Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence/19

Texte établi par Édouard Laboulaye, Garnier (p. 278-286).


CHAPITRE XIX.


1. GRANDEUR D’ATTILA.
2. CAUSE DE L’ÉTABLISSEMENT DES BARBARES.
3. RAISONS POURQUOI L’EMPIRE D’OCCIDENT
FUT LE PREMIER ABATTU.


Comme, dans le temps que l’Empire s’affaiblissait, la religion chrétienne s’établissait, les chrétiens reprochaient aux païens cette décadence, et ceux-ci en demandaient compte à la Religion chrétienne. Les chrétiens disaient que Dioclétien avait perdu l’Empire en s’associant trois collègues[1], parce que chaque empereur voulait faire d’aussi grandes dépenses et entretenir d’aussi fortes armées que s’il avait été seul ; que, par là, le nombre de ceux qui recevaient n’étant pas proportionné au nombre de ceux qui donnaient, les charges devinrent si grandes que les terres furent abandonnées par les laboureurs et se changèrent en forêts. Les païens, au contraire, ne cessaient de crier contre un culte nouveau, inouï jusqu’alors ; et, comme autrefois, dans Rome florissante, on attribuait les débordements du Tibre et les autres effets de la nature à la colère des dieux, de même, dans Rome mourante, on imputait les malheurs à un nouveau culte et au renversement des anciens autels.

Ce fut le préfet Symmaque qui, dans une lettre écrite aux Empereurs au sujet de l’autel de la Victoire, fit le plus valoir contre la religion chrétienne des raisons populaires et, par conséquent, très capables de séduire.

« Quelle chose peut mieux nous conduire à la connaissance des dieux, disait-il, que l’expérience de nos prospérités passées ? Nous devons être fidèles à tant de siècles et suivre nos pères, qui ont suivi si heureusement les leurs. Pensez que Rome vous parle et vous dit : Grands princes, Pères de la Patrie, respectez mes années pendant lesquelles j’ai toujours observé les cérémonies de mes ancêtres : ce culte a soumis l’univers à mes lois ; c’est par là qu’Annibal a été repoussé de mes murailles, et que les Gaulois l’ont été du Capitole. C’est pour les dieux de la Patrie que nous demandons la paix ; nous la demandons pour les dieux indigètes. Nous n’entrons point dans des disputes qui ne conviennent qu’à des gens oisifs, et nous voulons offrir des prières, et non pas des combats[2]. »

Trois auteurs célèbres répondirent à Symmaque. Orose composa son histoire pour prouver qu’il y avait toujours eu dans le monde d’aussi grands malheurs que ceux dont se plaignaient les païens ; Salvien fit son livre, où il soutint que c’étaient les dérèglements des chrétiens qui avaient attiré les ravages des Barbares[3] ; et saint Augustin fit voir que la cité du ciel était différente de cette cité de la terre[4] où les anciens Romains, pour quelques vertus humaines, avaient reçu des récompenses aussi vaines que ces vertus.

Nous avons dit que, dans les premiers temps, la poli-poli poli-tique des Romains fut de diviser toutes les puissances qui leur faisaient ombrage. Dans la suite, ils n’y purent réussir. Il fallut souffrir qu’Attila soumît toutes les nations du Nord : il s’étendit depuis le Danube jusqu’au Rhin, détruisit tous les forts et tous les ouvrages qu’on avait faits sur ces fleuves, et rendit les deux empires tributaires.

« Théodose, disait-il insolemment, est fils d’un père très noble, aussi bien que moi. Mais, en me payant le tribut, il est déchu de sa noblesse et est devenu mon esclave. Il n’est pas juste qu’il dresse des embûches à son maître, comme un esclave méchant[5]. »

« Il ne convient pas à l’Empereur, disait-il dans une autre occasion, d’être menteur. Il a promis à un de mes sujets de lui donner en mariage la fille de Saturnilus. S’il ne veut pas tenir sa parole, je lui déclare la guerre ; s’il ne le peut pas, et qu’il soit dans cet État qu’on ose lui désobéir, je marche à son secours. »

Il ne faut pas croire que ce fût par modération qu’Attila laissa subsister les Romains : il suivait les mœurs de sa nation, qui le portaient à soumettre les peuples, et non pas à les conquérir. Ce prince, dans sa maison de bois, où nous le représente Priscus[6], maître de toutes les nations barbares et, en quelque façon[7] , de presque toutes celles qui étaient policées, était un des grands monarques dont l’histoire ait jamais parlé.

On voyait, à sa cour, les ambassadeurs des Romains d’Orient et de ceux d’Occident, qui venaient recevoir ses lois ou implorer sa clémence. Tantôt il demandait qu’on lui rendît les Huns transfuges ou les esclaves romains qui s’étaient évadés ; tantôt il voulait qu’on lui livrât quelque ministre de l’Empereur. Il avait mis sur l’empire d’Orient un tribut de deux mille cent livres d’or ; il recevait les appointements de général des armées romaines ; il envoyait à Constantinople ceux qu’il voulait récompenser, afin qu’on les comblât de biens, faisant un trafic continuel de la frayeur des Romains.

Il était craint de ses sujets, et il ne paraît pas qu’il en fût haï[8]. Prodigieusement fier et, cependant, rusé ; ardent dans sa colère, mais sachant pardonner ou différer la punition suivant qu’il convenait à ses intérêts ; ne faisant jamais la guerre quand la paix pouvait lui donner assez d’avantages ; fidèlement servi des rois mêmes qui étaient sous sa dépendance : il avait gardé pour lui seul l’ancienne simplicité des mœurs des Huns. Du reste, on ne peut guère louer sur la bravoure le chef d’une nation où les enfants entraient en fureur au récit des beaux faits d’armes de leurs pères, et où les pères versaient des larmes parce qu’ils ne pouvaient pas imiter leurs enfants.

Après sa mort, toutes les nations barbares se redivisèrent. Mais les Romains étaient si faibles qu’il n’y avait pas de si petit peuple qui ne pût leur nuire.

Ce ne fut pas une certaine invasion qui perdit l’Empire, ce furent toutes les invasions. Depuis celle qui fut si générale sous Gallus, il sembla rétabli, parce qu’il n’avait point perdu de terrain. Mais il alla, de degrés en degrés, de la décadence à sa chute, jusqu’à ce qu’il s’affaissât tout à coup sous Arcadius et Honorius.

En vain, on avait rechassé les Barbares dans leur pays : ils y seraient tout de même rentrés pour mettre en sûreté leur butin[9]. En vain, on les extermina : les villes n’étaient pas moins saccagées ; les villages, brûlés ; les familles, tuées ou dispersées[10].

Lorsqu’une province avait été ravagée, les Barbares qui succédaient, n’y trouvant plus rien, devaient passer à une autre. On ne ravagea au commencement que la Thrace, la Mysie, la Pannonie ; quand ces pays furent dévastés, on ruina la Macédoine, la Thessalie, la Grèce ; de là, il fallut aller aux Noriques. L’Empire, c’est-à-dire le pays habité, se rétrécissait toujours, et l’Italie devenait frontière.

La raison pourquoi il ne se fit point sous Gallus et Gallien d’établissement de Barbares, c’est qu’ils trouvaient encore de quoi piller.

Ainsi, lorsque les Normands, images des conquérants de l’Empire, eurent, pendant plusieurs siècles, ravagé la France, ne trouvant plus rien à prendre, ils acceptèrent une province qui était entièrement déserte, et se la partagèrent[11].

La Scythie, dans ces temps-là, étant presque toute inculte[12], les peuples y étaient sujets à des famines fréquentes ; ils subsistaient en partie par un commerce avec les Romains, qui leur portaient des vivres des provinces voisines du Danube [13]. Les Barbares donnaient en retour les choses qu’ils avaient pillées, les prisonniers qu’ils avaient faits, l’or et l’argent qu’ils recevaient pour la paix. Mais, lorsqu’on ne put plus leur payer des tributs assez forts pour les faire subsister, ils furent forcés de s’établir[14].

L’empire d’Occident fut le premier abattu ; en voici les raisons.

Les Barbares, ayant passé le Danube, trouvaient à leur gauche le Bosphore, Constantinople et toutes les forces de l’empire d’Orient qui les arrêtaient. Cela faisait qu’ils se tournaient à main droite, du côté de l’Illyrie, et se poussaient vers l’occident. Il se fit un reflux de nations et un transport de peuples de ce côté-là. Les passages de l’Asie étant mieux gardés, tout refoulait vers l’Europe ; au lieu que, dans la première invasion, sous Gallus, les forces des Barbares se partagèrent.

L'empire ayant été réellement divisé, les empereurs d’Orient, qui avaient des alliances avec les Barbares[15], ne voulurent pas les rompre pour secourir ceux d’Occident[16], fut très préjudiciable aux affaires d’Occident. Ainsi les Romains d’Orient[17] refusèrent-ils à ceux d’Occident une armée navale, à cause de leur alliance avec les Vandales. Les Visigoths, ayant fait alliance avec Arcadius, entrèrent en Occident, et Honorius fut obligé de s’enfuir à Ravenne[18]. Enfin, Zénon, pour se défaire de Théodoric, le persuada d’aller attaquer l’Italie, qu’Alaric avait déjà ravagée.

Il y avait une alliance très étroite entre Attila et Genséric, roi des Vandales[19]. Ce dernier craignait les Goths [20] ; il avait marié son fils avec la fille du roi des Goths, et, lui ayant ensuite fait couper le nez, il l’avait renvoyée ; il s’unit donc avec Attila. Les deux empires, comme enchaînés par ces deux princes, n’osaient se secourir. La situation de celui d’Occident fut surtout déplorable : il n’avait point de forces de mer ; elles étaient toutes en Orient[21], en Égypte, Chypre, Phénicie, Ionie, Grèce, seuls pays où il y eut alors quelque commerce. Les Vandales et d’autres peuples attaquaient partout les côtes d’Occident ; il vint une ambassade des Italiens à Constantinople, dit Priscus[22], pour faire savoir qu’il était impossible que les affaires se soutinssent sans une réconciliation avec les Vandales[23].

Ceux qui gouvernaient en Occident ne manquèrent pas de politique. Ils jugèrent qu’il fallait sauver l’Italie, qui était en quelque façon la tête et en quelque façon le cœur de l’Empire. On fit passer les Barbares aux extrémités, et on les y plaça. Le dessein était bien conçu ; il fut bien exécuté. Ces nations ne demandaient que la subsistance : on leur donnait les plaines ; on se réservait les pays montagneux, les passages des rivières, les défilés, les places sur les grands fleuves : on gardait la souveraineté. Il y a apparence que ces peuples auraient été forcés de devenir Romains, et la facilité avec laquelle ces destructeurs furent eux-mêmes détruits par les Francs, par les Grecs, par les Maures, justifie assez cette pensée. Tout ce système fut renversé par une révolution plus fatale que toutes les autres. L’armée d’Italie, composée d’étrangers, exigea ce qu’on avait accordé à des nations plus étrangères encore : elle forma, sous Odoacre, une aristocratie, qui se donna le tiers des terres de l’Italie, et ce fut le coup mortel porté à cet empire[24].

Parmi tant de malheurs, on cherche avec une curiosité triste le destin de la ville de Rome. Elle était, pour ainsi dire, sans défense ; elle pouvait être aisément affamée ; l’étendue de ses murailles faisait qu’il était très difficile de les garder ; comme elle était située dans une plaine, on pouvait aisément la forcer : il n’y avait point de ressource[25] dans le peuple, qui en était extrêmement diminué. Les Empereurs furent obligés de se retirer à Ravenne, ville autrefois défendue par la mer, comme Venise l’est aujourd’hui.

Le peuple romain, presque toujours abandonné de ses souverains, commença à le devenir et à faire des traités pour sa conservation[26] : ce qui est le moyen le plus légitime d’acquérir la souveraine puissance. C’est ainsi que l’Armorique et la Bretagne commencèrent à vivre sous leurs propres lois[27].

Telle fut la fin de l’empire d’Occident. Rome s’était agrandie parce qu’elle n’avait eu que des guerres successives : chaque nation, par un bonheur inconcevable, ne l’attaquant que quand l’autre avait été ruinée. Rome fut détruite parce que toutes les nations l’attaquèrent à la fois et pénétrèrent partout.


  1. Lactance, De la Mort des persécuteurs, chap. VII. (M.)
  2. Lettres de Symmaque, liv. X. lettre 54. (M.)
  3. Du Gouvernement de Dieu. (M.)
  4. De la Cité de Dieu. (M.)
  5. Histoire gothique, et Relation de l’ambassade écrite par Priscus. C’était Théodose le jeune. (M.)
  6. Histoire gothique : Hæ sedes regis barbariem totam tenentis, hæc captis civitatibus habitacula præponebat. Jornandès, De Rebus geticis. (M.)
  7. Il paraît, par la Relation de Priscus, qu’on pensait à la cour d’Attila à soumettre encore les Perses. (M.)
  8. Il faut consulter, sur le caractère de ce prince et les mœurs de sa cour, Jornandès et Priscus. (M.)
  9. A. Pour y apporter leur dépouilles.
  10. C’était une nation bien destructive a que celle des Goths : ils avaient détruit tous les laboureurs dans la Thrace, et coupé les mains à tous ceux qui menaient les chariots. Histoire byzantine de Malchus, dans l’Extrait des ambassades. (M.)
  11. Voyez, dans les Chroniques recueillies par André du Chesne, l’état de cette province vers la fin du neuvième et le commencement du IXe siècle. Scrip. Norm. hist. veteres. (M.)

    A. Bien destructrice.

  12. Les Goths, comme nous l’avons dit, ne cultivaient point la terre.
    Les Vandales les appelaient Trulles, du nom d’une petite mesure, parce que dans une famine ils leur vendirent fort cher une pareille mesure de blé. Olympiodore, dans la Bibliothèque de Photius, liv. XXX. (M.)
  13. On voit, dans l’Histoire de Priscus, qu’il y avait des marchés établis par les traités sur les bords du Danube. (M.)
  14. Quand les Goths envoyèrent prier Zénon de recevoir dans son alliance Theudéric, fils de Triarius, aux conditions qu’il avait accordées à Theudéric, fils de Balamer, le sénat consulté répondit que les revenus de l’état n’étaient pas suffisants pour nourrir deux peuples goths, et qu’il fallait choisir l’amitié de l’un des deux. Histoire de Malchus dans l’Extrait des ambassades. (M.)
  15. A. met ici cette note : Honorius apprit que les Visigoths, après avoir fait alliance avec Arcadius, étoient entrée en occident ; il s'enfuit à Ravenne. Procope, De la guerre des Vandales.
  16. A. Ceux d'Occident, et comme ceux-ci n'avoient point de forces de mer qui étoient toutes en Orient, en Egypte, Phénice, Ionie, Grèce, seuls pays où il y avoit alors quelques commerces, les Vandales et d'autres peuples attaquèrent les cotes d'Occident partout. Le Orientaux firent pis ; voulant se soulager des Barbares, il les engagèrent à aller porter leurs conquètes en Occident. Ainsi Zénon, pour se défaire de Théodovic, le persuada d'aller attaquer l'Italie qu'Alaric avoit déjà ravagée Rome étoit pour ainsi dire sans défense, etc.
  17. Ibid. (M.).
  18. Procope, Guerre des Vandales. (M.)
  19. Priscus, liv. II. (M.)
  20. Voyez Jornandès, De Rebus geticis, cap. XXXVI. (M.)
  21. Cela parut surtout dans la guerre de Constantin et de Licinius. (M.)
  22. Priscus, liv. II. (M.)
  23. Ce paragraphe manque dans A.
  24. Ce paragraphe n’est point dans A.
  25. A. D'ailleurs il n'avoit point de resssources, etc.
  26. Du temps d’Honorius, Alaric, qui assiégeait Rome, obligea cette ville à prendre son alliance même contre l’empereur, qui ne put s’y opposer. Procope, Guerre des Goths, liv. I. Voyez Zosime, liv. VI. (M.)
  27. Zosime, ibid. (M.) Cette dernière phrase est en note dans A.