Haillons/Appel

HaillonsE. Sansot & Cie (p. 84-85).

APPEL



En proie à l’existence, à ce mal très cruel,
Je lance à l’infini mon douloureux appel…

À cette heure terrible et trouble de silence
Je ressens tout le mal aigu… Le soir encense…


Que dans ce crépuscule où s’enlise l’effroi
Quelqu’une vienne enfin pour me sauver… À moi !…

Lasse des faux baisers et des paroles creuses,
Que surviennent pour moi des heures moins fiévreuses !

Lasse de tous ces jours qui ne sont pas meilleurs,
Que je m’en aille enfin n’importe où, mais ailleurs !