Ouvrir le menu principal

Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Cimetière

< Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle

Christ(Jésus) <
Index alphabétique - C
> Circonvallation et contrevallation (lignes de)
Index par tome

CIMETIÈRE, s. m. Enclos consacré dans lequel on ensevelit les morts. Il était d’usage, chez les Grecs et les Romains, de brûler les cadavres, de renfermer leurs cendres dans des urnes de marbre, de pierre ou de terre cuite, ou dans des sarcophages, et d’entourer ces restes de monuments élevés à la mémoire du défunt, ou au milieu de cavités pratiquées dans le roc. Les villes antiques, comme Syracuse, Agrigente, Athènes, Rome, sont entourées encore de nombreuses excavations ou de monuments qui servaient de dernière demeure aux morts de la cité. Les premiers chrétiens ne brûlèrent pas les cadavres. Comment l’eussent-ils pu faire ? À Rome, réfugiés dans les catacombes, vastes carrières antiques, où ils célébraient leurs saints mystères ; ils voulurent y déposer les restes de leurs martyrs et de leurs frères en religion morts de mort naturelle. À cet effet, ils creusèrent dans les parois de ces souterrains immenses des cavités de la grandeur d’un corps humain, et, après y avoir déposé les cadavres, ils scellaient l’ouverture soit avec une dalle de pierre ou de marbre, soit au moyen d’une simple cloison de maçonnerie. C’est ainsi que l’idée d’être enseveli près des lieux consacrés au culte prit racine chez les premiers chrétiens.

Saint Augustin dit, dans son livre : « De cura pro mortuis agenda, » qu’ensevelir un mort auprès des monuments élevés à la mémoire des martyrs, cela devient profitable à l’âme du défunt.

Lorsque les églises purent s’élever sur le sol, on voulut être enterré, sinon dans leur enceinte, ce qui n’était pas permis dans les premiers siècles, au moins le plus près possible de leurs murs, sous l’égout du toit, et ces églises furent bientôt entourées de vastes champs de repos. Mais, dans les villes populeuses, on ne tarda pas à reconnaître les inconvénients et les dangers même de cet usage. Les églises devaient grouper autour d’elles certaines dépendances nécessaires. Au milieu des cités encloses de murailles, le terrain devenait rare à mesure que la population augmentait, et il fallut renoncer à conserver ces enceintes uniquement destinées à la sépulture des morts. Vers la fin du XIIe siècle, les églises commencèrent à recevoir, sous leur pavé, les corps de leurs évêques, de leurs abbés, chanoines, puis des princes, des seigneurs et même, vers la fin du XIIIe siècle, de laïques roturiers assez riches pour obtenir cette faveur. Dans les campagnes et les petites villes, les églises conservèrent leurs cimetières autour de leurs murs. Ces cimetières contenaient habituellement, outre les Tombeaux, une Chapelle, une chaire à prêcher et une lanterne des morts (voyez ces mots). Quelquefois des portiques élevés le long des murs de clôture servaient de promenoirs et de lieu de sépulture réservé à des familles privilégiées. Il fallut, dans le voisinage des grandes villes, ou souvent à l’abri de leurs murs, établir des cimetières, ceux qui entouraient les églises ne suffisant plus, ou les habitations privées ayant peu à peu empiété sur les terrains sacrés. Ces cimetières, qui, le plus souvent, servaient de lieu de retraite la nuit aux malfaiteurs et aux prostituées, durent être enclos ; ils devinrent alors des lieux d’asile. Pendant la guerre, les cimetières des campagnes étaient considérés par les paysans comme des enceintes inviolables ; ils y déposaient leurs instruments aratoires, leurs meubles et même leurs bestiaux :

« Grant fu la guerre, si s’esmaient (s’inquiètent),
As cimetieres tot atraient,
Ne laissoent rien as maisons
Por robéors è por larrons[1]. »

La nuit, la lanterne des morts, sorte de colonne creuse au sommet de laquelle brûlait une lampe, avertissait les étrangers que là était un champ de repos. Cette lanterne était aussi destinée à conjurer les apparitions de mauvais esprits, vampires, loups-garous qui causaient la terreur des populations du nord et de l’ouest :

« Item en ung aittre, ou cimetire, estant en Escoce, estoit une biere dont par nuit yssoit une chose nommée Gargarouf, qui dévoroit et occioit quant que trouvoit[2] » Quelques-uns de ces cimetières de grandes villes furent assez richement décorés de cloîtres, sur les murs desquels on retraça en peinture la danse macabre, la légende des trois morts et des trois vifs, les scènes de la Passion de Notre-Seigneur. Toutefois, pendant le moyen âge, les cimetières indépendants des églises furent l’exception ; ils ne constituaient pas, comme en Italie, un édifice complet ; ce n’était guère qu’une clôture au-dedans de laquelle les siècles accumulaient, sans ordre, les monuments privés, des portions de galeries, de petites chapelles, des croix, des ossuaires, des édicules de toutes sortes. Le cimetière monumental disposé d’une façon symétrique n’appartient qu’aux établissements religieux, et, quand il n’est pas une simple clôture, il affecte alors les dispositions des cloîtres (voy. Cloître).

  1. Le Roman de Rou, vers 15 978 et suiv.
  2. Voy. la Préf. des Chron. de Normandie, par Francisque Michel, p. xlij.