Ouvrir le menu principal

Librairie Victor Palmé (1p. xxxiii-lvii).

IV

Gouvernement. — Organisation civile et militaire.


Le roi de Corée a trois premiers ministres qui prennent les titres respectifs de : seug-ei-tsieng, admirable conseiller ; tsoa-ei-tsieng, conseiller de gauche, — en Corée, la gauche a toujours le pas sur la droite —, et ou-ei-tsieng, conseiller de droite.

Viennent ensuite six autres ministres que l’on nomme pan-tso ou juges, et qui sont à la tête des six ministères ou tribunaux supérieurs. Chaque pan-tso est assisté d’un tsam-pan ou substitut et d’un tsam-ei ou conseiller. Les pan-tso sont ministres de second ordre, les tsam-pan de troisième, et les tsam-ei de quatrième. Ces vingt et un dignitaires portent le nom générique de tai-sin ou grands ministres, et forment le conseil du roi. Mais en réalité, toute l’autorité est dans les mains du conseil suprême des trois ministres de premier ordre, les dix-huit autres ne font jamais qu’approuver et confirmer leurs décisions. Les ministres de second ordre ou leurs assistants doivent présenter chaque jour un rapport circonstancié pour tenir le roi au courant des affaires de leur département. Ils s’occupent des détails de l’administration et règlent par eux-mêmes les choses de peu d’importance, mais, pour toutes les causes majeures, ils sont obligés d’en référer au conseil suprême des trois.

La dignité de premier ministre est à vie, mais ceux qui en sont revêtus n’en exercent pas toujours les fonctions. Sur sept ou huit grands personnages arrivés à ce haut grade, trois seulement sont ensemble en exercice ; ils sont changés et se relèvent assez fréquemment.

Voici les noms, l’ordre, et les attributions de chacun des six ministères, tels qu’on les trouve dans le code révisé et publié en 1785 par le roi Tsieng-tsong :

1o Ni-tso, ministère ou tribunal des offices et emplois publics.

Ce ministère est chargé de faire choix des hommes les plus capables parmi les lettrés qui ont passé leurs examens, de nommer aux emplois, de délivrer des lettres patentes aux mandarins et autres dignitaires, de surveiller leur conduite, de leur donner de l’avancement, de les destituer ou de les changer au besoin. Il examine et met en ordre les notes semestrielles que chaque gouverneur de province envoie sur tous ses subordonnés, et désigne au roi les employés qui méritent quelque récompense spéciale. Les promotions et changements de mandarins peuvent se faire en tout temps, mais elles ont lieu plus habituellement à deux époques de l’année, à la sixième et à la douzième lune. Les nominations aux charges importantes et aux grandes dignités, telles que celle de gouverneur d’une province, ne relèvent pas de ce tribunal, mais sont faites par le roi en conseil des ministres.

2o Ho-tso, ministère ou tribunal des finances.

Ce ministère doit faire le dénombrement du peuple, répartir les impôts ou contributions entre les provinces et districts, veiller aux dépenses et aux recettes, faire tenir en ordre les registres de chaque province, empêcher les exactions, prendre les mesures nécessaires pour les approvisionnements dans les années de disette, etc… Il est aussi chargé de la fonte des monnaies ; mais ce dernier point est passé sous silence dans le code de Tsieng-tsong, parce que les traités avec la Chine ne reconnaissent pas au gouvernement coréen le droit de battre monnaie.

3o Niei-tso, ministère ou tribunal des rites.

Ce ministère, institué pour la conservation des us et coutumes du royaume, doit veiller à ce que les sacrifices, les rites et cérémonies se fassent selon les règles, sans innovation ni changement. De lui relèvent les examens des lettrés, l’instruction publique, les lois de l’étiquette dans les réceptions, festins et autres circonstances officielles.

4o Pieng-tso, ministère ou tribunal de la guerre.

Ce ministère choisit les mandarins militaires, les gardes et les guides du roi. Il est chargé de tout ce qui concerne les troupes, le recrutement, les armes et munitions, la garde des portes de la capitale, et les sentinelles des palais royaux. De lui relève le service des postes dans tout le royaume.

5o Hieng-tso, ministère ou tribunal des crimes.

Il est chargé de tout ce qui a rapport à l’observation des lois criminelles, à l’organisation et à la surveillance des tribunaux, etc. ;

6o Kong-tso, ministère ou tribunal des travaux publics.

Ce ministère est chargé de l’entretien des palais ou édifices publics, des routes, des fabriques diverses, soit publiques, soit particulières, du commerce, et de toutes les affaires du roi, telles que son mariage, son couronnement, etc…

Outre les vingt et un ministres désignés plus haut, on compte encore parmi les grands dignitaires de la cour les sug-tsi et les po-tsieng. Les sug-tsi sont les chambellans qui, outre les fonctions ordinaires attachées à ce titre, sont chargés d’écrire jour par jour tout ce que le roi dit ou fait. Il y en a trois, le to-sug-tsi ou chambellan en chef, et deux assistants qui prennent le nom de pou-sug-tsi. Les po-tsieng sont les commandants des satellites, valets des tribunaux et exécuteurs. Il y en a également trois. Le po-tsieng en chef et deux lieutenants nommés tsoa-po-tsieng et ou-po-tsieng, c’est-à-dire de gauche et de droite. Ce sont ces lieutenants qui prennent le commandement des satellites, quand il s’agit d’opérer une arrestation importante.

La capitale où la cour réside toujours se nomme Han-iang. Ce nom toutefois n’est guère en usage, et on l’appelle communément Séoul, qui veut dire : la grande ville, la capitale. C’est une ville considérable située au milieu de montagnes près du fleuve Hang-kang, enfermée de hautes et épaisses murailles, très peuplée, mais mal bâtie. À l’exception de quelques rues assez larges, le reste ne se compose que de ruelles tortueuses, où l’air ne circule pas, où le pied ne foule que des immondices. Les maisons, généralement couvertes en tuiles, sont basses et étroites. La capitale est divisée en cinq arrondissements, lesquels sont subdivisés en quarante-neuf quartiers. Le mur d’enceinte fut construit par Tai-tso, fondateur de la dynastie actuelle. Siei-tsong, quatrième roi de cette dynastie, y ajouta de nouvelles fortifications. Le mur a 9,975 pas de circuit, et une hauteur moyenne de 40 pieds coréens, environ 10 mètres. Il y a huit portes dont quatre grandes et quatre petites. Les grandes portes sont assez belles, et surmontées de pavillons dans le genre chinois. Cette ville est quelquefois désignée dans les anciens documents, sous le nom de Kin-ki-tao, c’est une inexactitude ; to ou tao signifie province, Kin-ki-tao ou Kieng-kei-to veut dire, non pas la capitale, mais la province de la capitale.

Depuis l’avènement de Tai-tso en 1392, la Corée est divisée en huit provinces dont les noms suivent :

Au nord.
Ham-kieng-to, capitale Ham-heng.
Pieng-an-to, Pieng-iang.
À l’ouest.
Hoang-haï-to, Haï-tsiou.
Kieng-keï-to, Han-iang.
Tsiong-tsieng-to, Kong-tsiou.
À l’est. Kang-ouen-to, Ouen-tsiou.
Au sud.
Kieng-sang-to, Taï-kou.
Tsien-la-to, Tsien-tsiou.

Les deux provinces du Nord sont couvertes de forêts et très-peu habitées. Ce sont les provinces du Sud et de l’Ouest qui sont les plus riches et les plus fertiles.

À la tête de chaque province se trouve un gouverneur qui relève directement du conseil des ministres, et possède des pouvoirs très-étendus. Un vieux dicton coréen classe ainsi qu’il suit les places de gouverneurs : La plus élevée en dignité est celle de Ham-kieng-to ; la plus recherchée pour le luxe et les plaisirs, celle de Pieng-an-to ; la plus lucrative celle de Kieng-sang-to ; et la dernière sous tous les rapports, celle de Kang-ouen-to.

Les huit provinces sont subdivisées en trois cent trente-deux districts, et chaque district, suivant son importance respective, est administré par un mandarin d’un rang plus ou moins élevé. On prétend que les districts furent d’abord au nombre de trois cent cinquante-quatre, pour répondre au nombre des jours de l’année lunaire, parce que chaque district est censé fournir au roi son entretien pour un jour. Quoi qu’il en soit, le nombre actuel est trois cent trente-deux.

Voici l’ordre hiérarchique des dignités entre les divers mandarins des provinces, en commençant par les plus élevées : kam-sa ou gouverneur, pou-ioun, sé-ioun, tai-pou-sa, mok-sa, pou-sa, koun-siou, hien-lieng, hien-kam. Le gouverneur réside dans la métropole de la province, mais il y a sous lui pour administrer cette ville un mandarin qui est son lieutenant ou substitut, et se nomme pan-koan.

Ici vient se placer naturellement une remarque importante : c’est qu’il ne faut pas confondre les dignités avec les emplois ou charges publiques. Un emploi suppose toujours une dignité, mais non réciproquement. Les dignités sont à vie, les emplois sont à temps, quelquefois même seulement pour quelques semaines ou quelques jours. Il y a une douzaine de dignités différentes, ayant chacune des titulaires plus ou moins nombreux, mais ils ne sont en activité de service que par intervalles.

Le premier degré comprend les principaux ministres, le second, les ministres ordinaires, et ainsi de suite. Les gouverneurs de province doivent avoir au moins le quatrième degré ; les préfets ordinaires des villes sont du sixième. Tous les dignitaires, sans exception, ont le privilège de ne pouvoir être arrêtés par les satellites des tribunaux ordinaires. Quand ils sont accusés de quelque crime, un des mandarins inférieurs du tribunal dont ils sont justiciables vient en personne leur intimer l’ordre de le suivre, mais nul ne peut mettre la main sur eux. D’autres privilèges sont particuliers à certaines classes de dignitaires. Ainsi, ceux des quatre degrés supérieurs ont seuls le droit de se faire porter dans des chaises spéciales, chacun selon le rang qu’il occupe.

En dehors de la hiérarchie ordinaire, se trouvent les quatre niou-siou, ou préfets des quatre grandes forteresses qui sont dans le voisinage de la capitale, savoir : Kang-hoa, Sou-ouen, Koang-tsiou et Siong-to (Kaï-seng). Le titre de niou-siou est très-élevé, et les premiers ministres eux-mêmes peuvent remplir cette place ! Le niou-siou n’est pas le mandarin propre de la ville où il réside ; un mandarin inférieur remplit cette fonction, et il porte le nom de pan-koan ou de kieng-niek. — Les quelques ieng ou petits forts établis sur différents points des frontières, sont sous la juridiction des autorités militaires locales.

Théoriquement, les dignités dont nous avons parlé jusqu’ici, excepté les grades supérieurs à celui de mok-sa, sont accessibles à tout Coréen qui a été reçu docteur dans les examens publics ; en fait cependant, ces emplois sont toujours occupés, à très-peu d’exceptions près, par des nobles. Mais il y a à la préfecture de chaque district deux charges subalternes qui sont toujours données à des gens du peuple. Le tsoa-siou et le piel-kam sont les assistants ou secrétaires du mandarin. Ils peuvent même le remplacer en cas d’absence, mais seulement pour les affaires insignifiantes ; car s’il se présente un cas d’importance majeure, on doit recourir au mandarin voisin. Les familles des toa-siou et des piel-kam obtiennent par le fait une certaine considération locale et jouissent de certains privilèges. Quand une de ces charges a été souvent remplie par des membres d’une même famille, celle-ci, après un certain temps, devient ce que l’on nomme en Corée nobles de province. Au-dessous des assistants il n’y a plus auprès des mandarins que les prétoriens, satellites et autres valets des tribunaux. Nous en parlerons plus tard.

Dans chaque province se trouvent plusieurs tsal-pang ou directeurs des postes. Les stations ou relais de chevaux de poste se nomment iek ; ils sont échelonnés, de distance en distance, sur toutes les principales routes. Les chevaux que le gouvernement y entretient ne servent qu’aux fonctionnaires en voyage. Les tsal-pang, chargés de surveiller ce service, ont sous leurs ordres un certain nombre d’employés organisés, en petit, sur le modèle des prétoires des mandarins. Les valets qui soignent les chevaux dépendent du gouvernement à peu près comme des esclaves. Ils ne sont pas libres de se retirer à volonté, et demeurent enchaînés à cette besogne de génération en génération.

Si de l’organisation civile de la Corée on passe à son organisation militaire, ce qui frappe d’abord, c’est le chiffre énorme de l’armée. Les statistiques officielles comptent plus de un million deux cent mille hommes portés sur les rôles. Cela vient de ce que tout individu valide, non noble, est soldat ; la loi ne reconnaît que très-peu d’exceptions. Mais l’immense majorité de ces prétendus soldats n’ont jamais touché un fusil. Leurs noms sont inscrits sur les registres publics, et ils ont à payer annuellement une cote personnelle. Encore ces registres ne méritent-ils aucune confiance. Très-souvent ils sont remplis de noms fictifs ; on y voit figurer des membres de familles éteintes depuis une ou deux générations, et beaucoup de ceux qui devraient être inscrits échappent à cette obligation en donnant quelque présent aux employés subalternes chargés de la révision des listes.

Les seules troupes à peu près sérieuses du gouvernement coréen sont les dix mille soldats répartis dans les quatre grands établissements militaires de la capitale. Ceux-ci sont un peu exercés aux manœuvres militaires. Chose curieuse, quoiqu’il y ait un ministère de la guerre, les généraux qui commandent ces corps d’élite relèvent directement du conseil suprême, qui seul a le droit de les nommer ou de les révoquer. Notons aussi, pour mémoire, quelques compagnies casernées dans les quatre grandes forteresses royales, et les gardes des gouverneurs ou des officiers supérieurs qui commandent en province.

Voici, par ordre hiérarchique, les différents titres des mandarins militaires. Un tai-tsieng est un général. Il y en a de plusieurs degrés, et tous résident à la capitale. Un pieng-sa est le commandant d’une province ou d’une demi province. Un siou-sa est un préfet maritime. Un ieng-tsiang est une espèce de colonel qui a sous lui les trois grades inférieurs d’officiers : tsioung-koun, kam-mok-koan et piel-tsiang, titres correspondants, si l’on veut, à ceux de capitaine, lieutenant et sous-lieutenant.

Il est important de noter ici que le cumul des charges civiles et militaires est très-commun en Corée. Souvent c’est le gouverneur de la province qui est en même temps pieng-sa ou commandant militaire. Partout les ieng-tsiang sont en même temps juges criminels, et c’est sous ce dernier titre qu’on les désigne presque toujours. Ce fait, étrange au premier coup d’œil, s’explique par la paix profonde dont la Corée n’a cessé de jouir depuis plus de deux siècles. L’armée étant devenue inutile, ce qui concerne son organisation se réduit presque à rien, et la force des choses a amené tout naturellement cette transformation des officiers en magistrats.

Les mandarins militaires ne sont choisis que parmi les nobles ; mais quelque élevée que soit leur dignité, ils sont beaucoup moins considérés que les mandarins civils. Vis-à-vis de ces derniers, ils sont presque sur le pied des gens du peuple. Leur posture et leur langage doivent témoigner du respect le plus profond, et certains privilèges, tels que le droit de se servir d’une chaise à roues, ne leur sont jamais concédés, fussent-ils même généraux. Ils ressentent vivement cette inégalité, et dans les temps de troubles, quand l’autorité passe de fait dans leurs mains, ils se vengent en humiliant et ravalant le plus possible les mandarins civils. Cet antagonisme fait comprendre pourquoi, en général, les nobles qui sont dans les emplois civils ne permettent pas à leurs enfants de rechercher les grades militaires, et pourquoi ces grades sont pour ainsi dire de génération en génération le patrimoine des mêmes familles. Il y a cependant des exceptions à cette règle, et plus d’une fois, les descendants des employés civils font bon marché de la considération et recherchent les charges militaires comme plus lucratives.

Tous les emplois civils et militaires sont à temps. Un gouverneur ne peut rester en charge que deux ans, mais s’il a du crédit à la cour, il peut obtenir d’être transféré sans délai dans une autre province. Généralement, on ne peut exercer les fonctions de mandarin plus de deux ans de suite, au plus trois ans, après quoi on rentre dans la vie privée, jusqu’à ce qu’on obtienne une autre charge. Ceux qui ont exercé une fois ces fonctions conservent toujours quelques marques extérieures de leur dignité ; ils ne sortent plus à pied et sans cortège, et l’usage est d’ajouter à leur nom le titre de la préfecture où ils ont été, ou de la charge qu’ils ont remplie.

La paye des divers mandarins civils et militaires, surtout celle des gouverneurs, est exorbitante, eu égard aux ressources du pays, et à la valeur considérable de l’argent dans une contrée où quelques centimes représentent la nourriture nécessaire d’un homme chaque jour. Un fonctionnaire qui le voudrait, pourrait très-facilement mettre de côté, en un ou deux ans, de quoi vivre à l’aise le reste de ses jours. Mais il est rare qu’un mandarin ait l’esprit d’économie. À peine entré en charge, il se met sur un pied de prince, affiche un luxe extravagant, et comme, d’après les mœurs du pays, il doit entretenir non-seulement sa famille, mais toute sa parenté, il quitte ses fonctions, une fois le terme arrivé, aussi pauvre qu’auparavant, et souvent avec des dettes de plus.

Les dignitaires du palais ne touchent aucun traitement. On prétend que leur paye fut supprimée après la guerre du Japon, lorsque le gouvernement se trouva sans ressources. On ne leur donne aujourd’hui que quelques mesures de pois, chaque mois, quand ils sont de service. C’est la ration qui, à l’origine de la dynastie actuelle, était assignée à chacun d’eux pour nourrir son âne ou son cheval. Comment après cela les empêcher de piller le peuple, et de commettre toutes les injustices imaginables ? Ces dignités de la cour sont cependant recherchées, parce que ceux qui les possèdent peuvent toujours, avec un peu d’adresse, obtenir en peu de temps quelque riche mandarinat de province.

Le système d’administration civile et militaire que nous venons d’exposer est complété par une pièce importante, l’institution des e-sa ou anaik-sa : inspecteurs royaux. Ce sont des envoyés extraordinaires qui, à des époques indéterminées, et toujours en secret, visitent les provinces, surveillent la conduite des mandarins et des sujets, et examinent de leurs propres yeux la marche des affaires. Leur autorité est absolue ; ils ont droit de vie et de mort ; ils peuvent dégrader et punir tous les employés, sauf les gouverneurs de province, et c’est presque toujours sur leurs rapports que le gouvernement prend les décisions les plus importantes.

Il est inutile d’ajouter que toutes les charges et emplois ne sont plus en faveur du peuple, sinon dans les vieux livres de morale d’autrefois. Les places se vendent publiquement, et naturellement ceux qui les achètent travaillent à rentrer dans leurs frais, sans même chercher à sauver les apparences. Chaque mandarin, depuis le gouverneur jusqu’au plus petit employé subalterne, bat monnaie le mieux qu’il peut, avec les taxes, avec les procès, avec tout. Les inspecteurs royaux eux-mêmes trafiquent de leur autorité avec la dernière impudence. Un missionnaire raconte qu’un jour, dans le district où il se trouvait, quelques individus secrètement renseignés arrêtèrent deux chevaux chargés d’argent qu’un de ces fonctionnaires expédiait chez lui, et, s’installant sur le bord de la route, distribuèrent cette somme à tous les passants, en publiant bien haut la provenance de cette bonne aubaine. L’inspecteur compromis n’eut garde de réclamer, et quitta immédiatement la ville sans dire mot de son aventure.

Les impôts ordinaires sur les propriétés, sur certaines professions et certains genres de commerce ne sont pas excessifs, mais ces impôts légaux ne représentent en réalité qu’une faible partie des sommes qu’arrache au peuple la rapacité des mandarins et des employés de tout grade. D’ailleurs, les registres de dénombrement, d’après lesquels l’impôt est perçu, ne méritent aucune confiance. Un fait notoire, dont les missionnaires ont été plusieurs fois témoins, c’est que les employés des mandarins, lorsqu’ils viennent dans les villages pour dresser les listes officielles, ont l’impudence de fixer publiquement la somme que devra leur payer quiconque ne veut pas être inscrit. Ordinairement c’est une affaire de cent ou cent cinquante sapèques (deux ou trois francs). S’il s’agit de l’inscription sur les rôles de l’armée, il en coûte un peu plus pour y échapper ; mais avec de l’argent on en vient également à bout.

Les provisions des magasins publics n’existent que sur les livres de compte. Dans le voisinage immédiat de la capitale, les arsenaux sont un peu fournis. Un fort, pris par les Américains lors de leur expédition (juin 1871), renfermait une cinquantaine de canons de fabrique chinoise, se chargeant par la culasse. Il y avait aussi des cuirasses et des casques en toile de coton de quarante épaisseurs, impénétrables aux sabres ou baïonnettes, et qu’une balle conique seule peut percer. Mais les arsenaux de province n’ont ni effets d’habillement, ni munitions, ni une arme en bon état. Tout a été vendu par les employés des préfectures, qui ont mis à la place quelques haillons et de vieilles ferrailles inutiles. Si par hasard un mandarin honnête essaye quelques efforts pour remédier à ces dilapidations, tous les employés s’unissent contre lui, son action est paralysée, et il est obligé de fermer les yeux et de laisser faire, ou bien d’abandonner son poste ; heureux encore quand il n’est pas sacrifié aux attaques calomnieuses qui le représentent à la cour comme un révolutionnaire et un ennemi de la dynastie.

L’anecdote suivante, racontée par M. Pourthié, montre que cette corruption universelle part de trop haut, pour qu’il soit possible d’y porter remède. « L’hiver dernier (1860-61), le ministre Kim Piong-ku-i a perdu la principale autorité qui a passé à son cousin Kim Piong-kouk-i, homme violent et assez hostile à notre sainte religion. Ce dernier est parvenu au pouvoir par un crime d’état qui l’a rendu très-impopulaire, et qui tôt ou tard peut lui coûter cher. Quoique beau-frère du roi, il n’avait pas assez d’argent pour acheter le poste de premier ministre, car ici cette dignité se vend comme tous les autres mandarinats. La seule différence est que les lettrés achètent les mandarinats ordinaires au ministre en faveur, tandis que celui-ci achète sa place aux eunuques. Notre petite Majesté coréenne est, comme vous savez, dans le même état qu’étaient jadis nos rois fainéants. Le ministre en faveur est le maire du palais de la Corée, mais il doit, à son tour, compter avec d’autres maires du palais, en ce sens qu’il ne peut s’élever à cette dignité, ni la conserver, que par la faveur des eunuques de la cour. Ces derniers, hommes méprisés et méprisables, généralement petits de taille, rachitiques, et d’une intelligence très-bornée, séjournent seuls avec les nombreuses concubines royales et les servantes du palais, dans l’intérieur de la résidence royale. Les ministres et mandarins qui ont à parler au roi, entrent dans une salle d’audience donnant sur une cour extérieure ; les soldats et autres gardes du palais sont consignés extérieurement. Les eunuques seuls servent de près le roi, ou plutôt le roi n’a habituellement pour société que les femmes et les eunuques.

« Mais la cour coréenne est très-pauvre, le trésor de l’État est plus pauvre encore ; les eunuques et leurs compagnes les concubines royales et servantes du palais s’en ressentiraient, s’ils n’avaient la ressource de se faire payer la place de premier ministre, et même de temps en temps quelques autres dignités. Il faut donc que le personnage au pouvoir accumule don sur don, et rassasie, chaque jour, toutes ces sangsues avides ; mais surtout lorsqu’il s’agit de gagner leur faveur non encore obtenue, de grandes, d’énormes sommes sont nécessaires. Or Kim Piong-kouk-i avait beau vendre très-cher quelques mandarinats, et revendiquer le monopole du gen-seng, il ne pouvait acquérir assez d’argent pour acheter tous les individus que le ministre Kim Piong-ku-i comblait de richesses. Au milieu de l’hiver dernier, un homme qui devait tout ce qu’il était et tout ce qu’il avait à ce même Kim Piong-ku-i, alla trouver Kim Piong-kouk-i et lui demanda s’il ne voulait pas saisir le pouvoir suprême. « Je ne demande pas mieux, » répondit le beau-frère du roi, « mais l’argent seul « peut me le procurer et je n’en ai pas assez. — Si vous me donnez la charge de faire rentrer les impôts du midi du royaume, je « réponds de vous procurer la somme nécessaire. — Volontiers, » dit le ministre, et aussitôt il prit ses mesures en conséquence. Les impôts des provinces du Midi consistent surtout en riz, que l’on transporte par mer à la capitale. Notre homme ayant ramassé tout ce riz et l’ayant chargé sur des barques, fit voile vers la Chine, où il le vendit à un prix quadruple de ce qu’il aurait valu en Corée. À son retour, il acheta de nouveau la quantité de riz nécessaire pour payer les impôts. La différence du prix a suffi au beau-frère du roi pour gagner la faveur du troupeau d’eunuques et de femmes qui remplissent le palais ; il a fait destituer son concurrent, et s’est emparé de toute l’autorité. L’exportation quelconque des céréales est un crime qui emporte la peine capitale ; à plus forte raison, la vente du riz payé en impôt pour l’entretien du roi est un énorme crime d’État ; enfin, cette fraude a été cause qu’une année de disette est devenue, pour plusieurs provinces, une année de véritable famine. Mais que lui importe ? Tant qu’il sera puissant et riche, personne n’osera lui demander compte de ses actes. »





Le tableau suivant des divisions administratives, civiles et militaires, est extrait du traité de géographie qui a le plus de vogue en Corée. Il a été corrigé, vers 1850, d’après les documents officiels publiés par le gouvernement. Les villes y sont classées par rang d’importance, selon le grade du mandarin qui les gouverne.

« Le royaume a, de l’est à l’ouest, 1,280 lys ; du nord au sud, 2,998. Il est divisé en huit provinces nommées : Kieng-keï, Tsiong-tsieng, Tsien-la, Kieng-sang, Kang-ouen, Hoang-haï, Ham-kieng, et Pieng-an.

« La ville directement à l’est de la capitale est Nieng-haï, à 745 lys, dans la province de Kieng-sang, La ville directement à l’ouest est Tsiang-ien à 525 lys, dans la province de Hoang-haï. La ville directement au sud est Haï-nam, à 896 lys, dans la province de Tsien-la. La ville directement au nord est On-seng, à 2,102 lys, dans la province de Ham-kieng[1].


I. KIENG-KEI-TO.


« Cette province est bornée à l’est et au nord-est par celle de Kang-ouen ; au sud et au sud-est par celle de Tsiong-tsieng ; au sud-ouest par la mer (Jaune) ; à l’ouest et au nord-ouest par la province de Hoang-haï.

« Han-iang sa capitale, et capitale de tout le royaume, est divisée en 5 arrondissements. Celui du Centre renferme 8 quartiers, celui de l’Est 12, celui du Sud 11, celui de l’Ouest 8, et celui du Nord 10 : en tout 49 quartiers.

« La province de Kieng-keï renferme 36 districts, dont 22 dans la province de gauche (tsoa-to), et 14 dans la province de droite (ou-to). Son gouverneur ou kam-sa réside à la capitale, mais en dehors des murs, parce qu’il a peu ou point de juridiction à exercer dans la ville royale. Son hôtel est près de la porte de l’Ouest.


Province de gauche (TSOA-TO).


Chefs-lieux de districts. Distance Nombre Grade
de la capitale. de cantons. du mandarin.
1. Kang-hoa (île du même nom), v. m.[2]. Résidence d’un niou-siou. 130 lys. 17 kieng-niek.
2. Kang-tsiou ou San-seng (île du même nom), v. m.. Résidence d’un niou-siou. 50 23 pan-koan.
3. Nie-tsiou, 170 13 mok-sa.
4. Sou-ouen ou Hoa-seng, v. m.. Résidence d’un niou-siou. 80 52 pan-koan.
5. Pou-pieng, 50 15 pou-sa.
6. Nam-iang, 130 14 id.
7. Ni-tsien, 130 14 id.
8. In-tsien, 80 10 id.
9. Tsiouk-san, 180 17 id.
10. Iang-keun, 120 9 koun-siou.
11. An-san, 62 6 id.
12. An-seng, 170 19 id.
13. Kim-po, 60 8 id.
14. Ma-tien, 125 6 id.
15. Liong-in, 80 16 hien-lieng.
16. Tsin-oui, 123 11 id.
17. Iang-tsien, 40 4 id.
18. Kem-tsien ou Si-heung, 33 6 id.
19. Tsi-pieng, 150 6 hien-kam.
20. Koa-tsien, 30 14 id.
21. Iang-seng, 110 14 id.
22. Iang-tsi, 120 10 id.


Province de droite (OU-TO).


Chefs-lieux de districts. Distance Nombre Grade
de la capitale. de cantons. du mandarin.
1. Siong-to ou Kai-seng, v. m. capitale du royaume sous la dynastie précédente. Résidence d’un niou-siou. 160 lys. 17 kien-niek.
2. Pa-tsiou, 80 11 mok-sa.
3. Iang-tsiou, 60 33 id.
4. Tsiang-tan, 120 24 pou-sa.
5. Kio-tong, (île du même nom), v. m. 170 [3] 10 siou-sia.
6. Sak-lieng, 120 7 koun-siou.
7. Ko-iang, 40 8 id.
8. Kio-ha, 80 7 id.
9. Ka-pieng, 145 4 id.
10. Ieng-pieng, 145 7 id.
11. Po-tsien, 100 9 hien-kam.
12. Eum-tsiouk, 180 7 id.
13. Tsiek-seng, 150 5 id.
14. Nien-tsien, 140 5 id.


En tout : 4 niou-siou, 1 kam-sa, 3 mok-sa, 6 pou-sa, 10 koun-siou, 4 hien-lieng, 8 hien-kam, 1 siou-sa, 2 pan-koan, 2 kieng-niek.

On compte dans cette province, en dehors de la capitale, 136,600 maisons[4].


SERVICE DES POSTES.


Il y a dans cette province 6 tsal-pang (directeurs des postes) chargés de surveiller les iek (stations ou relais de poste). Ils résident à :

Ien-se, district de Iang-tsiou, 6 iek.
Ien-hoa, Koa-tsien, 12
Pieng-kou, Iang-tsiou, 11
Tsioung-lim, In-tsien, 6
To-ouen, Tsiang-tan, 5
Kieng-an, Koang-tsiou, 7

Le nombre des chevaux entretenus est de 449.


ORGANISATION MILITAIRE.


1 pieng-sa. C’est le gouverneur qui en remplit les fonctions.

1 siou-sa, dans l’île de Kio-tong (golfe de la capitale). Il a surveillance de la marine de trois provinces.

6 ieng-tsiang. Ce sont les mandarins de Koang-tsiou, Nam-iang, lang-tsiou, Sou-ouen, Tsiang-tan et Tsiouk-san, qui en font les fonctions.

4 tsioung-koun, dont un près du gouverneur, et un dans chacune des villes de Koang-tsiou, Sou-ouen et Siong-to.

5 kam-mok-koan.

7 piel-tsiang.

Le nombre des soldats est de : 106,573.


II. TSIONG-TSIENG-TO.


« Cette province est bornée au nord-est par celles de Kang-ouen et de Kieng-sang ; au sud-est par celles de Kieng-sang et de Tsien-la ; au sud par celle de Tsien-la ; à l’ouest, sud-ouest et nord-ouest par la mer (Jaune) ; au nord par la province de Kieng-keï.

« Elle comprend 54 districts, dont 21 dans la province de gauche et 33 dans celle de droite. Sa capitale, résidence du kara-sa (gouverneur), était autrefois Tsiong-tsiou ; mais, en l’année im-tsin (1592), lors de la guerre du Japon, elle fut transférée à Kong-tsiou, près du fleuve appelé Keum-kang, où elle est encore aujourd’hui.


Province de gauche (TSOA-TO).


Chefs-lieux de districts. Distance Nombre Grade
de la capitale. de cantons. du mandarin.
1. Tsiong-tsiou, v. m. 290 lys. 38 mok-sa.
2. Tsieng-tsiou, v. m. 300 23 id.
3. Tsieng-poung, 350 8 pou-sa.
4. Tan-iang, 380 7 kou-siou.
5. Koi-san, 280 12 id.
6. Ok-tsien, 410 11 id.
7. Po-eun, 380 10 id.
8. Tien-an, 213 15 id.
9. Moun-ey, 330 6 hien-lieng.
10. Tiei-tsien, 320 8 hien-kam.
11. Tsik-san, 183 12 id.
12. Hoi-in, 350 6 id.
13. Ien-poung, 320 4 id.
14. Eum-seng, 245 4 id.
15. Tsieng-an, 280 6 id.
16. Tsin-tsien, 240 15 id.
17. TMok-tsien, 243 8 id.
18. Ieng-tsoun, 390 6 id.
19. Ieng-tong, 460 7 id.
20. Hoang-kan, 490 6 id.
21. Tsieng-san, 430 6 id.


Province de droite (OU-TO).


Chefs-lieux de districts. Distance Nombre Grade
de la capitale. de cantons. du mandarin.
1. Kong-tsiou, v. m. capitale de la province. Résidence du kam-sa. 326 lys. 26 pan-koan.
2. Hong-tsiou, v. m. 293 27 mok-sa.
3. Nim-tsien, 401 21 koun-siou.
4. Tai-an, 418 6 id.
5. Koi-san, v. m. 441 9 id.
6. Se-tsien, v. m. 461 10 id.
7. Mien-tsien, 313 15 id.
8. Se-san, 388 16 id.
9. On-iang, 233 8 id.
10. Tai-heung, 283 8 id.
11. Hong-san, 413 9 hien-kam.
12. Tek-san, 293 12 id.
13. Pieng-taik, 173 6 id.
14. Tieng-san, 351 6 id.
15. Tsieng-iang, 323 9 id.
16. Eun-tsin, 406 14 id.
17. Hoi-tek, 381 7 id.
18. Tsin-tsam, 351 5 id.
19. Nien-san, 406 8 id.
20. Ni-seng ou No-seng, 376 11 id.
21. Pou-ie, 386 10 id.
22. Siek-seng, 396 9 id.
23. Pi-in, v. m. 443 6 id.
24. Nam-po, v. m. 393 8 id.
25. Kiel-seng, 323 9 id.
26. Po-rieng, v. m. 373 8 id.
27. Hai-mi, v. m. 358 6 id.
28. Tang-tsin, 333 7 id.
29. Sin-tsang, 233 6 id.
30. Niei-san, 263 9 id.
31. Tsien-ey, 251 5 id.
32. Ien-ki, 291 7 id.
33. A-san, 223 11 id.


En tout : 1 kam-sa, 4 mok-sa, dont un est le pan-koan de Kong-tsiou, 1 pou-sa, 13 koun-siou, 1 hien-lieng, 35 hien-kam.

Nombre de maisons : 244,080.


SERVICE DES POSTES.

Il y a 5 tsal-pang, résidant à :

Nien-ouen, district de Tsioung-tsiou, 14 iek.
Seng-hoan, Tsik-san, 12
Ni-in, Kong-tsiou, 8
Keum-tseng, Hong-tsiou, 16
Nioul-pong, Tsieng-tsiou, 12

Nombre de chevaux entretenus : 761.


ORGANISATION MILITAIRE.

2 pieng-sa, dont l’un est le gouverneur ; le second réside à Tsieng-tsiou.

2 siou-sa ; l’un est le gouverneur ; l’autre est dans le district de Po-rieng.

5 ieng-lsiang, dans les villes de Hong-tsiou, Tsieng-tsiou, Kong-tsiou, et Tsioung-tsiou ; le cinquième est le mandarin de Hai-mi.

1 tsioung-koun, près du gouverneur.

1 kam-mok-koan.

Nombre de soldats : 139,201.


III. TSIEN-LA-TO.


« Cette province est bornée au nord par celle de Tsiong-tsieng ; à l’est par celle de Kieng-sang ; au sud et à l’ouest par la mer (Jaune).

« Elle comprend 56 districts, dont 21 à la province de gauche et 35 à la province de droite. La capitale, résidence du gouverneur, est Tsien-tsiou.


Province de gauche (TSOA-TO).


Chefs-lieux de districts. Distance Nombre Grade
de la capitale. de cantons. du mandarin.
1. Neung-tsiou, 776 lys. 9 mok-sa.
2. Nam-ouen, v. m. 636 40 pou-sa.
3. Soun-rien, v. m. 796 20 id.
4. Tam-iang, 676 12 id.
5. Tsiang-seng, 666 15 id.
6. Po-seng, v. m. 851 18 koun-siou.
7. Nak-an, 786 6 id.
8. Soun-tsiang, 636 16 id.
9. Tsiang-pieng, 706 9 hien-lieng.
10. Niong-tam, 536 4 id.
11. Koang-iang, v. m. 821 12 hien-kam.
12. Ok-koa, 666 6 id.
13. Kou-riei, v. m. 766 7 id.
14. Kok-seng, 676 8 id.
15. Oun-pong, 688 8 id.
16. Im-sil, 576 18 id.
17. Tsiang-siou, 651 7 id.
18. Tsin-an, 586 13 id.
19. Tong-pok, 726 11 id.
20. Hoa-soun, 756 3 id.
21. Heung-iang, v. m. 896 13 id.


Province de droite (OU-TO).


Chefs-lieux de districts. Distance Nombre Grade
de la capitale. de cantons. du mandarin.
1. Tsien-tsiou, v. m. capitale de la province et résidence du kam-sa. 506 lys. 36 pan-koan.
2. Na-tsiou, v. m. 740 38 mok-sa.
3. Tsiei-tsiou, (grande île du sud)[5] v. m. Résidence d’un mok-sa qui est gouverneur de l’île. 1936 [6] 4 pan-koan.
4. Koang-tsiou, v. m. 726 40 mok-sa.
5. Tsiang-heng, 880 15 pou-sa.
6. Mou-tsiou, 520 12 id.
7. Rie-san, 436 11 id.
8. Ik-san, 450 10 koun-siou.
9. Ko-pou, v. m. 600 18 id.
10. Lieng-am, v. m. 810 9 id.
11. Lieng-koang, v. m. 710 28 id.
12. Tsin-to, (île du même nom), v. m. 1026 13 id.
13. Keum-san, 486 12 id.
14. Tsin-san, 456 8 id.
15. Kim-tiei, 536 23 id.
16. Nim-pi, v. m. 490 12 hien-lieng.
17. Man-kieng, v. m. 510 6 id.
18. Keum-kou, 520 12 id.
19. Kang-tsin, v. m. 866 21 hien-kam.
20. Niong-an, v. m. 436 3 id.
21. Ham-iel, 450 9 id.
22. Pou-an, 570 20 id.
23. Ham-pieng, 770 4 id.
24. Ko-san, 470 8 id.
25. Tai-in, 566 16 id.
26. Ok-kou, v. m. 560 8 id.
27. Ham-pieng, 740 12 id.
28. Heug-tek, 636 8 id.
29. Tsieng-eup, 596 8 id.
30. Ko-tsiang, v. m. 640 8 id.
31. Mou-tsiang, v. m. 770 16 id.
32. Mou-an, 796 13 id.
33. Hai-nam, v. m. 890 12 id.
34. Tai-tsieng (grande île du sud), v. m. 2076 5 id.
35. Tsieng-ei (grande île du sud), v. m. 2066 4 id.


En tout : 1 kam-sa, 4 mok-sa, 7 pou-sa, 11 koun-siou, 5 hien-lieng, 28 hien-kam, 2 pan-koan.

Nombre de maisons : 290,550.


SERVICE DES POSTES.

Il y a 6 tsalpang, résidant à :

Sam-liei, district de Tsien-tsiou, 12 iek.
Tsieng-am, Tsiang-seng, 11
Piek-sa, Tsiang-heng, 9
Tsiei-ouen, Keum-san, 4
O-siou, Nam-ouen, 11
Kieng-iang, Koang-tsiou, 6

Nombre de chevaux entretenus : 506.


ORGANISATION MILITAIRE.

2 pieng-sa ; l’un est le gouverneur, l’autre réside à Kang-tsin.

3 siou-sa ; l’un est le gouverneur ; un autre à Soun-rien, province de gauche ; le troisième à Haï-nam, province de droite.

5 ieng-tsiang, dont trois dans les villes de Soun-rien, Tsien-tsiou, Na-tsiou, plus les deux mandarins de Oun-pong et Rie-san.

1 tsioung-koun, près du gouverneur.

5 kam-mok-koan.

6 piel-tsiang.

Nombre de soldats : 206,140.


IV. KIENG-SANG-TO.


« Cette province est bornée au nord par celle de Kang-ouen, au nord-est par celle de Kang-ouen et la mer du Japon ; à l’est au sud-est et au sud par la mer ; au sud-ouest par la mer et la province de Tsien-la ; à l’ouest par la province de Tsien-la ; au nord-ouest par la province de Tsiong-tsieng.

« Elle comprend 71 districts dont 40 dans la province de gauche et 31 dans la province de droite. Sa capitale, résidence du gouverneur, est Taï-kou. »


Province de gauche (TSOA-TO).


Chefs-lieux de districts. Distance Nombre Grade
de la capitale. de cantons. du mandarin.
1. Kieng-tsiou, v. m. 770 lys. 18 pou-ioun.
2. An-tong, v. m. 550 24 taï-pou-sa.
3. Nieng-hai, v. m. 745 1 pou-sa.
4. Mir-iang, v. m. 800 16 id.
5. Tsieng-song, 630 9 id.
6. Tai-kou, v. m. capitale de la province et résidence du kam-sa. 680 33 pan-koan.
7. Oul-san, 850 11 pou-sa.
8. Tong-nai, v. m. 930 8 id.
9. In-tong, 600 9 id.
10. Soun-heng, 470 13 id.
11. Tsil-kok, 670 10 id.
12. Tsieng-to, 740 13 koun-siou
13. Ieng-tsien, 690 20 id.
14. Niei-tsien, 490 23 id.
15. Ieng-tsien, 470 13 id.
16. Heng-hai, v. m. 800 8 id.
17. Poung-key, 440 8 id.
18. Kieng-san, 710 5 kien-lieng.
19. Ey-seng, 600 19 id.
20. Ieng-tek, 800 5 id.
21. Naing-san, 890 6 hien-kam.
22. Ham-iang, 700 6 id.
23. Niong-kong, 460 10 id.
24. Pong-hoa, 520 10 id.
25. Tsieng-ha, v. m. 830 5 id.
26. En-iang, v. m. 830 6 id.
27. Tsin-po, 630 6 id.
28. Hien-poung, 680 17 id.
29. Koun-oui, 580 10 id.
30. Pi-an, 550 9 id.
31. Ey-heng, 620 11 id.
32. Sin-lieng, 650 7 id.
33. Niei-an, 530 7 id.
34. Tsiang-ki, v. m. 820 10 id.
35. Ien-il, v. m. 780 8 id.
36. Tsiang-lieng, 720 8 id.
37. Nieng-san, 750 7 id.
38. Kei-tsiang, 940 7 id.
39. Tsa-in, 730 7 id.
40. Ieng-iang, 650 8 id.


Province de droite (OU-TO).


Chefs-lieux de districts. Distance Nombre Grade
de la capitale. de cantons. du mandarin.
1. Tsiang-ouen, v. m. 810 lys. 16 taï-pou-sa.
2. Sang-tsiou, v. m. 490 14 mok-sa.
3. Seng-tsiou, v. m. 610 40 id.
4. Tsin-tsiou, v. m. 856 70 id.
5. Kim-hai, v. m. 880 18 pou-sa.
6. Sien-san, v. m. 560 18 id.
7. Ke-tsiei (île du même nom), v. m. 1020 6 id.
8. Ha-tong, 836 12 id.
9. Ke-tsiang, 720 22 id.
10. Ham-iang, v. m. 746 18 koun-siou.
11. Tso-kiei, 710 11 id.
12. Ham-an, v. m. 810 18 id.
13. Kim-san, 570 16 id.
14. Kon-iang, v. m. 906 10 id.
15. Hap-tsien, 910 20 id.
16. Nam-hai (île du même nom), v. m. 936 7 hien-lieng.
17. ko-seng, v. m. 910 14 id.
18. Sam-ka, v. m. 760 12 hien-kam.
19. Ey-rieng, v. m. 795 19 id.
20. Tsil-ouen, v. m. 780 4 id.
21. Tsin-hai, v. m. 850 3 id.
22. Moun-kieng, 390 12 id.
23. Ham-tsiang, 450 6 id.
24. Tsi-riei, 620 4 id.
25. Ko-rieng, 660 14 id.
26. Tan-seng, 846 8 id.
27. Kai-rieng, 560 8 id.
28. Sa-tsien, v. m. 886 8 id.
29. Oung-tsien, v. m. 870 5 id.
30. An-ey, 760 12 id.
31. San-tsieng, 860 14 id.


En tout : 1 kam-sa, 1 pou-ioun, 2 taï-pou-sa, 3 mok-sa, 13 pou-sa, 12 koun-siou, 5 hien-lieng, 34 hien-kam, 1 pan-koan.

Le nombre des maisons est de 421,500.


SERVICE DES POSTES.

Il y a 11 tsal-pang, résidant à :

Iou-kok, district de Moun-kieng, 18 iek.
An-key, An-tong, 10
Tsiang-sou, Sin-lieng, 14
Song-na, Tsieng-ha, 7
Tsang-nak, Soun-heng, 9
Sa-keun, Ham-iang, 15
So-tson, Tsin-tsiou, 15
Hoang-san, Nieng-san, 16
Keum-tsien, Kim-san, 19
Seng-hien, Tsieng-to, 13
Tsa-ie, Tsiang-ouen, 14

Nombre de chevaux entretenus : 1,700.


ORGANISATION MILITAIRE.

3 pieng-sa ; l’un est le gouverneur ; un autre réside près de la ville de Oul-san, dans la province de gauche, et le troisième à Tsin-tsiou, province de droite.

3 siou-sa ; l’un est dans le district de Ko-seng, province de droite, et s’appelle tong-tsiei-sa. Il a autorité sur la marine des trois provinces méridionales. Ce titre a été créé pendant la guerre du Japon, en 1592, pour récompenser un général qui battit les Japonais en plusieurs rencontres ; il est très-élevé et très-grassement rétribué. Un autre siou-sa est à Pou-san, à 20 lys ouest dans le district de Tong-naï ; le gouverneur remplit la fonction du troisième.

6 ieng-tsiang, dans les villes de : An-tong, Sang-tsiou, Taï-kou, Tsin-tsiou, Kieng-tsiou, plus le mandarin de Kim-haï.

1 tsioung-koun, près du gouverneur.

3 kam-mok-koan.

10 piel-tsiang, la plupart dans les îles ou sur les bords de la mer.

Nombre de soldats : 310,440.


V. KANG-OUEN-TO.


« Cette province est bornée au nord et à l’est par la mer du Japon ; au sud-est par la province de Kieng-sang ; au sud par les provinces de Kieng-sang et de Tsiong-tsieng ; au sud-ouest par la province de Tsiong-tsieng ; à l’ouest par la province de Kieng-keï ; au nord-ouest par les provinces de Kieng-keï et de Hoang-haï ; au nord par la province de Ham-kieng.

« Elle comprend 26 districts, dont 9 dans la province est (tong-to), et 17 dans la province ouest (se-to). La capitale est Ouen-tsiou, résidence du gouverneur.


Province Est (TONG-TO).


Chefs-lieux de districts. Distance Nombre Grade
de la capitale. de cantons. du mandarin.
1. Kang-neng, v. m. 530 lys. 8 taï-pou-sa.
2. Iang-iang, 530 12 pou-sa.
3. Sam-tiek, v. m. 670 12 id.
4. Pieng-iang, v. m. 880 7 koun-siou.
5. Tong-tsien, 440 8 id.
6. Ko-seng, 510 7 id.
7. Kan-seng, 555 8 id.
8. Oul-tsin, 820 8 hien-lieng.
9. Hiep-kok, 470 3 id.


Province Ouest (SE-TO).


Chefs-lieux de districts. Distance Nombre Grade
de la capitale. de cantons. du mandarin.
1. Ouen-tsiou, v. m. capitale de la province et résidence du Kam-sa. 240 lys. 20 pan-koan.
2. Hoi-iang, 380 6 pou-sa.
3. Tsoun-tsien, 205 11 id.
4. Tiel-ouen, 180 9 id.
5. Nieng-ouel, 410 7 id.
6. I-tsien, 280 10 id.
7. Tsieng-sien, 430 4 koun-siou.
8. Pieng-tsang, 370 5 id.
9. Kim-seng, 270 8 hien-lieng.
10. Pieng-kang, 240 7 hien-kam.
11. Kim-hoa, 220 7 id.
12. Nang-tsien, 235 6 id.
13. Hong-tsien, 230 6 id.
14. Iang-kou, 310 8 id.
15. Nin-tiei, 375 4 id.
16. Hoing-seng, 230 8 id.
17. An-hiep, 240 3 id.


En tout : 1 kam-sa, 1 taï-pou-sa, 1 mok-sa, qui est le pan-koan de Ouen-tsiou, 7 pou-sa, 6 koun-siou, 3 hien-lieng, 8 hien-kam.

Le nombre des maisons est de 93,000.


SERVICE DES POSTES.

Il y a 4 tsalpang, résidant à :

Eun-kiei, district de Hoi-iang, 19 iek.
Pieng-neng, Sam-tiek, 15
Sang-oun, Iang-iang, 15
Po-an, Ouen-tsiou, 29

Nombre de chevaux entretenus : 447.


ORGANISATION MILITAIRE.

1 pieng-sa, c’est le gouverneur.

1 siou-sa, c’est le gouverneur.

3 ieng-tsiang, dont un à Sam-tiek, plus les mandarins de Tiel-ouen et de Hoing-seng.

1 tsioung-koun, près du gouverneur.

Nombre de soldats : 44,000.


VI. HOANG-HAI-TO.


« Cette province est bornée au nord-est par celle de Ham-kieng ; à l’est par celle de Kang-ouen ; au sud-est par celles de Kang-ouen et de Kieng-keï ; au sud par celle de Kieng-keï ; au sud-ouest et à l’ouest par la mer (Jaune) ; au nord-ouest par la mer (Jaune) et la province de Pieng-an ; au nord par la province de Pieng-an.

« Elle comprend 23 districts, dont 14 dans la province de gauche, et 9 dans la province de droite. Sa capitale est Haï-tsiou, résidence du gouverneur.


Province de gauche (TSOA-TO).


Chefs-lieux de districts. Distance Nombre Grade
de la capitale. de cantons. du mandarin.
1. Hoang-tsiou, v. m. 465 lys. 18 mok-sa.
2. Pieng-san, 265 17 pou-sa.
3. Se-heng, 345 13 id.
4. Kok-san, 435 12 id.
5. Pong-san, 415 15 koun-siou.
6. An-ak, 535 18 id.
7. Tsai-rieng, 465 13 id.
8. Siou-an, 335 13 id.
9. Sin-tsien, 495 10 id.
10. Keum-tsien, 205 16 id.
11. Sin-kiei, 345 13 hien-lieng.
12. Moun-hoa, 525 9 id.
13. Tsiang-nien, 575 5 hien-kam.
14. To-san, 230 9 id.


Province de droite (OU-TO).


Chefs-lieux de districts. Distance Nombre Grade
de la capitale. de cantons. du mandarin.
1. Hai-tsiou, v. m. capitale de la province et résidence du kam-sa. 375 lys. 35 pan-koan.
2. Nien-an, v. m. 255 22 pou-sa.
3. Poung-tsien, 535 8 id.
4. Ong-tsin, v. m. 485 5 id.
5. Tsiang-ien, 525 11 id.
6. Paik-tsien, 220 16 koun-siou.
7. Song-hoa, 495 8 kien-kan.
8. Kang-lieng, 455 5 id.
9. Eun-lioul, 585 4 id.


En tout : 1 kam-sa, 2 mok-sa, dont un est le pan-koan de Hai-tsiou, 7 pou-sa, 7 koun-siou, 2 hien-lieng, 3 hien-kam.

Nombre de maisons : 138,000.


SERVICE DES POSTES.

Il y a 3 tsalpang, résidant à :

Keum-kio, district de Keum-tsien, 8 iek.
Tsieng-tan, Hai-tsiou, 9
Key-rin, Pieng-san, 11

Nombre de chevaux entretenus : 396.


ORGANISATION MILITAIRE.

2 pieng-sa ; l’un est le gouverneur, l’autre réside à Hoang-tsiou.

2 siou-sa ; l’un est le gouverneur, l’autre le mandarin de Ong-tsin.

5 ieng-tsiang ; ce sont les mandarins de Pong-san, Poung-tsien, An-ak, Kok-san et Pieng-san.

1 tsioung-koun, près du gouverneur.

3 kam-mok-koan.

5 piel-tsiang.

Nombre de soldats : 153,800.


VII. HAM-KIENG-TO.


« Cette province est bornée an nord-est et à l’est par le fleuve Tou-man-kang ; au sud-est et au sud par la mer du Japon ; au sud-ouest par la province de Kang-ouen ; à l’ouest et au nord-ouest par celle de Pieng-an ; au nord par les sauvages.

« Elle comprend 24 districts, dont 12 dans la province sud, (nam-to) ; et 12 dans la province nord (pouk-to). Sa capitale est Ham-heng, résidence du gouverneur.


Province sud (NAM-TO).


Chefs-lieux de districts. Distance Nombre Grade
de la capitale. de cantons. du mandarin.
1. Ham-heng, v. m. capitale de la province et résidence du kam-sa. 820 lys. 24 pan-koan.
2. Ieng-heng, 685 12 taï-pou-sa.
3. An-pien, 510 25 pou-sa.
4. Pouk-tsieng, 1010 19 id.
5. Tek-ouen, 560 20 id.
6. Tieng-pieng, 770 9 id.
7. Kap-san, 1275 3 id.
8. Sam-siou, v. m. 1365 3 id.
9. Tan-tsien, v. m. 1205 9 id.
10. Tsiang-tsin ou Hou-tsiou, 1050 5 id.
11. Ko-ouen, 645 6 koun-siou.
12. Moun-tsien, 595 6 id.


Province Nord (POUK-TO).


Chefs-lieux de districts. Distance Nombre Grade
de la capitale. de cantons. du mandarin.
1. Kil-tsiou, v. m. 1385 lys. 7 mok-sa.
2. Kieng-ouen, v. m. 2209 12 pou-sa.
3. Hoi-rieng, v. m. 1935 9 id.
4. Tsong-seng, v. m. 2032 5 id.
5. On-seng, v. m. 2102 12 id.
6. Kieng-heug, v. m. 2342 7 id.
7. Pou-rieng, v. m. 1695 9 id.
8. Mieng-tsien, v. m. 1455 7 id.
9. Mou-san, v. m. 1840 9 id.
10. Kieng-seng, v. m. 1595 6 pan-koan.
11. Houng-ouen, v. m. 920 6 hien-kam.
12. Ni-seng ou Ni-ouen, v. m. 1115 3 id.


En tout : 1 kam-sa, ayant titre de pou-ioun, 1 taï-pou-sa, 1 niok-sa, 16 pou-sa, 2 koun-siou, 2 hien-kam, 2 pan-koan, dont l’un (celui de Kieng-seng) a titre de pou-sa.

Nombre de maisons : 103,200.


SERVICE DES POSTES.

Il y a 3 tsalpang, résidant à :

Ko-san, district de An-pien, 12 iek.
Ke-san, Pouk-tsieng, 24
Sou-seng, Tsong-seng, 22

Nombre de chevaux entretenus : 792.


ORGANISATION MILITAIRE.

3 pieng-sa ; l’un est le gouverneur ; un autre réside à Pouk-tsieng, province sud, et le troisième à Kieng-seng, province nord.

3 siou-sa ; ce sont les trois pieng-sa qui en font les fonctions.

6 ieng-tsiang ; ce sont les mandarins de Hong-ouen, Kap-san, Ieng-heng, Tan-tsien, Sam-siou et Tek-ouen.

1 tsioung-koun, près du gouverneur.

3 kam-mok-koan.

2 piel-tsiang.

Nombre de soldats : 87,170.


VIII. PIENG-AN-TO.


« Cette province est bornée au nord-est et à l’est par celle de Ham-kieng ; au sud-est par celles de Ham-kieng et de Hoang-haï ; au sud par celle de Hoang-haï ; au sud-ouest et à l’ouest par la mer (Jaune) ; au nord-ouest par le fleuve Hap-nok-kang ou Yalu-kiang ; au nord par le pays des sauvages.

« Elle comprend 42 districts, dont 23 dans la province sud (nam-lo), et 19 dans la province nord (pouk-to). Sa capitale est Pieng-iang, résidence du gouverneur.


Province Sud (NAM-TO).


Chefs-lieux de districts. Distance Nombre Grade
de la capitale. de cantons. du mandarin.
1. Pieng-iang, v. m. capitale de la province et résidence du kam-sa. 566 lys. 36 se-ioun.
2. An-tsiou, v. m. 736 12 mok-sa.
3. Seng-tsien, 706 25 pou-sa.
4. Souk-tsien, 676 14 id.
5. Tsioung-hoa, 516 12 id.
6. Tsa-san, 656 10 id.
7. Sam-hoa, 676 10 id.
8. Ham-tsong, 636 12 id.
9. Ka-san, 796 5 koun-siou.
10. Sang-ouen, 676 7 id.
11. Tek-tsien, 940 9 id.
12. Kai-tsien, 791 8 id.
13. Soun-tsien, 721 15 id.
14. Niong-kang, 656 12 hien-lieng.
15. Ieng-iou, 636 14 id.
16. Tseng-san, 656 5 id.
17. Sam-tong, 656 3 id.
18. Soun-an, 606 10 id.
19. Kang-se, 616 11 id.
20. Iang-tek, 896 9 hiem-kam.
21. Maing-san, 846 6 id.
22. Kang-tong, 656 7 id.
23. Eun-san, 686 12 id.


Province nord (POUK-TO).


Chefs-lieux de districts. Distance Nombre Grade
de la capitale. de cantons. du mandarin.
1. Ei-tsiou, v. m. 1096 lys. 21 pou-ioun.
2. Nieng-pien, v. m. 796 12 paï-pou-sa.
3. Tieng-tsiou, v. m. 856 19 mok-sa.
4. Kang-kiei, v. m. 1346 11 pou-sa.
5. Tsang-seng, v. m. 1106 7 id.
6. Sak-tsiou, v. m. 1036 8 id.
7. Koui-seng, v. m. 896 12 id.
8. Sien-tsien, v. m. 926 9 id.
9. Tiel-san, v. m. 976 6 id.
10. Niong-tsien, v. m. 1006 9 id.
11. Tsio-san, v. m. 1196 6 id.
12. Koak-san, 886 7 koun-siou.
13. Hey-tsien, 1001 8 id.
14. Piek-tong, v. m. 1121 10 id.
15. Oun-san, 856 6 id.
16. Pak-tsien, 776 5 id.
17. Oui-ouen, v. m. 1236 6 id.
18. Nieng-ouen, 891 8 id.
19. Tai-tsien, 836 6 hien-kam.


En tout : 2 pou-ioun, dont un est le kam-sa, 1 taï-pou-sa, 2 mok-sa, 14 pou-sa, dont un (celui de Sien-tsien) a le titre de pang-e-sa, 12 koun-siou, 6 hien-lieng, 3 hien-kam, 1 se-ioun.

Nombre de maisons : 293,400.


SERVICE DES POSTES.

Il y a 2 tsalpang, résidant à :

Tai-tong, district de Pieng-iang, 9 iek.
E-tsien, Nieng-pien, 21

Nombre de chevaux entretenus : 311.


ORGANISATION MILITAIRE.

2 pieng-sa ; l’un est le gouverneur, l’autre réside à An-tsiou.

1 siou-sa ; c’est le gouverneur.

9 ieng-tsiang ; ce sont les mandarins de : Souk-tsien, Tek-tsien, Tsioung-hoa, Soun-tsien, Ham-tsong, Niong-tsien, Koui-seng, Ka-san et Nieng-pien.

1 tsioug-koun, près du gouverneur.

1 kam-mok-koan.

4 piel-tsiang.

Nombre de soldats : 174,538.

  1. Un coup d’œil sur la carte montre que cette orientation n’est qu’approximative.
  2. Ces deux lettres : v. m. signifient : ville murée.
  3. Dont 120 lys par terre et 50 par mer.
  4. C’est le chiffre inscrit dans les listes officielles. Mais, en Corée même, tout le monde s’accorde à dire que ces chiffres méritent très-peu de confiance.
  5. Île de Quelpaert.
  6. Dont 966 lys par terre et 970 par mer.