Ouvrir le menu principal

Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Le Choucas et le Renard

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Le Choucas et le Renard.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 70).
160


LE CHOUCAS ET LE RENARD


Un choucas affamé s’était perché sur un figuier ; mais voyant que les figues étaient encore vertes, il attendait qu’elles fussent mûres. Un renard, le voyant s’éterniser là, lui en demanda la raison. Quand il en fut instruit : « Tu as tort, l’ami, dit-il, de t’attacher à une espérance ; l’espérance s’entend à repaître d’illusion, mais de nourriture, non pas. »

Cette fable s’applique au convoiteux.