Ouvrir le menu principal

Traduction par Abbé Auger.
Oeuvres complètes de Démosthène et d'Eschine par Auger, Edition 3 - Planche en grec et en françaisVerdière6 (p. 333-369).

PLAIDOYER


DE DEMOSTHÈNE


CONTRE CONON.




Athéniens, attaqué par Conon, traité par lui si outrageusement, que tous mes proches et les médecins même me regardèrent long-tems comme désespéré ; rétabli enfin contre tout espoir, je l’accuse en ce jour pour fait de violence. Tous mes parens et tous mes amis que j’ai consultés, en convenant que, d’après les excès de mon adversaire, j’aurais pu le traîner en prison comme malfaiteur, ou l’attaquer, par une action publique, pour fait d’outrage, m’ont conseillé de ne rien entreprendre au-delà de mes forces, de ne pas former une accusation au-dessus de mon âge. J’ai donc pris le parti le plus doux ; et, d’après leurs conseils, j’intente à Conon un procès civil, quoique j’eusse bien voulu le poursuivre criminellement. J’espère que vous me pardonnerez cette animosité, quand vous saurez tout ce que j’ai eu à souffrir de ce méchant homme, quand je vous aurai montré que, par les derniers traits de son audace, il a mis le comble à toutes les insultes atroces qu’il m’avait déjà faites. Écoutez, je vous en supplie, avec bienveillance le récit des injures que j’ai essuyées ; et, si je vous parais avoir été outragé contre toute règle, contre toute justice, soyez-moi favorables, je vous en conjure ; daignez faire droit sur mes plaintes. Je reprendrai les choses des l’origine, et je les raconterai le plus brièvement que je pourrai.

Il y a trois ans que je partis avec d’autres pour Panacte [1], où nous étions envoyés en garnison. Les fils de Conon, pour mon malheur, ayant leur tente près de la mienne, ce voisinage fut la cause de notre inimitié et de nos débats, comme vous l’allez entendre. Aussitôt après le dîner, ils se mettaient à boire jusqu’à la fin du jour, et ils n’ont cessé tant que nous avons été en garnison. Moi, je vivais à Panacte comme je vis à Athènes : pour eux, on les voyait déjà pris de vin à l’heure où les autres se mettent à table. Ils commencèrent donc par insulter mes esclaves à plusieurs reprises, et m’insultèrent bientôt moi-même. Sous prétexte que mes gens les aveuglaient de fumée en préparant le repas, et qu’ils les accablaient d’injures, ils les frappaient, les couvraient de toutes leurs immondices, leur faisaient, en un mot, mille insultes, plus grossières les unes que les autres. Sensible à toutes ces insolences, je me contentai d’abord de me plaindre à eux-mêmes ; mais, comme ils se moquaient de mes représentations, et qu’ils continuaient toujours, j’allai trouver le général, non pas seul, mais accompagné de ceux avec lesquels μὲν εὐνοϊκῶς ἀκοῦσαί μου περὶ ὧν πέπονθα λέ γοντος͵ εἶτα͵ ἐὰν ἠδικῆσθαι καὶ παρανενομῆσθαι δοκῶ͵ βοηθῆσαί μοι τὰ δίκαια. Ἐξ ἀρχῆς δ΄ ὡς ἕκαστα πέπρακται διηγήσομαι πρὸς ὑμᾶς͵ ὡς ἂν οἷός τ΄ ὦ διὰ βραχυτάτων

Ἐξῆλθον ἔτος τουτὶ τρίτον εἰς Πάνακτον φρουρᾶς ἡμῖν προγραφείσης .Ἐσκήνωσαν οὖν οἱ υἱεῖς οἱ Κόνωνος τουτουὶ ἐγγὺς ἡμῶν͵ ὡς οὐκ ἂν ἐβουλόμην· ἡ γὰρ ἐξ ἀρχῆς ἔχθρα καὶ τὰ προσκρούματ΄ ἐκεῖθεν ἡμῖν συνέβη· ἐξ ὧν δέ͵ ἀκούσεσθε. Ἔπινον ἑκάστοθ΄ οὗτοι τὴν ἡμέραν͵ ἐπειδὴ τάχιστ΄ ἀριστήσαιεν͵ ὅλην͵ καὶ τοῦθ΄͵ ἕως περ ἦμεν ἐν τῇ φρουρᾷ͵ διετέλουν ποιοῦντες. Ἡμεῖς δ΄ ὥσπερ ἐνθάδ΄ εἰώθειμεν͵ οὕτω διήγομεν καὶ ἔξω. Ἣν οὖν δειπνοποιεῖσθαι τοῖς ἄλλοις ὥραν συμβαίνοι͵ ταύτην ἂν ἤδη ἐπαρῴνουν οὗτοι͵ τὰ μὲν πόλλ΄ εἰς τοὺς παῖδας ἡμῶν τοὺς ἀκολούθους͵ τελευτῶντες δὲ καὶ εἰς ἡμᾶς αὐτούς. Φήσαντες γὰρ καπνίζειν αὑτοὺς ὀψοποιουμένους τοὺς παῖδας ἢ κακῶς λέγειν͵ ὅ τι τύχοιεν͵ ἔτυπτον καὶ τὰς ἀμίδας κατεσκεδάννυον καὶ προσεούρουν͵ καὶ ἀσελγείας καὶ ὕβρεως οὐδ΄ ὁτιοῦν ἀπέλειπον. Ὁρῶντες δ΄ ἡμεῖς ταῦτα καὶ λυπούμενοι τὸ μὲν πρῶτον ἀπεπεμψάμεθα͵ ὡς δ΄ ἐχλεύαζον ἡμᾶς καὶ οὐκ ἐπαύοντο͵ τῷ στρατηγῷ τὸ πρᾶγμ΄ εἴπομεν κοινῇ πάντες οἱ σύσσιτοι προσελθόντες͵ οὐκ ἐγὼ τῶν ἄλλων ἔξω. Λοιδορηθέντος δ΄ αὐτοῖς ἐκείνου καὶ κακίσαντος αὐτοὺς οὐ μόνον περὶ ὧν εἰς ἡμᾶς ἠσέλγαινον͵ ἀλλὰ καὶ περὶ ὧν ὅλως ἐποίουν ἐν τῷ στρατοπέδῳ͵ τοσούτου ἐδέησαν παύσασθαι ἢ αἰσχυνθῆναι͵ ὥστ΄ ἐπειδὴ θᾶττον συνεσκότασεν͵ εὐθὺς ὡς ἡμᾶς εἰσεπήδησαν ταύτῃ τῇ ἑσπέρᾳ͵ καὶ τὸ μὲν πρῶτον κακῶς ἔλεγον͵ τελευτῶντες δὲ καὶ πληγὰς ἐνέτειναν ἐμοί͵ καὶ τοσαύτην κραυγὴν καὶ θόρυβον περὶ τὴν σκηνὴν ἐποίησαν ὥστε καὶ τὸν στρατηγὸν καὶ τοὺς ταξιάρχους ἐλθεῖν καὶ τῶν ἄλλων στρατιωτῶν τινάς͵ οἵπερ ἐκώλυσαν μηδὲν ἡμᾶς ἀνήκεστον παθεῖν μηδ΄ αὐτοὺς ποιῆσαι παροινουμένους ὑπὸ τουτωνί. 6 τοῦ δὲ πράγματος εἰς τοῦτο προελθόντος͵ ὡς δεῦρ΄ ἐπανήλθομεν͵ ἦν ἡμῖν͵ οἷον εἰκός͵ ἐκ τούτων ὀργὴ καὶ ἔχθρα πρὸς ἀλλήλους. Μὰ τοὺς θεοὺς οὐ μὴν ἔγωγ΄ ᾠόμην δεῖν οὔτε δίκην λαχεῖν αὐτοῖς οὔτε λόγον ποιεῖσθαι τῶν συμβάντων οὐδένα͵ ἀλλ΄ ἐκεῖν΄ ἁπλῶς ἐγνώκειν τὸ λοιπὸν εὐλαβεῖσθαι καὶ φυλάττεσθαι μὴ πλησιάζειν τοῖς τοιούτοις.

Πρῶτον μὲν οὖν τούτων ὧν εἴρηκα βούλομαι τὰς μαρτυρίας παρασχόμενος͵ μετὰ ταῦθ΄ οἷ΄ ὑπ΄ αὐτοῦ τούτου πέπονθ΄ ἐπιδεῖξαι͵ ἵν΄ εἰδῆθ΄ ὅτι ᾧ προσῆκεν τοῖς τὸ πρῶτον ἁμαρτηθεῖσιν ἐπιτιμᾶν͵ οὗτος αὐτὸς πρότερος πολλῷ δεινότερ΄ εἴργασται. je vivais, et tous de concert nous lui portâmes nos plaintes. Quoique le général leur fît les plus vifs reproches, non-seulement sur l’indécence de leurs procédés à mon égard, mais encore sur leur conduite dans l’armée ; loin de rougir de leurs excès précédens et de se contenir, le soir même, dès que la nuit fut venue, ils recommencèrent de nouveau, me maltraitèrent de paroles, et finirent par me frapper. Ils poussaient de tels cris, ils faisaient un si grand bruit auprès de ma tente, que le général, quelques-uns des officiers et des soldats accoururent, les empêchèrent d’aller plus loin, et moimême de me porter à des voies de fait auxquelles m’auraient poussé leurs violences. Les choses en étant venues là, de retour ici, nous étions fort mal ensemble, et animés, comme cela devait être, les uns contre les autres. Bien éloigné cependant de leur intenter procès, et de songer à ce qui s’était passé, j’avais pris seulement le parti d’être sur mes gardes, et d’éviter de me rencontrer avec de pareils hommes.

Je vais prouver d’abord, par des dépositions, les faits que j’ai avancés ; après quoi je rapporterai les traitements indignes que j’ai essuyés de la part, de Conon : on verra qu’au lieu de se repentir de |. ses premières fautes, il s’est porté de lui-même a’des excès beaucoup plus révoltans.

On lit les dépositions.

Telles sont, Athéniens, les injures que j’ai cru devoir négliger. Quelque tems après, sur le soir, comme je me promenais, suivant ma coutume, dans la place publique, avec Phanostrate qui est de mon âge, Ctésias, fils de Conon, étant pris de vin, passe du côté de Léocorie [2], près de la maison de Pythodore. Dès qu’il nous aperçoit, il jette un cri, et, murmurant tout bas, comme un homme ivre, quelques mots que je ne pus entendre, il s’avança jusqu’à Mélite. Là, je l’ai su depuis, s’étaient rassemblés pour boire, dans la maison du foulon Pamphile, Conon, un certain Théotime, Archibiade, Spinthare, fils d’Eubulus, Théogène, fils d’Andromène, et plusieurs autres. Ctésias leur fait quitter table, et les amène dans la place publique. À notre retour du temple de Proserpine, tout en nous promenant, nous passons près de Léocorie ; nous nous trouvons à leur rencontre, et au milieu de leur troupe, un inconnu se jette sur Phanostrate, et se saisit de sa personne ; je suis attaqué par Conon, par son fils, par le fils d’Andromène, qui, tous trois, après m’a voir dépouillé, me renversent, et me traînent dans la boue. Sautant sur mon corps et me faisant mille outrages, ils me déchirèrent la lèvre, me remplirent les yeux de sang, et me laissèrent dans un état où je ne pouvais ni me lever, ni dire une parole. Couché par terre,

ΜAPTYRAI

Ὧν μὲν τοίνυν οὐδέν΄ ᾤμην δεῖν λόγον ποιεῖσθαι͵ ταῦτ΄ ἐστίν. Χρόνῳ δ΄ ὕστερον οὐ πολλῷ περιπατοῦντος͵ ὥσπερ εἰώθειν͵ ἑσπέρας ἐν ἀγορᾷ μου μετὰ Φανοστράτου τοῦ Κηφισιέως͵ τῶν ἡλικιωτῶν τινός͵ παρέρχεται Κτησίας ὁ υἱὸς ὁ τούτου͵ μεθύων͵ κατὰ τὸ Λεωκόριον͵ ἐγγὺς τῶν Πυθοδώρου. Kατιδὼν δ΄ ἡμᾶς καὶ κραυγάσας͵ καὶ διαλεχθείς τι πρὸς αὑτὸν οὕτως ὡς ἂν μεθύων͵ ὥστε μὴ μαθεῖν ὅ τι λέγοι͵ παρῆλθε πρὸς Μελίτην ἄνω. Έπινον δ΄ ἄρ΄ ἐνταῦθα (ταῦτα γὰρ ὕστερον ἐπυθόμεθα) παρὰ Παμφίλῳ τῷ γναφεῖ Κόνων οὑτοσί͵ Θεότιμός τις͵ Ἀρχεβιάδης͵ Σπίνθαρος ὁ Εὐβούλου͵ Θεογένης ὁ Ἀνδρομένους͵ πολλοί τινες͵ οὓς ἐξαναστήσας ὁ Κτησίας ἐπορεύετ΄ εἰς τὴν ἀγοράν. Kαὶ ἡμῖν συμβαίνει ἀναστρέφουσιν ἀπὸ τοῦ Φερρεφαττίου καὶ περιπατοῦσιν πάλιν κατ΄ αὐτό πως τὸ Λεωκόριον εἶναι͵ καὶ τούτοις περιτυγχάνομεν. Ὡς δ΄ ἀνεμείχθημεν͵ εἷς μὲν αὐτῶν͵ ἀγνώς τις͵ Φανοστράτῳ προσπίπτει καὶ κατεῖχεν ἐκεῖνον͵ Κόνων δ΄ οὑτοσὶ καὶ ὁ υἱὸς αὐτοῦ καὶ ὁ Ἀνδρομένους υἱὸς ἐμοὶ προσπεσόντες τὸ μὲν πρῶτον ἐξέδυσαν͵ εἶθ΄ ὑποσκελίσαντες καὶ ῥάξαντες εἰς τὸν βόρβορον οὕτω διέθηκαν ἐναλλόμενοι καὶ ὑβρίζοντες͵ ὥστε τὸ μὲν χεῖλος διακόψαι͵ τοὺς δ΄ ὀφθαλμοὺς συγκλεῖσαι· οὕτω δὲ κακῶς ἔχοντα κατέλιπον͵ ὥστε μήτ΄ ἀναστῆναι μήτε φθέγξασθαι δύνασθαι. Kείμενος δ΄ αὐτῶν ἤκουον πολλὰ καὶ δεινὰ 9 λεγόντων. Kαὶ τὰ μὲν ἄλλα καὶ βλασφημίαν ἔχει τινὰ καὶ ὀνομάζειν ὀκνήσαιμ΄ ἂν ἐν ὑμῖν ἔνια͵ ὃ δὲ τῆς ὕβρεώς ἐστι τῆς τούτου σημεῖον καὶ τεκμήριον τοῦ πᾶν τὸ πρᾶγμ΄ ὑπὸ τούτου γεγενῆσθαι͵ τοῦθ΄ ὑμῖν ἐρῶ· ᾖδε γὰρ τοὺς ἀλεκτρυόνας μιμούμενος τοὺς νενικηκότας͵ οἱ δὲ κροτεῖν τοῖς ἀγκῶσιν αὐτὸν ἠξίουν ἀντὶ πτερύγων τὰς πλευράς. Kαὶ μετὰ ταῦτ΄ ἐγὼ μὲν ἀπεκομίσθην ὑπὸ τῶν παρατυχόντων γυμνός͵ οὗτοι δ΄ ᾤχοντο θοἰμάτιον λαβόντες μου. Ὡς δ΄ ἐπὶ τὴν θύραν ἦλθον͵ κραυγὴ καὶ βοὴ τῆς μητρὸς καὶ τῶν θεραπαινίδων ἦν͵ καὶ μόγις ποτ΄ εἰς βαλανεῖον ἐνεγκόντες με καὶ περιπλύναντες ἔδειξαν τοῖς ἰατροῖς. Ὡς οὖν ταῦτ΄ ἀληθῆ λέγω͵ τούτων ὑμῖν τοὺς μάρτυρας παρέξομαι.

ΜΑΡΤΥΡΕΣ

Συνέβη τοίνυν͵ ὦ ἄνδρες δικασταί͵ καὶ Εὐξίθεον τουτονὶ τὸν Χολλῄδην͵ ὄνθ΄ ἡμῖν συγγενῆ͵ καὶ Μειδίαν μετὰ τούτου ἀπὸ δείπνου ποθὲν ἀπιόντας περιτυχεῖν πλησίον ὄντι μοι τῆς οἰκίας ἤδη͵ καὶ εἴς τε τὸ βαλανεῖον φερομένῳ παρα κολουθῆσαι͵ καὶ ἰατρὸν ἄγουσιν παραγενέσθαι. Oὕτω δ΄ εἶχον ἀσθενῶς ὥστε͵ ἵνα μὴ μακρὰν φεροίμην οἴκαδ΄ ἐκ τοῦ βαλανείου͵ j’entendis tous les propos insultans qu’ils se permettaient contre moi. Je tairai ce qui n’était que de simples injures, dont quelques-unes étaient si grossières, que je rougirais de les rapporter ; je m’en tiens à un trait qui prouve l’insolence de Conon, et qu’il était le chef de toutes ces violences. Il chantait en imitant les coqs vainqueurs de leurs rivaux, et les autres lui disaient de se battre les flancs avec les coudes, pour contrefaire le battement d’ailes. Après quoi, je fus emporté, presque nud, par des hommes qui se trouvèrent là par hasard, tandis que Conon et les autres se retiraient avec mes habits. J’arrive à ma porte ; ma mère et les servantes jettent de grands cris ; on me porte au bain avec peine, et, après m’avoir lavé, on me fait visiter par des médecins. Je vais produire des témoins, qui certifieront la vérité de ces faits.

Les témoins paraissent.

Euxithée, mon parent, qui revenait de manger hors de chez lui avec Midias, m’ayant rencontré près de la maison de ce dernier, ils me suivirent tous deux au bain, et ils étaient présens, lorsqu’on amena le médecin. J’étais si faible, que, le chemin de ma maison au bain paraissant trop long, il fut décidé qu’on me porterait, ce soir-là même, chez Midias ; et on m’y porta. Greffier, prenez les dépositions qui attestent ces faits. On verra que plusieurs personnes sont instruites de la manière outrageuse dont j’ai été traité.

Le greffier lit les dépositions.

Prenez aussi la déposition du médecin.

Le greffier lit sa déposition.

Les outrages de mes adversaires, et les coups que j’ai reçus, m’avaient mis dans l’état qu’on vient d’entendre, et qu’ont attesté ceux qui en ont été les témoins. Le médecin n’était pas inquiet de mes tumeurs et de mes contusions au visage : mais je fus attaqué d’une fièvre continue ; j’éprouvais des douleurs aiguës par tout le corps, principalement aux côtés et dans les entrailles ; je ne pouvais prendre aucune nourriture. Et si, comme l’assurait le médecin, au milieu de mes souffrances, lorsque j’étais désespéré, la nature ne se fût soulagée elle-même par une effusion de sang abondante, j’aurais péri tout gangrené ; mais cette heureuse crise me sauva. Afin de prouver que je dis vrai, et que je fus attaqué d’une maladie qui me réduisit à l’extrémité, en conséquence des coups que j’avais reçus, greffier, lisez la déposition du médecin, et celle des personnes qui m’ont visité. ἐδόκει τοῖς παροῦσιν ὡς τὸν Μειδίαν ἐκείνην τὴν ἑσπέραν κομίσαι͵ καὶ ἐποίησαν οὕτω. Λάβ΄ οὖν καὶ τὰς τούτων μαρτυρίας͵ ἵν΄ εἰδῆθ΄ ὅτι πολλοὶ συνίσασιν ὡς ὑπὸ τούτων ὑβρίσθην.

ΜΑΡΤΥΡΙΑΙ.

Λαβὲ δὴ καὶ τὴν τοῦ ἰατροῦ μαρτυρίαν.

ΜΑΡΤΥPΙΑ.

Τότε μὲν τοίνυν παραχρῆμ΄ ὑπὸ τῶν πληγῶν ἃς ἔλαβον καὶ τῆς ὕβρεως οὕτω διετέθην͵ ὡς ἀκούετε καὶ μεμαρτύρηται παρὰ πάντων ὑμῖν τῶν εὐθὺς ἰδόντων μετὰ δὲ ταῦτα τῶν μὲν οἰδημάτων τῶν ἐν τῷ προσώπῳ καὶ τῶν ἑλκῶν οὐδὲν ἔφη φοβεῖσθαι λίαν ὁ ἰατρός͵ πυρετοὶ δὲ παρηκολούθουν μοι συνεχεῖς καὶ ἀλγήματα͵ ὅλου μὲν τοῦ σώματος πάνυ σφοδρὰ καὶ δεινά͵ μάλιστα δὲ τῶν πλευρῶν καὶ τοῦ ἤτρου͵ καὶ τῶν σιτίων ἀπεκεκλείμην. Kαὶ ὡς μὲν ὁ ἰατρὸς ἔφη͵ εἰ μὴ κάθαρσις αἵματος αὐτομάτη μοι πάνυ πολλὴ συνέβη περιωδύνῳ ὄντι καὶ ἀπορουμένῳ ἤδη͵ κἂν ἔμπυος γενόμενος διεφθάρην· νῦνί δὲ τοῦτ΄ ἔσῳσε τὸ αἷμ΄ ἀποχωρῆσαν. Ὡς οὖν καὶ ταῦτ΄ ἀληθῆ λέγω͵ καὶ παρηκολούθησέ μοι τοιαύτη νόσος ἐξ ἧς εἰς τοὔσχατον ἦλθον͵ ἐξ ὧν ὑπὸ τούτων ἔλαβον πληγῶν͵ λέγε τὴν τοῦ ἰατροῦ μαρτυρίαν καὶ τὴν τῶν ἐπισκοπούντων.

ΜΑΡΤΥΡΙΑΙ

Ὅτι μὲν τοίνυν οὐ μετρίας τινὰς καὶ φαύλας λαβὼν πληγάς͵ ἀλλ΄ εἰς πᾶν ἐλθὼν διὰ τὴν ὕβριν καὶ τὴν ἀσέλγειαν τὴν τούτων πολὺ τῆς προσηκούσης ἐλάττω δίκην εἴληχα͵ πολλαχόθεν νομίζω δῆλον ὑμῖν γεγενῆσθαι. Oἴομαι δ΄ ὑμῶν ἐνίους θαυμάζειν͵ τί ποτ΄ ἐστὶν ἃ πρὸς ταῦτα τολ μήσει Κόνων λέγειν. Bούλομαι δὴ προειπεῖν ὑμῖν ἁγὼ πέπυσμαι λέγειν αὐτὸν παρεσκευάσθαι͵ ἀπὸ τῆς ὕβρεως καὶ τῶν πεπραγμένων τὸ πρᾶγμ΄ ἄγοντ΄ εἰς γέλωτα καὶ σκώμματ΄ ἐμβαλεῖν πειράσεσθαι͵ καὶ ἐρεῖν ὡς εἰσὶν ἐν τῇ πόλει πολλοί͵ καλῶν κἀγαθῶν ἀνδρῶν υἱεῖς͵ οἳ παίζοντες οἷ΄ ἄνθρωποι νέοι σφίσιν αὐτοῖς ἐπωνυμίας πεποίηνται͵ καὶ καλοῦσι τοὺς μὲν ἰθυφάλλους͵ τοὺς δ΄ αὐτοληκύθους͵ ἐρῶσι δ΄ ἐκ τούτων ἑταιρῶν τινές͵ καὶ δὴ καὶ τὸν υἱὸν τὸν ἑαυτοῦ εἶναι τούτων ἕνα͵ καὶ πολλάκις περὶ ἑταίρας καὶ εἰληφέναι καὶ δεδωκέναι πληγάς͵ καὶ ταῦτ΄ εἶναι νέων ἀνθρώπων. Ἡμᾶς δὲ πάντας τοὺς ἀδελφοὺς παροίνους μέν τινας καὶ ὑβριστὰς κατασκευάσει͵ ἀγνώμονας δὲ καὶ πικρούς.

Έγὼ δ΄͵ ὦ ἄνδρες δικασταί͵ χαλεπῶς ἐφ΄ οἷς πέπονθα ἐνηνοχώς͵ οὐχ ἧττον τοῦτ΄ ἀγανακτήσαιμ΄ ἂν καὶ ὑβρίσθαι νομίσαιμι͵ εἰ οἷόν τ΄ εἰπεῖν͵ εἰ ταῦτ΄ ἀληθῆ δόξει Κόνων οὑτοσὶ λέγειν περὶ ἡμῶν͵ καὶ τοσαύτη τις ἄγνοια παρ΄ ὑμῖν ἐστιν͵ ὥσθ΄͵ ὁποῖος
On lit les dépositions.

Je pense , Athéniens , vous avoir prouvé clairement qu’après avoir été atteint de coups dangereux , et m’êlre vu réduit à l’extrémité par les outrages et la violence de mes adversaires , je ne les poursuis point par la voie que je pourrais employer. Quelques-uns de vous, sans doute, seraient surpris que Conon osât nier ces faits : je vais vous prévenir sur ce que j’apprends qu’il doit alléguer pour sa défense. Il cherchera à tourner la chose en plaisanterie et en risée ; il dira qu’il y a dans la ville des fils de fort honnêtes citoyens qui s’amusent comme des jeunes gens , qui, par jeu, se donnent les surnoms de Silène, de Priape [5] , et d’autres semblables ; que quelques-uns d’eux ont des maîtresses ; que son fils est de ce nombre ; que souvent, pour des femmes, il a donné et reçu des coups ; que tout cela est fort ordinaire à la jeunesse. Il me représentera moi et mes frères, comme des insolens et des débauchés, mais d’un caractère dur et farouche.

Pour moi , malgré tous les mauvais traitemens que j’ai essuyés, je serais plus indigné, je le puis dire , je me croirais plus outragé , si vous pensiez que Conon dira vrai sur mon compte , et si voua jugiez de chacun par ce qu’il dit de lui-même , ou par ce qu’un autre dit de lui ,’sans que la pureté des mœurs et la régularité de la vie ne nous ser-* vissent de rien. Car, enfin, on ne m*a jamais vu me livrer à la débauche, ni insulter personne ; et je ne crois pas qu’il y ait de la dureté à demander réparation, par des voies légitimes, des insultes qui m’ont été faites. Je ne m’oppose point aux surnoms donnés aux fils de mon adversaire ; je consens qu’ils soient tels qu’on les nomme. Eh ! puissent les dieux faire retomber sur la tête du père et des fds la peine de leurs abominations sacrilèges 1 Ils s’initient les uns les autres à Priape, et ne rougissent pas de commettre des horreurs qu’une personne honnête rougirait même de citer. Mais que m’importe l’infamie de leur conduite ?

Je serais étonné assurément qu’un homme, convaincu d’en avoir frappé un autre avec insulte, pût être garanti de la peine, sous un prétexte ou par une excuse quelconque, lorsque les lois ont cherché à diminuer, le plus qu’il est possible, les raisons mêmes qui semblent pousser les hommes, malgré eux, a quelque extrémité. Par exemple (car il faut approfondir l’esprit de nos lois et les motifs du législateur), on donne action pour des paroles injurieuses, de peur que, des injures, nous n’en venions aux coups. On donne encore action pour des coups reçus, afin qu’un homme, se voyant le plus faible, ne se défende pas avec une pierre, ou avec une autre arme, mais qu’il attende la réparation que lui promettent les lois. Enfin, on donne action pour une blessure, dans la crainte que ceux τις ἄν ἕκαστος εἶναι φῇ ἢ ὁ πλησίον αὐτὸν αἰτιά σηται͵ τοιοῦτος νομισθήσεται͵ τοῦ δὲ καθ΄ ἡμέραν βίου καὶ τῶν ἐπιτηδευμάτων μηδ΄ ὁτιοῦν ἔσται τοῖς μετρίοις ὄφελος. Ἡμεῖς γὰρ οὔτε παροινοῦντες οὔθ΄ ὑβρίζοντες ὑπ΄ οὐδενὸς ἀνθρώπων ἑωράμεθα͵ οὐδ΄ ἄγνωμον οὐδὲν ἡγούμεθα ποιεῖν͵ εἰ περὶ ὧν ἠδικήμεθ΄ ἀξιοῦμεν κατὰ τοὺς νόμους δίκην λαβεῖν. Ἰθυφάλλοις δὲ καὶ αὐτοληκύθοις συγχωροῦμεν εἶναι τοῖς υἱέσι τοῖς τούτου͵ καὶ ἔγωγ΄ εὔχομαι τοῖς θεοῖς εἰς Κόνωνα καὶ τοὺς υἱεῖς τοὺς τούτου καὶ ταῦτα καὶ τὰ τοιαῦθ΄ ἅπαντα τρέπεσθαι. Oὗτοι γάρ εἰσιν οἱ τελοῦντες ἀλλήλους τῷ ἰθυφάλλῳ͵ καὶ τοιαῦτα ποιοῦντες ἃ πολλὴν αἰσχύνην ἔχει καὶ λέγειν͵ μή τί γε δὴ ποιεῖν ἀνθρώπους μετρίους. ἀλλὰ τί ταῦτ΄ ἐμοί ;

Θαυμάζω γὰρ ἔγωγε͵ εἴ τίς ἐστιν πρόφασις παρ΄ ὑμῖν ἢ σκῆψις ηὑρημένη δι΄ ἥν͵ ἂν ὑβρίζων τις ἐξελέγχηται καὶ τύπτων͵ δίκην οὐ δώσει. Oἱ μὲν γὰρ νόμοι πολὺ τἀναντία καὶ τὰς ἀναγκαίας προφάσεις͵ ὅπως μὴ μείζους γίγνωνται͵ προείδοντο͵ οἷον (ἀνάγκη γάρ μοι ταῦτα καὶ ζητεῖν καὶ πυνθάνεσθαι διὰ τοῦτον γέγονεν) εἰσὶ κακηγορίας δίκαι· φασὶ τοίνυν ταύτας διὰ τοῦτο γίγνεσθαι͵ ἵνα μὴ λοιδορούμενοι τύπτειν ἀλλήλους προάγωνται. πάλιν αἰκείας εἰσί· καὶ ταύτας ἀκούω διὰ τοῦτ΄ εἶναι τὰς δίκας͵ ἵνα μηδείς͵ ὅταν ἥττων ᾖ͵ λίθῳ ή τῶν τοιούτων ἀμύνηται μηδενί͵ ἀλλὰ τὴν ἐκ τοῦ νόμου δίκην ἀναμένῃ. τραύματος πάλιν εἰσὶν γραφαὶ τοῦ μὴ τιτρωσκομένων τινῶν φόνους γίγνεσθαι. Tὸ φαυλότατον͵ οἶμαι͵ τὸ τῆς λοιδορίας͵ πρὸ τοῦ τελευταίου καὶ δεινοτάτου προεώραται͵ τοῦ μὴ φόνον γίγνεσθαι͵ μηδὲ κατὰ μικρὸν ὑπάγεσθαι ἐκ μὲν λοιδορίας εἰς πληγάς͵ ἐκ δὲ πληγῶν εἰς τραύματα͵ ἐκ δὲ τραυμάτων εἰς θάνατον͵ ἀλλ΄ ἐν τοῖς νόμοις εἶναι τούτων ἑκάστου τὴν δίκην͵ μὴ τῇ τοῦ προστυχόντος ὀργῇ μηδὲ βουλήσει ταῦτα κρίνεσθαι. Eἶτ΄ ἐν μὲν τοῖς νόμοις οὕτως· ἂν δ΄ εἴπῃ Κόνων ἰθύφαλλοί τινές ἐσμεν ἡμεῖς συνειλεγμένοι͵ καὶ ἐρῶντες οὓς ἂν ἡμῖν δόξῃ παίομεν καὶ ἄγχομεν͵ εἶτα γελά σαντες ὑμεῖς ἀφήσετε; οὐκ οἴομαί γε. Oὐ γὰρ ἂν γέλως ὑμῶν ἔλαβεν οὐδένα͵ εἰ παρὼν ἐτύγχανεν ἡνίχ΄ εἱλκόμην καὶ ἐξεδυόμην καὶ ὑβριζόμην͵ καὶ ὑγιὴς ἐξελθὼν φοράδην ἦλθον οἴκαδε͵ ἐξεπεπηδήκει δὲ μετὰ ταῦθ΄ ἡ μήτηρ͵ καὶ κραυγὴ καὶ βοὴ τῶν γυναικῶν τοσαύτη παρ΄ ἡμῖν ἦν ὡσπερανεὶ τεθνεῶτός τινος͵ ὥστε τῶν γειτόνων τινὰς πέμψαι 21 πρὸς ἡμᾶς ἐρησομένους ὅ τι ἐστὶν τὸ συμβεβηκός.

Ὅλως δ΄͵ ὦ ἄνδρες δικασταί͵ δίκαιον μὲν οὐδενὶ δήπου σκῆψιν οὐδεμίαν τοιαύτην οὐδ΄ ἄδειαν ὑπάρχειν παρ΄ ὑμῖν͵ δι΄ ἣν ὑβρίζειν ἐξέσται· εἰ δ΄ ἄρ΄ ἐστίν τῳ͵ τοῖς δι΄ ἡλικίαν τούτων τι qui sont blessés ne se portent à tuer leur adversaire. On permet, à ce qu’il me semble, de poursuivre en justice les injures, qui sont le premier pas, pour prévenir le meurtre, qui est le dernier excès ; pour empêcher que les particuliers ne passent insensiblement des injures aux coups, des coups aux blessures, des blessures au meurtre ; et afin que les peines de chaque délit, réglées par la loi, ne soient abandonnées ni à la passion, ni au caprice. Telle est donc la sagesse de nos lois. Et si après cela Conon ^ient vous dire, α Nous sommes des compagnons de débauche, livrés au vin » et à l’amour, nous frappons, nous étranglons qui Λ bon nous semble » : vous rirez et vous le renverrez absous l je ne le pense pas. Nul de vous n’aurait ri, s’il eût été présent lorsque j’étais traîné, dépouillé, outragé ; lorsqu’étant sorti de ma maison plein de vigueur, j’y étais rapporté étendu et sans force ; lorsque ma mère effrayée s’élançait vers moi ; lorsqu’elle et toutes ses*femmes poussaient des cris lamentables, comme si l’on m’eût rapporté mort, en sorte que plusieurs voisins nous envoyèrent demander ce qui était arrivé. En général. Athéniens, je crois que vous ne devez permettre à personne d’insulter autrui, ni d’alléguer des excuses quand il l’a fait. Maïs, enfin, si l’on pouvait recevoir les excuses d’un coupable, ce serait d’un jeune homme emporté par la vivacité de l’âge, pour lequel, sans qu’on l’exemptât de toute punition, on pourrait adoucir la peine qu’il mériterait rigoureusement. Mais un homme, qui, âgé de plus de cinquante ans, se trouve avec des jeunes gens, avec ses fils [4], et qui, loin de les détourner et de les contenir, est lui-même à leur tête, se montre le plus audacieux de tous, quelle peine ne mérite-l-il pas ? La mortj suivant moi, serait une punition trop douce. Car, je le demande, quand il n’eût rien fait lui-même, que seulement Ctésias se fût porté en sa présence aux excès dont je me plains, ne devrait-il pas toujours encourir votre indignation ? En efiet, s’il élève assez mal ses enfans, pour qu’ils ne craignent ni ne rougissent de commettre devant lui des fautes pour lesquelles il y a peine de mort, comment doit —il être traité ? Pour moi, il me semble que leur conduite est une preuve qu’il n’a eu lui-même nul égard pour son père. Oui, sans doule, s’il eût honoré et respecté son père, il exigerait de ses enfans de l’honneur et du respect. Greffier, prenez la loi qiû concerne les outrages, et celle qui est portée contre les brigands ; on verra que Conon pourrait être poursuivi comme coupable aux termes des deux lois.

On Ut les lois.

D’après ses violences, Conon pourrait donc être poursuivi comme coupable aux termes de ces deux lois : il m’a outragé, il m’a dépouillé. Si je n’ai πράττουσι͵ τούτοις ἀποκεῖσθαι προσήκει τὰς τοιαύτας καταφυγάς͵ κἀκείνοις οὐκ εἰς τὸ μὴ δοῦναι δίκην͵ ἀλλ΄ εἰς τὸ τῆς προσηκούσης ἐλάττω. Ὅστις δ΄ ἐτῶν μέν ἐστιν πλειόνων ἢ πεντήκοντα͵ παρὼν δὲ νεωτέροις ἀνθρώποις καὶ τούτοις υἱέσιν͵ οὐχ ὅπως ἀπέτρεψεν ἢ διεκώλυσεν͵ ἀλλ΄ αὐτὸς ἡγεμὼν καὶ πρῶτος καὶ πάντων βδελυρώτατος γεγέ νηται͵ τίν΄ ἂν οὗτος ἀξίαν τῶν πεπραγμένων ὑπόσχοι δίκην; ἐγὼ μὲν γὰρ οὐδ΄ ἀποθανόντ΄ οἴομαι. Kαὶ γὰρ εἰ μηδὲν αὐτὸς εἴργαστο τῶν πεπραγμένων͵ ἀλλ΄ εἰ παρεστηκότος τούτου Κτησίας ὁ υἱὸς ὁ τούτου ταὔθ΄ ἅπερ νυνὶ πεποιηκὼς ἐφαίνετο͵ τοῦτον ἐμισεῖτ΄ ἂν δικαίως. Eἰ γὰρ οὕτω τοὺς αὑτοῦ προῆκται παῖδας ὥστ΄ ἐναντίον ἐξαμαρτάνοντας ἑαυτοῦ͵ καὶ ταῦτ΄ ἐφ΄ ὧν ἐνίοις θάνατος ἡ ζημία κεῖται͵ μήτε φο βεῖσθαι μήτ΄ αἰσχύνεσθαι͵ τί τοῦτον οὐκ ἂν εἰκότως παθεῖν οἴεσθε; ἐγὼ μὲν γὰρ ἡγοῦμαι ταῦτ΄ εἶναι σημεῖα τοῦ μηδὲ τοῦτον τὸν ἑαυτοῦ πατέρ΄ αἰσχύνεσθαι· εἰ γὰρ ἐκεῖνον αὐτὸς ἐτίμα καὶ ἐδεδίει͵ κἂν τούτους αὑτὸν ἠξίου. 24 Λαβὲ δή μοι καὶ τοὺς νόμους͵ τόν τε τῆς ὕβρεως καὶ τὸν περὶ τῶν λωποδυτῶν· καὶ γὰρ τούτοις ἀμφοτέροις ἐνόχους τούτους ὄψεσθε. Λέγε.

ΝΟΜΟΙ.

Τούτοις τοῖς νόμοις ἀμφοτέροις ἐκ τῶν πεπραγμένων ἔνοχος Κόνων ἐστὶν οὑτοσί Καὶ γὰρ ὕβριζεν καὶ ἐλωποδύτει. εἰ δὲ μὴ κατὰ τούτους προειλόμεθ΄ ἡμεῖς δίκην λαμβάνειν͵ ἡμεῖς μὲν ἀπράγμονες καὶ μέτριοι φαινοίμεθ΄ ἂν εἰκότως͵ 25 οὗτος δ΄ ὁμοίως πονηρός. Kαὶ μὴν εἰ παθεῖν τί μοι συνέβη͵ φόνου καὶ τῶν δεινοτάτων ἂν ἦν ὑπόδικος. Tὸν γοῦν τῆς Βραυρωνόθεν ἱερείας πατέρ΄ ὁμολογουμένως οὐχ ἁψάμενον τοῦ τελευτήσαντος͵ ὅτι τῷ πατάξαντι τύπτειν παρεκελεύσατο͵ ἐξέβαλεν ἡ βουλὴ ἡ ἐξ Ἀρείου πάγου͵ δικαίως· εἰ γὰρ οἱ παρόντες ἀντὶ τοῦ κωλύειν τοὺς ἢ δι΄ οἶνον ἢ δι΄ ὀργὴν ἤ τιν΄ ἄλλην αἰτίαν ἐξαμαρτάνειν ἐπιχειροῦντας αὐτοὶ παροξυνοῦσιν͵ οὐδεμί΄ ἐστὶν ἐλπὶς σωτηρίας τῷ περιπίπτοντι τοῖς ἀσελγαίνουσιν͵ ἀλλ΄ ἕως ἂν ἀπείπωσιν͵ ὑβρίζεσθαι ὑπάρξει· ὅπερ ἐμοὶ συνέβη.

Ἃ τοίνυν͵ ὅθ΄ ἡ δίαιτα ἐγίγνετο͵ ἐποίουν͵ βούλομαι πρὸς ὑμᾶς εἰπεῖν· καὶ γὰρ ἐκ τούτων τὴν ἀσέλγειαν θεάσεσθ΄ αὐτῶν. Ἐποίησαν μὲν γὰρ ἔξω μέσων νυκτῶν τὴν ὥραν͵ οὔτε τὰς μαρτυρίας ἀναγιγνώσκειν ἐθέλοντες οὔτ΄ ἀντίγραφα διδόναι͵ τῶν τε παρόντων ἡμῖν καθ΄ ἕν΄ οὑτωσὶ πρὸς τὸν λίθον ἄγοντες καὶ ἐξορκοῦντες͵ καὶ γράφοντες μαρτυρίας οὐδὲν πρὸς τὸ πρᾶγμα͵ ἀλλ΄ ἐξ ἑταίρας εἶναι παιδίον αὐτῷ καὶ τοῦτο πεπονθέναι τὰ καὶ τά͵ ἃ μὰ τοὺς θεούς͵ ἄνδρες δικασταί͵ οὐδεὶς ὅστις οὐκ ἐπετίμα τῶν παρόντων καὶ ἐμίσει point voulu le poursuivre en toute rigueur, on doit croire que je suis modéré, et que je n’aime pas à susciter des ail’aires ; mais en est —il moins criminel ? Cependant, si je fusse mort, on l’eût poursuivi comme meurtrier, on eût conclu contre lui aux plus rigoureuses peines. Le père de la prêtresse de Brauron [5], de l’aveu de tout le monde, n’avait pas même touché à un homme qu’on avait frappé, et qui était mort de ses blessures. Mais parce qu’il avait animé celui qui le frappait, le sénat de l’aréopage le condamna à l’exil, et avec justice. Car, si les personnes présentes, au lieu d’arrêter les hommes audacieux qui se portent à des violences, échauffés par le vin, par la colère, ou par quelqu’autre passion, les animent elles-mêmes, comment ceux qu’on attaque se sauveront-ils ? Ne faut-il pas qu’ils supportent les outrages jusqu’à ce qu’on soit las de les outrager ? sort que j’ai éprouvé moi-même.

Je vais vous faire part de leur procédé devant l’arbitre ; c’est un nouveau trait de leur audace. Ils firent prolonger la séance bien avant dans la nuit [6], en ne voulant ni faire lire les dépositions, ni en donner copie ; ils faisaient, pour la forme, avancer devant l’autel nos témoins, leur faisaient prêter serment, et faisaient écrire des dépositions étrangères à la cause ; que ce fils lui était né d’une courtisane, qu’il avait eu à souffrir telle et telle injure. Parmi tous ceux qui étaient présens, il n’y avait personne qui ne blâmât ce manège, qui n’en fût ennuyé ; ils s’en lassent enfin eux-mêmes, et me proposent, afin de donner le change et d’empcchcr la clôture des pièces ; ils me proposent, dis-jc, de livrer, pour les coups reçus, des esclaves dont ils font écrire les noms. Ils s’étendront sans fin sur cette chicane, du moins je me l’imagine. Mais vous qui êtes nos juges, considérez que, s’ils eussent voulu sincèrement qu’on fît subir la torture aux esclaves , s’ils eussent compté sur ce ^ moyen, ils ne l’auraient pas proposé la nuit déjà fermée, lorsque l’arbitre allait prononcer, lorsqu’il n’y avait plus de raison d’user de remises. Dès le commencement, avant que le procès fût engagé , quand j’étais encore retenu au lit , sans savoir si j’en relèverais ; quand j’annonçais à tous ceux qui me rendaient visite, que c’était Conon qui m’avait frappé le premier, qu’il était l’auteur de la plupari des outrages dont je me plains en ce jour, il devait venir chez moi sur-le-^champ avec plusieurs témoins, livrer les esclaves, et faire venir quelques juges de l’aréopage, puisque c’est devant eux qu’il eut été accusé dans le cas où je serais mort. Si . ignorant les périls qu’il courait, il n’a pas songea les éloigner, quoiqu’il eût un aussi bon moyen de défense qu’il le dira tout-à-l’heure ; du moins, lorsque je fus relevé et que je le citai en justice, il eût dû livrer les esclaves dès les premières fois que nous parûmes devant l’arbitre. Or, il n’a rien fait τελευτῶντες δὲ καὶ αὐτοὶ οὗτοι ἑαυτούς. Ἐπειδὴ δ΄ οὖν ποτ΄ ἀπεῖπον καὶ ἐνεπλήσθησαν ταῦτα ποιοῦντες͵ προκαλοῦνται ἐπὶ διακρούσει καὶ τῷ μὴ σημανθῆναι τοὺς ἐχίνους ἐθέλειν ἐκδοῦναι περὶ τῶν πληγῶν παῖδας͵ ὀνόματα γράψαντες. Kαὶ νῦν οἶμαι περὶ τοῦτ΄ ἔσεσθαι τοὺς πολλοὺς τῶν λόγων αὐτοῖς. Ἐγὼ δ΄ οἶμαι δεῖν πάντας ὑμᾶς ἐκεῖνο σκοπεῖν͵ ὅτι οὗτοι͵ εἰ τοῦ γενέσθαι τὴν βάσανον ἕνεκα προὐκαλοῦντο καὶ ἐπίστευον τῷ δικαίῳ τούτῳ͵ οὐκ ἂν ἤδη τῆς διαίτης ἀποφαι νομένης͵ νυκτός͵ οὐδεμιᾶς ὑπολοίπου σκήψεως οὔσης͵ 28 προὐκαλοῦντο͵ ἀλλὰ πρῶτον μὲν πρὸ τοῦ τὴν δίκην ληχθῆναι͵ ἡνίκ΄ ἀσθενῶν ἐγὼ κατεκείμην͵ καὶ οὐκ εἰδὼς εἰ περιφεύξομαι͵ πρὸς ἅπαντας τοὺς εἰσιόντας τοῦτον ἀπέφαινον τὸν πρῶτον πατάξαντα καὶ τὰ πλεῖσθ΄ ὧν ὑβρίσμην διαπεπραγμέ νον͵ τότ΄ ἂν εὐθέως ἧκεν ἔχων μάρτυρας πολλοὺς ἐπὶ τὴν οἰκίαν͵ τότ΄ ἂν τοὺς οἰκέτας παρεδίδου καὶ τῶν ἐξ Ἀρείου πάγου τινὰς παρεκάλει· εἰ γὰρ ἀπέθανον͵ παρ΄ ἐκείνοις ἂν 29 ἦν ἡ δίκη. Eἰ δ΄ ἄρ΄ ἠγνόησε ταῦτα͵ καὶ τοῦτο τὸ δίκαιον ἔχων͵ ὡς νῦν φήσει͵ οὐ παρεσκευάσατ΄ ὑπὲρ τηλικούτου κινδύνου͵ ἐπειδή γ΄ ἀνεστηκὼς ἤδη προσεκαλεσάμην αὐτόν͵ ἐν τῇ πρώτῃ συνόδῳ πρὸς τῷ διαιτητῇ παραδιδοὺς ἐφαίνετ΄ ἄν· ὧν οὐδὲν πέπρακται τούτῳ. Ὅτι δ΄ ἀληθῆ λέγω καὶ διακρούσεως ἕνεχ΄ ἡ πρόκλησις ἦν͵ λέγε ταύτην τὴν μαρτυρίαν· ἔσται γὰρ ἐκ ταύτης φανερόν.

ΜΑΡΤΥPIA

Περὶ μὲν τοίνυν τῆς βασάνου ταῦτα μέμνησθε͵ τὴν ὥραν ἡνίκα προὐκαλεῖτο͵ ὧν ἕνεκ΄ ἐκκρούων ταῦτ΄ ἐποίει͵ τοὺς χρόνους τοὺς πρώτους͵ ἐν οἷς οὐδαμοῦ τοῦτο βουληθεὶς τὸ δίκαιον αὑτῷ γενέσθαι φαίνεται͵ οὐδὲ προκαλεσάμενος͵ οὐδ΄ ἀξιώσας. Έπειδὴ τοίνυν ταὐτὰ πάντ΄ ἠλέγχεθ΄ ἅπερ καὶ νῦν͵ πρὸς τῷ διαιτητῇ͵ καὶ φανερῶς ἐδείκνυτο πᾶσιν ὢν ἔνοχος 31 τοῖς ἐγκεκλημένοις͵ ἐμβάλλεται μαρτυρίαν ψευδῆ καὶ ἐπιγράφεται μάρτυρας ἀνθρώπους οὓς οὐδ΄ ὑμᾶς ἀγνοήσειν οἴομαι͵ ἐὰν ἀκούσητε͵ Διότιμος Διοτίμου Ἰκαριεύς͵ Ἀρχεβιάδης Δημοτέλους Ἁλαιεύς͵ Χαιρήτιος Χαιριμένους Πιθεὺς μαρτυ ροῦσιν ἀπιέναι ἀπὸ δείπνου μετὰ Κόνωνος͵ καὶ προσελθεῖν ἐν ἀγορᾷ μαχομένοις Ἀρίστωνι καὶ τῷ υἱεῖ τῷ Κόνωνος͵ 32 καὶ μὴ πατάξαι Κόνωνα Ἀρίστωνα͵ ὡς ὑμᾶς εὐθέως πιστεύσοντας͵ τὸ δ΄ ἀληθὲς οὐ λογιουμένους͵ ὅτι πρῶτον μὲν οὐδέποτ΄ ἂν οὔθ΄ ὁ Λυσίστρατος οὔθ΄ ὁ Πασέας οὔθ΄ ὁ Νική ρατος οὔθ΄ ὁ Διόδωρος͵ οἳ διαρρήδην μεμαρτυρήκασιν ὁρᾶν ὑπὸ Κόνωνος τυπτόμενον ἐμὲ καὶ θοἰμάτιον ἐκδυόμενον καὶ τἄλλα, de tout cela. Afin de prouver que je dis vrai, et que c’est pour donner le change, que Conon a proposé de livrer des esclaves, greffier, lisez la déposition qui le prouve avec évidence.

On lit la déposition.

N’oubliez donc pas, Athéniens, par rapport à la torture, l’heure a laquelle Conon l’a proposée , et dans quel esprit de chicane il l’a proposée ; souvenez-vous que , dans les premiers tems , on ne voit pas qu’il ait voulu employer ce moyen , qu’il ne l’a ni proposé ni demandé.

Convaincu sur tous les objets devant l’arbitre, comme il l’est maintenant devant vous , déclaré atteint de tous les délits de l’accusation , il a recours à de faux témoignages , et fait inscrire pour témoins des hommes que vous connaîtrez, je pense, quand vous aurez entendu leurs noms, que je vais vous lire moi-même : Diolime , fils de Diolime, d’Icaric ; Archébiade, iîls de DéniolMe, d’flalès ; Chérélime , fils de Charimène, de Pilhe, déposent qu’ils revenaient do souper avec Conon, qu’ils sont arrivés dans la place publique au moment où Ariston et le fils de Conon étaient aux prises ; que Conon n’a point frappé Ariston. En produisant de tels témoins, Conon s’imagine peut être que vous l’en croirez aussitôt, que ous n’examinerez pas la vérité, et ne ferez pas attention que Lysislrale, Pa- &éas, JXicérate, Diodore, qui ont témoigné exprès- précisèment avoir vu Conon me frapper, me dépouiller, m’accabler de toutes sortes d’outrages, η auraient pas voulu témoigner comme ils ont fait, s’ils n’eussent vu ce qu’ils attestent ; eux qui m’étaient inconnus, et qui se sont trouvés là par hasard. Pour moi, si je n’eusse été réellement maltraité par Conon , aurais-je négligé de poursuivre ceux par lesquels ils avouent eux-mêmes que j’ai été frappé, pour attaquer celui qui ne m’aurait pas même touché ? Pourquoi l’aurais-je fait ? quel eût îté mon motif ? Mais j’attaque, je cite, je poursuis en justice celui qui m’a frappé le premier, celui qui m’a le plus outragé. Mes raisons sont évidentes et sensibles ; au lieu que, si Conon n’eût pas produit de témoins, il n’eût pu rien dire pour sa défense, il eût pu èlre condamné sur-le-champ, sans être entendu. Il n’est que trop probable que ses témoins, qui sont ses compagnons de débauche, associés à tous ses désordres, ont rendu en sa faveur un faux témoignage. Or, si on n’a plus d’égard a la vérité, dès qu’une fois des audacieux s’armeront d’effronterie, et feront ouvertement des dépositions fausses, η est ce pas un abus déplorable ?

Dira-t-on qu’ils ne sont pas tels que je les annonce ? mais vous connaissez, je pense, pour la plupart, Diolime, Archébiade, Chérétime le chauve. On les voit pendant le jour prendre un air sévère ? afficher la simplicité lacédémonienne dans leur chaussure et dans leurs habits ; et lorsqu’ils se ὅσα ἔπασχον ὑβριζόμενον͵ ἀγνῶτες ὄντες κἀπὸ ταὐτο μάτου παραγενόμενοι τῷ πράγματι τὰ ψευδῆ μαρτυρεῖν ἠθέλησαν͵ εἰ μὴ ταῦθ΄ ἑώρων πεπονθότα· ἔπειτ΄ αὐτὸς ἐγὼ οὐδέποτ΄ ἄν͵ μὴ παθὼν ὑπὸ τούτου ταῦτα͵ ἀφεὶς τοὺς καὶ παρ΄ αὐτῶν τούτων ὁμολογουμένους τύπτειν ἐμὲ πρὸς τὸν 33 οὐδ΄ ἁψάμενον πρῶτον εἰσιέναι προειλόμην. Tί γὰρ ἄν; ἀλλ΄ ὑφ΄ οὗ γε πρώτου ἐπλήγην καὶ μάλισθ΄ ὑβρίσθην͵ τούτῳ καὶ δικάζομαι καὶ μισῶ καὶ ἐπεξέρχομαι. Kαὶ τὰ μὲν παρ΄ ἐμοῦ πάνθ΄ οὕτως ἐστὶν ἀληθῆ καὶ φαίνεται· τούτῳ δὲ μὴ παρασχομένῳ τούτους μάρτυρας ἦν δήπου λόγος οὐδείς͵ ἀλλ΄ ἑαλωκέναι παραχρῆμ΄ ὑπῆρχε σιωπῇ. Συμπόται δ΄ ὄντες τούτου καὶ πολλῶν τοιούτων ἔργων κοινωνοὶ εἰκότως τὰ ψευδῆ μεμαρτυρήκασιν. Eἰ δ΄ ἔσται τὸ πρᾶγμα τοιοῦτον͵ ἐὰν ἅπαξ ἀπαναισχυντήσωσίν τινες καὶ τὰ ψευδῆ φανερῶς τολμήσωσι μαρτυρεῖν͵ οὐδὲν δὲ τῆς ἀληθείας ὄφελος͵ 34 πάνδεινον ἔσται πρᾶγμα.

Άλλὰ νὴ Δί΄ οὐκ εἰσὶ τοιοῦτοι. Ἀλλ΄ ἴσασιν ὑμῶν͵ ὡς ἐγὼ νομίζω͵ πολλοὶ καὶ τὸν Διότιμον καὶ τὸν Ἀρχεβιάδην καὶ τὸν Χαιρήτιον τὸν ἐπιπόλιον τουτονί͵ οἳ μεθ΄ ἡμέραν μὲν ἐσκυθρωπάκασιν καὶ λακωνίζειν φασὶ καὶ τρίβωνας ἔχουσιν καὶ ἁπλᾶς ὑποδέδενται͵ ἐπειδὰν δὲ συλλεγῶσιν καὶ μετ΄ ἀλλήλων γένωνται͵ κακῶν καὶ αἰσχρῶν οὐδὲν ἐλλείπουσι. Kαὶ ταῦτα τὰ λαμπρὰ καὶ νεανικά ἐστιν αὐτῶν οὐ γὰρ ἡμεῖς μαρτυρήσομεν ἀλλήλοις; οὐ γὰρ ταῦθ΄ ἑταίρων ἐστὶ καὶ φίλων; τί δὲ καὶ δεινόν ἐστιν ὧν παρέξεται κατὰ σοῦ; τυπτόμενόν φασί τινες ὁρᾶν; ἡμεῖς δὲ μηδ΄ ἧφθαι τὸ παράπαν μαρτυρήσομεν. Ἐκδεδύσθαι θοἰμάτιον; τοῦτ΄ ἐκείνους προτέρους πεποιηκέναι ἡμεῖς μαρτυρήσομεν. Tὸ χεῖλος ἐρράφθαι; τὴν κεφαλὴν δέ γ΄ ἡμεῖς ἢ ἕτερόν τι κατεαγέναι φήσομεν. Ἀλλὰ καὶ μάρτυρας ἰατροὺς παρέ χομαι. Tοῦτ΄ οὐκ ἔστιν͵ ὦ ἄνδρες δικασταί͵ παρὰ τούτοις· ὅσα γὰρ μὴ δι΄ αὑτῶν͵ οὐδενὸς μάρτυρος καθ΄ ἡμῶν εὐπορήσουσιν.Ἡ δ΄ ἀπ΄ αὐτῶν ἑτοιμότης οὐδ΄ ἂν εἰπεῖν μὰ τοὺς θεοὺς δυναίμην ὅση καὶ οἵα πρὸς τὸ ποιεῖν ὁτιοῦν ὑπάρχει. Ἵνα δ΄ εἰδῆθ΄ οἷα καὶ διαπραττόμενοι περιέρχονται͵ λέγ΄ αὐτοῖς ταυτασὶ τὰς μαρτυρίας͵ σὺ δ΄ ἐπίλαβε τὸ ὕδωρ.

ΜΑΡΤΥΡΙΑΙ

Τοίχους τοίνυν διορύττοντες καὶ παίοντες τοὺς ἀπαντῶντας͵ ἆρ΄ ἂν ὑμῖν ὀκνῆσαι δοκοῦσιν ἐν γραμματειδίῳ τὰ ψευδῆ μαρτυρεῖν ἀλλήλοις οἱ κεκοινωνηκότες τοσαύτης καὶ τοιαύτης φιλαπεχθημοσύνης καὶ πονηρίας καὶ ἀναιδείας καὶ ὕβρεως; πάντα γὰρ ταῦτ΄ ἔμοιγ΄ ἐν τοῖς ὑπὸ τούτων πραττο μένοις ἐνεῖναι δοκεῖ. Kαίτοι καὶ τούτων ἕτερ΄ ἐστὶν réunissent entre eux, il n’est point d’excès et d •ηfamies auxquels ils ne se livrent. Voici leurs beaux et magnifiques entretiens : « Ne témoignerons-nous pas les uns pour les autres ? N’est-ce pas un service de bons amis ? Quel grief produit-on contre toi ? On dit qu’on t’a vu le frapper ? — Nous témoignerons que tu ne l’as pas même touché. On prétend que tu l’as dépouillé ? — Nous attesterons qu’ils ont commis les premiers cette violence. On soutient que tu lui as fendu la lèvre ? — Nous dirons qu’ils t’ont blessé à la tête ou dans d’autres parties du corps. » Mais moi, je produis des médecins pour témoins ; eux ne peuvent en produire, et ne fournissent de témoins, contre nous, que des gens de leur société. Non, je ne pourrais dire quelle est l’audace de ces hommes, et combien ils sont déterminés à tout faire. Afin qu’on sache à quelles violences ils se livrent en toute occasion ; greffier, lisez ies dépositions qui l’attestent ; et vous, arrêtez l’eau [7].

On lit (es dépositions.

Vous semble-t-il que des gens qui percent les murailles, qui frappent tous ceux qu’ils rencontrent, craindront de rendre les uns pour les autres de faux témoignages ? Quel scrupule doivent avoir des hommes capables de traits aussi odieux d’audace, de méchanceté, d’effronterie, d’insolence ; traits qui caractérisent les actions qu’on vient de vous-même attester. Il y a sur leur compte des faits encore plus graves ; mais il ne m’aurait pas été possible d’aller à la recherche de toutes les personnes qui ont été l’objet de leurs insultes.

Il est bon de vous prévenir d’un moyen dont j’apprends que Conon doit faire usage ; ce sera une des plus fortes preuves de son impudence. Il vous présentera, dit -on, ses enfans ; et jurant sur leur tête, il fera les imprécations les plus horribles ; des imprécations telles que celui qui me les a annoncées, en était surpris lui-même. Ces excès d’audace n’en imposent que trop souvent. Les hommes les plus honnêtes, ceux qui ont le plus de droiture, sont les plus faciles à s’y laisser prendre : mais doit-on en croire les particuliers qui y ont recours, quand on connaît leur vie et leur naturel ?

Je vais vous prouver, par des faits, combien l’accusé est peu scrupuleux sur ces articles ; car il a fallu absolument m’en instruire. J’ai appris qu’un certain Bacehius, que vous avez condamné à mort Aristocrate, à qui vous avez fait crever les yeux [8] ; d’autres gens pareils , et Conon , formaient , pendant leur jeunesse, une coterie sous le nom de Triballes [9] ; qu’ils mangeaient les restes des sacrifices d’Hécate ; qu’ils ramassaient, pour en faire entre eux des festins, les morceaux de porcs avec lesquels les prytanes purifient le peuple, lorsqu’il est au moment de s’assembler ; qu’ils juraient et se parjuraient avec la plus grande licence. Est-ce πεπραγμένα τούτοις δεινότερα͵ ἀλλ΄ ἡμεῖς οὐχ οἷοί τε γενοίμεθ΄ ἂν πάντας ἐξευρεῖν τοὺς ἠδικημένους.

38 Ὃ τοίνυν πάντων ἀναιδέστατον μέλλειν αὐτὸν ἀκούω ποιεῖν͵ βέλτιον νομίζω προειπεῖν ὑμῖν εἶναι. φασὶ γὰρ παραστησάμενον τοὺς παῖδας αὐτὸν κατὰ τούτων ὀμεῖσθαι͵ καὶ ἀράς τινας δεινὰς καὶ χαλεπὰς ἐπαράσεσθαι καὶ τοιαύτας οἵας ἀκηκοώς γέ τις θαυμάσας ἀπήγγελλεν ἡμῖν. Ἔστι δ΄͵ ὦ ἄνδρες δικασταί͵ ἀνυπόστατα μὲν τὰ τοιαῦτα τολμήματα· οἱ γὰρ οἶμαι βέλτιστοι καὶ ἥκιστ΄ ἂν αὐτοί τι ψευσάμενοι μάλισθ΄ ὑπὸ τῶν τοιούτων ἐξαπατῶνται· οὐ μὴν ἀλλὰ δεῖ πρὸς τὸν βίον καὶ τὸν τρόπον ἀποβλέποντας πιστεύειν.

Tὴν δὲ τούτου πρὸς τὰ τοιαῦτ΄ ὀλιγωρίαν ἐγὼ πρὸς ὑμᾶς ἐρῶ· πέπυσμαι γὰρ ἐξ ἀνάγκης. Άκούω γάρ͵ ὦ ἄνδρες δικασταί͵ Βάκχιόν τέ τινα͵ ὃς παρ΄ ὑμῖν ἀπέθανε͵ καὶ Ἀριστοκράτην τὸν τοὺς ὀφθαλμοὺς διεφθαρμένον καὶ τοιούτους ἑτέρους καὶ Κόνωνα τουτονὶ ἑταίρους εἶναι μειράκι΄ ὄντας καὶ Τριβαλλοὺς ἐπωνυμίαν ἔχειν· τούτους τά θ΄ Ἑκαταῖα [κατεσθίειν͵] καὶ τοὺς ὄρχεις τοὺς ἐκ τῶν χοίρων͵ οἷς καθαίρουσιν ὅταν εἰσιέναι μέλλωσιν͵ συλλέγοντας ἑκάστοτε συνδειπνεῖν ἀλλήλοις͵ καὶ ῥᾷον ὀμνύναι καὶ ἐπιορκεῖν, ἢ ὁτιοῦν. Oὐ δὴ Κόνων ὁ τοιοῦτος πιστός ἐστιν ὀμνύων͵ οὐδὲ πολλοῦ δεῖ͵ ἀλλ΄ ὁ μηδ΄ εὔορκον ἑκὼν μηδὲν ἂν ὀμόσας͵ κατὰ δὲ δὴ παίδων ὧν μὴ νομίζετε μηδ΄ ἂν μελλήσας͵ ἀλλὰ κἂν ὁτιοῦν παθὼν πρότερον͵ εἰ δ΄ ἄρ΄ ἀναγκαῖον͵ ὀμνύων ὡς νόμιμον͵ κατ΄ ἐξωλείας αὑτοῦ καὶ γένους καὶ οἰκίας͵ ἀξιοπιστότερος τοῦ κατὰ τῶν παίδων ὀμνύοντος καὶ διὰ τοῦ πυρός. ἐγὼ τοίνυν ὁ δικαιότερόν σου πιστευθεὶς ἂν κατὰ πάντ΄͵ ὦ Κόνων͵ ἠθέλησ΄ ὀμόσαι ταυτί͵ οὐχ ὑπὲρ τοῦ μὴ δοῦναι δίκην ὧν ἠδίκηκα͵ καὶ ὁτιοῦν ποιῶν͵ ὥσπερ σύ͵ ἀλλ΄ ὑπὲρ τῆς ἀλη θείας καὶ ὑπὲρ τοῦ μὴ προσυβρισθῆναι͵ ὡς οὐ κατεπιορκησό μενος τὸ πρᾶγμα. Λέγε τὴν πρόκλησιν.

ΠΡΟΚΛΗΣΙΣ

Ταῦτ΄ ἐγὼ καὶ τότ΄ ἠθέλησ΄ ὀμόσαι͵ καὶ νῦν ὀμνύω τοὺς θεοὺς καὶ τὰς θεὰς ἅπαντας καὶ πάσας ὑμῶν ἕνεκ΄͵ ὦ ἄνδρες δικασταί͵ καὶ τῶν περιεστηκότων͵ ἦ μὴν παθὼν ὑπὸ Κόνωνος ταῦθ΄ ὧν δικάζομαι͵ καὶ λαβὼν πληγάς͵ καὶ τὸ χεῖλος διακοπεὶς οὕτως ὥστε καὶ ῥαφῆναι͵ καὶ ὑβρισθεὶς τὴν δίκην διώκειν. Καὶ εἰ μὲν εὐορκῶ͵ πολλά μοι ἀγαθὰ γένοιτο καὶ μηδέποτ΄ αὖθις τοιοῦτο μηδὲν πάθοιμι͵ εἰ δ΄ ἐπιορκῶ͵ ἐξώλης donc quelqu’un tel que Conon , qui doit en être cru sur son serment ? Il s’en faut bien. Un honin^e qui se fiîrail une peine de jurer même selon la vérité, auquel il ne viendrait pas seulement à l’esprit de jurer, contre l’usage commun , sur la tète de ses enfans [10] , qui aimerait mieux s’exposer à tout, que de se le permettre, et qui se contenterait du serment ordinaire, s’il fallait absolument en prêter, est, sans doute, plus digne de foi que celui qui jure par le feu et sur la tête de ses enfans. Pour moi , ô Conon , moi qui , à tous égards , mérite mieux que vous d’en être cru, J’ai voulu prêter serment, non pas certes, comme vous^ afin d’éviter la peine d’un délit, et d’échapper, par un parjure, prêt en conséquence à tout faire, mais afin de n’être point exposé à essuyer un nouvel outrage, par une condamnation juridique. Greffier, lisez la proposition que j’ai faite à l’accusé.

Le greffier lit.

Voici le serment que j’ai voulu prêter, et que je prête en ce jour : Je jure, Athéniens, en votre présence, à la face de toute cette assemblée, je jure par tous les dieux et toutes les déesses, que j’ai essuyé, de la part de Conon, les mauvais Iraitemens dont je me plains ; que j’en ai reçu des coups ; qu’il m’a fendu la lèvre, au point qu’il a fallu la recoudre ; qu’il m’a outragé indignement, et que c’est là ce qui m’a fait intenter ce procès. Si je jure selon la vérité, puissé-je être comblé de biens , n’être jamais exposé à souffrir de pareils outrages ! au contraire, si je me parjure, puissions-nous périr moi et tous ceux qui sont nés de moi , ou qui en pourront uaîlrel Mais je ne me parjure pas, je le proteste, en dépit de Conon.

Vous seriez animés , ô Athéniens , contre quiconque vous eût traités d une manière aussi atroce que je l’ai été ; je vous prie donc, si je vous ai fourni les meilleures preuves, si je les ai confirmées par un serment, je vous prie de sévir contre Conon , par lequel j’ai été outragé. TVe regardez , je vous conjure, ne regardez comme délit privé aucune de ces insultes qui peuvent être faites à tout citoyen ; mais protégez celui qui en a été Tobjet ; détestez ces hommes qui , avant le crime , sont audacieux et téméraires, et qui, au moment de subir la peine, sont fourbes et impudens, ne s’embarrassent ni de l’honneur, ni des usages, de rien, en un mot, pourvu qu’ils échappent.

Conon vous suppliera et versera des larmes ; mais considérez lequel de nous deux serait plus digne de compassion, ou moi, si après avoir essuyé les outrages de Conon, j’étais outragé de nouveau en n’obtenant pas justice ; ou Conon, s’il subit la peine qu’il mérite. Considérez s’il est utile à chacun de vous, qu’il soit permis de frapper et d’insulter les citoyens ; je ne le pense pas. Or, si vous renvoyez Conon absous, vous multiplierez ἀπολοίμην αὐτὸς καὶ εἴ τί μοι ἔστιν ἢ μέλλει ἔσεσθαι. Ἀλλ΄ οὐκ ἐπιορκῶ͵ οὐδ΄ ἂν Κόνων διαρραγῇ.

Ἀξιῶ τοίνυν ὑμᾶς͵ ὦ ἄνδρες δικασταί͵ πάνθ΄ ὅσ΄ ἐστὶν δίκαι΄ ἐπιδείξαντος ἐμοῦ καὶ πίστιν προσθέντος ὑμῖν͵ ὥσπερ ἂν αὐτὸς ἕκαστος παθὼν τὸν πεποιηκότ΄ ἐμίσει͵ οὕτως ὑπὲρ ἐμοῦ πρὸς Κόνωνα τουτονὶ τὴν ὀργὴν ἔχειν͵ καὶ μὴ νομίζειν ἴδιον τῶν τοιούτων μηδὲν ὃ κἂν ἄλλῳ τυχὸν συμβαίη͵ ἀλλ΄ ἐφ΄ ὅτου ποτ΄ ἂν συμβῇ͵ βοηθεῖν καὶ τὰ δίκαι΄ ἀποδιδόναι͵ καὶ μισεῖν τοὺς πρὸ μὲν τῶν ἁμαρτημάτων θρασεῖς καὶ προπετεῖς͵ ἐν δὲ τῷ δίκην ὑπέχειν ἀναισχύντους καὶ πονηροὺς καὶ μήτε δόξης μήτ΄ ἔθους μήτ΄ ἄλλου μηδενὸς φροντίζοντας πρὸς τὸ μὴ δοῦναι δίκην.

Ἀλλὰ δεήσεται Κόνων καὶ κλαήσει. Σκοπεῖτε δὴ πότερός ἐστιν ἐλεινότερος͵ ὁ πεπονθὼς οἷ΄ ἐγὼ πέπονθ΄ ὑπὸ τούτου͵ εἰ προσυβρισθεὶς ἄπειμι καὶ δίκης μὴ τυχών͵ ἢ Κόνων͵ εἰ δώσει δίκην; πότερον δ΄ ὑμῶν ἑκάστῳ συμφέρει ἐξεῖναι τύπτειν καὶ ὑβρίζειν, ἢ μή ; ἐγὼ μὲν οἴομαι μή. οὐκοῦν͵ ἂν μὲν ἀφιῆτε͵ ἔσονται πολλοί͵ ἐὰν δὲ κολάζητε͵ ἐλάττους.

Πόλλ΄ ἂν εἰπεῖν ἔχοιμ΄͵ ὦ ἄνδρες δικασταί͵ καὶ ὡς ἡμεῖς χρήσιμοι͵ καὶ αὐτοὶ καὶ ὁ πατήρ͵ ἕως ἔζη͵ καὶ τριηραρχοῦντες καὶ στρατευόμενοι καὶ τὸ προσταττόμενον ποιοῦντες͵ καὶ ὡς οὐδὲν οὔθ΄ οὗτος οὔτε τῶν τούτου οὐδείς· ἀλλ΄ οὔτε τὸ ὕδωρ ἱκανὸν οὔτε νῦν περὶ τούτων ὁ λόγος ἐστίν. εἰ γὰρ δὴ ὁμολογουμένως ἔτι τούτων καὶ ἀχρηστοτέροις καὶ πονη ροτέροις ἡμῖν εἶναι συνέβαινεν͵ οὐ τυπτητέοι͵ οὐδ΄ ὑβριστέοι δήπου ἐσμέν.

Οὐκ οἶδ΄ ὅ τι δεῖ πλείω λέγειν· οἶμαι γὰρ ὑμᾶς οὐδὲν ἀγνοεῖν τῶν εἰρημένων.




____________________

les insolences ; au lieu que vous en diminuerez le nombre, si vous le punissez.

Je pourrais m’étendre sur ce que nous avons fait pour l’état , moi et mon père , tant qu’il a vécu, soit en servant dans les armées , soit en commandant des vaisseaux , soit en exécutant tous vos ordres ; je pourrais vous montrer que Conon et ses fils n’ont rien fait pour vous. Mais le tems qui m’est accordé, ne pourrait suffire pour ce détail : d’ailleurs, quand nous serions plus méchans et plus inutiles que nos adversaires, devrait-on pour cela nous frapper ?

Vous vous souvenez, je pense, de tout ce que j’ai dit, et il n’est pas nécessaire que j’en dise davantage [11].




_______________________________