Chants et Chansons (Pierre Dupont)/Le Chant des ouvriers

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Le Chant des ouvriers.

Chants et ChansonsAlexandre HoussiauxTome I (p. 29-32).
◄  Les Bœufs
Belzébut  ►


LE CHANT DES OUVRIERS


1846.


Nous dont la lampe, le matin,
Au clairon du coq se rallume ;
Nous tous qu’un salaire incertain
Ramène avant l’aube à l’enclume ;
Nous qui des bras, des pieds, des mains,
De tout le corps luttons sans cesse,
Sans abriter nos lendemains
Contre le froid de la vieillesse,

Aimons-nous, et quand nous pouvons
Nous unir pour boire à la ronde,
Que le canon se taise ou gronde,
                        Buvons
À l’indépendance du monde !


Nos bras, sans relâche tendus,
Aux flots jaloux, au sol avare,
Ravissent leurs trésors perdus,
Ce qui nourrit et ce qui pare :
Perles, diamants et métaux,
Fruit du coteau, grain de la plaine.
Pauvres moutons, quels bons manteaux
Il se tisse avec notre laine !

Aimons-nous, et quand nous pouvons
Nous unir pour boire à la ronde,
Que le canon se taise ou gronde,
                        Buvons
À l’indépendance du monde !



Quel fruit tirons-nous des labeurs
Qui courbent nos maigres échines ?
Où vont les flots de nos sueurs ?
Nous ne sommes que des machines.
Nos Babels montent jusqu’au ciel,
La terre nous doit ses merveilles :
Dès qu’elles ont fini le miel,
Le maître chasse les abeilles.

Aimons-nous, et quand nous pouvons
Nous unir pour boire à la ronde,
Que le canon se taise ou gronde,
                        Buvons
À l’indépendance du monde !


Au fils chétif d’un étranger
Nos femmes tendent leurs mamelles,
Et lui, plus tard, croit déroger
En daignant s’asseoir auprès d’elles ;
De nos jours, le droit du seigneur
Pèse sur nous plus despotique :
Nos filles vendent leur honneur
Aux derniers courtauds de boutiques.

Aimons-nous, et quand nous pouvons
Nous unir pour boire à la ronde,
Que le canon se taise ou gronde,
                        Buvons
À l’indépendance du monde !


Mal vêtus, logés dans des trous,
Sous les combles, dans les décombres
Nous vivons avec les hiboux,
Et les larrons, amis des ombres ;

Cependant notre sang vermeil
Coule impétueux dans nos veines ;
Nous nous plairions au grand soleil
Et sous les rameaux verts des chênes.

Aimons-nous, et quand nous pouvons
Nous unir pour boire à la ronde,
Que le canon se taise ou gronde,
                        Buvons
À l’indépendance du monde !


À chaque fois que par torrents
Notre sang coule sur ce monde,
C’est toujours pour quelques tyrans
Que cette rosée est féconde ;
Ménageons-le dorénavant,
L’amour est plus fort que la guerre ;
En attendant qu’un meilleur vent
Souffle du ciel ou de la terre,

Aimons-nous, et quand nous pouvons
Nous unir pour boire à la ronde,
Que le canon se taise ou gronde,
                        Buvons
À l’indépendance du monde !



\version "2.18.2"
\language "italiano"
\score {
 \new Staff \with {midiInstrument = #"tenor sax"} <<
    \new Voice 
    \relative do' {
    \time 4/4
    \key mib \major
    \override Score.BarNumber #'stencil = ##f
    \autoBeamOff
    lab'4 sol8. lab16 \stemUp sib8. \stemNeutral lab16 re8. do16 |\break
    \stemUp sib8. \stemNeutral lab16 fa8. sol16 mib8. fa16 re8. mib16 | do2 \grace { mib16[\( re] } do4\) r | \break
    lab'4 sol8. lab16 \stemUp sib8. \stemNeutral lab16 re8. do16 | \stemUp sib8. \stemNeutral lab16 fa8. sol16 mib8. fa16 re8. mib16 |\break
    do2 \grace { mib16[\( re] } do4\) r | sib'4 do8. re16 mib8. re16 fa8. mib16 | \break
    do8. lab16 sib8. do16 re8. do16 \stemUp sib8. \stemNeutral lab16 | sib4\( mib\) mib, r |\break
    lab4 lab8. lab16 fa8. fa16 lab8. lab16 | mib8. mib16 fa8. fa16 re8. re16 mib8. mib16 |\break
    do2 \grace { mib16[\( re] } do4\) r \bar "||" lab'4.^\markup "Refrain" lab8 lab2 | sib8. do16 re8. do16 sib4 do8. re16 |\break
    mib4 lab, lab re8. do16 | sib4\( mib\) mib, r | lab4 lab8. lab16 fa8. fa16 lab8. lab16 |\break
    mib2 \grace { sol16[\( fa] } mib4\) r8 lab |  lab4. lab8 lab4. mib'8 | mib2\fermata lab,8^\markup"FF" \stemUp sib \stemNeutral do re | \break
    mib8[\( re]\) do sib do4\( \phrasingSlurDown \afterGrace sib\) { do32[\( sib lab sib] } | lab2.\) r4 \bar ".|"
  }
  \addlyrics {
    \override LyricText #'font-size = #-1
    Nous dont la lam- pe, le ma- tin,
    Au clai- ron du coq se ral- lu- me_;
    Nous tous qu’un sa- laire in- cer- tain
    Ra- mène a- vant l’aube à l’en- clu- me_;
    Nous qui des bras, des pieds, des mains,
     De tout le corps lut- tons sans ces- _ se,
     Sans a- bri- ter nos len- de- mains
     Con- tre le froid de la vieil- les- se,
     Ai- mons-- nous, et quand nous pou- vons
     Nous u- nir pour boire à la ron- _ de,
     Que le ca- non se taise ou gron- de,
     Bu- vons, bu- vons, bu- vons À l’in- dé- pen- dan- ce du mon- _ de_!
  }
 >>
 \layout{
   indent = 0
   line-width = #120
   \set fontSize = #-0.5
   \override Rest #'style = #'classical
 }
 \midi {
  \tempo 4 = 80
 }%midi
}
\header { tagline = ##f }