Catalogue des tableaux, statues, gravures et portraits exposés au musée de Castres/Tableaux et dessins

TABLEAUX ET DESSINS



ALBRESPY (André), né à Montauban, le 22 septembre 1823, élève de Léon Cogniet.
1. — Vue de Castres prise du Pont-Vieux.

Signé à droite : André Albrespy, 1867.

Toile. — Haut, 0 m. 60, larg. 0 m. 95.

Don de l’auteur.


ALIGNY (Claude-Félix-Théodore), Caruelle dit Aligny, né à Chaumes (Nièvre) le 24 janvier 1798, élève de Jean-Baptiste Regnault et de Watelet, mort à Lyon en 1871.
2. — Les Bergers de Virgile, paysage.

De vieux arbres touffus, un bocage, au premier plan un berger assis près de deux couronnes de verdure posées sur le gazon, une lyre attachée sur les épaules, converse avec une bergère, tandis que survient un autre berger tenant sa houlette ; un peu plus loin une nymphe se suspend aux rameaux penchés sur le rivage et baigne ses pieds dans le ruisseau ; au-delà d’une prairie, près de l’entrée d’une grotte, deux jeunes femmes dont une conduit un enfant et porte une corbeille sur sa tête ; au fond des montagnes éclairées par le soleil couchant.

Signé à gauche : Th. Aligny, 1840.

Toile. — Haut. 0 m. 88, larg. 1 m. 32.

Don du Gouvernement.


ANSIAUX (Jean-Joseph), né à Liège en 1764, mort à Paris en 1840, un des meilleurs élèves de Vincent.
3. — Portrait de Madame Dominique Bonet.
Toile. — Haut. 0 m. 62, larg. 0 m. 50

Signé à droite : Ansiaux, 1003.

Donné au Musée par Madame veuve Augé, née Bonet. (Voyez le n° 60).


APPIAN (Adolphe), né à Lyon, élève de Corot et de Daubigny, médaillé en 1868.
4. — Les environs de Lyon. Paysage.
Toile. — Haut. 0 m. 97, larg. 1 m. 50

Signé à gauche : Appian, 1879.

Acquis par la ville, après l’exposition de Castres en 1879.


BACKUISEN (Ludolff), peintre graveur, né à Embden (Westphalie) en 1631, mort à Amsterdam le 7 novembre 1709, élève de A. Van-Everdingen (École Hollandaise.)
5. — La Tempête. Marine.

Au premier plan, les deux mâts d’une barque en partie cachée par le rocher contre lequel elle va se briser ; sur le rocher et sur le rivage des matelots cherchant à la tirer sur le bord ; on voit sur la barque deux figures effrayées. Dans le fond, des montagnes et une ville ; à gauche, le ciel se fond en eau, tandis qu’à droite, sur un ciel calme et transparent, se dessinent les roches sombres du second plan et des broussailles courbées par le vent.

Bois. — Haut. 0 m. 31, larg. 0 m. 45.

BARD (Jean-Anguste), né à Paris, élève de Paul Delaroche et d’Ingres, médaille, 3° classe, en 1884.
6. — Bénédiction Urbi et Orbi.

Le pape est au balcon, les bras étendus ; une immense tente projette son ombre sur l’édifice ; la place Saint-Pierre est remplie d’une foule accourue de toutes les parties de l’Italie et du monde ; au milieu, des troupes formant un carré. On remarque à gauche dans la calèche de l’ambassadeur français, Ingres, le maître de l’auteur, retournant la tête, et sur le premier plan, à droite, le peintre s’est représenté en redingote noire, chapeau à la main, causant avec un officier.

Signé à droite : Bard, 1840.

Toile. — Haut. 2 m. 02, larg. 3 m. 03.

Don du gouvernement.


BAUSY (Mme de), détails inconnus.
7. — Tableau de fleurs, copie d’après Van-Daël.
Toile. — Haut. 1 m. 15, larg. 0 m. 85.

Don du Gouvernement.


BERKEYDEN (Gérard), né en 1642 et mort le 29 novembre 1692 à Harlem ; son maître n’est pas connu. (École Hollandaise.)
8. — Une Fête hollandaise.

Des deux côtés d’un fleuve couvert de bateaux aux voiles déployées, des collines, des forêts, des villages. Au premier plan, des groupes de personnages debout ou assis prennent leurs ébats ; le groupe principal entoure deux cavaliers qui se saluent ; au second plan, une auberge près du rivage.

Bois. — Haut. 0 m. 20, larg. 0 m. 25.

BRAUWER (Adrien), 1608-1638, élève de Frantz Hals. (École Flamande.)
9. — Paysan et Paysanne attablés.
Cuivre. — Haut. 0 m. 22, larg. 0 m. 20.

Don du gouvernement.


BRIGUIBOUL (Marcel), né à Sainte-Colombe sur l’Hers (Aude), en 1839, élève de Léon Cogniet, médaille 3e classe, en 1863, chevalier de la Légion d’Honneur.
10. — Vision de Caïn mourant.
Toile. — Haut. 2 m. 10, larg. 2 m. 90.

Signé à gauche : M. Briguiboul.

11. — Mars et Minerve.
Toile. — Haut. 3 m. 23, larg. 2 m.

Signé à droite : Marcel Briguiboul.

Dons de l’auteur à la ville de Castres, où il réside et d’où sa famille est originaire.


BRISPOT (Henri), né à Beauvais, élève de Léon Bonnat, médaille 3e classe, en 1885.
12. — L’Amateur distrait.

Signé à gauche : Brispot.

Toile. — Haut 0 m. 55, larg. 0 m. 45.

Acquis par la ville, après l’exposition de Castres en 1879.


CASEY (Daniel), né à Bordeaux, élève de Gaston Wappers, de Bruxelles, le Paul Delaroche de la Belgique. Mention honorable.
13. — Saint Louis à la bataille de la Mansourah.

Un croisé a abattu un infidèle dont le cheval s’enfuit vers le désert ; au premier plan, un autre ennemi git au pied de son cheval qui, en expirant, soulève la tête, le guerrier en tient un autre à demi-arraché de la selle et lui plonge son épée dans la poitrine, tandis qu’un quatrième, survenant, dirige sa lance sur le chevalier bardé de fer. À gauche, déjà affaibli par la maladie, saint Louis, témoin de ce combat, étreint son épée d’une main défaillante.

Signé à droite : Dan. Casey, 1842.

Toile. — Haut. 4 m. 04, largo 5 m. 62, gr. nat.

Don du gouvernement.


CAVAILLÉ (P.), détails inconnus.
14. — La mort d’Abel.
Toile. — Haut. 1 m. 22, larg. 1 m. 60.

Signé à gauche : P. Cavaillé, 1866.

Don du gouvernement.


CORNAC (Eugène), né à Castres, élève de M. Charles Valette.
15. — Portrait de Paul Pélisson.

Dessin.

Don de l’auteur.


COURT (Joseph-Désiré), né à Rouen, le 14 septembre 1797. mort à Paris le 23 janvier 1865, élève du Baron Gros. — Prix de Rome en 1821.
16. — Portrait du Maréchal Soult. — Saint-Amans (Tarn). — 1769 — 1851.
Toile. — Haut. 2 m. 15, larg. 1 m. 43.

Signé à droite : Court.

Don du gouvernement.


COURTOIS (Jacques), dit le Bourguignon, né à Saint-Hippolyte (Franche-Comté) 1621-1676, Élève de son père Jean Courtois, ami du Guide et de l’Albane ; il se mit pendant trois ans à la suite d’une armée, pour mieux étudier les parties du genre qu’il peignait de préférence.
17. — Bataille.
18. — Bataille.
Toiles. — Haut. 1 m. 24, larg. 2 m.

Dons du gouvernement.


DAGNAN (Isidore), né à Marseille, en 1794. mort en novembre 1873. Médailles : 2e classe en 1822, 1re classe en 1831. Chevalier de la Légion d’Honneur en 1836.
19. — Site du Dauphiné.

Une rivière coule au pied d’une montagne ; au second plan, les ruines d’un moulin et les débris d’une chaussée qui font bouillonner l’eau jusqu’au premier plan entre des broussailles et un arbre mort.

Signé à droite : I. Dagnan, 1832.

Toile. — Haut. 0 m. 76, larg. 1 m. 10.

Don du gouvernement.


DECAISSE (Henri), né à Bruxelles en 1799, mort à Paris en 1852, élève de David, Girodet et Gros.
20. — Le Chancelier de l’Hôpital, pendant la Saint-Barthélemy.

Signé à droite : Decaisne, 1850.

Toile. — Haut. 2 m. 67, larg. 1 m. 82.

Don du gouvernement.


DESPLATS (Élisa), née à Castres, le 25 mars 1827, élève de Jean Valette.
21. — Ecce Homo.

Le Christ debout, la tête couronnée d’épines et entourée d’une auréole, presque de face, un peu tournée vers la droite, lève ses yeux au Ciel ; ses mains sont liées, la droite tient un roseau, la gauche ramène un pan d’un manteau rouge à reflets violacés.

Toile. — Haut. 1 m. 20, larg. 6 m. 97, gr. nat. mi-corps.

Copie d’après Mignard ; l’original existe au musée de Toulouse.

Don de de M. l’abbé Lecamus.


DIEU (Antoine), Paris 1602—1727. Plusieurs de ses tableaux sont attribués à de bons maîtres d’Italie.
22. — Saint Louis partant pour la croisade.
Toile. — Haut. 1 m. 35, larg. 2 m.

Don du gouvernement.


ESPÉRANDIEU, détails inconnus.
23. — Portrait d’un vieillard.

En buste de trois-quarts vers la droite, la tête de trois-quarts vers la gauche, le regard en face, chauve, les cheveux de derrière grisonnants, barbe et et moustaches blanches.

Signé à droite : Espérandieu, 1841.

Toile. — Haut. 0 m. 72, larg. 0 m. 58.
24. — Ruines de l’église de Burlats.

Le chœur et le bas-côté droit d’une église romaine ; à droite, au premier plan, un pan de mur avec des nervures et la naissance des arceaux gothiques qu’elles soutenaient. Au milieu trois oies prennent leur repas dans un plat de terre vernie.

Signé à droite : Espérandieu.

Toile. — Haut. 0 m. 50, larg. 0 m. 38.

FLÉMAEL ou FLÉMALLE (Bertholet), fils de Rénier le Vieux. Liège 1614-1673. Élève de Gérard Douffet et de Jordaens. (École Flamande)
25. — Pénéloppe travaillant avec ses compagnes.
Toile. — Haut. 1 m. 10, larg. 1 m. 60.

Don du gouvernement.


FORVÊTU (Joseph), né au Mans (Sarthe) en 1806, élève de Victor Bertin. A exposé à plusieurs salons de Paris de 1833 à 1842. Professeur de Dessin au Petit-Séminaire de Saint-Pons (Hérault) de 1843 à 1869.
26. — Environs d’Olargues, paysage.
27. — Environs de Saint-Pons, paysage.
Bois. — Haut. 0 m. 95, larg. 0 m. 45.
28. — Pont de Ginestous sur l’Agoût. (Hérault), paysage.
Toile. — Haut. 0 m. 38, larg, 0 m. 55.

Signés à gauche : Forvêtu.

Dons de M. Anacharsis Combes.


FRANCK (Franz) dit le Vieux, né à Herenthalz, (en Campine) ou à Anvers vers 1544, mort dans cette dernière ville le 6 octobre 1616, élève de Franck Floris et d’Adam Van-Noort. (École Flamande.)
29. — Plusieurs épisodes de martyres.

À gauche, des juges en costumes orientaux condamnent une jeune fille ; à droite, une autre est livrée aux bêtes ; sur le milieu de la composition, une autre est attachée à un poteau auprès duquel des bourreaux allument un bûcher, enfin une autre au premier plan est descendue dans un caveau.

Bois. — Haut. 0 m. 53, larg. 0 m. 72.

GENDRON (Auguste), né à Paris en 1818, mort dans cette ville en 1881, élève de Paul Delaroche. Médailles : 3me classe pour le genre historique en 1846 et 1855, 2me classe pour l’Histoire en 1848. Chevalier de la Légion d’Honneur en 1855.
30. — Boccace expliquant le poème de Dante.

Une foule d’auditeurs autour de la chaire où Boccace est debout ; au premier plan, à droite, trois vieillards dont l’un suit la leçon, accoudé sur ses genoux ; l’autre, debout, glisse quelque objection en se tournant vers le premier ; le troisième regarde Boccace ; au second plan, à gauche, un jeune homme rêve ; au troisième plan, du même côté et en face de la chaire, deux jeunes filles écoutent avec recueillement, une enfant endormie s’appuie aux genoux de la première ; plus loin, quinze personnages forment des groupes agités de sentiments divers ; au fond, une place entourée d’édifices.

Signé à droite : A. Gendron, 1843.

Toile. — Haut. 1 m. 43, larg. 1 m. 21.

Don du gouvernement.


GOLSE (Gabriel), né à Saïx près Castres en 1830, mort à Toulouse en 1879. — Élève de l’École des Beaux-Arts de Toulouse et de son oncle Jules de Lacger.
31. — Portrait du docteur Benazech (Jean-Philippe-Étienne — Castres, 26 décembre 1816. — 24 avril 1870.)

Signé à droite : Golse.

Toile. — Haut. 0 m. 80, larg. 0 m. 78.

Donné par son frère M. Émile Benazech.

32. — L’Orpheline.
Toile. — Haut. 0 m. 70, larg. 0 m. 60.

Signé à droite : G. Golse.

Tableau acheté par la ville, après l’exposition de Castres en 1879.


GREUZE (Jean-Baptiste), né à Tournus près de Macon, le 21 août 1725, mort au Louvre, le 21 mars 1805.
33. — Tête d’enfant, attribuée à Greuze.

Un buste vu de face, un peu tourné à droite, le corps à gauche ; les cheveux tombant sur les épaules, la chemise entr’ouverte laisserait voir la poitrine, si elle n’était couverte par une cravate blanche flottante et par un gilet verdâtre. Ses yeux sont levés vers le ciel avec un sentiment d’attention.

Bois. — Haut. 0 m. 48, larg. 0 m. 40, gr. nat.

HALS (François ou Frantz), dit le Vieux, — Malines 1584-1666. Élève de Carie van Mander. (École Flamande.)
34. — Portrait d’un peintre. Attribué à F. Hais.
Toile. — Haut. 0 m. 77, larg. 0 m. 62.

Don du Gouvernement.


HAREUX (Ernest-Victor), né à Paris, artiste vivant. Médailles : 3me classe en 1880, 3me classe en 1885.
36. — Compote de Pommes.
Toile. — Haut. 0 m. 32, larg. 0 m. 60.

Signé à droite : Hareux.

Acquis par la ville après l’exposition de Castres en 1879.


INCONNUS.
36. — Coq, poules et poussins.

Au milieu du tableau, le coq doré fait sentinelle ; en arrière la poule blanche, par son exemple, invite ses poussins à manger, tandis qu’un chapon, au troisième plan, fait la chasse à la vermine. (École de Hondekœter.)

Toile. — Haut. 0 m. 63, larg. 0 m. 82, gr. nat

Don de M. Anacharsis Combes.

37. — Tête de Vieillard.

La tête de trois-quarts vers la gauche, cheveux blancs, vêtements de pauvre.

Toile. — Haut. 0 m. 50, larg. 0 m. 40, gr. nat.
38. — Une tête de moine.

La tête rasée, de trois-quarts vers la droite, habit de Chartreux. (École de Lesueur.)

Toile. — Haut. 0 m. 50, larg. 0 m. 46, gr nat.
39. — Étude de Femme.

Une femme, la tête renversée, le corps appuyé sur un tertre, tient sa main droite sur sa poitrine et la gauche sur son front ; un poignard est près d’elle sur la terre.

Toile. — Haut. 0 m. 98, larg. 1 m. 30, gr. nat.
40. — St Paul.

Mi corps, la tête de trois-quarts tournée à gauche ; une tunique verdâtre et un manteau rouge drapé sur le bras gauche dont la main s’appuie sur un livre ouvert posé sur les genoux ; la main droite porte sur le pommeau d’un glaive.

Toile. — Haut. 2 m. 15, larg. 1 m. 42, gr. nat.

Don de M. Eugène Péreire.

41. — Un port.

Dans un port de la Méditerranée, des matelots gravissent l’escalier d’un quai et portent des fardeaux qu’ils débarquent ; des officiers, des gardes, des marchands turcs s’agitent ou conversent ; à gauche, des marins improvisent leur repas au pied du rempart ; plus loin, deux tours, et derrière les fortifications, une forêt de mâts ; à droite, deux galères, plusieurs navires en pleine mer.

(École Espagnole.)

Toile. — 1 m. 42, larg. 2 m. 15.

Don de M. Eugène Péreire.

42. — Une Bataille.

Dans une plaine à perte de vue, de nombreux corps d’armée sont en ordre de bataille ; vers le milieu, un terrain moins garni de troupes sillonné en tous sens par des cavaliers isolés et vers lequel se dirigent les feux de l’artillerie, laisse voir le lieu où l’action va s’engager ; au premier plan, des carrosses, des bêtes de charge, des officiers qui donnent des ordres et, de la main, montrent le point d’attaque. Au haut du ciel, un long listel terminé de chaque extrémité en banderoles, porte cette inscription :

Soccorro de Sabioneda y Rotadada à las armas de Francia y modena junto a Bosvi el dia 28 de déciembre 1647, Siendo Capitan général de las catolicas el condede Haro governador de Milan.

Le comte de Haro, gouverneur de Milan, capitaine général des armées catholiques, secourt Sabionnetta, et met en déroute les troupes de France et de Modène, près de Bosvi, le 28 décembre 1647.

(École Flamande)

Toile. — Haut. 1 m. 30, larg. 1 m. 84.

Don de M. Eugène Péreire.

43. — Louis-Philippe. Portrait.

En pied, vêtu en général de la garde nationale, debout sur les degrés du trône.

Copie d’après Winterhalter.

Toile. — Haut. 2 m. 15, larg. 1 m. 75, gr. nat.

Don du gouvernement.

44. — Le Marché.

À l’entrée d’une rue, vendeurs et acheteurs forment une foule animée.

Toile. — Haut. 0 m. 21, larg. 0 m. 16.
45. — Une Halte.

Un enfant fatigué est assis sur un tertre ; il s’appuie sur un panier.

Toile. — Haut. 0 m. 32, larg. 0 m. 24.
46. — La Mêlée.

Des guerriers vêtus à l’antique combattent pêle-mêle à pied et à cheval ; le fond est formé par des nuages sombres, des tourbillons de fumée, et à droite, par un massif de rochers au pied desquels on voit dans l’éloignement, éclairé par l’incendie, un corps de cavalerie poursuivant les fuyards. Deux oiseaux de proie s’étreignent au haut du ciel.

(École de Jacques Courtois, dit le Bourguignon.)

Toile. — Haut. 0 m 72, larg. 0 m. 95.
47. — La Déroute.

La victoire est décidée, au premier plan un groupe combat avec acharnement, tandis qu’en arrière, de chaque côté, on voit les vaincus et les vainqueurs à leur suite se précipiter dans les flots d’une rivière fortement éclairée par le soleil dont les rayons percent les nues.

(Même École.)

Mêmes dimensions que le précédent dont il fait le pendant.
48. — Le Naufrage. Marine.

Le ciel sombre laisse voir à droite un navire qui se brise ; au premier plan, deux hommes cherchent à sauver les épaves que la mer jette sur les rochers et une femme peut à peine tenir contre le vent.

(École de Joseph Vernet.)

Toile. — Haut. 0 m. 72, larg. 0 m. 97.
49. — Le Calme. Marine.

À travers les brumes éclairées par le soleil couchant, on voit des navires et de nombreuses barques à l’ancre ; une tour reliée à la terre par un pont ; au premier plan, un pêcheur retire son filet, un autre tient une ligne, un troisième fume la pipe.

(École de Joseph Vernet.)

Mêmes dimensions que le précédent dont il fait le pendant.
50. — Fleurs et Fruits.
Toile. — Haut. 1 m. 40, larg. l m.

Acquis par la ville, après l’exposition de Castres en 1879.

51. — L’Astrologue ou l’Alchimiste.

La tête chauve et grisonnante ainsi que la longue barbe ; vu de trois-quarts tourné à droite ; il porte une robe verdâtre garnie de fourrures, s’entr’ouvrant pour laisser voir les genoux dont le droit est nu et des bottes larges et retombantes ; assis sur un fauteuil, il tient entre ses mains un livre sur lequel il est en méditation. Au premier plan, une mappemonde, des vases, des livres, un compas, un télescope jetés sans ordre et une table couverte d’un tapis rouge, de verres, de cornues, de lunettes ; dans le fond, un rideau brun et une cheminée dont on voit la fumée.

Toile. — Haut. 0 m. 45, larg. 0 m. 36.
52. — La famille Calas.
Toile. — Haut. 0 m. 48, larg. 0 m. 58.
53. — Portrait présumé de Mme Anne Veaute, épouse Guibal, née à Brassac en 1719, morte à Castres en 1794. A introduit la fabrication des étoffes de laine à Castres en 1757.
Bois. — Haut. 0 m. 53, larg. 0 m. 46.

Don de M. Anacharsis Combes.

54. — Portrait de M. Paul Millau, né à Castres le 29 décembre 1716, mort à la Borie-Grande en 1787. Agronome distingué.
Toile. — Haut. 0 m. 56, larg. 0 m. 48.

Don de M. Anacharsis Combes.

55. — Un enfant jouant avec des Colombes.
Toile. — Haut. 1 m., larg. 0 m. 80.

Don du Gouvernement.

56. — Portrait présumé de Jacques Gâches, annaliste Castrais, né à Castres vers 1555, mort dans cette ville dans les environs de 1644.
Toile. — Haut. 0 m. 53, larg. 0 m. 40.

Don de M. Anacharsis Combes.


IWILL (Marie-Joseph), né à Paris, élève d’Emmanuel Lansyer.
57. — Route des Andelys (Orne). Paysage.
Bois. — Haut. 0 m. 12, larg. 0 m. 18.

Signé à gauche : Iwill. 1878.

Acquis par la ville, après l’exposition de Castres en 1879.


LACGER (Jules-Marc-Antoine de), né à Castres le 21 août 1815. Professeur honoraire à l’École des Beaux-Arts de Toulouse. Mort dans cette ville le 25 septembre 1887.
58. — Un réfugié carliste.

En buste, vu de face ; la tête couverte d’un béret bleu ; de la main droite il retient une couverture rayée, drapée en manteau sur l’épaule gauche.

Signé à droite : Lacger. 1840.

Toile. — Haut. 0 m. 72, larg. 0 m. 58, gr. nat.

Don de l’auteur.

59. — Portrait du peintre par lui-même.

Signé à droite : J. de Lacger. 1877.

Toile. — Haut. 0 m. 65, larg. 0 m. 52.

Donné par l’auteur à sa ville natale après l’exposition de Castres en 1879.


LANDON (Charles-Paul), né à Nonant (Orne), en 1760, mort à Paris en 1826. Élève de Jean-Baptiste Regnault. — Grand prix de Rome, Conservateur des tableaux des Musées de Paris.
60. — Portrait de M. Dominique Bonet.
Toile. — Haut. 0 m. 62, larg. 0 m. 50.

Signé à droite : Landon. 1802.

Dominique Bonet, docteur en médecine, chevalier de la Légion d’honneur, médecin à l’Hôtel des Invalides, un des médecins du bureau de charité du dixième arrondissement. Au nom de la ville de Paris, on lui avait donné huit médailles pour le zèle qu’il avait toujours déployé pour la vaccination. Né en 1757 à Montdragon, canton de Lautrec (Tarn), mort à Paris en 1826 — Note sur D. Bonet par sa fille, Madame veuve Augé, née Bonet.

Donné au musée en 1883 par Mme veuve Augé, née Bonet, à Toulouse.

(Voyez le N°3.)

LANSYER (Emmanuel), né à l’Isle-Bouin (Vendée). Élève de Courbet et d’Harpignies. Médailles : en 1865, en 1869 et 1873. Chevalier de la Légion d’honneur en 1881.
61. — Les Alpes Liguriennes de Menton à Bordighera, frontière d’Italie.
Toile. — Haut 1 m. 04, larg. 1 m. 53.

Signé à droite : Lansyer, 1872.

Don du Gouvernement.


LECOINTE (Charles-Joseph), né à Paris en 1819 mort à Asnières près Paris en février 1887. Élève de Picot et d’Aligny. Premier grand prix de Rome en 1849 pour le paysage historique. Médailles : 3me classe en 1844 et en 1855 (Exposition Universelle). Rappel de médaille en 1861.
62. — Les Ruines de Tusculum. Paysage.

À gauche, les gradins d’un amphithéâtre couverts de mousse, de gazon et de plantes grimpantes, sur le haut desquels est couché çà et là un troupeau de chèvres ; à droite deux colonnes debout, des tronçons et des débris d’architecture ; au premier plan, un berger joue de la cornemuse, dans le fond, chaîne de montagnes.

Toile. — Haut. 1 m. 10, larg. 1 m. 60.

Signé à gauche : Charles Lecointe. Rome 1853.

Don du Gouvernement.


LEFEBVRE (Ernest-Eugène), né au Havre. Élève de l’Académie de peinture et de dessin de Rouen.
63. — Nature morte.
Toile. — Haut. 0 m. 85, larg. 1 m. 15.

Signé à gauche : E. Lefebvre.

Acquis de l’auteur par le Musée.


MALBRANCHE (Louis-Claude), né à Caen en 1790, mort dans cette ville en 1838, renommé pour les effets de neige.
64. — L’Automne. Paysage.

En avant d’un horizon qui se confond avec le ciel se dresse un pic de rochers dont la neige couronne le sommet ; au second plan, à droite, un tertre couvert de mousse, de broussailles et de quelques arbres, derrière lequel des paysans et des animaux s’éloignent sur le chemin qui sépare les deux plans.

Toile. — Haut. 0 m. 33, larg. 0 m. 40.

Signé à droite : Malbranche. 1837.

65. — L’hiver. Paysage.

Le ciel est sombre, la terre est couverte de neige. À gauche, à travers les arbres du premier plan, on voit dans le lointain un village au-delà d’un vieux pont ; au second plan, deux marchands conduisant un âne.

Signé à droite : Malbranche.

Mêmes dimensions que le précédent dont il fait le pendant.

MANIQUET (Marius), artiste vivant. — Détails inconnus.
66. — Bords de la mer. (Finistère)
Toile. — Haut. 0 m. 55, larg. 0 m. 82.

Signé à droite : Maniquet, 1879.

Acquis par la ville après l’exposition de Castres en 1879.


MERSON (Luc-Olivier), né à Paris. Élève de MM. Chassevent et Pils, prix de Rome en 1869. Médaille de 1re classe en 1873. Chevalier de la Légion d’Honneur en 1881.
67. — Apollon exterminateur.
Toile. — Haut. 1 m. 25, larg. 1 m. 96.

Signé à droite : Luc-Olivier Merson. 1868.

Don du Gouvernement.


NATOIRE (Charles-Joseph), peintre, graveur, né à Nîmes le 3 mars 1700, mort à Castel Gandolfo, près de Rome, le 29 août 1777.
68. — Hercule et Omphale.

À gauche, assis sur un tertre où est jeté un manteau de pourpre, Hercule tient la quenouille et dans sa main droite, fait tourner le fuseau ; à droite, Omphale debout, la main gauche appuyée sur la massue et de la droite retenant sur son épaule la peau du lion, le regarde d’un œil langoureux, tandis qu’un amour, les deux mains appuyées sur la cuisse d’Hercule, sourit malicieusement en se tournant vers Omphale. Ce tableau est une copie de celui du Louvre, collection Lacaze, peint par Lemoyne.

Toile. — Haut. 0 m. 56, larg. 0 m. 46.

NOEL (Jules), né à Quimper vers 1815, mort à Paris en 1881. Élève de M. Chariaux, de Brest.
69. — Intérieur d’Abbaye.
Toile. — Haut. 1 m. 20, larg. 0 m. 90.

Signé à droite : Jules Noël. 1872.

Don du Gouvernement.


PALEVILLE (Auguste de), né à Albi.
70. — Vue du Sidobre. Paysage.
Toile. — Haut. 0 m. 45, larg. 0 m. 70.

Signé à droite : de Paleville, 1878.

Acquis par la ville après l’exposition de Castres en 1879.


PANINI (Giovanni-Paolo), né à Plaisance, en 1695, mort à Rome le 21 octobre 1768.
71. — Ruines d’Architecture.

L’artiste a réuni dans ce tableau différentes ruines et plusieurs fragments de sculpture antique ; une statue de Jupiter assis et armé de la foudre domine vers le milieu de la composition, que contemple un soldat romain assis à droite sur une pierre et appuyé à un tronc d’arbre.

Toile. — Haut. 0 m. 50, larg. 0 m. 75.
72. — Ruines d’Architecture.

Des cariatides, une pyramide tumulaire ; au premier plan, un vieillard assis attache une sandale ; près de la pyramide une paysanne le regarde, portant un fardeau sur la tête et conduisant un enfant par la main.

Mêmes dimensions que le précédent dont il fait le pendant.

PERRIN, détails inconnus.
73. — Au bord d’un Ruisseau.

Trois enfants suivent des yeux une nacelle de papier.

Signé à droite : Perrin.

Toile. — Haut. 0 m. 40, larg. 0 m. 32.

Don de M. l’abbé Lecamus.


PILS (Isidore), né à Paris en 1813, mort dans cette ville en 1875. Grand prix de Rome en 1838, membre de l’Institut en 1868. Élève de Picot.
74. — Artilleur poussant une roue. Aquarelle, croquis pour son tableau du Passage de l’Alma.
Toile. — Haut. 0 m. 30, larg. 0 m. 45.

Dessin acquis par la ville après l’exposition de Castres en 1879.


RIVALZ (Jean-Pierre), plus connu sous le nom de chevalier Rivalz né en 1718 mort le 26 juillet 1785 à Toulouse. Élève de son père Pierre Rivalz.
75. — Saint Michel.

L’Archange suspendu dans les airs, les ailes éployées, frappe, du bout de la hampe d’une croix haute, le dragon accroupi sur un monde.

Toile. — Haut. 3 m. 62, larg. 2 m. 45, gr. nat.

Ce tableau était placé au plafond de la chapelle de l’évêché de Castres.

Déposé à la Chapelle du Collège.


ROOZ (Philippe-Peter), dit Rosa de Tivoli, peintre graveur, né à Francfort-sur-le-Mein en 1655 mort à Rome en 1705, Élève de son père Jean-Henri Rooz. (École Allemande).
73. — Le Pêcheur. — Paysage.

À droite, un homme, vêtu de couleurs variées à l’espagnole, pêche à la ligne ; des chèvres, des brebis, des taureaux paissent ou sont couchés çà et là.

Une rivière forme cascade.

Toile. — Haut. 0 m. 60, larg. 1 m. 72.

SALLES-WAGNER (Mme Adélaïde), née à Dresde. Élève de Claudius Jacquand, de Lyon, et de Léon Gogniet.
77. — Les Parques.
Toile. — Haut. 2 m., larg. 2 m. 50.

Signé à droite : Ad. Salles-Wagner.

Ce tableau a été gravé par le procédé Gillot, d’après un dessin de l’auteur dans l’album autographique : L’art à Paris, 1867.

Don du Gouvernement.


SCHULTZ (Jean-Charles), né à Dantzig (École Allemande.)
78. — Le matin. Paysage.

À gauche, un édifice orné de colonnes en ruines ; au premier plan, un mendiant, un homme assis, des bœufs et des chèvres ; dans le fond, un village et des collines se perdant dans l’horizon doré.

Toile. — Haut. 0 m. 70, larg. 1 m. 25.
79. — Paysage.

Au premier plan, à droite, un voyageur a déposé sa hotte et, assis sur un tertre, joue avec un chien ; à gauche, une femme auprès d’un puits le regarde ; derrière celle-ci une maison.

Toile. — Haut. 0 m. 20, larg. 0 m. 22.
80. — Paysage.

Au premier plan, à gauche, un homme est assis sur un banc rustique ; au second plan, à droite, un voyageur s’appuie sur un bâton et fait supporter sur un tertre le fardeau qui pèse sur ses épaules ; plus loin, une auberge rustique, un voyageur en y entrant agace une jeune femme.

De même que le précédent dont il fait le pendant.

SCHALCKE (XVIIe siècle), détails inconnus, peignait des paysages avec figures, des vues de rivières, etc. (École Hollandaise.)
81. — Le soir. — Paysage.

Le jour est près de s’éteindre, la lune brille déjà ; à gauche, au second plan, des maisons et des tours à demi ruinées ; au premier plan, deux hommes tirent un bateau pour l’attacher au rivage.

Bois. — Haut. 0 m. 76, larg. 1 m. 20.

SERRES (Jacques-Hippolyte), né à Castres, le 25 mars 1816, élève de M. Alaux, de Bordeaux.
82. — Nature morte.

Lièvre, Melon, Fruits et Légumes.

Signé, à droite : H. Serres, 1849.

Don de l’auteur.


SOULIÉ (Léon), né à Toulouse, en 1807, mort dans cette ville en 1862.
83. — Intérieur d’une cuisine.

Au fond, une cheminée chargée d’ustensiles en désordre ; à gauche, une armoire ; à droite, une étagère et des poteries. Trois jeunes filles et une enfant, toutes vues de dos, sont autour du foyer, les deux premières, assises sur la chaise qu’elles semblent se disputer, se regardent en riant ; la troisième, assise sur un billot, se penche vers l’enfant.

Signé à gauche : Soulié.

Toile. — Haut. 0 m. 32, larg. 0 m. 40.

TILBORG (Gilles-Van), Bruxelles. 1625-1678. On croit qu’il fut élève de Téniers le jeune. (École Flamande.)
84. — Portraits de famille.
Toile. — Haut. 0 m. 98, larg. 0 m. 70.

Don du gouvernement.


TINDEL (fils), Détails inconnus.
85. — Le retour au port. — Marine.

Au premier plan, deux barques de pêcheurs se dirigent à la rame vers le port ; au second plan, un phare et un navire à pleines voiles ; dans le lointain, à gauche, un horizon de rochers sur lequel se dresse une ville.

Signé à droite : Tindel fils, 1838.

Bois. — Haut. 0 m. 37, larg. 0 m. 50.
86. — Le combat naval. — Marine.

Un navire portant pavillon français cherche à aborder un navire anglais dont ses boulets ont brisé deux mâts ; au premier plan surnagent des débris auxquels se cramponnent les malheureux tombés à la mer, une chaloupe vide ; au fond, des navires à pleines voiles.

De même que le précédent dont il fait le pendant.

TRAUTTMANN (Georges), né à Deux-Ponts en 1713, mort à Francfort-sur-le-Mein, en 1769. (École Allemande).
89. — Un incendie.

Dans le fond, un édifice dévoré par les flammes éclaire une rue pleine d’une foule compacte ; au premier plan, un homme et sa femme qui le suit portent des objets sauvés du feu, les lueurs se reflètent sur des restes d’architecture.

Toile. — Haut. 0 m. 85, larg. 0 m. 50.

VALETTE (Joseph-Charles-Adrien), né à Castres, le 25 janvier 1813. Élève de Paul Delaroche, ancien professeur de dessin au Collège de Castres, officier d’Académie.
88. — Vue de la forêt de Fontainebleau. Paysage.

Au premier plan et dans le lointain, forêt de vieux arbres ; au milieu de la composition, une clairière où s’avance un chevreuil.

Signé à droite : Ch. Valette, 1840.

Toile. — Haut. 1 m. 30, larg. 1 m. 63.

Don de Jean Valette, père de l’auteur et dessinateur distingué, après l’exposition des beaux-arts de 1841.

89. — Effet du matin, site pris dans le Lot-et-Garonne.

Paysage au fusain.

Signé à gauche : Ch. Valette, 1879.

Toile. — Haut. 0 m. 70, larg. 1 m 20.

Don de l’auteur après l’exposition de Castres de 1879.


VAN-KESSEL (Johan), né en 1626, mort en 1678 à Anvers. Élève de Simon De Vos. (École Flamande.)
90. — Nature morte.

Des poissons de mer, un homard, des champignons.

Toile. — Haut. 0 m. 35, larg. 0 m. 48.

VAN-PAHYS (Louis), né à Fontenay-le-Comte, (Vendée).
91. — La Méditation.

Signé à gauche : Van-Parys.

Toile. — Haut. 0 m. 50, larg. 0 m. 40.

Acquis par la ville après l’exposition de Castres, en 1879.


Depuis 1884, le Musée s’est enrichi des tableaux suivants :
BATUT (Léopold-Jean-François), né à Castres, le 5 juin 1858. Élève de MM. Charles Valette et Gérome.
92. — Intérieur d’étable à Tutelle près Castres.

Signé à droite : Léopold Batut.

Toile. — Haut. 2 m. 30, larg. 3 m. 42.

JULIA (Léon-Félix), né à Albi, le 11 avril 1865. Élève de M. Charles Valette. Pensionnaire de la ville de Castres à l’école des Beaux-Arts de Toulouse.
93. — La Madeleine, copie d’après Henner.

Signé à droite : L. Julia 1886, d’après Henner.

Toile. — Haut. 0 m. 57, larg. 0 m. 70.
94. — Le Christ à la colonne, copie d’après Lazerges.

Signé à gauche : d’après Lazerges, Léon Julia, 1887.

Toile. — Haut. 0 m. 90, larg. 0 m. 70.

Dons de l’auteur.


JUSTIN (Marie-Jules), né à Paris, élève de M. Luminais.
95. — La grange de Vatinel, à Criquebeuf.

Signé à droite : J. Justin, 1885.

Toile. — Haut. 1 m. 27, larg. 1 m. 93.

Don du gouvernement.


QUOST (Ernest), né à Avallon (Yonne). Médailles : 3me classe en 1880, 2me classe, en 1882.
96. — Le Rû fleuri.

Signé à droite : E. Quost.

Tableau exposé au Salon de 1884.

Toile. — Haut. 1 m. 30, larg. 1 m. 80.

Don du Gouvernement.


SALVAIRE (Édouard), né à Alger, le 5 décembre 1831, de parents Castrais. Élève de M. Charles Valette. Chevalier de la Légion d’honneur.
97. — Effet de Printemps dans la forêt de Fontainebleau.

Aquarelle signée à droite : Ed. Salvaire.

Haut. 0 m. 54, larg. 0 m. 36.

Don de l’auteur.