Ouvrir le menu principal

Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Contre-courbe

< Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle

Construction -- Militaires <
Index alphabétique - C
> Contre-fiche
Index par tome

CONTRE-COURBE, s. f. C’est le nom que l’on donne aujourd’hui aux courbes renversées qui terminent un arc en tiers-point à son sommet. Les contre-courbes forment l’extrémité supérieure d’un arc en accolade (voy. Accolade). C’est pendant le XIVe siècle que l’on voit poindre les contre-courbes au sommet des arcs aigus. Elles ne prennent d’abord que peu d’importance, puis peu à peu elles se développent et deviennent un des motifs les plus riches de l’architecture gothique à son déclin. On voit déjà des contre-courbes surmonter les archivoltes des fenêtres éclairant les chapelles au nord de la cathédrale d’Amiens, et ces chapelles datent de 1375.

Voici comme se tracent les contre-courbes ; en règle générale, les contre-courbes prennent d’autant moins d’importance que les arcs sont plus aigus.

Schema.contre.courbes.png


Ainsi (1) soit un arc brisé ABC, ayant les centres des deux courbes en A et B : c’est un arc en tiers-point parfait. Dans ce cas, les contre-courbes ne prennent guère naissance qu’au cinquième de la courbe en D. Tirant une ligne de B en D et la prolongeant jusqu’à sa rencontre avec l’axe OX de l’arc, puis une seconde ligne de A en D également prolongée, on élève une perpendiculaire sur le milieu de la ligne DE. La rencontre de cette perpendiculaire avec la ligne AD prolongée donne le point F, qui est le centre d’une des contre-courbes, lesquelles devront dès lors se toucher au point E. Si l’arc est moins aigu et que ses centres soient placés aux points G qui divisent la base de cet arc en trois parties, chaque courbe sera divisée en quatre parties, et la naissance de la contre-courbe sera en H. On procédera comme ci-dessus, tirant une ligne IH prolongée jusqu’à sa rencontre avec l’axe OX, puis une seconde ligne GH prolongée ; on élèvera une perpendiculaire sur le milieu de la ligne HK, et la rencontre de cette perpendiculaire avec la ligne GH prolongée donnera en L le centre de la contre-courbe. Si l’arc est plein cintre ou surbaissé, ainsi qu’il arrive fréquemment au commencement du XVIe siècle (tracé P), la contre-courbe prendra naissance en R, moitié du quart de cercle ST, et, employant la même méthode, on obtiendra la contre-courbe RV. Les profils de l’archivolte étant UU′, l’opération devra être faite sur l’arête Z du membre saillant de cette archivolte ; on obtiendra ainsi le tracé Y, de manière que les différents membres a des moulures aient leur contre-courbe pénétrant dans la courbe maîtresse. Quant à l’espace b, il ne se creuse pas habituellement plus profondément que le nu d du mur, et il se décore d’ornements, de bas-reliefs, ou reste plat ; le membre saillant seul de l’archivolte forme la contre-courbe. Au XVIe siècle, on rencontre souvent des archivoltes à contre-courbes brisées, ainsi que l’indique le tracé Q, les rayons gh, iR étant égaux entre eux. Ce sont ces abus des formes de l’art gothique qui ont été repoussés avec raison par les architectes de la renaissance, et il faut dire que c’est presque toujours sur ces abus que l’on veut juger cet art, qui certes pouvait se passer de recherches d’autant moins motivées qu’elles contrarient l’appareil et gênent le constructeur. Mais les architectes des derniers temps du moyen âge avaient été amenés peu à peu à surmonter les arcs brisés de ce membre inutile par la prédominance croissante de la ligne verticale sur la ligne horizontale. Les arcs brisés eux-mêmes leur semblaient contrarier, par leur courbe terminée au sommet, les lignes ascendantes des édifices ; il fallait que ces arcs arrivassent, comme toutes les parties de l’architecture, à la ligne verticale. On est toujours disposé à l’indulgence pour les artistes qui, bien qu’engagés dans une voie fausse, rachètent le vice du principe par une exécution parfaite et un certain goût dans les détails. C’est ce qui arrive lorsque l’on examine nos édifices de la fin du XVe siècle. Sans approuver les abus dans lesquels ils tombent, la recherche dans la combinaison des formes, on est souvent séduit par le charme qu’ils ont su répandre dans les infinis détails de ces combinaisons. Les artistes de l’Île-de-France ont été les seuls qui, à cette époque de décadence, aient su conserver une certaine modération ; chez eux on aperçoit toujours la marque d’un goût épuré, même à travers leurs erreurs. Et pour ne parler ici que des contre-courbes surmontant les archivoltes, nous les voyons dans cette province privilégiée, donner à cette singulière innovation des formes, des proportions relatives, que l’on ne pourrait trouver ailleurs. Ils se gardent d’appliquer les contre-courbes à de grandes archivoltes, ce qui est toujours d’un effet lourd et disgracieux ; ils les tracent seulement au-dessus d’arcs secondaires, et souvent ils dissimulent leur aiguïté supérieure en rectifiant quelque peu la courbe donnée par le trait de compas. Il nous suffira d’un exemple pour faire ressortir cette observation. Dans la cour du charmant hôtel de la Trémoille que nous avons vu démolir en 1841 (non sans regrets, car cette destruction a été un acte de vandalisme inutile et auquel il eût été facile de ne pas se livrer), il existait une tourelle dont la partie saillante était portée sur deux colonnes[1]. Une archivolte surmontait ces deux points d’appui, et elle était taillée à contre-courbure. (Voir ci-contre la fig. 2.)
Contre.courbe.hotel.Tremoille.png
On voit qu’ici l’architecte a tracé les contre-courbes, non point seulement au moyen de deux traits de compas, mais en rectifiant l’aiguïté, ainsi que nous venons de le dire. Cette archivolte n’a qu’un mètre environ d’ouverture et n’est point appareillée en claveaux ; sa partie supérieure est prise dans une seule assise reposant sur deux sommiers. Ce n’est donc qu’une décoration, et les contre-courbes marient adroitement le sommet de l’arc avec les nombreux membres verticaux dont la tourelle est garnie du haut en bas. Il en est de cet exemple comme de toute œuvre d’art : chacun peut connaître la règle, mais il n’y a que les artistes de goût qui savent l’appliquer comme il convient. Dans les monuments nombreux du XVe siècle qui couvrent la France et l’Allemagne, les contre-courbes sont rarement tracées avec autant de finesse ; leurs naissances, placées trop bas ou trop haut, écrasent l’arc inférieur ou ne se marient pas avec ses branches. Ajoutons que les contre-courbes ne produisent jamais un bon effet que lorsqu’elles surmontent des arcs d’un petit diamètre.

  1. Quelques fragments de cet hôtel sont aujourd’hui déposés dans l’avant-cour de l’École des beaux-arts.