Ouvrir le menu principal


CCCXXIII

À M. CHARLES PONCY, À TOULON


Nohant, 25 décembre 1850.


Cher enfant,

Je suis toute malade depuis quinze jours et accablée d’une grosse correspondance pour la pièce qu’on va jouer à Paris un de ces jours. Je dois m’y rendre aussitôt après la première représentation, si la pièce ne tombe pas ; auquel cas je n’ai pas besoin de m’en occuper plus après qu’auparavant. Mais, pour le moment, il faut répondre à mille questions de détail, et j’en ai la tête cassée. J’aime bien à écrire, à composer ; j’aime bien mon art, mais je n’en aime pas le métier, et tout ce qui est relatif à l’exécution matérielle m’est odieux. J’ai un ami dévoué, et des plus compétents, qui s’en occupe à ma place et qui joue même le principal rôle, bien qu’il ait renoncé au théâtre. C’est Bocage, qui se donne un mal affreux pour moi, et que je suis obligée de seconder par correspondance, n’ayant pas le courage de me fourrer en personne dans cette pétaudière.

Maurice est à Paris, qui fait de la peinture et attend l’Exposition (laquelle s’ouvre aujourd’hui). Je suis seule ici avec le petit Lambert, que vous ne connaissez pas, je crois, quoiqu’il soit avec nous depuis six ans. Mais je crois qu’il était absent quand vous êtes venu. C’est le plus gentil de mes enfants, et il a beaucoup de talent pour la peinture. Mais nous sommes comme des corps sans âme quand Maurice n’est pas ici.

Je travaille tant que je peux, mais je ne peux guère, étant souffrante et sans cesse interrompue par des lettres pressées, et mille détails d’affaires et d’intérieur. Les artistes et les poètes n’ont jamais le temps de faire ce qu’ils préfèrent à toute autre occupation, soyez-en convaincu. Les banalités du monde en distrayent beaucoup. Les soins de l’intérieur, qui ne sont, après tout, que les soucis et les devoirs de la famille, en dérangent d’autres qui n’ont pourtant pas à se faire le reproche de sacrifier aux vanités d’ici-bas.

Vous enragez, vous, avec vos chiffres et cette dure nécessité de penser au pain du corps avant celui de l’âme ! C’est peut-être un rude bienfait de la Providence, qui nous prive de nos joies intellectuelles pour nous en rendre la jouissance plus complète et plus féconde quand, par hasard, nous pouvons la saisir au vol.

Vous ne me parlez plus de votre édition des chansons. Avez-vous épuisé toute la première ? Après ma pièce, si elle me rapporte quelques sous, je pourrai vous prendre d’autres exemplaires, s’il vous en reste sur les bras.

Bonsoir, mon cher fils. Impossible de vous écrire plus longtemps ; je suis trop fatiguée. Mais je pense toujours à vous, et je vous aime toujours, et j’aime toujours Désirée et Solange, que j’embrasse de toute mon âme. Augustine est venue passer les vacances avec nous. Elle est heureuse ; elle a un bon mari, un bel enfant ; elle est à Lunéville, où elle vit passablement avec la modeste place de son mari et les leçons de musique qu’elle donne.

Borie est en Angleterre. Mais nous n’avons pas de ses nouvelles depuis assez longtemps. Aucante est ici ce soir. Il vous serre les mains. C’est un brave jeune homme.

Voici le jour de l’an qui approche. Dites tout ce qu’il y a de plus gentil à Désirée pour moi ce jour-là, et je la charge de vous répondre aussi, pour moi, tout ce qu’il y a de plus affectueux, et que Solange vous donne à tous deux un baiser de ma part à votre réveil.