Dictionnaire de Trévoux/6e édition, 1771/ABATTIS

Jésuites et imprimeurs de Trévoux
(Tome 1p. 11-12).
◄  ABATTEUR
ABATTRE  ►

☞ ABATTIS. s. m. (Abatis seroit mieux) Ce mot désigne une certaine quantité de choses abattues, comme bois, pierres, maisons, &c. eversio, demolitio. Le vent a fait un grand abattis de bois, dejectus arborum. Il y a eu un grand abattis de maisons causé par le tremblement de terre. On le dit de même des décombres des bâtimens. Toutes les rues sont bouchées par les abattis de maisons.

Abattis. C’est aussi un terme de Carriers, qui signifie les pierres qu’ils détachent après avoir souchevé. Lapides loco moti.

Abattis, signifie, en termes de Vénerie, le chemin que se font les jeunes loups, lorsqu’en allant souvent au lieu où ils ont été nourris, ils abattent l’herbe. Luporum trames, vestigia.

Abattis, se dit aussi d’une grande tuerie de bêtes. Cædes pecorum. Ce Chasseur a fait un grand abattis de gibier. Ce Boucher fait un grand abattis de bestiaux tous les ans. Les Bouchers appellent abattis, les cuirs, graisses, tripes, & autres menues parties des bêtes qu’ils ont tuées.

Les Réglemens de Police portent, que les Tueries, ou Abattis des Bouchers seront hors les villes. De la Marre. En cet endroit, il semble signifier le lieu où un Boucher tue ses bestiaux.

Abattis, en termes de guerre, est une quantité de grands arbres que l’on abat, & que l’on entasse les uns sur les autres, pour empêcher l’ennemi de pénétrer dans les retranchemens, ou dans quelqu’autre lieu. Les ennemis embarrassent les chemins par de grands abattis d’arbres.

Abattis, se dit encore de la coupe d’un bois ou d’une forêt qui se doit faire suivant les Ordonnances.

Abattis, cuirs d’abattis, sont ceux qui sont encore en poil, & tels qu’ils viennent de la boucherie.

On appelle abattis, dans les cuisines, les menues parties, la tête, les pattes, le cou, le foie, les aîlerons de volailles.