Dors à mes pieds

Mélanie Waldor

Dors à mes pieds


 

Au réveil donne-moi un long regard de flamme

Ton doux sourire et ton baiser.

Mlle Louise Arbey


Dors à mes pieds ...! Rêve d'amour :
Mon souffle, comme une caresse,
Glissera sur le pur contour
De ce beau front qu'avec paresse
Tu reposes sur mes genoux.
Dors à mes pieds, tout fait silence,
Hors la branche qui se balance,
Souple et frêle, au-dessus de nous ;
Dors à mes pieds, tout fait silence.

Sous mes baisers clos tes yeux noirs,
Tes yeux où brillent tant de flammes,
Qu'on les croirait les deux miroirs
Où se reflètent nos deux âmes.
Dors à mes pieds ...! Rêve d'amour ;
Je suis jalouse de tes rêves,
Comme du temps que tu m'enlèves
Avec le monde chaque jour...
Je suis jalouse de tes rêves !

Dors ; c'est l'oiseau joyeux des champs
Qui passe, s'arrête, et t'écoute :
Il a pris ta voix pour des chants,
Et s'est égaré de sa route.
L'air de parfums est embaumé ;
L'onde, l'herbe, les fleurs, la terre,
Tout comprend ici le mystère
Du bonheur d'aimer, d'être aimé !
Dors sur l'herbe, les fleurs, la terre !

Le soleil glisse à l'horizon,
Pas un souffle, pas un nuage...
Un rayon d'or, sur le gazon,
Reste comme un heureux présage !
Nos riches tapis ne sont pas
Aussi doux que ce lit de mousse
Où, folâtre, ta main repousse
Le brin d'herbe effleurant mon bras.
Dors sur l'herbe, les fleurs, la mousse.

À ton réveil cherche mes yeux,
Et mes yeux te diront : « Je t'aime. »
Alors sur notre étoile aux cieux,
En nous redisant : « C'est la même, »
Nous tournerons notre regard,
Ainsi que fait sur sa Madone
Le matelot à qui l'on donne
Au loin le signal du départ :
Notre étoile est notre Madone.

Dors à mes pieds...! Rêve d'amour :
Mon souffle, comme une caresse,
Glissera sur le pur contour
De ce beau front qu'avec paresse
Tu reposes sur mes genoux.
Dors à mes pieds, tout fait silence,
Hors la branche qui se balance,
Souple et frêle, au-dessus de nous ;
Dors à mes pieds, tout fait silence.