Un patriote aurait hésité à se plonger lui-même et son pays dans les calamités qui devaient être les suites inévitables de l’extinction de la maison impériale. Maxime négligea imprudemment ces considérations ; il satisfit son ambition et sa vengeance ; il vit expirer à ses pieds le coupable Valentinien, et fut séduit par la voix du peuple et du sénat qui l’appelaient à l’empire ; mais son bonheur finit avec la cérémonie de son inauguration. Emprisonné dans son palais, selon les énergiques expressions de Sidonius, et après y avoir vainement cherché le sommeil, il se leva en soupirant d’avoir atteint le but de ses désirs, et n’aspira plus qu’à descendre du poste dangereux où il s’était élevé. Accablé du poids de son diadème, il confia ses tristes réflexions à Fulgentius, son ami et son questeur ; et rappelant les plaisirs sereins de sa vie passée : « Ô fortuné Damoclès[3], s’écriait l’empereur, ton règne commença et finit dans un même repas. » Allusion connue, que Fulgentius publia depuis comme une leçon instructive pour les souverains et pour leurs sujets.

Mort de Maxime. A. D. 455. 21 juin.

Trois mois bornèrent le règne de Maxime ; ses momens, qui ne lui appartenaient plus, étaient troublés par les remords et la terreur, et son trône chancelant fut continuellement ébranlé par les séditions des soldats, du peuple et des Barbares confédérés. Le mariage de son fils Palladius avec la fille aînée du dernier empereur, pouvait avoir pour objet d’assurer la succession héréditaire dans sa famille ; mais la violence qu’il fit à l’impératrice Eudoxie, ne put être l’effet que d’un mouvement aveugle de vengeance ou de désir. La mort lui avait bien à propos enlevé sa femme, cause première de tant de tragiques événemens ; et la veuve de Valentinien, forcée de violer la décence de son deuil, et peut-être le sentiment de sa douleur, passa dans les bras de l’usurpateur insolent, qu’elle soupçonnait du meurtre de son mari. Maxime justifia bientôt ses soupçons en lui avouant imprudemment son crime, et s’attira ainsi à plaisir la haine d’une épouse qui, en se donnant à lui malgré sa répugnance, n’avait point oublié qu’elle était du sang des empereurs. Eudoxie n’avait point de secours à attendre de l’Orient depuis la mort de son père et de sa tante Pulchérie. Sa mère languissait à Jérusalem dans un ignominieux exil, et le sceptre de Constantinople était entre les mains d’un étranger. Tournant ses regards vers Carthage, elle engagea secrètement le roi des Vandales à profiter d’une si belle occasion pour déguiser ses desseins sous les noms de la pitié, de l’honneur et de la justice[4]. Quelque intelligence que Maxime eût montrée dans des emplois subordonnés, il en manqua pour l’administration d’un empire ; et quoiqu’il pût être aisément instruit des préparatifs qui se faisaient sur la côte d’Afrique, le faible empereur attendit dans l’inaction l’approche de l’ennemi, sans adopter aucun plan de défense, de négociation ou de retraite. Lorsque Genseric débarqua à l’embouchure du Tibre, les clameurs d’un peuple épouvanté tirèrent Maxime de sa honteuse léthargie. La terreur ne lui présenta pour ressource qu’une fuite précipitée, et il engagea les sénateurs à imiter l’exemple de leur souverain ; mais dès qu’il parut dans la rue, il fut assailli d’une grêle de pierres. Un soldat romain ou bourguignon prétendit à l’honneur de l’avoir frappé le premier. Son corps déchiré fut jeté dans le Tibre. Le peuple romain se félicita d’avoir puni l’auteur des calamités publiques ; et les domestiques d’Eudoxie signalèrent leur zèle à la venger[5].

Sac de Rome par les Vandales. A. D. 455. Juin 15-29.

Trois jours après ce tumulte, Genseric, suivi de ses Vandales, s’avança audacieusement du port d’Ostie aux portes de la ville sans défense, et au lieu de voir la jeunesse romaine s’y présenter pour repousser l’ennemi, on en vit sortir processionnellement le vénérable Léon à la tête de son clergé[6]. La fermeté du prélat, son éloquence et son autorité, adoucirent pour la seconde fois la férocité d’un conquérant barbare. Le roi des Vandales promit d’épargner les citoyens désarmés, de défendre les incendies, et d’exempter les captifs de la torture ; et quoique ces ordres n’aient été ni sévèrement donnés, ni strictement obéis, saint Léon put regarder comme glorieuse pour lui une médiation dont son pays tira quelque avantage ; mais Rome et ses habitans n’en furent pas moins la proie des Maures et des Vandales, et les nouveaux habitans de Carthage vengèrent ses anciennes injures. Le pillage continua durant quatorze jours et quatorze nuits ; et Genseric fit ensuite soigneusement transporter sur ses vaisseaux tout ce qui resta de richesses publiques et de celles des particuliers, des trésors de l’Église et de ceux de l’état. Parmi les dépouilles, les ornemens précieux de deux temples ou plutôt de deux religions, offrirent un exemple mémorable de la vicissitude des choses humaines et divines. Depuis l’abolition du paganisme, le Capitole profane avait été abandonné, mais on respectait encore les statues des dieux et des héros, et la magnifique voûte de bronze doré attendait les mains avides de Genseric[7]. Les instrumens sacrés du culte des Juifs[8], la table d’or, le chandelier d’or à sept branches, originairement construits d’après les instructions de Dieu lui-même, et qui étaient placés dans le sanctuaire de son temple, avaient été offerts avec ostentation en spectacle aux Romains dans le triomphe de Titus, et déposés ensuite dans le temple de la Paix. Après quatre siècles, les dépouilles de Jérusalem furent transportées de Rome à Carthage par un Barbare qui tirait son origine des côtes de la mer Baltique. Ces anciens monumens pouvaient attirer l’attention de la curiosité aussi justement que celle de l’avarice. Les églises chrétiennes, ornées et enrichies par la dévotion de ces temps, offrirent une proie plus abondante à des mains sacrilèges, et la pieuse libéralité du pape Léon, qui fondit six vases d’argent, chacun du poids de cent livres, donnés par le grand Constantin, est une preuve de la perte qu’il tâchait de réparer. Dans les quarante-cinq ans qui s’étaient écoulés depuis l’invasion des Goths, Rome avait presque repris sa première magnificence, et il était difficile de tromper ou de rassasier l’avarice d’un conquérant qui avait le loisir d’enlever les richesses de la capitale, et des vaisseaux pour les transporter. Les ornemens du palais impérial, les meubles, la magnifique garde-robe des empereurs, la vaisselle, tout fut entassé sans distinction. L’or et l’argent montèrent à plusieurs milliers de talens, et les Barbares ne négligèrent cependant ni le cuivre ni l’airain. Eudoxie elle-même paya chèrement son imprudence. On la dépouilla brutalement de ses bijoux au moment où elle venait au-devant de son libérateur et de son allié. L’impératrice et ses deux filles, seuls restes de la famille du grand Théodose, furent forcées de suivre comme captives le sauvage Vandale, qui mit aussitôt à la voile, et rentra dans le port de Carthage après une heureuse navigation[9]. Les Barbares entraînèrent sur leurs vaisseaux des milliers de Romains des deux sexes, choisis parmi ceux dont on pouvait espérer de tirer quelque utilité ou quelque agrément ; et dans le partage des captifs, les maris furent impitoyablement séparés de leurs femmes, et les pères de leurs enfans. Ils ne trouvèrent d’appui et de consolation que dans la charité de Deogratias, évêque de Carthage[10]. Il vendit les vases d’or et d’argent de son église, racheta les uns, adoucit l’esclavage des autres, soigna les malades et fournit aux différens besoins d’une multitude dont la santé avait beaucoup souffert dans le passage d’Italie en Afrique. Le digne prélat convertit deux vastes églises en hôpitaux, y plaça commodément tous les malades, et se chargea de leur procurer en abondance la nourriture et les médicamens nécessaires à leur état. Deogratias, quoique d’un âge très-avancé, les visitait exactement le jour et la nuit. Son courage lui prêtait des forces, et sa tendre compassion ajoutait un prix inestimable à ses services. Comparons cette scène avec les champs de Cannes, et jugeons entre Annibal et le successeur de saint Cyprien[11].

Avitus empereur. A. D. 455. 10 juillet.

La mort d’Ætius et de Valentinien avait relâché les liens qui contenaient les Barbares de la Gaule. Les Saxons infestaient la côte maritime ; les Allemands et les Francs s’avançaient des bords du Rhin sur ceux de la Seine ; et l’ambition des Goths semblait méditer des conquêtes plus solides et plus étendues. Maxime s’était débarrassé, par un choix judicieux, du soin de veiller sur ces pays éloignés. Fermant l’oreille aux sollicitations de ses amis, il avait écouté la voix publique, et avait élevé un étranger au commandement général des forces de la Gaule. Avitus[12], dont le mérite fut si glorieusement récompensé, descendait d’une famille riche et honorable du diocèse d’Auvergne. Il s’était distingué par son zèle dans les postes civils et militaires, où les troubles des temps lavaient successivement placé ; et son activité infatigable mêlait l’étude de la littérature et de la jurisprudence à l’exercice de la chasse et à celui des armes. Trente ans de sa vie avaient été consacrés avec honneur au service public ; il avait déployé alternativement son génie pour la guerre et pour les négociations ; et le soldat d’Ætius, après s’être acquitté avec succès des plus importantes ambassades, fut élevé à la dignité de préfet du prétoire de la Gaule. Soit que le mérite d’Avitus eût excité l’envie, ou qu’il eût désiré lui-même de goûter les plaisirs de l’indépendance et de la tranquillité, il s’était enfin retiré dans les domaines qu’il possédait aux environs de Clermont en Auvergne. Une source abondante qui formait une cascade naturelle, en se précipitant du haut d’une montagne, déchargeait ses eaux dans un lac de deux milles de longueur, et sa maison de campagne était agréablement située sur les bords du lac. Avitus y avait construit des bains, des portiques, des appartemens d’hiver et d’été[13], et tout ce qui pouvait contribuer à la commodité et aux jouissances du luxe. Environné dans sa retraite de la perspective riante des bois et des prairies, Avitus occupait ses loisirs de la lecture, des plaisirs champêtres, de l’agriculture et de la société de quelques amis[14], lorsqu’il reçut le diplôme de l’empereur, qui l’élevait au rang de maître général de toutes les forces militaires de la Gaule. Dès qu’il eut pris le commandement, les Barbares suspendirent leurs ravages, et quels que soient les moyens qu’il ait employés, les concessions qu’il ait été contraint de faire, il procura du moins aux peuples les douceurs de la paix ; mais le sort de la Gaule dépendait des Visigoths ; et le général romain, plus attaché au bien public qu’à sa propre dignité, ne dédaigna point de se rendre à la cour de Toulouse en qualité d’ambassadeur. Théodoric, roi des Goths, le reçut avec honneur ; mais tandis qu’Avitus posait les fondemens d’une alliance solide avec cette nation puissante, il apprit avec étonnement la mort de Maxime et le pillage de Rome par les Vandales. Un trône vacant, où il pouvait monter sans danger et sans crime, tenta son ambition[15] ; et les Visigoths consentirent sans peine à soutenir ses prétentions de leur irrésistible suffrage. [A. D. 455. 15 août.]Les Barbares aimaient Avitus ; ils respectaient ses vertus, et n’étaient point insensibles à la gloire et à l’avantage de disposer du trône de l’Occident. On approchait alors de l’époque où les sept provinces tenaient annuellement leur assemblée à Arles. La présence de Théodoric et de ses frères influa peut-être sur les délibérations de l’assemblée ; mais leur choix devait naturellement tomber sur le plus illustre de leurs compatriotes. Après la résistance convenable, Avitus accepta le diadème des mains des représentans de la Gaule, et les acclamations des Barbares et des habitans de la province ratifièrent son élection. Il sollicita et obtint le consentement formel de Marcien, empereur de l’Orient ; mais le sénat, Rome et l’Italie, quoique humiliés par des calamités récentes, ne se soumirent qu’avec une secrète indignation à un Gaulois assez présomptueux pour usurper l’empire.

Caractère de Théodoric, roi des Visigoths. A. D. 453-466.

Théodoric, à qui Avitus était redevable de la pourpre avait acquis le sceptre par le meurtre de son frère aîné Torismond ; et il se justifia de son crime en accusant son prédécesseur du dessein formé de rompre son alliance avec l’empire[16]. Un tel crime n’était peut-être pas incompatible avec les vertus d’un Barbare ; mais Théodoric avait des mœurs douces et humaines, et la postérité a pu contempler sans terreur le portrait original d’un roi des Goths, que Sidonius a soigneusement examiné au milieu des plaisirs paisibles de la société et de la conversation. Dans une épître datée de la cour de Toulouse, l’orateur donne à l’un de ses amis les particularités suivantes[17] : « Par la majesté de sa personne, Théodoric obtiendrait le respect même de ceux qui ne connaîtraient pas son mérite ; et, né prince, il a par son mérite de quoi s’attirer le respect dans une condition privée. Il a dans sa taille moyenne de l’embonpoint sans trop d’épaisseur, et la juste proportion de ses membres nerveux réunit la force à l’agilité[18]. En le détaillant, vous lui trouvez le front élevé, des sourcils épais, un nez aquilin, des lèvres minces, deux rangées de dents très-belles, et un teint fort blanc, plus fréquemment animé par la modestie que par la colère. Telle est, autant que le public peut en juger, la manière dont il distribue son temps : Théodoric, accompagné d’un très-petit nombre de ses domestiques, se rend avant le jour dans la chapelle de son palais, desservie par le clergé arien ; mais ceux qui prétendent pénétrer ses véritables sentimens ne considèrent cette assiduité de dévotion que comme un effet de l’habitude et de la politique. L’administration de son royaume occupe le reste de sa matinée. Son siège est environné de quelques officiers militaires remarquables par la décence de leur conduite et de leur maintien. La troupe bruyante des Barbares qui composent sa garde remplit la salle d’audience, mais ne peut pénétrer dans l’enceinte des voiles ou rideaux qui dérobent aux yeux de la multitude la chambre du conseil. On introduit successivement les ambassadeurs étrangers. Théodoric écoute avec attention, répond en peu de mots, et, selon la nature des affaires, le monarque annonce ou diffère sa dernière résolution. À la seconde heure (environ huit heures), il quitte son trône pour aller visiter son trésor ou ses écuries. Lorsqu’il part pour la chasse ou pour se promener à cheval, un de ses jeunes favoris porte son arc ; mais dès que la chasse commence, Théodoric prend lui-même, et manque rarement le but où il a visé. Comme roi, il dédaigne de porter les armes dans une guerre si peu honorable, mais comme soldat il rougirait d’accepter un service militaire qu’il peut exécuter. Dans les jours ordinaires, ses repas ne diffèrent point de ceux d’un simple citoyen ; mais tous les samedis il invite à sa table un grand nombre d’honorables convives, et elle est servie dans ces occasions avec l’élégance de la Grèce, l’abondance de la Gaule, l’ordre et la promptitude qu’on remarque en Italie[19]. Sa vaisselle d’or et d’argent est moins remarquable par son poids que par son éclat et la perfection du travail. Les mets, pour satisfaire le goût, n’ont point recours au luxe ruineux des productions étrangères. Le nombre et la grandeur des coupes remplies de vin distribuées aux convives sont exactement réglés d’après les lois de la tempérance, et le silence respectueux qui règne dans ces repas n’est jamais interrompu que par une conversation instructive. Après le dîner, Théodoric se livre quelquefois un moment au sommeil, et à son réveil, il demande des tables et des dés. Alors il engage ses amis à oublier le monarque, et il prend plaisir à leur voir exprimer librement les mouvemens qu’élèvent en eux les divers incidens du jeu. Lui-même, à ce jeu qui lui plaît comme l’image de la guerre, déploie alternativement son ardeur, son habileté, sa patience et sa gaieté. Toujours riant quand il perd, lorsqu’il gagne il garde un modeste silence. Cependant, malgré cette indifférence apparente, ses courtisans saisissent le moment où il est victorieux pour solliciter des faveurs, et moi-même, dans les choses que j’ai pu avoir à demander au roi, j’ai quelquefois eu lieu de me féliciter de mes pertes[20]. À la neuvième heure (environ trois heures), les affaires reprennent leur cours sans interruption jusqu’après le soleil couché ; alors, l’ordre donné pour le souper du roi écarte la foule importune des plaideurs et des supplians. Durant le souper, où l’on jouit d’une plus grande familiarité, on introduit quelquefois des pantomimes et des bouffons pour divertir la compagnie, et non pour l’offenser par des saillies impertinentes ; mais les chanteuses et toute la musique langoureuse ou efféminée sont sévèrement bannies. Les airs qui peuvent animer la valeur sont les seuls qui puissent flatter l’oreille et l’âme de Théodoric. Lorsqu’il sort de table, les gardes prennent aussitôt leurs postes de nuit à la porte du trésor, du palais et des appartemens particuliers du monarque. »

Son expédition en Espagne. A. D. 456.

Lorsque le roi des Visigoths encouragea Avitus à se ceindre du diadème, il lui offrit sa personne et son armée comme fidèle soldat de la république[21]. Les exploits de Théodoric prouvèrent bientôt à l’univers qu’il n’avait pas dégénéré de la valeur de ses ancêtres. Après l’établissement des Goths dans l’Aquitaine et le passage des Vandales en Afrique, les Suèves qui s’étaient fixés dans la Galice, aspirèrent à la conquête de l’Espagne, et menaçaient d’anéantir les faibles restes de la domination romaine. Les habitans de Tarragone et de Carthagène, désolés par une invasion, représentèrent leurs craintes et leurs souffrances. Le comte Fronto s’y rendit au nom de l’empereur Avitus, et fit des offres avantageuses de paix et d’alliance. Théodoric interposa sa médiation, déclara que si son beau-frère, le roi des Suèves, ne se retirait pas sans délai, il se verrait contraint d’armer en faveur de Rome et de la justice. « Dites-lui, répondit l’orgueilleux Rechiarius, que je méprise ses armes et son amitié, et que j’éprouverai bientôt s’il a le courage d’attendre mon arrivée sous les murs de Toulouse. » Ce défi décida Théodoric à prévenir les desseins de son audacieux ennemi : il passa les Pyrénées à la tête des Visigoths. Les Francs et les Bourguignons suivirent ses étendards ; et quoiqu’il se déclarât le fidèle serviteur d’Avitus, le prince barbare stipula secrètement qu’il conserverait pour lui et pour ses successeurs la possession absolue de ses conquêtes d’Espagne. Les deux armées, ou plutôt les deux nations, parurent en présence l’une de l’autre sur les bords de la rivière Urbicus, environ à douze milles d’Astorga, et la victoire décisive des Goths parut quelque temps avoir anéanti la puissance et le nom des Suèves. Du champ de bataille Théodoric s’avança à Braga, leur capitale, qui conservait encore une partie de son commerce et de sa magnificence[22]. Le sang ne souilla point l’entrée du roi des Visigoths, et ses soldats respectèrent la chasteté de leurs captives, particulièrement des vierges consacrées ; mais une grande partie du peuple et du clergé fut réduite en esclavage, et le pillage s’étendit jusqu’aux églises et aux autels. L’infortuné roi des Suèves avait gagné un des ports de l’Océan ; mais des vents obstinés s’opposèrent à sa fuite : il fut livré à son implacable rival ; et Rechiarius, qui ne désirait ni n’espérait point de grâce, reçut avec courage la mort qu’il aurait probablement infligée s’il eût été victorieux. Après avoir fait ce sacrifice à la politique et au ressentiment, Théodoric porta ses armes victorieuses jusqu’à Mérida, capitale de la Lusitanie, sans rencontrer d’autre obstacle que la puissance miraculeuse de sainte Eulalie ; mais il fut arrêté dans le fort de ses succès et rappelé précipitamment de l’Espagne avant d’avoir pu assurer la conservation de ses conquêtes. Dans sa retraite, il se vengea de ce contre-temps sur le pays qu’il traversa ; et, dans le sac d’Astorga et de Pollentia, sa conduite fut celle d’un allié infidèle et d’un ennemi barbare. Tandis que le roi des Visigoths combattait et remportait des victoires au nom d’Avitus, le règne de cet empereur était déjà terminé ; et le malheur d’un ami qu’il avait placé sur le trône, blessait également l’intérêt et l’orgueil de Théodoric[23].

Avitus est déposé A. D. 456. 16 oct.

Séduit par les sollicitations pressantes du peuple et du sénat, Avitus avait consenti à fixer sa résidence à Rome, et avait accepté le consulat pour l’année suivante. Au premier de janvier, son gendre Sidonius Apollinaris célébra ses louanges dans un panégyrique de six cents vers ; mais cette composition, quoique récompensée d’une statue de cuivre[24], fait peu d’honneur à son génie et à sa véracité. Le poète, si toutefois on peut lui prostituer cet honorable nom, s’étend avec exagération dans cet ouvrage sur le mérite de son père et de son souverain ; et sa prédiction d’un règne long et glorieux fut bientôt démentie par l’événement. Dans un temps où la dignité impériale se bornait presque à une première part dans les travaux et les dangers, Avitus se livrait à tous les plaisirs de la voluptueuse Italie. L’âge n’avait pas éteint ses penchans amoureux, et l’on prétend que ceux dont les femmes avaient cédé à ses séductions ou à sa violence, étaient encore l’objet de ses cruelles et imprudentes railleries[25]. Les Romains n’étaient disposés ni à excuser ses vices, ni à reconnaître ses vertus. Les différentes nations qui composaient l’empire s’éloignaient tous les jours davantage les unes des autres, et le Gaulois était pour le peuple un objet de haine et de mépris. Le sénat réclamait son droit légitime d’élire les empereurs ; et la faiblesse d’une monarchie expirante rendait de la vigueur à l’autorité qu’il tirait originairement de l’ancienne constitution. Cependant cette monarchie, quelque faible qu’elle pût être, aurait eu peu de chose à craindre d’un sénat désarmé, si le comte Ricimer, principal commandant des troupes barbares, qui formaient presque toute la défense militaire de l’Italie, n’avait appuyé et peut-être même excité le mécontentement général. La fille de Wallia, roi des Visigoths, était la mère de Ricimer ; mais du côté paternel, il descendait de la nation des Suèves[26]. Les malheurs de ses compatriotes réveillaient son patriotisme ou blessaient peut-être son orgueil, et il obéissait avec répugnance à un empereur qu’on avait élu sans le consulter. Ses grands et fidèles services contre l’ennemi commun augmentaient sa redoutable puissance[27]. Après avoir détruit sur la côte de Corse une flotte de Vandales, composée de soixante galères, Ricimer revint triomphant avec le surnom glorieux de libérateur de l’Italie. Il fit choix de cet instant pour annoncer à Avitus que son règne était fini ; et le faible empereur, éloigné de ses alliés les Visigoths, fut contraint d’abdiquer la pourpre après une courte résistance. Par clémence ou par mépris, Ricimer permit au monarque déposé d’échanger son trône contre le titre beaucoup plus désirable d’évêque de Placentia ; mais l’implacable ressentiment des sénateurs n’était pas satisfait, ils prononcèrent contre lui une sentence de mort[28]. Avitus prit précipitamment la fuite vers les Alpes, sans espoir d’armer les Visigoths en sa faveur ; mais dans le dessein de se mettre en sûreté avec ses trésors dans le sanctuaire de saint Julien, un des saints tutélaires de l’Auvergne[29]. Il périt sur la route, ou de maladie ou de la main des bourreaux. Cependant ses restes furent transportés avec décence à Brioude, dans sa province, et déposés aux pieds de son saint patron[30]. Avitus ne laissa qu’une fille mariée à Sidonius Apollinaris, qui hérita du patrimoine de son beau-père en regrettant de voir anéantir ses espérances publiques et personnelles. Son ressentiment lui fit joindre, ou du moins soutenir le parti des rebelles de la Gaule, et le poète commit quelques fautes qu’il lui devint nécessaire d’expier par un nouveau tribut d’adulation en l’honneur du monarque régnant.[31]

Caractère et élévation de Majorien. A. D. 457.

Le successeur d’Avitus présente la découverte heureuse d’un caractère héroïque tel qu’on en voit naître quelquefois dans les siècles corrompus pour rétablir l’honneur de l’espèce humaine. L’empereur Majorien a mérité les louanges de ses contemporains et celles de la postérité, et nous les trouvons exprimées d’une manière énergique et concise par un historien judicieux et impartial. « Adoré de ses sujets et redouté de ses ennemis, il a surpassé dans toutes les vertus, tous les princes qui ont régné avant lui sur les Romains[32]. » Cet éloge peut du moins justifier le panégyrique de Sidonius ; et il paraît constant que si le complaisant orateur était capable de flatter avec le même dévouement le monarque le plus méprisable, le mérite de celui-ci l’a contraint de se renfermer dans les bornes de la vérité[33]. Majorien tirait son nom de son grand-père maternel, qui, sous le règne de Théodose-le-Grand, avait commandé les troupes de la frontière d’Illyrie. Il donna sa fille en mariage au père de Majorien, officier respectable, qui administrait les revenus de la Gaule avec autant d’intégrité que d’intelligence, et qui préféra généreusement l’amitié d’Ætius aux offres séduisantes d’une cour perfide. Son fils, le futur empereur, après avoir été élevé dans la profession des armes, fit admirer, dès sa plus tendre jeunesse, un courage intrépide, une prudence prématurée, et une libéralité qui n’était bornée que par la modicité de sa fortune. Il suivit les drapeaux d’Ætius, contribua à ses succès, partagea et éclipsa quelquefois sa gloire, et excita enfin la jalousie du patrice, ou du moins de sa femme, qui le contraignit à se retirer du service[34]. Après la mort d’Ætius, Majorien fut rappelé et élevé en grade, et son intimité avec le comte Ricimer lui fraya le chemin qui le conduisit jusque sur le trône de l’Occident. Durant l’interrègne qui suivit l’abdication d’Avitus, le Barbare ambitieux, que sa naissance excluait de la dignité impériale, gouverna l’Italie sous le titre de patrice, céda à son ami le poste brillant de maître général de la cavalerie et de l’infanterie, et consentit, au bout de quelques mois, à satisfaire les vœux unanimes des Romains dont Majorien venait de solliciter les suffrages en remportant une victoire complète sur les Allemands[35]. Il reçut la pourpre à Ravenne, et sa lettre adressée au sénat peut nous donner une idée de ses sentimens et de sa situation. « Votre choix, pères conscrits, et la volonté de la plus vaillante armée m’ont fait votre empereur[36] : puisse la toute-puissance de la Divinité diriger les entreprises et les événemens de mon administration à votre avantage et à celui du public ! Quant à moi, je n’ai point sollicité le trône, mais je me suis soumis à y monter, et j’aurais manqué aux devoirs de citoyen, si, par une lâche et honteuse ingratitude, je m’étais refusé à cette tâche que m’impose la république. Ainsi donc, aidez le prince que vous avez élevé, partagez les devoirs que vous l’obligez à remplir, et puissent nos efforts réunis faire le bonheur d’un empire que je reçois de vos mains ! Soyez sûrs qu’à l’avenir la justice reprendra son ancienne vigueur, et que la vertu redeviendra, non-seulement innocente, mais méritoire. Que personne ne craigne les délations[37], si ce n’est leurs auteurs ; comme citoyen je les ai toujours condamnées, comme souverain, je les punirai avec sévérité. Notre vigilance et celle de notre père, le patrice Ricimer, régleront les opérations militaires, et pourvoiront à la sûreté du monde romain, que nous avons défendu contre ses ennemis étrangers et domestiques[38]. Telles sont les maximes de mon gouvernement ; et vous pouvez compter sur l’attachement solide et sincère d’un prince naguère le compagnon de vos dangers, qui se glorifiera toujours du nom de sénateur, et désire vivement que vous ne vous repentiez jamais du décret que vous avez prononcé en sa faveur[39]. L’empereur qui, sur les débris du monde romain, rappelait l’ancien langage des lois et de la liberté que Trajan n’aurait pas désavoué, doit avoir trouvé ces sentimens généreux dans son cœur, puisqu’ils ne lui étaient suggérés ni par l’usage de son temps ni par l’exemple de ses prédécesseurs.

Ses lois sages. A. D. 457-461.

On n’a qu’une connaissance imparfaite des actions publiques et privées de Majorien ; mais ses lois, toutes remarquables par une empreinte originale dans les pensées et dans l’expression, peignent fidèlement le caractère d’un souverain qui aimait ses peuples et qui partageait leurs peines ; qui avait étudié les causes de la décadence de l’empire, et qui était capable de trouver les moyens les plus judicieux et les plus efficaces pour remédier aux désordres publics, autant du moins qu’on pouvait raisonnablement l’espérer[40]. Tous ses règlemens relatifs aux finances tendaient évidemment à faire cesser, ou du moins à diminuer les vexations les plus intolérables. 1o. Dès le premier instant de son règne, il s’occupa, ce sont ses propres expressions, à soulager les habitans des provinces dont les fortunes étaient épuisées par le poids accumulé des indictions et des superindictions[41] ; dans cette vue, il accorda une amnistie générale, une quittance finale et absolue de tous les arrérages de tributs, et de toutes les dettes quelconques que les officiers du fisc pouvaient exiger des peuples. Ce sage abandon d’anciens droits dont la réclamation était aussi cruelle qu’inutile, rouvrit bientôt, en les purifiant, les sources du revenu public ; les sujets, débarrassés d’un fardeau qui les jetait dans le désespoir, travaillèrent avec courage et reconnaissance pour eux et pour leur pays. 2o. Dans l’imposition et la collecte des taxes, Majorien rétablit la juridiction ordinaire des magistrats provinciaux, et supprima les commissions extraordinaires établies au nom de l’empereur ou de ses préfets du prétoire. Les domestiques favoris qui obtenaient cette autorité illégale, se conduisaient avec arrogance, et imposaient arbitrairement. Ils affectaient de mépriser les tribunaux subalternes, et n’étaient point contens si leurs profits ne montaient au double de la somme qu’ils daignaient remettre dans le trésor. Le fait suivant paraîtrait peut-être incroyable, si le législateur ne l’attestait lui-même. Ils exigeaient tout le paiement en or ; mais ils refusaient la monnaie courante de l’empire, et n’acceptaient que les anciennes pièces marquées du nom de Faustine ou des Antonins. Les particuliers qui n’avaient point de ces médailles devenues rares, avaient recours à l’expédient de composer avec leurs avides persécuteurs ; ou s’ils réussissaient à s’en procurer, leur imposition se trouvait doublée, par le poids et la valeur de la monnaie des anciens temps[42]. 3o. « On doit, dit l’empereur, considérer les communautés municipales que les anciens appelaient, avec raison, de petits sénats, comme l’âme des villes et le nerf de la république ; et cependant elles ont été tellement opprimées par l’injustice des magistrats et par la vénalité des collecteurs, que la plupart de leurs membres, renonçant à leur dignité et à leur pays, ont cherché un asile obscur dans des provinces éloignées. » Il les presse, il leur ordonne même de revenir dans leurs villes ; mais il fait cesser les vexations qui les avaient contraints d’abandonner les fonctions municipales. Majorien les charge de la levée des tributs sous l’autorité des magistrats provinciaux, et au lieu d’être garans de toute la somme imposée sur leur district, ils doivent seulement donner une liste exacte des payemens qu’ils ont reçus, et de ceux des contribuables qui n’ont pas satisfait à leur part de l’imposition. 4o. Majorien n’ignorait point que ces communautés n’étaient que trop disposées à se venger des injustices et des vexations qu’on leur avait fait souffrir, et il rétablit l’ancien office de défenseur des villes. Il exhorte le peuple à choisir dans une assemblée libre et générale, un citoyen d’une prudence et d’une intégrité reconnues, qui ait la fermeté de défendre ses priviléges, de représenter ses sujets de plainte, de protéger les pauvres contre la tyrannie des riches, et d’informer l’empereur des abus qui se commettent sous la sanction de son nom et de son autorité.

Les édifices de Rome.

Le spectateur qui contemple tristement les ruines de l’ancienne Rome, est tenté d’accuser les Goths et les Vandales d’un dégât qu’ils n’ont eu ni le temps, ni le pouvoir, ni peut-être le désir d’exécuter. Les fureurs de la guerre ont bien pu renverser quelques tours ; mais la destruction qui mina les fondemens de tant de solides édifices, s’opéra lentement et sourdement durant une période de dix siècles. Le goût noble et éclairé de Majorien réprima sévèrement, pour un temps, ces motifs d’intérêt qui, après lui, travaillèrent sans honte et sans obstacle à la dégradation de Rome. Dans sa décadence une partie de ses monumens publics avaient beaucoup perdu de leur prix et de leur utilité. Le cirque et les amphithéâtres subsistaient encore, mais on y donnait rarement des spectacles. Les temples qui avaient échappé au zèle des chrétiens, n’étaient plus habités ni par les dieux, ni par les hommes, et les faibles restes du peuple romain se perdaient dans l’espace immense des bains et des portiques. Les vastes bibliothéques et les salles d’audience devenaient inutiles à une génération indolente qui laissait rarement troubler son repos par l’étude ou les affaires. Les monumens de la grandeur impériale ou consulaire n’étaient plus révérés comme la gloire de la capitale ; on ne les estimait que comme une mine inépuisable de matériaux, moins chers et plus commodes que ceux qu’il aurait fallu tirer d’une carrière éloignée. De continuelles requêtes adressées aux magistrats de Rome, en obtenaient sans peine la permission de tirer des édifices publics les pierres et la brique nécessaires, disait-on, pour quelques ouvrages indispensables ; la plus légère réparation servait d’occasion ou de prétexte pour défigurer grossièrement les plus beaux morceaux d’architecture. Un peuple dégénéré détruisait d’une main sacrilège les monumens élevés par ses ancêtres, et la postérité des premiers Romains ne songeait qu’à s’enrichir de leurs dépouilles. Majorien, qui avait souvent contemplé ce désordre avec douleur, en arrêta, par une ordonnance sévère, les progrès toujours croissans[43] ; il réserva au prince et au sénat la connaissance exclusive des circonstances qui pourraient nécessiter la destruction d’un ancien édifice ; condamna à une amende de cinquante livres d’or, ou environ deux mille livres sterling, tout magistrat qui, au mépris des lois et de la décence, prendrait sur lui d’en accorder la permission, et menaça de punir la complicité des officiers inférieurs par le châtiment du fouet et l’amputation des deux mains. On trouvera peut-être qu’entre le crime et cette dernière peine, le législateur n’observa point de proportion ; mais son zèle partait d’un sentiment généreux, et Majorien avait à cœur de protéger les monumens des siècles dans lesquels il aurait désiré et mérité de vivre. L’empereur sentit qu’il était de son intérêt de multiplier le nombre de ses sujets, et que son devoir lui prescrivait de conserver la pureté du lit nuptial ; mais il employa, pour y réussir, des moyens douteux, et peut-être condamnables ; on défendit aux vierges qui consacraient à Dieu leur virginité, de prendre le voile avant l’âge de quarante ans. Les veuves, au-dessous de cet âge, furent forcées de contracter un second mariage dans le terme de cinq ans, sous peine d’abandonner à leur plus proche héritier, ou à l’état, la moitié de leur fortune ; on condamna et l’on annulla même les mariages d’âges disproportionnés. La confiscation et l’exil parurent trop faibles pour punir les adultères, et d’après une déclaration expresse de Majorien, si le coupable rentrait en Italie, on pouvait le tuer sans que le meurtrier fut exposé à aucune recherche[44].

Majorien se prépare à chasser les Vandales de l’Afrique. A. D. 457.

Tandis que Majorien travaillait assidûment à rappeler chez les Romains le bonheur et la vertu, il eut à combattre Genseric, le plus formidable de leurs ennemis par son caractère et sa situation. Une flotte de Maures et de Vandales aborda à l’embouchure du Luris ou Garigliano ; mais les troupes impériales surprirent les Barbares chargés et embarrassés des dépouilles de la Campanie, les forcèrent à regagner leurs vaisseaux avec beaucoup de perte ; et le beau-frère de Genseric, qui commandait l’expédition, fut trouvé dans le nombre des morts[45]. Cette vigilance annonçait l’esprit du nouveau règne ; mais la plus exacte vigilance et les forces les plus nombreuses n’auraient pas suffi pour défendre la côte étendue de l’Italie des ravages d’une guerre maritime. On attendait du génie de Majorien une entreprise plus hardie et plus avantageuse pour l’empire. C’était de lui seul que Rome osait espérer la restitution de l’Afrique ; et le dessein qu’il forma d’attaquer les Vandales dans leurs nouvelles possessions, était le résultat d’une politique savante autant que courageuse. Si l’empereur avait pu inspirer une partie de son intrépidité à la jeunesse de l’Italie, s’il avait pu ranimer dans le champ de Mars la pratique de ces exercices militaires dans lesquels il avait toujours surpassé ses compagnons d’armes, il aurait attaqué Genseric à la tête d’une armée de Romains. Une génération naissante pourrait adopter cette réforme des mœurs nationales ; mais un prince qui travaille à reculer la décadence d’une monarchie chancelante, est presque toujours forcé, pour obtenir quelque avantage immédiat, ou détourner quelque danger pressant, de tolérer ou même de multiplier les abus les plus pernicieux. Majorien fut réduit, comme le plus faible de ses prédécesseurs, à l’expédient honteux de remplacer ses timides sujets par des Barbares auxiliaires ; et il ne put prouver la supériorité de ses talens que par la vigueur et l’adresse avec laquelle il sut manier un instrument dangereux, toujours prêt à blesser la main qui l’emploie. Outre les confédérés qui étaient déjà enrôlés au service de l’empire, la réputation de sa valeur et de sa libéralité attira les Barbares du Danube, du Borysthène et peut-être du Tanaïs. Les plus braves soldats d’Attila, les Gépides, les Ostrogoths, les Rugiens, les Bourguignons, les Suèves et les Alains s’assemblèrent par milliers dans les plaines de la Ligurie, diminuant, par leurs mutuelles animosités, ce qu’on pouvait avoir à craindre de la réunion de leurs forces[46]. Ils passèrent les Alpes au cœur de l’hiver. L’empereur marchait à leur tête, à pied et entièrement couvert de son armure ; il sondait avec un bâton la profondeur de la glace ou de la neige, et encourageait les Scythes, qui se plaignaient de l’excès du froid, en leur promettant avec gaîté qu’ils seraient contens de la chaleur de l’Afrique. Les citoyens de Lyon osèrent fermer leurs portes ; mais ils implorèrent bientôt et éprouvèrent la clémence de Majorien. Après avoir remporté une victoire sur Théodoric, il accepta l’alliance et l’amitié d’un roi dont il estimait la valeur, la force et la persuasion concoururent utilement à réunir pour un moment la plus grande partie de l’Espagne et de la Gaule ; et les Bagaudes indépendans, qui avaient échappé ou résisté à la tyrannie des règnes précédens, cédèrent avec confiance aux vertus de Majorien[47]. Son camp était rempli d’alliés barbares : le zèle et l’amour des peuples mettaient son trône en sûreté ; mais l’empereur avait prévu qu’il était impossible d’entreprendre la conquête de l’Afrique sans une force maritime. Dans la première guerre contre les Carthaginois, la république fit des efforts si incroyables, que soixante jours après le premier coup de hache donné au premier arbre de la forêt, une flotte de cent soixante galères se déployait fièrement dans le port, toute prête à faire voile[48]. Dans des circonstances moins favorables, Majorien égala le courage et la persévérance des anciens Romains. On abattit les bois de l’Apennin ; on rétablit les arsenaux et les manufactures de Misène et de Ravenne. L’Italie et la Gaule contribuèrent à l’envi, et la flotte impériale, composée de trois cents fortes galères et d’un nombre proportionné de moindres navires et de bâtimens de transport, se rassembla dans le port vaste et sûr de Carthagène en Espagne[49]. Les soldats de Majorien, animés par l’intrépidité de leur général, ne doutaient plus de la victoire ; et si l’on peut en croire l’historien Procope, l’empereur se laissait quelquefois emporter par son courage au-delà des bornes de la prudence. Curieux d’examiner par lui-même la situation des Vandales, il se hasarda, en déguisant la couleur de ses cheveux, d’entrer dans Carthage sous le nom de son ambassadeur ; et Genseric, lorsqu’il en fut instruit, regretta vivement d’avoir laissé échapper l’empereur des Romains. Cette anecdote peut paraître apocryphe ; mais elle n’était applicable qu’à un héros[50].

Perte de la flotte.

Genseric n’eut pas besoin d’une entrevue pour apprécier le génie et les desseins de son adversaire. Il eut bientôt épuisé sans succès ses ruses et ses délais accoutumés : ses propositions de paix devenaient à chaque instant plus soumises et peut-être plus sincères ; mais l’inflexible Majorien, fidèle à l’ancienne maxime, croyait que le salut de Rome dépendait de l’assujettissement de Carthage. Le roi des Vandales n’osait plus compter sur la valeur de ses sujets naturels, énervés par le luxe du midi[51] ; il soupçonnait la fidélité d’un peuple vaincu, qui le détestait comme protecteur des ariens ; et la précaution qu’il prit de faire un désert de la Mauritanie[52], n’arrêta point l’empereur romain, qui pouvait choisir le lieu de sa descente sur toute la côte d’Afrique : mais la perfidie de quelques sujets puissans, envieux ou effrayés des succès de leur maître, délivra Genseric du danger. Par le moyen de cette intelligence, il surprit la flotte dans la baie de Carthagène ; une partie des vaisseaux furent pris, coulés à fond ou brûlés ; et un seul jour vit détruire les travaux de trois années[53]. Après cet événement, les deux rivaux se montrèrent supérieurs à leur fortune. Le Vandale, au lieu de s’enorgueillir d’une victoire accidentelle, renouvela ses propositions de paix. L’empereur d’Occident, capable de former de vastes desseins et de supporter de grands revers, consentit à un traité ou plutôt à une suspension d’armes, convaincu qu’avant d’avoir pu rétablir sa flotte, il ne manquerait pas d’un sujet légitime pour justifier une seconde guerre. Majorien retourna en Italie s’occuper du bonheur de ses sujets ; et, fort du sentiment de sa conscience, il ignora longtemps sans doute la criminelle conspiration qui menaçait son trône et sa vie. L’événement de Carthage ternissait une gloire dont l’éclat avait frappé les yeux de la multitude ; presque tous les officiers, soit civils ou militaires, étaient irrités contre le réformateur des abus qui leur étaient personnellement avantageux ; et le patrice Ricimer tâchait de tourner l’esprit inconstant des Barbares contre un prince qu’il estimait et haïssait également. Les vertus de Majorien ne purent le protéger contre la sédition qui éclata dans le camp, près de Tortone, au pied des Alpes. Il fut contraint d’abdiquer la pourpre ; [Mort de Majorien. A. D. 461. 7 août.]cinq jours après, on annonça que Majorien était mort d’une dyssenterie[54], et l’humble tombe qui couvrit les restes de ce grand homme, fut consacrée par la reconnaissance et par le respect de la postérité[55]. Le caractère de Majorien inspirait l’amour et le respect. La satire et la calomnie l’enflammaient d’indignation ; mais elles n’excitaient que son mépris lorsqu’il en était l’objet. Il encourageait cependant la liberté de la conversation, et dans les heures que l’empereur donnait à la société, il savait se livrer à son goût pour la plaisanterie, sans jamais déroger à la majesté de son rang[56].

Ricimer règne sous le nom de Sévère. A. D. 461-467.

Ce ne fut pas peut-être sans regret que Ricimer sacrifia son ami à l’intérêt de son ambition ; mais il résolut d’éviter, dans un second choix, de se donner un supérieur dont le mérite et la vertu pussent lui faire ombrage. Le sénat, docile à ses ordres, accorda le titre d’empereur à Libius-Sévère, qui monta sur le trône de l’Occident sans sortir de son obscurité : à peine l’histoire a-t-elle daigné faire connaître sa naissance, son élévation, son caractère ou sa mort. Sévère cessa d’exister dès que sa vie devint incommode à son protecteur[57], et il serait inutile de chercher dans l’intervalle de six années, qui s’écoula depuis la mort de Majorien jusqu’à l’élévation d’Anthemius, quel a pu être l’espace de temps occupé par le règne de ce fantôme d’empereur. Pendant cet intervalle, Ricimer fut seul maître du gouvernement ; et, sans oser prétendre au nom de monarque, le Barbare accumula des trésors, eut une armée à lui, fit des traités particuliers, et exerça en Italie l’autorité indépendante et despotique qu’y exercèrent depuis Odoacre et Théodoric. Mais les Alpes bornaient ses états ; [Révolte de Marcellin en Dalmatie.]deux généraux romains, Marcellin et Ægidius, demeurèrent fidèles à la république, et rejetèrent dédaigneusement le fantôme qu’il décorait du nom d’empereur. Marcellin suivait l’ancienne religion ; et les païens dévots, qui désobéissaient en secret aux lois de l’Église et de l’état, respectaient ses connaissances dans l’art de la divination : mais il possédait des qualités plus estimables, la science, le courage et la vertu[58] ; il s’était perfectionné le goût par l’étude de la littérature latine, et ses talens militaires lui avaient acquis l’estime du grand Ætius, qui l’enveloppa dans sa ruine : mais il évita par la fuite la fureur de Valentinien, et maintint hardiment son indépendance au milieu des révolutions de l’empire d’Occident. Majorien récompensa la soumission volontaire ou forcée de Marcellin, en lui confiant le gouvernement de la Sicile et le commandement d’une armée placée dans cette île pour attaquer ou arrêter les Vandales ; mais à la mort de Majorien, les intrigues et l’or de Ricimer firent révolter ses soldats. À la tête d’une troupe fidèle, Marcellin s’empara de la Dalmatie, prit le titre de patrice de l’Occident, mérita l’attachement de ses sujets par un gouvernement doux et équitable, construisit une flotte qui faisait la loi sur la mer Adriatique, et menaçait alternativement les côtes d’Afrique et d’Italie[59]. [Et d’Ægidus dans la Gaule.]Ægidius, maître général de la Gaule, qui égalait ou imitait les héros de l’ancienne Rome[60], déclara son ressentiment implacable contre les assassins d’un prince qu’il chérissait. Une armée nombreuse et choisie suivait ses drapeaux ; et quoique les artifices de Ricimer et les forces des Visigoths lui fermassent le chemin de Rome, il maintint au-delà des Alpes sa souveraineté indépendante, et rendit le nom d’Ægidius respectable dans la paix comme dans la guerre. Les Francs, qui avaient puni par l’exil les débordemens du jeune Childéric, placèrent sur le trône le général romain. Cet honneur singulier flatta plus sa vanité que son ambition ; et quatre ans après, lorsque la nation se repentit de l’outrage qu’elle avait fait à la famille des Mérovingiens, il consentit à rendre le trône au prince légitime. Ægidius maintint sa puissance jusqu’à sa mort : les Gaulois, désespérés de sa perte, accusèrent Ricimer de l’avoir hâtée par le poison ou par la violence, et son caractère connu justifiait leurs soupçons[61].

Guerre navale des Vandales. A. D. 461-467.

Le royaume d’Italie (tel était le nom auquel avait été réduit peu à peu l’empire d’Occident) fut continuellement dévasté sous le règne de Ricimer par les descentes et et les incursions des pirates Vandales[62]. Au printemps de chaque année, ils équipaient une flotte nombreuse dans le port de Carthage ; et Genseric, quoique d’un âge très-avancé, commandait en personne les expéditions les plus importantes. Il couvrait ses desseins d’un secret impénétrable jusqu’au moment de mettre à la voile. Lorsque le pilote lui demandait quelle direction il devait prendre : « Suivez celle des vents, répondait Genseric du ton d’une dévote insolence ; ils nous conduiront sur la côte coupable dont les habitans ont offensé la justice divine. » Mais lorsque le roi des Vandales daignait donner lui-même des ordres plus positifs, les nations les plus riches lui paraissaient toujours les plus coupables. Les Barbares désolèrent successivement les côtes de l’Espagne, de la Ligurie, de la Toscane, de la Campanie, de la Lucanie, de Bruttium, de la Pouille, de la Calabre, de la Vénétie, de la Dalmatie, de l’Épire, de la Grèce et de la Sicile. La situation de la Sardaigne, placée si avantageusement au centre de la Méditerranée, leur inspira le désir de la soumettre, et ils répandirent les ravages ou la terreur depuis les colonnes d’Hercule jusqu’aux bouches du Nil. Moins jaloux de gloire que de butin, ils attaquaient rarement les villes fortifiées ou les troupes régulières ; mais la rapidité de leurs mouvemens les mettait à même de menacer presque au même instant des endroits fort éloignés les uns des autres ; et comme ils embarquaient toujours un nombre suffisant de chevaux, leur cavalerie se répandait dans le pays dès l’instant qu’ils avaient atteint la côte. Cependant, et quoique leur souverain donnât l’exemple, les Vandales et les Alains se dégoûtèrent bientôt d’un genre de guerre pénible et dangereux. La robuste génération des conquérans de Carthage était presque entièrement éteinte ; les fils de ces guerriers, nés en Afrique, jouissaient paisiblement des bains et des jardins délicieux acquis par les exploits de leurs pères ; ils furent aisément remplacés dans les armées par une multitude de Maures et de Romains, soit captifs, soit proscrits ; et ces furieux, qui avaient commencé par violer les lois de leur pays, étaient les plus ardens à se livrer à ces horreurs, qui déshonorèrent les victoires de Genseric. Il épargnait quelquefois ses malheureux captifs par un sentiment d’avarice, et il les sacrifiait dans d’autres occasions au plaisir de satisfaire sa cruauté ; et l’indignation publique a reproché à sa dernière postérité le massacre de cinq cents citoyens nobles de Zante ou Zacynthus, dont il fit jeter les corps mutilés dans la mer Ionienne.

Négociations avec l’Empire d’Orient. A. D. 462, etc.

Aucun prétexte n’autorisait de semblables crimes ; mais la guerre que Genseric entreprit bientôt contre l’empire, pouvait être justifiée par des motifs spécieux et même raisonnables. La veuve de Valentinien, Eudoxie, entraînée captive de Rome à Carthage, était seule héritière de la maison de Théodose. Le monarque des Vandales contraignit Eudoxie, fille aînée de l’impératrice, d’épouser son fils Huneric, et aussitôt, appuyé d’un titre légal, il exigea impérieusement qu’on remît à la femme de son fils la part qui lui revenait dans la succession de l’empire. Il était également difficile de le refuser et de le satisfaire. L’empereur d’Orient, au moyen d’une forte compensation, acheta une paix nécessaire ; Eudoxie et Placidie, sa seconde fille, furent reconduites honorablement à Constantinople, et les Vandales bornèrent leurs ravages aux limites de l’empire d’Occident. Les Italiens, dépourvus d’une marine qui pouvait seule défendre leurs côtes, implorèrent humblement le secours des nations plus heureuses de l’Orient, qui autrefois, en temps de paix comme en temps de guerre, avaient reconnu la suprématie de Rome ; mais la séparation constante des deux empires les avait désunis d’intérêts et d’affections : on objecta le traité récent, et au lieu d’armes et de vaisseaux, les Romains de l’Occident n’obtinrent qu’une médiation froide et inutile. L’orgueilleux Ricimer ne pouvant soutenir plus long-temps le fardeau qu’il s’était imposé, fut enfin forcé d’employer auprès de la cour de Constantinople l’humble langage d’un sujet suppliant ; l’Italie reçut un maître choisi par l’empereur d’Orient, et l’alliance des deux empires fut le prix de cette soumission[63]. L’objet de ce chapitre, ni même de ce volume, n’est point de suivre en détail l’histoire de Byzance ; mais un coup d’œil rapide sur le règne et sur le caractère de l’empereur Léon, peut servir à faire apprécier les derniers efforts que l’on tenta pour sauver de sa ruine l’empire d’Occident[64].

Léon, empereur de l’Orient. A. D. 457-474.

Depuis la mort de Théodose le jeune, la tranquillité de Constantinople n’avait été interrompue ni par des guerres étrangères, ni par des factions domestiques. Le modeste et vertueux Marcien avait reçu la main de Pulchérie et le sceptre de l’Orient ; plein de reconnaissance, il respecta toujours le rang et la virginité de son épouse ; et l’empereur donna le premier, lorsqu’il la perdit, l’exemple du culte dû à la mémoire de cette sainte impératrice[65]. Occupé seulement des intérêts de son empire, Marcien semblait contempler les malheurs de Rome avec indifférence ; et l’on attribua le refus que faisait un prince actif et courageux de se déclarer contre les Vandales, à une promesse secrète que Genseric lui avait arrachée lorsqu’il était son captif[66]. La mort de Marcien arrivée après un règne de sept années aurait exposé l’empire au danger d’une élection populaire, si l’autorité d’une seule famille n’eût pas suffi pour placer sur le trône le candidat dont elle soutenait les prétentions. Le patrice Aspar se serait facilement emparé du diadème, s’il eût voulu accepter publiquement la foi de Nicée[67]. Depuis trois générations, son père, lui et son fils Ardaburius, commandaient les armées de l’Orient ; sa nombreuse garde de Barbares tenait en respect le palais et la capitale, et les immenses trésors qu’il répandait avec profusion, égalaient sa popularité à sa puissance. Il présenta un homme obscur, Léon de Thrace, tribun militaire et le principal intendant de sa maison, et le sénat ratifia cette nomination par ses suffrages unanimes. Le domestique d’Aspar reçut la couronne impériale des mains du patriarche ou évêque, à qui l’on permit d’annoncer la protection divine par cette cérémonie inusitée[68]. Le titre de grand par lequel l’empereur Léon fut distingué de ceux qui portèrent après lui le même nom, prouve que les princes qui avaient occupé successivement le trône de Constantinople, avaient rendu les Grecs peu exigeans sur ce qu’ils regardaient comme la perfection des vertus héroïques ou du moins des vertus impériales. Cependant la fermeté modérée que Léon opposa à la tyrannie de son bienfaiteur montra qu’il connaissait son devoir et son autorité. Aspar vit avec étonnement que son influence ne suffisait plus pour faire nommer un préfet de Constantinople ; il osa reprocher à son souverain de manquer à ses engagemens, et, secouant insolemment sa robe pourpre : « Il ne convient pas, lui dit-il, qu’un homme revêtu de cette robe fausse sa parole. » « Il ne convient pas non plus, répondit Léon, qu’un prince soit forcé de soumettre son jugement et l’intérêt public à la volonté d’un de ses sujets[69]. » Après cette étrange scène, on ne pouvait pas espérer une réconciliation sincère ou durable entre l’empereur et le patrice. Léon leva secrètement une armée d’Isauriens[70], qu’il introduisit dans Constantinople ; et tandis qu’il minait sourdement la puissance d’une famille dont il méditait la ruine, sa conduite prudente et modérée tranquillisait Aspar, et le détournait des mesures violentes qui auraient entraîné sa perte ou celle de ses ennemis. Cette révolution intérieure influa sur le système politique de l’empire. Tant qu’Aspar avait avili par sa tyrannie la majesté du trône, des motifs secrets d’intérêt et de religion l’avaient engagé à favoriser Genseric : mais dès que Léon fut délivré de cette ignominieuse servitude, il écouta les plaintes des Italiens, résolut de chasser les Vandales de l’Afrique, et déclara son alliance avec son collègue Anthemius, qu’il plaça solennellement sur le trône de l’Occident.

Anthemius, empereur d’Occident. A. D. 467-472.

On a peut-être exagéré les vertus d’Anthemius comme l’illustration de son origine, que l’on faisait remonter à une suite d’empereurs, quoique l’usurpateur Procope soit le seul de ses ancêtres qui ait été honoré de la pourpre[71] ; mais le mérite de ses derniers parens, leurs dignités et leurs richesses, plaçaient Anthemius au nombre des plus illustres sujets de l’empire d’Orient. Procope, son père, avait obtenu, au retour de son ambassade en Perse, le rang de général et de patrice : le nom d’Anthemius venait de son grand-père maternel, le célèbre préfet qui gouverna l’empire avec tant de sagesse et de succès durant l’enfance de Théodose. Le petit-fis du préfet sortit, en quelque façon, de la classe des sujets par son mariage avec Euphémie, fille de l’empereur Marcien. Cette alliance illustre, qui aurait pu suppléer au défaut de mérite, hâta l’élévation d’Anthemius aux dignités successives de comte, de maître général, de consul et de patrice, et ses talens ou la fortune lui valurent l’honneur d’une victoire qu’il remporta sur les Huns, près des bords du Danube. Le gendre de Marcien pouvait, sans être accusé d’une ambition extravagante, espérer de devenir son successeur ; mais Anthemius soutint avec un courage modeste la perte de cette espérance ; et son élévation à l’empire d’Occident eut généralement l’approbation du public, qui le jugea digne du trône jusqu’au moment où il y fut placé[72]. [A. D. 467. 12 avril.]L’empereur d’Occident partit de Constantinople, suivi de plusieurs comtes de la première distinction, et d’une garde dont la force et le nombre équivalaient presque à une armée régulière. Il entra dans Rome en triomphe, et le choix de Léon fut confirmé par le sénat, par le peuple et par les Barbares confédérés de l’Italie[73]. Après la cérémonie de son inauguration, Anthemius célébra le mariage de sa fille avec le patrice Ricimer : et cet heureux événement parut devoir assurer l’union de l’empire et sa prospérité. On étala pompeusement, à cette occasion, les richesses des deux empires, et un grand nombre de sénateurs consommèrent leur ruine par leurs efforts pour déguiser leur pauvreté. Durant ces fêtes, toutes les affaires furent suspendues, les tribunaux demeurèrent fermés, les rues de Rome, les théâtres et les places publiques retentirent des danses et des chants de l’hyménée ; et la princesse, vêtue d’une robe de soie et la couronne sur la tête, fut conduite au palais de Ricimer, qui avait changé son habit militaire contre la robe de consul et de sénateur. Dans cette occasion, Sidonius, dont l’ambition et les premières espérances avaient été si cruellement déçues, parut comme orateur de l’Auvergne parmi les députés des provinces qui venaient adresser au nouveau souverain leurs plaintes ou leurs félicitations[74]. [A. D. 468. 1 janvier.]On approchait des calendes de janvier, et le poète vénal qui avait aimé Avitus et estimé Majorien, célébra, à la sollicitation de ses amis, en vers héroïques, le mérite, le bonheur, le second consulat et les triomphes futurs de l’empereur Anthemius. Sidonius prononça, avec autant de succès que de confiance, un panégyrique qui existe encore ; et quels que fussent les défauts du sujet ou de la composition, le flatteur n’en obtint pas moins aussitôt pour récompense la préfecture de Rome. Cette dignité le plaça au nombre des premiers personnages de l’empire, jusqu’au moment où il la quitta sagement pour les titres plus respectables d’évêque et de saint[75].

Les fêtes lupercales.

Les Grecs exaltent la foi et la piété de l’empereur qu’ils donnèrent à l’Occident, et ils ont soin d’observer qu’en quittant Constantinople, Anthemius convertit son palais en un local qu’il consacra à plusieurs fondations pieuses, comme des bains, une église et un hôpital pour les vieillards[76]. Cependant quelques apparences suspectes ternissent la réputation théologique de ce souverain : il avait puisé des maximes de tolérance dans la conversation de Philotée, moine de la secte des Macédoniens ; et les hérétiques de Rome auraient tenu impunément leurs assemblées, si la censure véhémente que le pape Hilaire prononça dans l’église de Saint-Pierre n’eût obligé le monarque d’abjurer une indulgence contraire à l’opinion[77]. L’indifférence ou la faveur d’Anthemius ranimait jusqu’à l’espoir du faible reste des païens ; ils attribuèrent à un dessein secret de rétablir l’ancien culte[78], l’amitié singulière dont il honorait le philosophe Sévère, qu’il revêtit de la dignité de consul. Les idoles renversées traînaient dans la poussière, et la mythologie, si respectée des anciens, était devenue si méprisable, que les poètes chrétiens pouvaient s’en servir sans causer de scandale et sans se rendre suspects[79]. Il restait cependant quelques vestiges de superstition, et l’on célébrait encore sous le règne d’Anthemius la fête des Lupercales, dont l’origine était antérieure à la fondation de Rome. Les cérémonies simples et sauvages de cette fête devaient tirer leur origine de l’état de société qui avait précédé l’invention des arts et de l’agriculture. Les dieux qui présidaient aux travaux et aux plaisirs champêtres, Pan, Faune et leur suite de satyres, étaient tels que l’imagination des pâtres pouvait les inventer, gais, lascifs et pétulans. Leur pouvoir était limité et leur malice peu dangereuse ; et une chèvre semblait être l’offrande la plus convenable à leur caractère et à leurs attributs. On rôtissait la chair de la victime sur des broches de saule ; les jeunes hommes, qui venaient en foule à la fête, couraient tout nus dans les champs, une lanière de cuir à la main, et passaient pour rendre fécondes toutes les femmes qui s’en laissaient toucher[80]. L’autel du dieu Pan avait été élevé, peut-être par l’Arcadien Evandre, dans un endroit solitaire du mont Palatin, au milieu d’un bocage arrosé par une source d’eau vive. La tradition qui enseignait que dans ce même endroit une louve avait nourri Romulus et Remus de son lait, le rendait encore plus respectable et plus cher aux Romains ; et ce lieu agreste avait été insensiblement entouré des superbes édifices du Forum[81]. Après la conversion de Rome, les chrétiens continuèrent à célébrer tous les ans, dans le mois de février, la fête des Lupercales, à laquelle ils attribuaient une influence secrète et mystique sur la fécondité du genre animal et végétal. Les évêques de Rome désiraient abolir cette coutume profane, si contraire à l’esprit du christianisme ; mais leur zèle n’était point appuyé par l’autorité du magistrat civil ; l’abus subsista jusqu’à la fin du cinquième siècle, et le pape Gélase, qui purifia la capitale de ce reste d’idolâtrie, fut obligé d’apaiser, par une apologie spéciale, les murmures du peuple et du sénat[82].

Dans toutes ses déclarations publiques, l’empereur Léon prenait vis-à-vis d’Anthemius le ton d’autorité d’un père, et y ajoutait les protestations du plus vif attachement pour le fils avec lequel il avait partagé l’administration de l’univers[83]. [Préparatifs contre les Vandales d’Afrique. A. D. 468.]La situation de Léon et peut-être son caractère le détournèrent de s’exposer personnellement aux fatigues et aux dangers de la guerre d’Afrique ; mais il se servit avec vigueur de toutes les ressources de l’empire d’Orient pour délivrer l’Italie et la Méditerranée de la tyrannie des Vandales ; et Genseric, qui ravageait depuis longtemps l’une et l’autre, se vit à son tour menacé d’une invasion formidable. Le préfet Héraclius ouvrit la campagne par une entreprise hardie et qui eut un plein succès[84]. Les troupes de l’Égypte, de la Thébaïde et de la Libye s’embarquèrent sous ses ordres ; et les Arabes, avec le secours d’un grand nombre de chevaux et de chameaux, ouvrirent les routes du désert. Héraclius débarqua à Tripoli, surprit et soumit les villes de cette province, et entreprit[85], par une marche pénible, ce qu’avait autrefois exécuté Caton, de se réunir à l’armée impériale sous les murs de Carthage. La nouvelle de ses succès arracha de Genseric quelques insidieuses propositions de paix ; mais son inquiétude redoubla lorsqu’il apprit la réconciliation du comte Marcellin avec les deux empires. Le patrice, renonçant à son indépendance, s’était déterminé à reconnaître l’autorité d’Anthemius, qu’il avait accompagné à Rome. Les flottes dalmatiennes entrèrent dans les ports d’Italie ; la valeur de Marcellin expulsa les Vandales de la Sardaigne ; et les faibles efforts de l’empire d’Occident secondèrent à un certain point les préparatifs immenses des Romains de l’Orient. On a fait l’évaluation exacte des frais de l’armement naval que Léon envoya contre les Vandales d’Afrique ; et ce calcul, aussi curieux qu’intéressant, nous fournit un aperçu de l’opulence de l’empire au moment de sa décadence. Les domaines de l’empereur ou son patrimoine particulier fournirent dix-sept mille livres pesant d’or, et les préfets du prétoire levèrent sur les provinces quarante-sept mille livres d’or et sept cent mille livres d’argent ; mais les villes furent réduites à la plus extrême pauvreté ; et les calculs des amendes et des confiscations, considérées comme une partie intéressante du revenu, ne donnent pas une grande idée de la douceur et de l’équité de l’administration. Toutes les dépenses de la campagne d’Afrique, de quelque moyen qu’on se soit servi pour les défrayer, montèrent à la somme de cent trente mille livres d’or, environ cinq millions deux cent mille livres sterling, dans un temps où, à en juger par le prix comparatif des grains, l’argent devait avoir un peu plus de valeur que dans le siècle présent[86]. La flotte qui cingla de Constantinople à Carthage était composée de onze cent treize vaisseaux chargés de plus de cent mille hommes, tant soldats que matelots. On en confia le commandement à Basiliscus, frère de l’impératrice Vérine. Sa sœur, femme de Léon, avait exagéré le mérite de ses anciens exploits contre les Scythes ; c’était dans la guerre d’Afrique qu’il se réservait de faire connaître sa perfidie ou son incapacité ; et ses amis furent réduits, pour sauver sa réputation militaire, à convenir qu’il s’était entendu avec Aspar pour épargner Genseric et anéantir la dernière espérance de l’empire d’Occident.

Mauvais succès de l’expédition.

L’expérience a démontré que le succès d’une invasion dépend presque toujours de la vigueur et de la célérité des opérations. Le moindre délai détruit la force et l’effet de la première impression de terreur qu’elle a produite sur l’ennemi. Le courage et la santé des soldats déclinent sous un climat étranger, leur ardeur se ralentit, et les forces de terre et de mer, rassemblées par un effort pénible et peut-être impossible à répéter, se consument inutilement. Chaque instant perdu en négociations accoutume l’ennemi à contempler de sang-froid ce que ses premières terreurs lui avaient peint comme irrésistible. La flotte de Basiliscus vogua sans accident du Bosphore de Thrace à la côte d’Afrique. Il débarqua ses troupes au cap Bone ou promontoire de Mercure, environ à quarante milles de Carthage[87]. L’armée d’Héraclius et la flotte de Marcellin joignirent ou secondèrent le général de l’empereur, et les Vandales furent vaincus partout où ils voulurent les arrêter, soit par terre, soit par mer[88]. Si Basiliscus eût saisi le moment de la consternation pour avancer promptement vers la capitale, Carthage se serait nécessairement rendue, et le royaume des Vandales était anéanti. Genseric considéra le danger en homme de courage, et l’éluda avec son adresse ordinaire. Il offrit respectueusement de soumettre sa personne et ses états au pouvoir de l’empereur ; mais il demanda une trêve de cinq jours pour stipuler les conditions de sa soumission ; et sa libéralité, si l’on peut en croire l’opinion universelle de ce siècle, lui fit aisément obtenir le succès de cette demande insidieuse. Au lieu de refuser avec fermeté une grâce si vivement sollicitée par l’ennemi, le coupable ou crédule Basiliscus consentit à cette trêve funeste, et se conduisit avec aussi peu de précautions que s’il eût été déjà le maître de l’Afrique. Dans ce court intervalle, les vents devinrent favorables aux desseins de Genseric. Il fit monter sur ses plus grands vaisseaux de guerre les plus déterminés de ses soldats, soit Maures, soit Vandales ; ils remorquèrent après eux de grandes barques remplies de matières combustibles, et après y avoir mis le feu, ils les dirigèrent pendant la nuit au milieu de la flotte ennemie où le vent les portait. Les Romains furent éveillés par les flammes qui consumaient leurs vaisseaux ; et comme ils étaient serrés les uns contre les autres, le feu s’y communiquait avec une violence irrésistible ; l’obscurité, le bruit des vents, les pétillemens de la flamme, les cris des matelots et des soldats qui ne savaient ni obéir ni commander, augmentaient le désordre et la terreur des Romains. Tandis qu’ils tâchaient de s’éloigner des brûlots et de sauver une partie de la flotte, les galères de Genseric les assaillirent de tous côtés avec ordre et un courage réglé par la prudence ; et ceux des soldats romains qui avaient échappé aux flammes furent pour la plupart pris ou tués par les Vandales victorieux. Au milieu des événemens de cette nuit désastreuse, Jean, l’un des principaux officiers de Basiliscus, a su, par son courage héroïque ou plutôt désespéré, préserver son nom de l’oubli. Lorsque le vaisseau qu’il avait courageusement défendu fut presque consumé par les flammes, il se refusa dédaigneusement aux instances de Genso, fils de Genseric, qui, plein d’estime et de compassion pour lui, le pressait honorablement de se rendre ; et se précipitant tout armé dans la mer, ses derniers mots furent qu’il ne voulait pas tomber vivant dans les mains de ces misérables impies. Mais Basiliscus qui, fort éloigné d’un semblable courage, avait choisi son poste très-loin du danger, prit honteusement la fuite dès le commencement du combat, retourna précipitamment à Constantinople après avoir perdu la moitié de sa flotte et de son armée, et mit sa tête coupable à l’abri du sanctuaire de sainte Sophie, où il attendit que sa sœur eût obtenu, par ses prières et ses larmes, le pardon de l’empereur indigné. Héraclius fit sa retraite à travers le désert ; Marcellin se retira en Sicile, où peut-être, à l’instigation de Ricimer, il fut assassiné par un de ses propres officiers ; et le roi des Vandales apprit avec autant de surprise que de satisfaction, que les Romains s’empressaient eux-mêmes à le débarrasser de ses plus formidables adversaires[89]. Après le mauvais succès de cette grande expédition, Genseric recommença à exercer sa tyrannie sur les mers ; les côtes de l’Italie, de la Grèce et de l’Asie, éprouvèrent tour à tour les fureurs de sa vengeance et de son avarice. La Sardaigne et Tripoli rentrèrent sous son obéissance ; il ajouta la Sicile à ses provinces, [A. D. 477]et avant de mourir, plein de gloire, et d’années, il vit la destruction totale de l’empire d’Occident[90].

Conquêtes des Visigoths en Espagne et dans la Gaule. A. D. 462-472.

Durant tout le cours d’un règne long et actif, le monarque africain avait soigneusement cultivé l’amitié des Barbares de l’Europe, dont il se servait habilement pour faire des diversions contre les deux empires. Après la mort d’Attila, il renouvela son alliance avec les Visigoths de la Gaule ; et les fils du premier Théodoric qui régnèrent successivement sur cette nation guerrière, oublièrent aisément, par des vues d’intérêt, l’affront que leur sœur[91] avait reçu de Genseric. La mort de l’empereur Majorien délivra Théodoric II des liens de la crainte et peut-être de l’honneur ; il viola le traité récemment conclu avec les Romains, et sa perfidie lui valut le vaste territoire de Narbonne, qu’il réunit à ses états. Par une politique intéressée, Ricimer l’encourageait à envahir les provinces qui obéissaient à son rival Ægidius ; mais l’activité du comte défendit Arles, remporta une victoire à Orléans, sauva la Gaule, et arrêta tant qu’il vécut les progrès des Visigoths. Leur ambition ne tarda pas à se rallumer, et le dessein d’arracher la Gaule et l’Espagne au gouvernement romain, fut conçu et presque entièrement exécuté sous le règne d’Euric, qui assassina son frère Théodoric, et déploya avec plus de férocité de très-grands talens politiques et militaires. Il passa les Pyrénées à la tête d’une armée nombreuse, soumit les villes de Saragosse et de Pampelune, vainquit en bataille rangée la noblesse de la province Tarragonaise, porta ses armes victorieuses jusqu’au cœur de la Lusitanie, et accorda aux Suèves la possession tranquille de la Galice, sous l’autorité de la monarchie des Goths d’Espagne[92]. Ce fut avec non moins de vigueur qu’Euric tourna ses entreprises vers la Gaule ; et depuis les Pyrénées jusqu’au Rhône et à la Loire, l’Auvergne et le Berri furent les seuls diocèses qui refusassent de le reconnaître pour maître[93]. Dans la défense de Clermont, leur principale ville, les habitans de l’Auvergne souffrirent avec intrépidité les fatigues de la guerre et les fléaux de la peste et de la famine. Les Visigoths, forcés d’abandonner le siége, renoncèrent pour le moment à cette importante conquête. La jeunesse de la province était animée par la valeur héroïque et presque incroyable d’Ecdicius, fils de l’empereur Avitus[94]. Suivi de dix-huit cavaliers, il osa sortir de la ville et attaquer l’armée des Goths ; et après avoir soutenu le combat toujours en se retirant vers la ville, ils y rentrèrent vainqueurs et sans avoir éprouvé aucune perte. Sa bienfaisance était égale à son courage : il nourrit a ses dépens quatre mille pauvres dans un temps de disette, et par son propre crédit, il parvint à lever une armée de Bourguignons pour la défense de l’Auvergne. Les sujets fidèles de la Gaule n’attendaient plus leur délivrance et leur liberté que de son courage ; et cependant ce courage même ne suffisait pas pour prévenir la ruine de son pays, puisque ses concitoyens attendaient que son exemple les déterminât à la fuite ou à la servitude[95]. La confiance publique était perdue, les ressources de l’état épuisées ; et les Gaulois commençaient à se persuader, avec raison, qu’Anthemius, qui régnait sur l’Italie, manquait de moyens pour secourir ses sujets au-delà des Alpes. Le faible empereur ne put lever, pour leur défense, qu’un corps de douze mille Bretons auxiliaires. Biothamus, un des rois ou chefs indépendans de cette île, consentit à transporter ses troupes dans la Gaule ; il remonta la Loire et établit ses quartiers dans le Berri, où les peuples gémirent sous la tyrannie de ces nouveaux alliés, jusqu’au moment où les Visigoths les détruisirent ou les dispersèrent[96].

Procès d’Arvandus. A. D. 468.

Le procès et la condamnation du préfet Arvandus sont un des derniers actes d’autorité que le sénat romain ait exercé sur la Gaule. Sidonius, qui se félicitait de vivre sous un règne où il était permis de plaindre et de consoler un criminel d’état, avoue avec franchise les fautes de son inconsidéré et malheureux ami[97]. Les périls auxquels avait échappé Arvandus lui inspirèrent moins de sagesse que de présomption, et il se conduisit dans toutes les occasions avec une si constante imprudence, qu’on doit moins s’étonner de sa chute que de ses succès. La seconde préfecture qu’il obtint cinq ans après effaça tout le mérite de sa première administration, et lui ôta toute la popularité qu’il avait acquise ; dépourvu de solidité dans le caractère, il se laissa corrompre par la flatterie et s’irrita par la contradiction. Forcé de vexer sa province pour apaiser ses propres créanciers, il offensa les nobles de la Gaule par l’insolence de sa tyrannie, et succomba sous le poids de la haine publique. Le mandat impérial qui le révoquait, lui ordonnait en même temps de se justifier devant le sénat ; et il passa la mer de Toscane avec un vent favorable, qu’il regarda follement comme le présage de son bonheur à venir. On conservait encore du respect pour le rang de préfet ; Arvandus, en arrivant à Rome, fut confié plutôt aux soins qu’à la garde de Flavius Asellus, comte des sacrées largesses, qui demeurait dans le Capitole[98]. Les députés de la Gaule, ses accusateurs, le poursuivirent vigoureusement. Ils étaient tous quatre distingués par leur naissance, leur rang et leur éloquence ; ils intentèrent une action civile et criminelle au nom d’une grande province, et selon les formes ordinaires de la jurisprudence romaine, avec la demande de restitutions équivalentes aux pertes des particuliers, et d’une punition qui pût satisfaire la justice de l’état. Il y avait contre lui de fortes et nombreuses accusations, tant de corruption que de tyrannie ; mais les adversaires d’Arvandus fondaient leur principale espérance sur une lettre qu’ils avaient interceptée, et qu’appuyés du témoignage de son secrétaire, ils l’accusaient d’avoir dictée lui-même. Dans cette lettre, on détournait le roi des Goths de faire la paix avec l’empereur grec : on l’engageait à attaquer les Bretons sur les bords de la Loire, et on lui recommandait de partager la Gaule, selon les lois des nations, entre les Visigoths et les Bourguignons[99]. Ces projets dangereux, qu’un ami n’a pu pallier qu’en avouant la vanité et l’indiscrétion de celui qui les avait conçus, étaient susceptibles d’une interprétation très-criminelle ; et les députés se décidèrent habilement à ne produire cette pièce terrible qu’au moment décisif ; mais le zèle de Sidonius découvrit leur intention. Il avertit sur-le-champ le criminel de son danger, et déplora sincèrement et sans amertume la présomption hautaine d’Arvandus, qui rejeta l’avis salutaire de ses amis, et alla même jusqu’à s’en irriter. Arvandus, ignorant sa véritable situation, se montrait dans le Capitole en robe de candidat, saluait d’un air de tranquillité, acceptait les offres de service, examinait les boutiques des marchands, tantôt de l’œil indifférent d’un spectateur, et tantôt avec l’attention d’un homme qui voulait acheter ; se plaignant toujours des temps, du sénat, du prince, et des délais de la justice. Il n’eut pas long-temps lieu de s’en plaindre. On annonça le jour de son jugement, et Arvandus parut avec ses accusateurs devant la nombreuse assemblée du sénat romain. Les vêtemens de deuil dont les députés avaient eu soin de se couvrir intéressaient les juges en leur faveur, et ils étaient scandalisés de l’air libre et de l’habillement magnifique de leur adversaire. Lorsque le préfet Arvandus et le premier des députés de la Gaule furent conduits à leurs places, sur le banc des sénateurs, on remarqua dans leur maintien le même contraste d’orgueil et de modestie. Dans ce jugement, qui offrit une vive image des formes de l’ancienne république, les Gaulois exposèrent avec force et liberté les griefs de la province ; et lorsque l’audience parut suffisamment animée contre le préfet, ils firent la lecture de la fatale lettre. Arvandus fondait sa présomption opiniâtre sur cette étrange prétention qu’on ne pouvait pas, disait-il, convaincre de trahison un sujet qui n’avait ni conspiré contre le souverain, ni tenté d’usurper la pourpre. À la lecture de la lettre, il la reconnut hautement et à plusieurs reprises pour avoir été dictée par lui ; et sa surprise égala son effroi, lorsque, d’une voix unanime, les sénateurs le déclarèrent coupable d’un crime capital. Le décret le dégrada du rang de préfet à celui de plébéien, et il fut ignominieusement traîné par des esclaves dans la prison publique. Après un délai de quinze jours, le sénat s’assembla une seconde fois pour prononcer sa sentence de mort ; mais tandis qu’il attendait douloureusement dans l’île d’Esculape l’expiration des trente jours accordés par une ancienne loi aux plus vils malfaiteurs[100], ses amis agirent auprès de l’empereur ; Anthemius s’adoucit, et le préfet de la Gaule en fut quitte pour l’exil et la confiscation. Les fautes d’Arvandus pouvaient mériter quelque indulgence ; mais l’impunité de Seronatus fut la honte de la justice romaine jusqu’au moment où les plaintes des peuples d’Auvergne le firent condamner et exécuter. Cet indigne ministre, le Catilina de son siècle et de son pays, était en correspondance avec les Visigoths pour trahir la province qu’il tyrannisait. Il employait toutes les ressources de son esprit à inventer chaque jour de nouvelles taxes et à découvrir d’anciens crimes ; et ses vices extravagans auraient inspiré le mépris s’ils n’avaient fait naître un sentiment de crainte et d’horreur[101].

Discorde d’Anthemius et de Ricimer. A. D. 471.

De tels coupables n’étaient pas hors de l’atteinte, de la justice ; mais quels que fussent les crimes de Ricimer, ce puissant Barbare pouvait ou combattre ou traiter avec le souverain dont il avait daigné devenir le gendre. La discorde et le malheur troublèrent bientôt le règne heureux et paisible qu’Anthemius avait promis à l’empire d’Occident. Ricimer, incapable de supporter un supérieur, ou peut-être craignant pour sa propre sûreté, quitta Rome, et fixa sa résidence à Milan, dont la position avantageuse lui facilitait les moyens d’appeler ou de repousser les Barbares qui habitaient entre les Alpes et le Danube[102]. L’Italie se trouva insensiblement divisée en deux royaumes indépendans et jaloux ; et les nobles de la Ligurie, qui prévoyaient l’approche funeste d’une guerre civile, se jetèrent aux pieds du patrice en le conjurant d’avoir compassion de leur pays. « Je suis encore disposé, répondit Ricimer du ton d’une insolente modération, à vivre en bonne intelligence avec le Galatien[103] ; mais qui osera entreprendre de calmer sa colère ou d’apprivoiser son orgueil, que notre soumission ne fait qu’augmenter ? » Ils lui indiquèrent Épiphane, évêque de Pavie[104], qui joignait, disaient-ils, la prudence du serpent à l’innocence de la colombe, et parurent espérer que son éloquence serait capable de triompher de tous les obstacles que pourraient lui opposer l’intérêt ou le ressentiment. Ricimer le crut, et saint Épiphane, chargé du rôle bienfaisant de médiateur, partit sur-le-champ pour Rome, où il fut reçu avec les honneurs dus à son mérite et à sa réputation. On imaginera facilement le discours d’un évêque en faveur de la paix ; il prouva que dans toutes sortes de circonstances le pardon des injures était nécessairement un acte de bonté, de grandeur d’âme ou de prudence, et il représenta sérieusement à l’empereur, qu’une guerre contre un Barbare emporté ne pourrait être que ruineuse pour ses états, et peut-être funeste pour lui-même. Anthemius reconnaissait la vérité de ces maximes ; mais la conduite de Ricimer excitait vivement son indignation, et la colère lui inspira de l’éloquence. « Quelles faveurs, s’écria-t-il, avons-nous refusées à cet ingrat ? Combien d’insultes n’avons-nous pas dissimulées ! Oubliant la majesté impériale, j’ai donné ma fille à un Goth ; j’ai sacrifié mon propre sang à la tranquillité de la république. La générosité qui devait m’attacher éternellement Ricimer, n’a servi qu’à l’irriter contre son bienfaiteur. Combien de guerres n’a-t-il point suscitées à l’empire ! combien de fois n’a-t-il pas excité et secondé la fureur des ennemis ! Dois-je encore accepter sa perfide amitié ? et puis-je espérer qu’après avoir manqué à tous les devoirs d’un fils, il respectera la foi d’un traité ? » Mais le ressentiment d’Anthemius s’évapora avec ses plaintes. Il céda insensiblement, et le prélat retourna dans son diocèse avec la satisfaction d’avoir rendu la paix à l’Italie par une réconciliation[105] dont on pouvait raisonnablement révoquer en doute la durée et la sincérité. L’empereur pardonna par faiblesse, et Ricimer suspendit ses desseins ambitieux pour préparer en secret les moyens de renverser le trône d’Anthemius. Se dépouillant alors du masque de la modération, il augmenta son armée d’un corps nombreux de Bourguignons et de Suèves orientaux, refusa de reconnaître plus long-temps la domination de l’empereur grec, marcha de Milan aux portes de Rome, et campa sur les bords de l’Anio, en attendant l’arrivée d’Olybrius, dont il voulait faire un nouvel empereur.

Olybrius, empereur de l’Occident. A. D. 472. 23 mars.

Olybrius, sénateur de la famille Anicienne, pouvait se regarder comme l’héritier légitime de l’empire d’Occident. Il avait épousé Placidie, la plus jeune des filles de Valentinien, après son retour d’Afrique, où Genseric retenait encore sa sœur Eudoxie, femme ou plutôt esclave de son fils Hunneric. Le roi des Vandales appuya de ses menaces et de ses sollicitations les droits légitimes de son allié, et allégua pour motif de la guerre, le refus que le peuple et le sénat romain faisaient de reconnaître leur prince légitime, et la préférence qu’ils avaient injustement donnée à un étranger[106]. La protection de l’ennemi public augmentait sans doute l’aversion des Italiens pour Olybrius ; mais en méditant la ruine d’Anthemius, Ricimer avait voulu tenter, par l’offre du diadème, un candidat dont le nom illustre et l’alliance auguste pussent pallier la perfidie de sa révolte. Le mari de Placidie, élevé à la dignité consulaire comme la plupart de ses ancêtres, aurait pu jouir paisiblement de son opulence à Constantinople ; et il ne semble pas que son génie ait été assez vaste ou assez actif, pour ne pouvoir être suffisamment occupé que par l’administration d’un empire. Cependant Olybrius, cédant aux sollicitations de ses amis, peut-être aux importunités de sa femme, se précipita inconsidérément dans les dangers d’une guerre civile, et accepta, avec l’approbation secrète de l’empereur Léon, le sceptre de l’Italie qu’un Barbare donnait et reprenait au gré de son caprice. Genseric, maître de la mer, fit débarquer sans obstacle le mari de Placidie à Ravenne ou au port d’Ostie, et le futur empereur se rendit au camp de Ricimer, où il fut reçu comme le monarque de l’Occident[107].

Sac de Rome et mort d’Anthemius. A. D. 472. 11 juillet.

Le patrice, qui avait étendu ses postes depuis l’Anio jusqu’au pont Milvius, était déjà le maître de deux quartiers de Rome, du Janicule et du Vatican, que le Tibre sépare du reste de la ville[108], et l’on peut conjecturer qu’une assemblée d’un petit nombre de sénateurs scissionnaires proclama Olybrius, en imitant les formes ordinaires de la république ; mais le peuple et le corps du sénat restèrent fidèles à Anthemius, et le secours d’une armée de Visigoths prolongea durant trois mois son règne et les calamités d’un siège accompagné de la famine et de la peste. Enfin Ricimer fit attaquer vigoureusement le pont d’Adrien ou de Saint-Ange, et les Goths défendirent avec intrépidité cet étroit passage jusqu’à la mort de leur chef Gilimer ; mais les troupes victorieuses, renversant tous les obstacles, se précipitèrent, avec une impétuosité irrésistible, jusque dans le cœur de la ville, et Rome (si nous pouvons employer les expressions d’un pape contemporain) fut bouleversée par les fureurs mutuelles de Ricimer et d’Anthemius[109]. On arracha le malheureux empereur de sa retraite ; le patrice fit immoler inhumainement son beau-père, et ajouta par sa mort un troisième ou peut-être un quatrième empereur au nombre de ses victimes. Les soldats, qui réunissaient les fureurs des citoyens factieux à la férocité des nations barbares, se rassasièrent impunément de meurtres et de pillage. La foule d’esclaves et de plébéiens qui ne prenaient point d’intérêt à l’événement, ne pouvaient que gagner au désordre ; le tumulte de Rome présentait l’étrange contraste d’une cruauté réfléchie et d’une licence effrénée[110]. [Mort de Ricimer. 20 août.]Quarante jours après cet événement funeste, où le crime s’était montré sans mélange de gloire, une maladie douloureuse délivra l’Italie du tyran Ricimer, qui légua le commandement de son armée à son neveu Gundobald, un des princes bourguignons. Dans la même année, tous les principaux acteurs de cette révolution disparurent de la scène, et le règne d’Olybrius, [Et d’Olybrius. Oct. 23]dont la mort paraît avoir été naturelle, se trouve renfermé dans le cours de sept mois. Il laissa une fille de son mariage avec Placidie ; et la famille du grand Théodose, transplantée d’Espagne à Constantinople, se propagea du côté maternel jusqu’à la huitième génération[111].

Julius Nepos et Glycerius, empereurs de l’Occident. A. D. 472-475.

Tandis que l’Italie, sans maître, était abandonnée aux fureurs des Barbares[112], le conseil de Léon s’occupait sérieusement de l’élection d’un nouveau collègue. L’impératrice Vorine, jalouse d’élever sa propre famille, avait marié une de ses nièces à Julius-Nepos, qui régnait sur la Dalmatie depuis la mort de son oncle Marcellin ; possession bien plus réelle que le titre d’empereur d’Occident, qu’on le força d’accepter : mais la cour de Byzance agissait avec tant de lenteur et d’irrésolution, que plusieurs mois s’écoulèrent après la mort d’Anthemius et même d’Olybrius, sans que celui qui devait leur succéder pût se montrer à ses sujets d’Italie avec des forces capables de le faire respecter. Dans cet intervalle, Gundobald revêtit de la pourpre Glycerius, guerrier obscur attaché à son service ; mais le prince bourguignon manqua de moyens ou de volonté pour allumer une guerre civile en faveur de son protégé. Son ambition personnelle le rappela au-delà des Alpes[113], et son client eut la permission d’échanger le diadème d’empereur de l’Occident pour la mitre d’évêque de Salone. Après s’être défait de son compétiteur, l’empereur Nepos fut reconnu par les Italiens, par le sénat et par les provinces de la Gaule. On célébra hautement ses vertus morales et ses talens militaires ; et ceux qui tiraient quelque avantage de son gouvernement annoncèrent d’un ton prophétique le retour de la prospérité publique[114]. En moins d’une année leurs espérances, en supposant qu’ils en eussent conçu quelques-unes, furent entièrement anéanties, et le règne court et obscur de Julius-Nepos n’offre pour événement qu’un traité de paix qui cédait l’Auvergne aux Visigoths. L’empereur d’Italie sacrifia à sa sûreté personnelle les plus fidèles sujets de la Gaule[115] ; mais son repos fut bientôt troublé par une terrible révolte des Barbares confédérés, qui partirent de Rome sous la conduite d’Oreste, leur commandant, pour l’assiéger dans Ravenne. Tremblant à leur approche, au lieu de mettre sa confiance dans la force de la place, Nepos s’enfuit précipitamment sur ses vaisseaux, et se retira dans sa principauté de Dalmatie, sur la côte opposée de la mer Adriatique. Au moyen de cette honteuse abdication, il traîna sa vie, durant cinq années, dans une situation incertaine, entre le titre d’empereur et celui d’exilé, jusqu’au moment où il fut assassiné par l’ingrat Glycerius, que, peut-être pour prix de son crime, on éleva au siége archiépiscopal de Milan[116].

Le patrice Creste. A. D. 475.

Les nations qui avaient maintenu leur indépendance depuis la mort d’Attila, étaient établies par droit de conquête ou de possession dans les vastes pays situés au nord du Danube ou dans les provinces romaines entre ce fleuve et les Alpes ; mais leur plus brave jeunesse suivait les drapeaux des confédérés qui défendaient et opprimaient l’Italie[117]. Dans cette multitude se faisaient remarquer les Hérules, les Scyrres, les Alains, les Turcilinges, les Rugiens. Oreste[118], fils de Tatullus, et père du dernier empereur de l’Occident, suivit l’exemple de ses compatriotes. Oreste, dont nous avons déjà eu occasion de parler dans cette Histoire, n’avait jamais séparé sa cause de celle de son pays. La naissance et la fortune le plaçaient au nombre des habitans les plus distingués de la Pannonie. Lorsque les Romains cédèrent cette province aux Huns, il entra au service d’Attila, son souverain légitime, devint son secrétaire, et fut envoyé plusieurs fois en ambassade à Constantinople, où il représenta la personne et déclara les ordres de son impérieux monarque. La mort du conquérant lui rendit la liberté, et Oreste put honorablement refuser de suivre les fils d’Attila dans les déserts de la Scythie, et d’obéir aux Ostrogoths, qui avaient envahi la Pannonie. Il aima mieux servir les successeurs de Valentinien ; ses talens, sa valeur et son expérience lui frayèrent un chemin rapide dans la profession militaire, et il dut à la faveur de Nepos les dignités de patrice et de maître-général des armées. Elles étaient accoutumées depuis long-temps à respecter la personne et l’autorité d’Oreste, qui affectait leurs manières, parlait leur langue, et vivait depuis long-temps avec leurs chefs dans la plus intime familiarité. Ils prirent les armes, à sa sollicitation, contre Nepos, ce Grec inconnu qui prétendait à leur obéissance ; et lorsque le secrétaire d’Attila refusa, par quelque motif secret, de prendre lui-même la pourpre, [Son fils Augustule, dernier empereur d’Occident. A. D. 476.]les Barbares consentirent avec la même facilité à reconnaître son fils Augustule pour empereur de l’Occident. L’abdication de Nepos remplissait complètement les vues ambitieuses d’Oreste ; mais il aperçut avant la fin de l’année, qu’un rebelle est presque toujours, tôt ou tard, la victime des leçons d’ingratitude et de perfidie qu’il a données, et que le souverain précaire de l’Italie ne pouvait conserver son titre ou sa vie que par une obéissance servile pour ses tyrans mercenaires. La dangereuse alliance des Barbares avait anéanti les faibles restes de la grandeur et de la liberté des Romains. À chaque révolution ils obtenaient une augmentation de paye et de nouveaux priviléges ; mais leur insolence parvint à un degré encore plus extravagant. Jaloux des succès de leurs compatriotes, dont les armes victorieuses avaient acquis des établissemens héréditaires en Espagne, en Afrique et dans la Gaule, ils exigèrent qu’on leur partageât sans délai le tiers des terres de l’Italie, Oreste, avec un courage qui, dans un poste plus légitimement acquis, lui eût mérité toute notre estime, aima mieux s’exposer à la rage d’une multitude armée, que de souscrire la ruine d’un peuple innocent. Il rejeta la demande, et son refus favorisa l’ambition d’Odoacre. Cet audacieux Barbare assura les mécontens que s’ils voulaient le suivre, il leur ferait bientôt rendre par force la justice qu’on avait refusée à leurs demandes respectueuses. Enflammés tous du même ressentiment et des mêmes espérances, les confédérés sortirent en foule de tous les camps et de toutes les garnisons de l’Italie pour se ranger sous ses drapeaux, et le malheureux patrice, succombant à l’orage, se retira précipitamment dans la forteresse de Pavie, le siége épiscopal du vénérable saint Épiphane, où il fut immédiatement assiégé par les confédérés. Ils emportèrent les fortifications, pillèrent la ville ; l’évêque, par les efforts de son zèle parvint, jusqu’à un certain point, à sauver les richesses de son église et la chasteté des captives ; cependant le tumulte ne put être apaisé qu’après l’exécution d’Oreste[119]. Son frère Paul perdit la vie dans un combat près de Ravenne ; et Augustule, hors d’état désormais d’imposer aucun respect, fut réduit à implorer la clémence d’Odoacre.

Odoacre, roi d’Italie. A. D. 476-490.

Le Barbare vainqueur était fils d’Édecon, qui avait été le collègue d’Oreste et l’ambassadeur d’Attila dans des circonstances dont nous avons traité dans chapitre précédent. L’honneur d’un ambassadeur devrait être à l’abri du soupçon ; cependant on sait qu’Édecon avait prêté l’oreille à un complot tramé contre la vie de son souverain ; mais son mérite ou son repentir avait effacé cette apparence de crime ; il jouissait d’un rang élevé et de la faveur de son maître, et les troupes qui sous ses ordres gardaient à leur tour le village royal qu’habitait Attila, étaient composées d’une tribu de Scyrres, ses sujets héréditaires. Lorsque les nations se révoltèrent après la mort d’Attila, les Scyrres suivirent le sort des Huns, et plus de douze ans après, le nom d’Édecon tient une place honorable dans l’histoire de la guerre contre les Ostrogoths, qui fut terminée par deux batailles sanglantes et la défaite totale des Scyrres, dont les restes se dispersèrent[120]. Leur intrépide chef ne survécut point aux malheurs de sa nation : il laissa deux fils, Onulf et Odoacre, aux prises avec l’adversité, et réduits à chercher dans le pillage ou dans un service étranger, les moyens de faire subsister les compagnons de leur exil. Onulf tourna ses pas vers Constantinople, où il déshonora la gloire de ses armes par le meurtre de son bienfaiteur. Son frère Odoacre mena quelque temps une vie errante parmi les Barbares de la Norique ; l’intrépidité de son caractère et sa situation le disposaient à tenter les entreprises les plus hardies. Lorsqu’il eut fait un choix, il visita pieusement la cellule de saint Severin, le saint en crédit dans le canton, pour solliciter son approbation et sa bénédiction. La porte était basse, et la taille élevée d’Odoacre l’obligea de se courber ; mais à travers l’humilité apparente de cette attitude, le saint aperçut les signes de sa grandeur future, et s’adressant à lui d’un ton prophétique : « Poursuivez votre dessein, lui dit-il, allez en Italie ; vous vous dépouillerez bientôt de ce grossier vêtement de peau, et votre fortune sera digne de la grandeur de votre âme[121]. » Le Barbare, dont l’audace accepta et ratifia la prédiction, fut admis au service de l’empire d’Occident, et obtint bientôt un poste distingué dans les gardes. Ses mœurs s’adoucirent, ses talens militaires se perfectionnèrent, et les confédérés de l’Italie n’auraient pas choisi Odoacre pour général, si ses exploits n’eussent point établi la réputation de sa valeur et de sa capacité[122]. Ses compagnons lui donnèrent d’une voix unanime le titre de roi ; mais il s’abstint, durant tout son règne, de la pourpre et du diadème[123], pour ne point éveiller la jalousie des princes, dont les sujets avaient formé par leur réunion une armée que le temps et un gouvernement sage pouvaient convertir en une grande nation.

Extinction de l’empire d’Occident. A. D. 476 ou 479.

Les Barbares étaient accoutumés à la royauté, et les dociles Italiens étaient disposés à reconnaître sans murmurer l’autorité qu’il consentirait à exercer comme vice-gérent de l’empereur d’Occident ; mais Odoacre avait résolu d’abolir ce titre inutile et dispendieux ; et telle est la force des anciens préjugés, qu’il lui fallut de l’audace et de la pénétration pour concevoir la facilité de cette entreprise. Le malheureux Augustule fut forcé de servir d’instrument à sa propre disgrâce : il signifia sa résignation au sénat, et cette assemblée affecta encore, dans son dernier acte d’obéissance à un prince romain, le courage, la liberté et les formes de l’ancienne constitution. Par un décret unanime, le sénat adressa une lettre à l’empereur Zénon, gendre et successeur de Léon, et qui, à la suite d’une révolte passagère, venait d’être rétabli sur le trône de Constantinople. Les pères conscrits reconnaissent l’inutilité, annoncent même ne plus conserver le désir de prolonger plus long-temps la succession impériale en Italie, et déclarent qu’un seul monarque suffit pour remplir de sa majesté et pour défendre l’Orient et l’Occident. Ils consentent, au nom du peuple et du sénat à transférer le siège universel de l’empire à Constantinople, et renoncent bassement au droit de se choisir un maître, seul vestige de l’autorité qui avait imposé des lois à l’univers. Prononçant encore sans rougir le nom antique et respectable de la république, ils assurent que les vertus civiles et militaires d’Odoacre méritent toute leur confiance, et supplient l’empereur de lui accorder le titre de patrice et le gouvernement du diocèse d’Italie. On reçut les députés du sénat à Constantinople avec quelque apparence de mécontentement et d’indignation, et lorsqu’ils furent admis à son audience, Zénon leur reprocha le sort des deux empereurs Anthemius et Nepos, que le monarque d’Orient avait successivement envoyés en Italie d’après leurs sollicitations. « Vous avez assassiné le premier, leur dit-il d’un ton sévère, et vous avez chassé l’autre ; mais il existe encore, et jusqu’à sa mort, il sera votre souverain légitime. » Mais la prudence de Zénon ne lui permit pas de soutenir long-temps la cause de son ancien collègue ; sa vanité fut flattée du titre de seul empereur et des statues élevées à Rome en son honneur. Sans le déclarer positivement, il entretint une correspondance amicale avec le patrice Odoacre et accepta les enseignes impériales, les ornemens du trône et du palais, que le prince barbare n’était pas fâché d’éloigner de la vue du peuple[124].

Augustule est relégué dans la maison de campagne de Lucullus.

Dans les vingt années qui s’étaient écoulées depuis la mort de Valentinien, on avait vu successivement disparaître neuf empereurs : et le jeune fils d’Oreste, remarquable seulement par sa beauté, serait celui de tous qui aurait eu le moins de droits au souvenir de la postérité, si son règne, qui consomma l’extinction de l’empire d’Occident, n’était point lié à une époque mémorable dans l’histoire du genre humain[125]. Le patrice Odoacre avait épousé la fille du comte Romulus de Pétovio en Norique. Malgré la méfiance des empereurs, on faisait à Aquilée un usage familier du surnom d’Auguste, et le dernier successeur des Césars réunissait, par un hasard extraordinaire, les deux noms du fondateur de la ville et de celui de la monarchie[126]. Le fils d’Oreste porta et déshonora les noms de Romulus et d’Auguste ; mais les Grecs changèrent le premier, par corruption, en Momyllus, et les latins ont fait du second, par mépris, le nom diminutif d’Augustule. La généreuse pitié d’Odoacre épargna un jeune homme qu’il ne pouvait craindre. En le bannissant avec toute sa famille, du palais impérial, il leur assigna pour retraite la maison de Lucullus, située dans la Campanie, et leur assura un revenu de six mille pièces d’or[127]. Les anciens Romains, aussitôt qu’ils purent respirer des fatigues de la guerre punique, furent attirés par la beauté et le charme des plaines de la Campanie ; et la maison de campagne que Scipion l’ancien fit construire à Liternum, offrit long-temps un modèle de leur simplicité rustique[128]. Les côtes délicieuses de la baie de Naples se couvrirent de maisons de campagne ; Sylla loua son rival d’avoir habilement placé sa résidence sur le promontoire de Misène, qui commande de tous côtés la terre et la mer jusqu’aux bornes de l’horizon[129]. Lucullus avait acheté, peu d’années après, la maison de Marius, et le prix était monté de deux mille cinq cents livres sterling à celui de quatre-vingt mille[130]. Le nouveau propriétaire l’embellit à l’aide des arts de la Grèce et des trésors de l’Asie ; les maisons et les jardins de Lucullus tenaient un rang distingué dans la liste des palais impériaux[131]. Lorsque les Vandales répandirent la terreur sur les côtes de la mer, la maison de Lucullus, située sur le promontoire de Misène, prit insensiblement la forme et le nom d’une forteresse, retraite obscure du dernier empereur de l’Occident. Environ vingt ans après, on en fit une église et un monastère pour y déposer les restes de saint Severin, et parmi les trophées brisés des victoires sur les Cimbres et les Arméniens, ils y reposèrent en sûreté jusqu’au commencement du dixième siècle ; les habitans de Naples détruisirent alors cette forteresse, de peur qu’elle ne servît de repaire aux Sarrasins[132].

Décadence de la fierté romaine.

Odoacre fut le premier prince barbare qui régna en Italie sur un peuple devant lequel avait justement fléchi l’univers. La chute des Romains excite encore en nous une compassion respectueuse, et nous nous sentons portés à partager l’indignation et la douleur que nous supposons à leur postérité dégénérée ; mais les calamités de l’Italie avaient éteint peu à peu tout sentiment de gloire et de liberté. Tant qu’on avait vu subsister la vertu romaine, les provinces de la république étaient soumises à ses armes, et ses citoyens n’obéissaient qu’à ses lois : ces lois une fois anéanties par la discorde civile, la ville et les provinces devinrent l’humble propriété d’un usurpateur. Le temps et la violence anéantirent les formes de la constitution, qui adoucissaient ou déguisaient la honte de l’esclavage ; les Italiens se plaignaient alternativement de l’absence et de la présence de leurs souverains, objets de leur crainte ou de leur mépris ; et durant cinq siècles successifs, Rome éprouva tous les maux que peuvent faire souffrir la licence militaire, les caprices du despotisme, et le système d’oppression le plus soigneusement combiné. Durant cette période, les Barbares étaient sortis de leur obscurité, on avait cessé de les regarder avec mépris ; les guerriers scythes et germains furent reçus dans les provinces, d’abord comme les serviteurs ensuite comme les alliés, et enfin comme les maîtres des Romains, qu’ils défendaient et insultaient tour à tour. L’effroi des peuples imposait silence à leur aversion ; ils respectaient la valeur et l’illustration des chefs, revêtus des dignités de la république ; et le sort de Rome avait dépendu long-temps de l’épée de ces formidables étrangers. L’orgueilleux Ricimer, foulant aux pieds les ruines de l’Italie, avait exercé l’autorité d’un roi sans en prendre le titre ; et la patience des Romains les avait insensiblement disposés à reconnaître pour souverains Odoacre et ses successeurs.

Caractère et règne d’Odoacre. A. D. 476-490.

Le premier roi de l’Italie n’était point indigne du haut rang où le placèrent sa valeur et sa fortune. Il avait dépouille dans la société la rudesse de ses mœurs, et bien que conquérant et Barbare, il respecta les institutions et même les préjugés de ses sujets. Après un intervalle de sept ans, Odoacre rétablit le consulat de l’Occident, et refusa, par orgueil ou par modestie, d’accepter un titre que les empereurs d’Orient ne dédaignaient point encore de porter ; mais la chaire curule fut successivement occupée par onze des plus illustres sénateurs[133], parmi lesquels on trouve le nom du respectable Basilius, dont les vertus méritèrent l’amitié, les louanges et la reconnaissance de son client Sidonius[134]. On suivit exactement les lois des empereurs, et l’administration civile de l’Italie continua d’être exercée par un préfet du prétoire et par ses officiers subordonnés. Odoacre imposa aux magistrats romains la tâche odieuse de lever les impositions publiques, et se réserva exclusivement le droit de s’attirer l’affection du peuple par des décharges accordées à propos[135]. Élevé, comme tous les Barbares, dans les principes de l’arianisme, il respecta toujours le caractère épiscopal et monastique ; et le silence des catholiques suffit pour attester la liberté dont Odoacre les laissa jouir. La tranquillité de la ville exigea l’interposition de son préfet Basilius dans le choix d’un pontife romain. La défense faite au clergé d’aliéner ses terres, fut un acte de bienfaisance pour le peuple dont la dévotion se croyait tenue de réparer les pertes de l’Église[136]. Le conquérant de l’Italie la défendit, et fit respecter ses frontières par les Barbares de la Gaule et de la Germanie, qui insultaient depuis si long-temps les faibles descendans de Théodose. Odoacre passa la mer Adriatique pour châtier les assassins de Nepos, et envahir en même temps la province maritime de Dalmatie. Il traversa les Alpes pour délivrer les restes de la Norique des mains de Fava ou Feletheus, roi des Rugiens, qui habitait au-delà du Danube. Feletheus perdit la bataille, et fut fait prisonnier. Odoacre ramena en Italie une colonie nombreuse de captifs et d’hommes libres ; et Rome, après une longue suite de disgrâces, put s’enorgueillir du triomphe de son roi barbare[137].

Triste situation de l’Italie.

Malgré la prudence et les succès d’Odoacre, son royaume offrait de toutes parts la misère et la désolation. Dès le siècle de Tibère, on s’était plaint en Italie de la décadence de l’agriculture ; et les Romains, forcés de tirer leur subsistance des provinces éloignées, la voyaient avec inquiétude dépendre des accidens de la mer et des vents[138] ; mais lorsque dans le déclin et la division de l’empire, Rome se vit enlever le tribut des moissons de l’Afrique et de l’Égypte, ses habitans diminuèrent avec les moyens de subsistance, et la population fut engloutie par les fléaux de la guerre, de la famine et de la contagion[139]. Saint Ambroise a déploré la ruine d’un district florissant, qui comptait au nombre de ses villes Bologne, Modène, Reggio et Plaisance[140] ; le pape Gélase, sujet d’Odoacre, affirme à la vérité, avec beaucoup d’exagération, que la province Æmilienne, la Toscane et les provinces voisines étaient presque entièrement dépeuplées[141]. Les plébéiens de Rome, accoutumés à recevoir leur subsistance des empereurs, périrent ou disparurent dès que cette libéralité fut supprimée. Le déclin des arts réduisit les citoyens industrieux à l’oisiveté et à la misère ; et les sénateurs, qui auraient peut-être contemplé avec indifférence la destruction de leur patrie, ne s’accoutumaient point à la perte de leurs richesses personnelles. De ces vastes domaines considérés comme la cause originaire de la ruine de l’Italie[142], un tiers passa entre les mains des conquérans. Aux injustices on ajoutait l’insulte. La crainte de l’avenir aggravait les maux présens ; et comme on accordait des terres à tous les nouveaux essaims de Barbares, les sénateurs tremblaient de voir les arpenteurs s’approcher de leur meilleure ferme ou de leur maison de campagne favorite. Les moins malheureux étaient sans doute ceux qui se soumettaient sans murmure à un pouvoir auquel il était impossible de résister ; puisqu’ils désiraient de vivre, ils devaient une certaine reconnaissance au tyran qui leur permettait d’exister ; et puisqu’il était le maître absolu de leur fortune, la portion qu’il ne leur enlevait pas, devait être considérée comme un don de sa générosité[143]. Odoacre s’était solennellement engagé, pour prix de son élévation, à satisfaire aux demandes d’une multitude turbulente et licencieuse ; mais sa prudence et son humanité adoucirent le sort de l’Italie. Les rois des Barbares furent souvent peu obéis, souvent même déposés ou assassinés par leurs sujets naturels ; et les bandes d’Italiens mercenaires qui se réunissaient sous un chef de leur choix, prétendaient avoir plus de droits encore au butin et à la licence. Une monarchie sans union nationale et sans droit héréditaire, tendait rapidement vers sa dissolution. Après un règne de quatorze ans, Odoacre fut forcé de céder à la supériorité du génie de Théodoric, roi des Ostrogoths, héros qui possédait les talens militaires et les vertus d’un législateur, qui fit renaître des jours de paix et de prospérité, et dont le nom excite et mérite également l’attention du genre humain.

Notes
  1. Sidonius-Apollinaris composa la treizième épître de son second livre pour réfuter le paradoxe de son ami Serranus, qui manifestait pour le dernier empereur un enthousiasme aussi généreux que singulier. Cette épître, qu’avec un peu d’indulgence on peut regarder comme un ouvrage agréable, jette beaucoup de jour sur le caractère de Maxime.
  2. Clientum, prævia, pedisequa, circumfusa populositas. C’est ainsi que Sidonius lui-même dépeint la suite qui environnait un autre sénateur de rang consulaire, l. I, ep. 9.
  3. Districtus ensis cui super impiâ
    Cervice pendet, non Siculæ dapes
    Dulcem eluborabunt saporem :
    Non avium citharæque cantus
    Somnum reducent.

    HORAC., Carmen, III, I.


    Sidonius termine sa lettre par l’histoire de Damoclès, que Cicéron (Tuscillan., v. 20, 21) a raconté d’une manière si inimitable.

  4. Malgré le témoignage de Procope, Evagrius, Idatius, Marcellin, etc. ; le savant Muratori (Annal. d’Italia) doute de la réalité de cette invitation. Non si può dir quanto sia facile il popolo a sognare e spacciar voci false. Mais son argument de l’intervalle du temps et du lieu est extrêmement faible. Les figues qui croissaient près de Carthage furent présentées au sénat trois jours après avoir été cueillies.
  5. … Infidoque tibi Burgundio ductu
    Extorquet trepidas mactandi principis iras.

    SIDON., Panegyr. Avitus 442.


    Ce vers donne à penser que Rome et Maxime furent trahis par la troupe des Bourguignons mercenaires.

  6. Prosper et l’Historia Miscellan. attestent le succès apparent du pape Léon ; mais l’opinion peu probable de Baronius (A. D. 455, n. 13), qui suppose que Genseric respecta les trois églises apostoliques, n’est pas même soutenue du témoignage suspect du Liber pontificalis.
  7. La profusion de Catulus, qui dora le premier le toit du Capitole, ne fut pas généralement approuvée (Pline, Hist. nat., XXXIII,18). Mais un empereur la surpassa, et la dorure extérieure du temple coûta à Domitien douze mille talens (deux millions quatre cent mille livres sterling). Les expressions de Claudien et de Rutilius, Luce metalli æmula… fastigia astris, et confunduntque vagos delubra micantia visus, prouvent évidemment que cette magnifique couverture ne fut enlevée ni par les chrétiens ni par les Goths. (Voyez Donat, Roma antiqua, l. II, c. 6, p. 125). Il paraît assez probable que le toit doré était orné de statues dorées et de chars attelés de quatre chevaux également dorés.
  8. Le lecteur curieux peut consulter le savant traité d’Adrien Reland, De Spoliis templi Hierosolymitani in aren Titiano Romæ conspicuis, in-12, Trajecti ad Rhenum, 1716.
  9. Le vaisseau qui transportait les reliques du Capitole fut le seul qui fit naufrage. Si un payen fanatique eût parlé de cet accident, il aurait sans doute témoigné sa joie de ce que cette cargaison sacrilége avait été engloutie dans la mer.
  10. Voyez Victor Vitensis, De pers. Vandal., l. I, c. 8, p. 11, 12, édit. Ruinard. Deogratias n’occupa que trois ans le siège pontifical de Carthage ; et si l’on n’eût pris la précaution de l’enterrer secrètement, les habitans l’auraient dévotement mis en morceaux pour se partager ses reliques.
  11. On trouve la mort de Maxime et le sac de Rome par les Vandales attestés par Sidonius, Paneg. Avit., 441-450 ; Procope, De bell. Vandal., l. I, c. 4, 5, p. 188, 189 ; et l. II, c. 5, p. 255 ; Evagrius, l. II, c. 7 ; Jornandès, De reb. getic., c. 45, p. 677 ; et dans les Chroniques d’Idatius, Prosper, Marcellin et Théophane sous l’année à laquelle elle appartient.
  12. On est réduit à tirer l’histoire de la vie privée et de l’élévation d’Avitus, du panégyrique prononcé par Sidonius Apollinaris, son sujet et son gendre, qu’on ne doit suivre qu’avec circonspection.
  13. D’après l’exemple de Pline-le-Jeune, Sidonius (l. II, c. 2) a fait une description pompeuse, obscure et prolixe, de sa maison de campagne nommée Avitacium, et qui avait appartenu à Avitus. On n’en connaît pas au juste la position. On peut cependant consulter les notes de Savaron et de Sirmond.
  14. Sidonius (l. II, epist. 9) décrit la manière dont vivaient les nobles de la Gaule, d’après une visite qu’il fit à un de ses amis dans les environs de Nîmes. La matinée se passait à la paume, sphæristerium, on dans leur bibliothèque, qui était garnie d’auteurs latins, profanes et sacrés, les premiers à l’usage des hommes, et les autres pour les femmes. On se mettait deux fois à table, à dîner et à souper, et les repas consistaient en viandes chaudes, rôties et bouillies et en vins. Dans l’intervalle, entre les deux repas, on dormait, on se promenait à cheval ou l’on prenait des bains chauds.
  15. Trois mots d’un historien véridique, Romanum ambisset imperium (saint Grég. de Tours, l. II, c. 11, t. II, p. 168), anéantissent soixante vers du Panégyrique (505-575) qui décrit les efforts de Théodoric et des Gaulois pour vaincre la modeste répugnance d’Avitus.
  16. Isidore, archevêque de Séville, qui était lui-même de la famille royale des Goths, avoue et excuse presque (Hist. Goth., p. 718) le crime que leur esclave Jornandès avait bassement dissimulé, c. 43, p. 673.
  17. Cette description soignée était sans doute dictée par quelque motif de politique : elle était destinée au public, et les amis de Sidonius l’avaient répandue avant qu’on l’insérât dans la collection de ses épîtres. Le premier livre fut publié séparément. Voyez Tillemont (Mém. ecclés., t. XVI, p. 264).
  18. J’ai supprimé dans le portrait de Théodoric plusieurs circonstances minutieuses et des termes techniques qui ne sont supportables ou même intelligibles que pour ceux qui, comme les contemporains de Sidonius, fréquentaient les marchés où les esclaves étaient exposés nus en vente. Dubos (Hist. crit., t. I, p. 404).
  19. Videas ibi elegantiam græcam, abundantiam gallicanam, celeritatem italam ; publicam pompam, privatam diligentiam, regiam disciplinam.
  20. Tunc etiam ego aliquid obsecraturus feliciter vincor, et mihi tabula perit ut causa salvetur. Sidonius d’Auvergne n’était pas sujet de Théodoric ; mais il fut peut-être obligé de solliciter la justice ou faveur de la cour de Toulouse.
  21. Théodoric avait fait lui-même une promesse solennelle et volontaire de fidélité, dont on avait connaissance en Gaule et en Espagne.

    … Romæ sum, te duce, amicus
    Principe te, MILES.

    SIDON., Paneg. Avit. 511.
  22. Quæque sinu pelagi jactat se Bracara dives.

    AUSON., De claris urbibus, p. 245.


    Le dessein du roi des Suèves prouve que la navigation des ports de la Galice dans la Méditerranée était déjà connue et pratiquée. Les vaisseaux de Bracara ou Braga naviguaient le long des côtes sans oser se hasarder dans l’Océan Atlantique.

  23. La guerre des Suèves est la partie la plus authentique de la Chronique d’Idatius, qui, comme évêque d’Iria Flavia, en avait été le témoin et la victime. Jornandès (c. 44, p. 675, 676, 677) s’est étendu avec plaisir sur la victoire des Goths.
  24. Dans un des portiques ou galeries de la bibliothèque de Trajan, parmi les statues des écrivains et des orateurs célèbres, Sidon. Apoll. (l. IX, epis. 16, p. 284 ; Carm. VIII, p. 350).
  25. Luxuriosè agere volens, à senatoribus projectus est, dit laconiquement saint Grégoire de Tours (l. II, c. 2, t. II, p. 168). Une ancienne Chronique (t. II, p. 649) raconte une plaisanterie indécente d’Avitus, qui semble plus applicable à Rome qu’à Trèves.
  26. Sidonius (Panegyr. Anthem., 302, etc.) célèbre la haute naissance de Ricimer, et fait entendre qu’elle lui donne des droits sur les royaumes des Goths et des Suèves.
  27. Voy. la Chronique d’Idatius. Jornandès (c. 44, p. 676) l’appelle, avec quelque raison, : Virum egregium, et pene tunc in Italiâ ad exercitum singularem.
  28. Parcens innocentiæ Aviti. C’est ainsi que Victor Tunnunensis (in Chron. ap. Scaliger Euseb.) s’exprime d’un ton de compassion dédaigneuse. Dans un autre endroit il le nomme Vir totius simplicitatis. Cette louange est plus modeste, mais plus solide et plus sincère que celles de Sidonius.
  29. Ce saint fut martyrisé, dit-on, sous le règne de Dioclétien, Tillemont (Mém. eccles., t. V, p. 279, 696). Saint Grégoire de Tours, qui lui était particulièrement dévoué, à dédié à la gloire de saint Julien martyr, un livre entier. (De gloriâ Martyrum, l. II, in Max. Bibl. Patrum, t. II, p. 861-871) dans lequel il raconte une cinquantaine de miracles ridicules opérés par ses reliques.
  30. Saint Grégoire de Tours (l. II, c. 11, p. 168) est concis, mais exact, en parlant du règne de son compatriote. L’expression d’Idatius, : Caret imperio, caret et vitâ, semble annoncer que sa mort fut violente ; mais il faut qu’elle ait été secrète, puisque Evagrius (l. II, c. 7) a pu supposer qu’il est mort de la peste.
  31. Après s’être modestement justifié par l’exemple de ses confrères Virgile et Horace, Sidonius avoue sincèrement sa faute, et promet de la réparer.

    Sic mihi diverse nuper sub Marte cadenti,
        Jussisti placido Victor ut essem animo.
    Serviat ergo tibi servati lingua poëtæ,
        Atque meæ vitæ laus tua sit pretium.

    Sidon. Apoll., Carm., IV, p. 308.


    (Voyez Dubos, Hist. crit., t. I, p. 448, etc.)

  32. Les termes de Procope méritent d’être transcrits : Ουτος γαρ ο Μαιορινος ξυμπαντας τȢς ϖωποτε Ρωμαιων βεβασιλευκοτας υπεραιρων αρετη πασε ;
    Et plus bas :
    Ανηρ τα μεν εις τȢς υπηκοȢς μετριος γεγονως, φοβερος δε τα ες τȢς πολεμιους. (De bell, Vandal., l. I, c. 7, 194) ; définition concise mais complète de la vertu d’un roi.
  33. Ce panégyrique fut prononcé à Lyon avant la fin de l’année 458, tandis que l’empereur était encore consul. On y trouve plus d’art que de génie, et plus de travail que d’art. Les ornemens sont ou faux ou de mauvais goût, l’expression est faible et prolixe, et Sidonius manquait d’intelligence pour fixer habilement l’attention sur son principal personnage. La vie privée de Majorien est renfermée dans deux cents vers, 107-305.
  34. Elle sollicita vivement sa mort et eut peine à se contenter de sa disgrâce ; il parait qu’Ætius, comme Bélisaire et Marlborough, se laissait gouverner par sa femme, et quoiqu’elle fût d’une piété assez exemplaire pour opérer des miracles (saint Grég. de Tours, l. II, c. 7, p. 162), sa dévotion se conciliait avec la bassesse et la cruauté.
  35. Les Allemands avaient passé les Alpes Rhétiennes, et furent défaits dans les : Campi Canini, ou vallée de Bellinzone, dans laquelle coule le Tésin en descendant du mont Adule ou Saint-Gothard, dans le lac Majeur. Cluvier, Italia antiq., t. I, p. 100, 101. Cette victoire tant vantée, remportée sur neuf cents Barbares (Panégyr. de Majorien, 373), prouve l’extrême faiblesse de l’Italie.
  36. Imperatorem me factum, P. C. electionis vestræ arbitrio, et fortissimo exercitûs ordinatione agnoscite. Novell., Majorian. tit. III, p. 34. Ad calcem cod. Theodos. Sidonius proclame le vœu unanime de l’empire.

    … Postquam ordine vobis
    Ordo omnis regnum dederat ; plebs, curia, miles
    Et collega simul…

    386.
  37. On pourrait lire dilationes comme delationes ; mais ce dernier offrant un sens plus satisfaisant, je lui ai donné la préférence.
  38. Ab externo hoste et à domesticâ clade liberavimus. Par la dernière, Majorien ne peut entendre que la tyrannie d’Avitus, dont il avouait conséquemment la mort comme une action méritoire. À cette occasion Sidonius est obscur et embarrassé. Il parle des douze Césars, des nations de l’Afrique, etc., pour éviter de prononcer le nom d’Avitus, 305, 369.
  39. Voyez l’édit entier ou l’épître de Majorien au sénat. Novell., tit. IV, p. 34. Cependant les mots regnum nostrum portent un peu l’empreinte du siècle, et ne cadrent pas trop bien avec celui de respublica, qu’il répète souvent.
  40. Voyez les lois de Majorien, elles sont au nombre de neuf, très-longues, et comprennent un grand nombre d’objets, à la fin du Cod. Théod., Novell., l. IV, p. 32, 37. Godefroy n’a fait aucun commentaire sur ces dernières pièces.
  41. Fessas provincialium variâ atque multiplici tributorum exactione fortunas, et extraordinarus fiscalium solutiorium oneribus attritas, etc. Novell. Majorian., tit. IV, p. 34.
  42. Le savant Greaves (vol. I, p. 329, 330, 331) a découvert, à force de recherches, que les aurei des Antonins pesaient cent dix-huit grains anglais, et que ceux du cinquième siècle n’en pesaient que soixante huit. Majorien donna cours à toutes les pièces d’or, en exceptant le solidus des Gaulois, défectueux non pas relativement au poids, mais au titre.
  43. L’édit entier (Novell. Majorian., tit. VI, p. 35) est très-curieux. Antiquarum ædium dissipatur speciosa constructio ; et ut aliquid reparetur, magna diruuntur. Hinc jam occasio nascitur, ut etiam unusquisque privatum ædificium construens, per gratiam judicum… præsumere de publicis locis necessaria, et transferre non dubitet, etc. Pétrarque répéta les mêmes plaintes dans le quatorzième siècle avec autant de zèle, mais avec moins de puissance et de succès. (Vie de Pétrarque, t. I, p. 326, 327.) Si je continue cette histoire, je n’oublierai point la décadence et la destruction de la ville de Rome, objet intéressant auquel j’avais borné mon premier plan.
  44. L’empereur réprimande Rogatien, consulaire de Toscane, et le blâme de sa douceur d’un ton d’aigreur qui ressemble au ressentiment personnel. (Novell., tit. IX, p. 37.) La loi qui punissait l’obstination des veuves fut révoquée par Sévère, successeur de Majorien. (Novell. Sever., tit. I, p. 37.)
  45. Sidonius, Panegyr. Majorian., 385-440.
  46. La revue de l’armée et le passage des Alpes occupent la partie la moins médiocre du panégyrique, 470-552. M. du Buat (Hist. des Peuples, etc., t. VIII, p. 49-55) est infiniment plus satisfaisant dans son Commentaire que Savaron et Sirmond.
  47. Τα μεν οπλοις, τα δε λογοις. Telle est la distinction aussi juste que frappante établie par Priscus (Excerpt. leg., p. 42) dans un fragment qui jette beaucoup de lumière sur la vie de Majorien. Jornandès supprime la défaite de l’alliance des Visigoths, qui furent publiées dans la Galice, et sont relatées dans la Chronique d’Idatius.
  48. Florus (l. II, c. 2) se plaît à supposer poétiquement que les arbres furent métamorphosés en vaisseaux ; et réellement le fait, tel qu’il est raconté dans le premier livre de Polybe, s’éloigne trop du cours ordinaire des choses.
  49. Interea duplici texis dum littore classem
    Inferno superoque mari, cedit omnis in æquor
    Silva tibi
    ,
    etc.

    SIDON., Panegyr. de Major., 441-461.

    Le nombre de vaisseaux que Priscus fixe à trois cents, a été enflé par une vague comparaison avec les flottes de Xerxès, d’Agamemnon et d’Auguste.

  50. Procope, De bell. Vandal., l. I, c. 8, p. 194. Lorsque Genseric introduisit dans l’arsenal de Carthage cet hôte dont il était loin de soupçonner le rang, les armes résonnèrent sans qu’on les touchât. Majorien avait teint en noir ses cheveux blonds.
  51. … Spoliisque potitus
    Immensis, robur luxu jam perdidit omne.
    Quo valuit dum pauper erat.

    Panegyr. Major. 330.


    Il charge ensuite Genseric, assez injustement, à ce qu’il paraît, de tous les vices de ses sujets.

  52. Il brûla les villages et empoisonna les eaux. Priscus, p. 42. Dubos (Hist. critique, t. I, p. 475) observe que les magasins des Maures, que ceux-ci ont coutume d’enterrer, purent échapper à ses recherches. Ils creusent deux ou trois cents trous dans le même champ, et chaque trou contient au moins quatre cents boisseaux de blé. Voyages de Shaw, p. 139.
  53. Idatius, qui était dans la Galice, à l’abri du pouvoir de Ricimer, déclare avec franchise et hardiesse, Vandali per proditores admoniti, etc. Il ne nomme cependant pas l’auteur de la trahison.
  54. Procope, De bell. Vandal., l. I, c. 8, p. 194. Le témoignage d’Idatius paraît impartial. Majorianum de Galliis Romam redeuntem, et Romano Imperio, vel nomini, res necessarias ordinantem, Ricimer livore percitus, et invidorum consilio fultus, fraude interficit circumventum. Quelques-uns lisent Suevorum ; et je voudrais n’effacer ni l’un ni l’autre de ces mots, parce qu’ils font connaître les différens auteurs de la conspiration qui précipita Majorien du trône.
  55. Voyez les Épigrames d’Ennodius, no 135, inter Sirmondi opera, t. I, p. 1903. Elle est plate et obscure ; mais Ennodius fut fait évêque de Pavie cinquante ans après la mort de Majorien, et ses louanges méritent quelque confiance.
  56. Sidonius fait longuement le récit (l. I, ep. II, p. 25-31) d’un souper à Arles, où il fut invité par Majorien peu de temps avant sa mort. Il n’avait point l’intention de louer un empereur qui n’existait plus ; mais une observation accidentelle : Subrisit Augustus, ut erat, auctoritate servatâ, cum se communioni dedisset, joci plenus, prouve plus en faveur de l’empereur que les six cents vers de son vénal panégyrique.
  57. Sidon. (Paneg. Anthem., p. 317) l’envoie dans le ciel.

    Auxerat Augustus, naturæ lege, Severus,
    Divorum numerum…

    On trouve dans une ancienne liste des empereurs, composée du temps de Justinien, les louanges de la piété de Sévère ; cette même autorité fixe sa résidence à Rome. Sirmond, Not. ad Sidon., p. 111, 112.

  58. Tillemont, que les vertus des infidèles scandalisent toujours, attribue ce portrait avantageux de Marcellin, conservé par Suidas, au zèle partial des auteurs païens. Hist. des emper.,. VI, p. 330.
  59. Procope, De bell. Vandal., l. I, c. 6, p. 191. Dans plusieurs circonstances de la vie de Marcellin, il n’est pas aisé de concilier les historiens grecs avec les chroniques latines de ces temps.
  60. Je crois devoir appliquer à Ægidius les louanges que Sidonius (Panég. de Majorien, p. 553) donne à un maître général qu’il ne nomme pas, mais qui commandait l’arrière-garde de Majorien. Idatius loue sa piété d’après l’opinion publique et Priscus parle de ses talens militaires, p. 42.
  61. S. Grég. de Tours, l. II, c. 12, dans le t. II, p. 168. Le père Daniel, dont les connaissances historiques sont superficielles et remontent peu aux sources, a fait quelques objections contre l’histoire de Childéric (Hist. de France, t. I, Préface histor., p. 78, etc.) ; mais Dubos y a répondu d’une manière victorieuse (Hist. crit., t. I, p. 460-510) ainsi que deux auteurs qui ont disputé le prix de l’Académie de Soissons (p. 131-177 ; 310-339). Relativement à la durée de l’exil de Childéric, il est indispensable ou de prolonger la vie d’Ægidius au-delà de la date fixée par la Chronique d’Idatius, ou de corriger le texte de saint Grégoire, en lisant quarto anno au lieu d’octavo.
  62. La guerre navale de Genseric se trouve détaillée par Priscus (Excerpt. legat., p. 42) ; Procope (De bell. Vand., l. I, c. 5, p. 189, 190, et c. 22, p. 228) ; Victor Vitensis (De persecut. Vandal., l. I, c. 17) ; Ruinard (p. 467-481), et dans trois panégyriques de Sidonius, dont l’ordre chronologique a été ridiculement transposé dans les éditions de Savaron et de Sirmond. (Avit. carm., VII, 441-451 ; Major. carm., V, 327-350, 385-440 ; Anthem. carm., II, 348-386.) Dans un passage, le poète semble être animé par son sujet, et il exprime une idée forte par une image saillante :

    … Hinc Vandalus hostis
    Urget ; et in nostrum numerosâ classe quotunnis
    Militat excidium ; conversoque ordine Fati
    Torrida caucaseos infert mihi Byrsa furores.

  63. Le poète est forcé d’avouer l’embarras de Ricimer.

    Præterea invictus Ricimer quem publica fata
    Respiciunt,
    proprio solus vix Marte repellit
    Piratam per rura vagum…

    L’Italie adresse ses plaintes au Tibre ; et Rome, à la sollicitation du dieu du fleuve, se transporte à Constantinople, renonce à ses anciennes prétentions, et implore le secours d’Aurore, déesse de l’Orient. Ce merveilleux mythologique, dont avait déjà usé et abusé le génie de Claudien, est constamment l’unique et misérable ressource de Sidonius.
  64. Les auteurs originaux des règnes de Marcien, Léon et Zénon, sont réduits à quelques fragmens ; et il faut suppléer aux lacunes par les compilations plus récentes de Théophane, Zonare et Cedrenus.
  65. Sainte Pulchérie mourut (A. D. 453) quatre ans avant son mari titulaire ; et les Grecs modernes célèbrent sa fête le 10 de septembre. Elle légua son immense patrimoine pour des usages pieux, ou du moins pour l’usage de l’Église. Voyez Tillemont (Mém. ecclés., t. XV, p. 181-184).
  66. Voyez Procope, De bell. Vandal., l. I, c. 4, p. 185.
  67. On peut inférer de l’obstacle qui empêcha Aspar de monter sur le trône, que la tache d’hérésie était perpétuelle et indélébile, tandis que celle de barbarie disparaissait à la seconde génération.
  68. Théophane, p. 95. Cette cérémonie semble avoir été l’origine de celle que tous les princes chrétiens ont adoptée depuis, et de laquelle le clergé a tiré de si dangereuses conséquences.
  69. Cedrenus (p. 345, 346), historien familiarisé avec les écrits des plus beaux siècles, a conservé les remarquables expressions d’Aspar : Βασιλεν, τον αυτην την αλονργιδα περιβεβλημενον Ȣ χρη διαψευδεσθαι.
  70. La puissance des Isauriens agita l’empire d’Orient sous les deux règnes suivans de Zénon et d’Anastase ; mais ces troubles finirent par la destruction de ces Barbares, qui avaient défendu leur farouche indépendance durant environ deux cent trente années.
  71. … Tali tu civis ab urbe
    Procopio genitore micas ; citi prisca propaga
    Augustis venit à proavis…

    Sidon., Panegyr. Anthem. 67-306.


    Le poète continue ensuite à raconter la vie privée et les aventures du futur empereur, dont il était probablement fort mal informé.

  72. Sidonius avoue avec assez d’ingénuité que la modération d’Anthemius ajouta un nouveau lustre (210, etc.) aux vertus de ce prince, qui refusa un trône, et n’accepta l’autre qu’avec répugnance (22, etc.).
  73. Le poète célèbre encore l’unanimité de tous les ordres de l’état (15-22), et la Chronique d’Idatius atteste les forces dont sa marche fut accompagnée.
  74. Interveni autem nuptiis patricii Ricimeris, cui filia perennis Augusti in spem publicæ securitatis copulatur. Le voyage de Sidonius depuis Lyon, et les fêtes de Rome, sont décrits avec assez de talent (l. I, epist. 5, p. 9-13 ; ep. 9, p. 21.)
  75. Sidonius (l. I, epist. 9, p. 23, 24) déclare nettement son motif, son travail et sa récompense. Hic ipsc panegyricus, si non judicium, certè eventum, boni operis, accepit. Il passa à l’évêché de Clermont, A. D. 471 (Tillemont, Mém. ecclés., t. VI, p. 750.)
  76. Le palais d’Anthemius était situé sur le bord de la Propontide. Dans le neuvième siècle, Alexis, gendre de l’empereur Théophile, obtint la permission d’acheter le terrain, et finit ses jours dans un monastère qu’il fonda sur ce délicieux rivage. Ducange, Constantinopolis christiana, p. 117-152.
  77. Papa Hilarius… apud beatum Petrum apostolum palam ne id fieret, clarâ voce constrinxit, in tantum ut non ca facienda cum interpositione juramenti, idem promitteret imperator. Gelas., epist. ad Andronic. apud Baron. A. D. 467, no 3. Le cardinal observe avec complaisance qu’il était beaucoup plus difficile d’introduire une hérésie à Rome qu’à Constantinople.
  78. Damascius, dans la Vie du philosophe Isidore, apud Photium, p. 1049. Damascius, qui vivait sous le règne de Justinien, composa un autre ouvrage de cinq cent soixante-dix histoires extraordinaires d’âmes, de démons et d’apparitions, etc., rêveries du paganisme platonicien.
  79. Dans les Œuvres poétiques de Sidonius, qu’il condamna dans la suite (l. IX, epist. 16, p. 285), les principaux acteurs sont des divinités fabuleuses. Si les anges fustigèrent sévèrement saint Jérôme pour avoir lu Virgile, cette imitation servile devait valoir de plus, à l’évêque de Clermont, une correction semblable de la part des Muses.
  80. Ovide (Fast., l. II, 267-452) a donné une description piquante des folies de l’antiquité, qui inspiraient alors encore un si grand respect, qu’un grave magistrat qui courait tout nu par les rues, n’inspirait ni le mépris ni la surprise.
  81. Voy. Denys d’Halycarn., l. I, p. 25-65, éd. Hudson ; les antiquaires romains Donat (l. II, c. 18, p. 173, 174), et Nardini (p. 386, 387) ont travaillé à découvrir la position exacte du Lupercal.
  82. Baronius publia, d’après les manuscrits du Vatican, l’épître du pape Gélase (A. D. 496, nos 28-45), qui a pour titre : Adversus Andromachum senatorem, cæterosque Romanos, qui Lupercalia, secundùm morem pristinum, colenda constituebant. Gélase suppose toujours que ses adversaires ont au moins le nom de chrétiens, et pour ne pas leur céder en préjugés et en absurdité, il impute toutes les calamités du temps à la célébration de cette fête innocente.
  83. Itaque nos quibus totius mundi regimen commisit superna provisio… Pius et triumphator semper Augustus filius noster Anthemius, licet divina majestas et nostra creatio pictati ejus plenam imperii commiserit potestatem, etc… Tel est le ton de dignité que prend Léon ; et Anthemius le nomme respectueusement Dominus et pater meus princeps sacratissimus Leo. (Voyez Novell. Anthem., tit. 2, 3, p. 38, ad calcem cod. Theod.)
  84. L’expédition d’Héraclius est obscurcie d’un grand nombre de difficultés (Tillemont, Hist. des emper., t. VI, p. 640) ; et il faut user avec circonspection des circonstances fournies par Théophane, pour ne pas contrarier l’autorité plus respectable de Procope.
  85. La marche de Caton depuis Bérénice, dans la province de Cyrène, était beaucoup plus longue que celle d’Héraclius depuis Tripoli. Il traversa les sables du désert en trente jours de marche, et il fallut s’approvisionner en outre des munitions ordinaires, d’un grand nombre d’outres pleines d’eau, et de plusieurs psylli, à qui on supposait l’art de guérir, en les suçant, les blessures des serpens de leur pays. (Voyez Plutarque, in Caton. Uticens., t. IV, p. 275 ; Strab., Géogr., l. XVII, p. 1193.)
  86. La somme totale est clairement énoncée par Procope, De bell. Vandal., l. I, c. 6, p. 191. Les parties séparées dont elle était formée, et que Tillemont (Hist. des emper., t. VI, p. 396) a péniblement extraites des écrivains de l’histoire byzantine, sont moins authentiques et moins intéressantes. L’historien Malchus déplore la misère publique (Excerpt. ex Suida in corp. Hist. hyzant., p. 58) ; mais c’est sûrement à tort qu’il accuse Léon d’avoir entassé dans son trésor les sommes qu’il avait arrachées au peuple.
  87. Ce promontoire est à quarante milles de Carthage (Procope, l. I, c. 6, p. 192), et à vingt lieues de la Sicile (Voyages de Shaw, p. 89.) Scipion aborda plus avant dans la baie au promontoire Blanc. Voyez la Description de Tite-Live, XXIX, 26, 27.
  88. Théophane (p. 100) affirme que plusieurs vaisseaux des Vandales coulèrent bas. On doit entendre dans un sens très-modifié le témoignage de Jornandès lorsqu’il assure que Basiliscus attaqua Carthage. Jornandès, De Success. regn.
  89. Damascius, in vit. Isidor. apud Phot., p. 1048. En comparant les trois courtes chroniques de ces temps, il semble en résulter que Marcellin combattit près de Carthage, et qu’il fut tué en Sicile.
  90. Pour la guerre d’Afrique, voyez Procope, De bell. Vandal., l. I, c. 6, p. 191, 192, 193 ; Théophane, p. 99, 100, 101 ; Cedrenus, p. 349, 350 ; et Zonare, t. II, l. XIV, p. 50, 51. Montesquieu (Considér. sur la grandeur, etc., c. 20) a fait une observation judicieuse sur le mauvais succès de ces grandes expéditions maritimes.
  91. Jornandès est notre meilleur guide pour les règnes de Théodoric II et d’Euric. (De reb. getic., c. 44, 45, 46, 47, p. 675-681.) Idatius finit trop tôt, et Isidore ne s’étend pas assez sur les affaires d’Espagne, dont il aurait pu rendre compte. L’abbé Dubos, dans son troisième livre de l’Hist. crit., t. I, p. 424-620, a éclairci avec beaucoup de travail les événemens relatifs à la Gaule.
  92. Voyez Mariana, Hist. Hispan., t. I, l. V, c. 5, p. 162.
  93. On trouve un tableau imparfait, mais original, de l’état de la Gaule, de principalement de l’Auvergne, dans Sidonius, qui, comme sénateur et ensuite comme évêque, s’intéressait vivement au sort de son pays. Voy. l. V, ep. 1, 5, 9, etc.
  94. Sidonius, l. III, epist. 3, p. 65-68 ; saint Grégoire de Tours, l. II, c. 24, t. II, p. 174 ; Jornandès, c. 45, p. 675. Ecdicius n’était peut-être que le beau-fils d’Avitus, et né d’un premier mariage de la femme de cet empereur.
  95. Si nullæ à republicâ vires, nulla præsidia, si nullæ, quantum rumor est, Anthemii principis opes, statuit, te auctore, nobilitas seu patriam dimittere seu capillos. Sidon., l. II, epist. 1, p. 33. Ces derniers mots (Sirmond, Not., 25) peuvent signifier la tonsure cléricale dont Sidonius lui-même avait fait choix.
  96. On peut suivre l’histoire de ces Bretons dans Jornandès, c. 45, p. 678 ; Sidonius, l. III, epist. 9, p. 73, 74 ; et saint Grégoire de Tours, l. II, c. 18, t. II, p. 170. Sidonius, qui appelle ces troupes mercenaires, argutos, armatos, tumultuosos, virtute, numero, contubernio, contumaces, s’adresse à leur général sur le ton de l’amitié et de la familiarité.
  97. Voyez Sidonius (l. I, epist. 7, p. 15-20) et les notes de Sirmond. Cette lettre fait autant d’honneur à son cœur qu’à son esprit. La prose de Sidonius, quoiqu’un peu défigurée par l’affectation et le mauvais goût, est infiniment préférable à ses insipides vers.
  98. Quand le Capitole cessa d’être un temple, on en fit la demeure des magistrats civils, et il est encore la résidence du sénateur romain. On permettait aux bijoutiers, etc., d’étaler sous les portiques leurs précieuses marchandises.
  99. Hæc ad regem Gothorum, charta videbatur emitti, pacem cum Græco imperatore dissuadens, Britannos super Ligerim sitos impugnari opportere demonstrans, cum Burgundionibus jure gentium Gallias dividi debere confirmatus.
  100. Senatus-Consultum Tiberianum, Sirmond, Not., p. 17. Mais cette loi n’admettait que dix jours entre la sentence et l’exécution ; ce fut Théodose qui ajouta les vingt autres.
  101. Catilina seculi nostri. Sidonius, l. II, epist. 1, p. 33 ; l. V, epist. 13, p. 143 ; l. VII, epist. 7, p. 185. Il parle avec horreur des crimes de Seronatus, et applaudit à sa mort, peut-être avec l’indignation d’un citoyen vertueux, et peut-être avec la haine secrète d’un ennemi personnel.
  102. Ricimer défit dans une bataille, sous le règne d’Anthemius, et tua de sa propre main Beorgor, roi des Alains. (Jornandès, c. 45, p. 678.) Sa sœur avait épousé le roi des Bourguignons, et il conserva toujours des liaisons avec la colonie des Suèves établis dans la Norique et la Pannonie.
  103. Galatam concitatum. Sirmond, dans ses notes sur Ennodius, applique cette expression à Anthemius lui-même. L’empereur était probablement né dans la Galatie, dont on accusait les habitans, les Gallo-Grecs, de réunir les vices des peuples sauvages à ceux des nations civilisées et corrompues.
  104. Saint Épiphane occupa trente ans le siège épiscopal de Pavie (A. D. 467-497). Voyez Tillemont, Mém. ecclés., t. XVI, p. 788. Son nom et ses actions seraient demeurés inconnus à la postérité, si Ennodius, un de ses successeurs, n’avait pas écrit sa vie (Sirmond, opera, t. I, 1647-1692), dans laquelle il le représente comme un des plus grands hommes de son siècle.
  105. Ennodius (p. 1659-1664) rend compte de l’ambassade de saint Épiphane ; et son récit, quelque verbeux et ampoulé qu’il puisse paraître, éclaircit quelques circonstances intéressantes de la chute de l’empire d’Occident.
  106. Priscus, Excerpt. legat., p. 74 ; Procop., De bell. Vandal., l. I, c. 6, p. 191. Ce fut après la mort de Majorien qu’Eudoxie et sa fille obtinrent la liberté. Peut-être accorda-t-on les honneurs du consulat à Olybrius, comme présent de noces.
  107. La durée du règne d’Olybrius fixe la date de son arrivée, quoi qu’en puisse dire Pagi. Théophane et la Chronique de Paschal conviennent du consentement de l’empereur Léon. Nous ignorons quels étaient ses motifs, et notre ignorance s’étend jusque sur les faits les plus publics et les plus intéressans de ces temps obscurs.
  108. Des quatorze quartiers dont Rome était composée du temps d’Auguste, d’après la division que ce prince en avait faite, il n’y en avait qu’un sur le côté toscan du Tibre, et c’était le Janicule ; mais, dans le cinquième siècle, le faubourg du Vatican formait une partie considérable de la ville ; et dans la distribution ecclésiastique nouvellement faite par Simplicius, le pape régnant, deux des sept paroisses de Rome dépendirent de l’église de Saint-Pierre. (Voyez Nardini, Roma antica, p. 67.) Je serais forcé de faire une dissertation aussi fastidieuse que longue, si je voulais indiquer les points sur lesquels je suis disposé à m’écarter de la topographie de ce savant romain.
  109. Nuper Anthemii et Ricimeris civili furore subversa est. Gélas., in epist. ad Andromach. apud Baron., A. D. 496, no 42. Sigonius (t. I, l. XIV, de Occidentali imperio, p. 542, 543) et Muratori (Annali. d’Italia, t. IV, p. 308, 309) ont éclairci cette scène sanglante et obscure avec le secours d’un manuscrit moins imparfait de l’Historia Miscella.
  110. Telle avait été la sæva ac deformis urbe totâ facies, lorsque Rome fut assaillie et emportée par les soldats de Vespasien (voyez Tacite, Hist. III, 82, 83) ; et toutes les espèces de désordres avaient acquis depuis beaucoup d’activité. Tous les siècles présentent à peu près les mêmes calamités, mais ils s’écoulent sans produire un Tacite pour les décrire.
  111. Voyez Ducange, Fam. byzant., p. 74, 75. Areobinde, qui paraît avoir épousé la nièce de l’empereur Justinien, était le huitième descendant de Théodose Ier.
  112. Les dernières révolutions de l’empire d’Occident sont faiblement indiquées par Théophane (p. 102), ainsi que par Jornandès (c. 45, p. 679) ; la Chronique de Marcellin et les Fragmens d’un auteur anonyme, publiés par Valois à la fin d’Ammien (p. 716, 717). Sans la malheureuse concision de Photius, nous aurions pu tirer de grands secours des histoires contemporaines de Malchus et de Candidus.
  113. Voyez saint Grégoire de Tours, l. II, c. 28, t. II, p. 175 ; Dubos, Hist. crit., t. I, p. 613. Par la mort ou par le meurtre de ses deux frères, Gundobald acquit la possession entière du royaume de Bourgogne, dont leurs discordes avaient préparé la ruine.
  114. Julius Nepos armis pariter summus Augustus ac moribus. Sidonius, l. V, epist. 16, p. 146. Nepos donna à Ecdicius le titre de patrice qu’Anthemius lui avait promis. Decessoris Anthemii fidem absolvit. Voyez l. VIII, epist. 7, p. 224.
  115. Nepos envoya saint Épiphane comme ambassadeur chez les Visigoths, pour fixer fines imperii italici. (Ennodius in Sirmond, t. I, p. 1665-1669.) Son discours pathétique déguisa le secret honteux qui excita depuis les justes et amers reproches de l’évêque de Clermont.
  116. Malchus, apud Phot., p. 172 ; Ennod., epigram. 82, in Sirmond opera, l. I, p. 1879. Il n’est pourtant pas absolument certain que l’empereur et l’archevêque fussent la même personne.
  117. Relativement aux mercenaires qui renversèrent l’empire d’Occident, nous suivons Procope (De bell. Goth., l. I, c. 1, p. 308) L’opinion générale et quelques écrivains très-modernes représentent mal à propos Odoacre comme un monarque, et un monarque étranger, qui envahit l’Italie avec une armée de ses sujets naturels.
  118. Orestes, qui co tempore, quando Attila ad Italiam venit, se illi junxit, et ejus notarius factus fuerat. Anonym., Val., p. 716. Il se trompe sur la date ; mais son opinion paraît fondée lorsqu’il assure que le secrétaire d’Attila fut le père d’Augustule.
  119. Voy. Ennodius, in vit. Epiph. Sirmond, t. I, p. 1669, 1670. Il confirme le récit de Procope ; cependant on peut douter que le diable ait suscité le siège de Pavie pour affliger l’évêque et son troupeau.
  120. Jornandès, c. 53, 54, p. 692-696. M. du Buat (Hist. des Peuples de l’Europe, t. VIII, p. 221-228) a expliqué clairement l’origine et les aventures d’Odoacre. Je suis porté à croire que ce fut lui qui pilla Angers, et qui commandait la flotte des pirates saxons sur l’Océan. Saint Grég. de Tours, l. II, c. 18, t. II, p. 170.
  121. Vade ad Italiam, vade vilissimis nunc pellibus coopertus : sed multis citò plurima largiturus. Anon. Val., p. 717. Il cite la Vie de saint Severin, qui existe encore, et contient des particularités inconnues et très-curieuses de l’histoire d’alors. Elle fut composée par son disciple Eugippe (A. D. 511), trente ans après sa mort. (Voyez Tillemont, Mém. ecclés., t. XVI, p. 168-181.)
  122. Théophane, qui lui donne le nom de Goth, assure qu’il fut élevé, nourri (τραφετο) en Italie (p. 102) ; et comme cette expression ne peut soutenir une interprétation littérale, on doit présumer qu’elle signifie un très-long service dans les gardes impériales.
  123. Nomen regis Odoacer assumpsit, cùm tamen neque purpurâ nec regalibus uteretur insignibus. Cassiod., In Chron. A. D. 476. Il paraît qu’il prit le titre vague de roi, sans y attacher le nom d’aucune nation ni d’aucun pays.
  124. Malchus, dont nous regrettons la perte, a conservé (in Excerpt. legat., p. 93) cette ambassade extraordinaire du sénat à Zénon ; les Fragmens d’un anonyme (p. 717), et l’Extrait de Candidus (apud Phot., p. 176) sont aussi de quelque utilité.
  125. On ne peut fixer avec exactitude l’année qui vit consommer la destruction de l’empire d’Occident. Les Chroniques authentiques semblent avoir adopté l’année J.-C. 476. Mais les deux dates de Jornandès (c. 46, p. 680) différeraient cet événement jusqu’en 479 ; et quoique M. du Buat méprise son autorité, il rapporte (t. VIII, p. 261-288) différentes preuves à l’appui de cette opinion.
  126. Voyez ses médailles dans Ducange, Fam. hyzant., p. 81 ; Priscus, Excerpt. legat., p. 56 ; Osservazioni letter. de Maffei, t. II, p. 314. On peut ajouter à cet exemple un exemple fameux du même genre. Les sujets les plus obscurs de l’Empire romain prenaient souvent le nom illustre de Patricius, qui s’est communiqué à toute une nation par la conversion de l’Irlande.
  127. Ingrediens autem Ravennam, deposuit Augustulum de regno, cujus infantiam misertus concessit ei sanguinem ; et quia pulcher erat, tamen donavit ei reditum sex millia solidos, et misit eum intra Campaniam cum parentibus suis liberè vivere. Anonym. Val., p. 716. Jornandès dit (c. 46, p. 680) in Lucullano Campaniæ castello exilii pœna damnavit.
  128. Voy. la déclamation éloquente de Sénèque, epist. 86. Le philosophie aurait dû se souvenir que le luxe est relatif ; et que Scipion l’ancien, dont l’étude et la conversation avaient adouci les mœurs, fut accusé de ce vice par ses contemporains peu civilisés. Tite-Live, XXIX, 19.
  129. Sylla louait en soldat ce qu’il appelait sa peritia castrametandi. Pline, Hist. nat., XVIII, 7. Phèdre, qui a placé sous ses ombrages, Læla viridia, le lieu de la scène d’une fable insipide (Fable II, 5), en décrit ainsi la situation :

    Cæsar Tiberius quum petens Neapolim,
    In Misenensem villam venisset suam ;
    Quæ monte summo posita Luculli manu
    Prospectat Siculum et prospicit Tuscum marc.

  130. De sept myriades et demie, à cent cinquante myriades de drachmes. Cependant, dans le temps où elle appartenait à Marins, on la regardait comme une habitation de luxe. Les Romains ridiculisaient l’indolence du maître, et ils pleurèrent bientôt de son activité. Voyez Plutarque, in Mario, t. II, p. 524.
  131. Lucullus avait à Baies, à Naples, à Tusculum, etc., d’autres maisons de campagne égales en magnificence, quoique variées dans leurs ornemens. Il se vantait de changer de climat avec les grues et les cigognes. Plutarque, in Lucul., t. III, p. 193.
  132. Saint Severin mourut dans la Norique, A. D. 482. Six ans après, son corps fut transporté en Italie par les disciples, et opéra dans le route une suite continuelle de miracles. Une dame napolitaine remplaça dévotement Augustule par saint Severin ; le premier n’existait probablement plus. Voy. Baronius (Annal. ecclés., A. D. 496, nos 50, 51) et Tillemont (Mém. ecclés., t. XVI, p. 178-181), d’après la vie originale par Eugippe. Le récit de la translation du saint à Naples est aussi une pièce authentique.
  133. On peut trouver les fastes consulaires dans Pagi ou dans Muratori. Il paraît que les consuls nommés par Odoacre, ou peut-être par le sénat, étaient reconnus dans l’empire d’Orient.
  134. Sidon. Apollin.(l. I, epist. 9, p. 22, édit. Sirmond) a comparé les deux principaux sénateurs de son temps (A. D. 468), Gennadius-Avienus et Cæsina-Basilius. Il donne au premier toute l’apparence, et au second toute la réalité des vertus publiques et domestiques. Un Basilius, probablement son fils, fut consul dans l’année 480.
  135. Saint Épiphane intercéda pour le peuple de Pavie ; le roi accorda d’abord une exemption de cinq ans, et délivra ensuite la ville de la tyrannie du préfet Pelage. Ennod., in vit. S. Epiph., opera Sirmondi, t. I, p. 1670-1672.
  136. Voyez Baronius, Annal. eccles., A. D, 483, nos 10, 15. Seize ans après, le pape Symmaque condamna dans un synode romain la conduite irrégulière du préfet Basilius.
  137. On trouve un récit abrégé des guerres d’Odoacre dans Paul Diacre (De gestis Longobard., l. I, c. 19, p. 757, édit. Grot.), et dans les deux Chroniques de Cassiodore et de Cuspinien. La Vie de saint Severin par Eugippe, que le comte du Buat (Hist. des peupl., etc. t. VIII, c. 1, 4, 8, 9) a soigneusement étudiée, jette des lumières sur les ruines de la Norique et les antiquités de la Bavière.
  138. Tacite, Annal., III, 53. Les Recherches sur l’administration des terres chez les Romains (p. 351-361) exposent clairement les progrès de cette décadence.
  139. Un poète français a décrit éloquemment en prose et en vers la famine qui affligea l’Italie lorsqu’elle fut envahie par Odoacre, roi des Hérules (les Mois, t. II, p. 174-206, édit. in-12). J’ignore où il a puisé ses autorités ; mais je suis convaincu qu’une partie des faits qu’il raconte est incompatible avec la vérité de l’histoire.
  140. Voyez la trente-neuvième épitre de saint Ambroise, telle qu’elle est citée par Muratori, Sopra le antichita Ital., t. I, Dissert., XXI, p. 354.
  141. Æmilia, Tuscia, cæteræque provinciæ in quibus hominum prope nullus exsistit. Gelasius, epist. ad Andromach., apud Baron., Annal. eccles., A. D. 496, no 36.
  142. Verumque confitentibus, latifundia perdidere Italiam. Pline, Hist. nat., XVIII, 7.
  143. Tels sont les motifs de consolation, ou plutôt de patience, que Cicéron (ad Familiales, l. IX, epist. 17) offre à son ami Papirius Pœtus, sous le despotisme militaire de César. Cependant l’argument de vivere pulcherrimum duxi, convient mieux à un philosophe romain, qui pouvait choisir à son gré entre la vie et la mort.