Réfectoire <
Index alphabétique - R
> Restauration
Index par tome

REPOSOIR, s. m. Il ne s’agit point ici de ces ouvrages provisoires en tentures, que l’on élève pour permettre aux processions de la Fête-Dieu de stationner pendant quelques instants, mais de petits édifices que l’on élevait sur le bord des grandes routes pour offrir un abri aux voyageurs, un asile et un lieu de prière. On rencontre encore beaucoup de ces édicules le long des voies publiques en Italie, mais ils sont devenus très-rares en France. On a pensé qu’ils étaient avantageusement remplacés par les brigadiers de gendarmerie, ce qui est certain. Mais il n’était pas nécessaire pour cela de les détruire.

Quelques-uns de ces monuments ont été convertis en chapelles, et les contrées du centre de la France en conservent encore sous ce titre. Ce ne sont plus toutefois des refuges ouverts pendant la tempête, mais des sacraires où, à certaines occasions, le prêtre le plus voisin vient dire une messe. Nous ne connaissons qu’un seul de ces édicules ayant la double destination de refuge et de lieu de prière, conservé dans le nord de la France. Il est situé près de Fismes, sur le bord de l’ancienne voie romaine allant de Reims à Soissons. Encore le couronnement de ce petit monument a-t-il été refait à la fin du XVIe siècle. Il fut bâti par Enguerrand de Courcelles, en 1265. Nous en donnons le plan (fig. 1).

Reposoir.voie.romaine.Reims.Soissons.png


Un autel remplit le fond de la cellule. Une piscine est ménagée dans le mur de droite. Une voûte en arc d’ogives ferme cette cellule, et le mur du devant est percé d’une porte et de deux claires-voies. Nous traçons en A le détail du jambage de la porte avec une des claires-voies. La porte n’était fermée qu’au loquet, afin d’empêcher les bestiaux d’entrer dans la cellule. Les claires-voies n’étaient pas vitrées, mais munies de barres de fer verticales, comme l’indique le détail A.
Reposoir.voie.romaine.Reims.Soissons.2.png
La figure 2 donne la coupe de ce reposoir, et la figure 3, son élévation perspective, avec le couronnement restauré[1].
Reposoir.voie.romaine.Reims.Soissons.3.png


Six grands arbres séculaires et probablement replantés à la même place, forment un ombrage sur le monument, lequel était couvert, semblerait-il, par des dalles, afin d’offrir un abri plus sûr et d’éviter des réparations.

Les deux niches latérales, refaites au XVIe siècle, sont veuves de leurs statues, et le crucifix que nous avons replacé sous le pignon n’existe plus. Mais au-dessus du linteau de cette porte on voit encore la petite niche carrée qui était destinée à contenir un falot. Un mur de soutènement, avec deux degrés, borde la voie publique, et laisse une terrasse en avant de l’édicule.

  1. M. Leblan, architecte, a bien voulu relever pour nous ce curieux reposoir.