Dictionnaire du bon langage/PRÉFACE


◄  LOI
Index alphabétique — A
OUVRAGES CONSULTÉS  ►
Index par tome


PRÉFACE.

La difficulté de se corriger des vices de prononciation et de langage est un fait généralement reconnu par les hommes de l’enseignement, et par les personnes qui ont fait une étude quelque peu approfondie de la langue française. L’un des plus grands écrivains dont s’honore la littérature française se fondant sur son expérience personnelle, ne craint pas de dire qu’il est rare que l’on se défasse entièrement de la rouille du provincialisme, à moins que l’on n’ait reçu de bonne heure, là où la langue se parle le micux c’est-à-dire dans la capitale, une éducation soignée.

A quoi faut-il attribuer cette infériorité du provincial dans l’usage de la langue ?

Nous pensons qu’une des causes principales de ce fait, sinon la principale est que, jusque présent, l’on ne s’est pas assez attaché, dans l’enseignement de la langue maternelle, à signaler les taches qui en ternissent la pureté dans la bouche ou sous la plume de ceux qui la parlent ou l’écrivent. Cette partie négative, et pourtant essentielle, d’un cours complet de langue française a été, il faut le dire, singulièrement négligée dans nos écoles primaires et nos établissements d’instruction moyenne. Sans doute les bons traités de prononciation, les bonnes grammaires et les bons dictionnaires ne nous manquent point. Grâce à ces guides éclairés, nous parvenons à connaître les règles du bon langage ; mais n’est-il pas vrai que ces manuels, pour la plupart oublient trop qu’ils s’adressent à des personnes qui ont à se corriger des défauts originels de terroir ? Ce n’est pas assez, à notre sens, d’apprendre à bien parler et à bien écrire il faut encore et avant tout, désapprendre à mal parler et à mal écrire.

Nous nous sommes proposé de combler cette grave lacune de l’enseignement. Nous nous adressions donc aux wallons et aux flamands, voire même aux lecteurs que notre Dictionnaire pourrait rencontrer en France, et nous les avertissons de prendre garde certains défauts de prononciation qu’ils semblent ne pas soupçonner ; nous leur signalons une foule d’expressions, de termes, de tournures que réprouve le bon langage ou que condamne un goût sûr et sévère : nous cherchons, en un mot, à les déprovincialiser, s’il nous est permis de parler ainsi.

Mais, ce n’est que la moitié de notre tâche. Voulant donner à notre ouvrage un caractère de généralité qui en fasse un véritable manuel, même pour les personnes qui ont reçu une éducation complète, nous avons
vii
en revue les difficultés de la langue française. Nous avons désiré qu’à l’aide de notre Dictionnaire on pût trouver la solution prompte et catégorique des doutes qui se présentent journellement touchant le genre des noms, la signification de certains mots risqués, la prononciation la synonymie, la paronymie et les règles les plus controversées de la lexicologie et de la syntaxe.

C’est assez dire que notre ouvrage offre, à chaque page, deux parties bien distinctes : une partie négative, destinée à signaler les vices et les fautes de langage, et une partie positive, qui traite sommairement des difficultés qui sont de nature à embarrasser dans la conversation et dans la rédaction.

On nous demandera peut-être pourquoi nous avons cru devoir écarter la forme du manuel proprement dit, pour adopter celle du dictionnaire.

Si l’on veut bien tenir compte de notre but, on comprendra sans peine pourquoi nous avons accordé la préférence à cette dernière forme. Nous avons eu en vue, en effet, non-seulement les élèves, mais encore les personnes qui ont terminé leur éducation. Or si les élèves peuvent s’accommoder d’un manuel et s’en servir avec fruit, il n’en est pas ainsi des gens du monde qui demanderont surtout à trouver dans notre ouvrage un répertoire utile qu’ils puissent consulter à toute heure et sans difficulté. Il y a plus : si même nous n’avions eu en vue, en rédigeant notre Dictionnaire, que les élèves de nos établissements d’instruction publique, il nous eût été difficile, sinon impossible d’adopter un ordre logique quelconque, par
viii
exemple, un plan calqué sur les grandes divisions de la grammaire. Car enfin nous écrivons non seulement pour les élèves des écoles primaires, mais encore .pour ceux qui fréquentent les cours de l’enseignement secondaire ou moyen. Or tel plan qui eût été parfaitement approprié au degré d’instruction et d’intelligence de ceux-ci, aurait présenté pour ceux-là d’inévitables inconvénients.

Ces considérations justifient pleinement, ce nous semble, le choix que nous ayons fait de l’ordre alphabétique. D’ailleurs les numéros par lesquels nous y avons eu soin de distinguer nos remarques, permettront aux maîtres qui feront usage de notre Dictionnaire d’y joindre les avantages qui résultent d’une méthode plus logique, et mieux adaptée aux besoins, divers d’un enseignement gradué.

On nous reprochera peut-être d’avoir signalé certaines fautes de prononciation ou de langage, trop communes on trop populaires. Ce reproche tombe de lui-même si l’on veut bien ne pas oublier que nous écrivons pour les enfants des écoles primaires aussi bien que pour les élèves des établissements moyens ou pour les hommes instruits et que, en définitive le français est une langue à peu près étrangère pour tout le monde.

On n’est guère plus fondé, croyons-nous, à nous faire un grief de nos répétitions fréquentes. Qui, ne sait, en effet, que la répétition est l’âme de l’instruction? Qui ignore que les élèves surtout ne savent bien que ce qu’on leur a fait répéter à satiété et sous toutes les formes? Nous en appelons ici à l’expérience de nos confrères dans l’enseignement.
ix

Nous ne prétendons point donner notre Dictionnaire comme un code du langage de tout point irréprochable. Nous sommes des premiers à reconnaître toutes les difficultés inhérentes à la rédaction d’un ouvrage ce genre et partant nous conviendrons sans peine qu’il est loin encore d’avoir ce degré de perfection dont il est susceptible, et qu’une critique éclairée pourra y découvrir plus d’une lacune et y signaler peut-être des inexactitudes.

C’est pourquoi nous sommes disposé à tenir compte des observations que l’on voudra bien nous communiquer. Ces observations même nous les appelons de tous nos voeux, convaincu que nous sommes que pour arriver a faire un bon ouvrage classique, ce pas trop du concours des lumières de tous ceux qui s’intéressent au sort des lettres et aux progrès de l’enseignement.