Ouvrir le menu principal

Bulletin de la société géologique de France/1re série/Tome III/Séances extraordinaire à Caen du 4 au 10 septembre 1832


BULLETIN


DE LA


SOCIÉTÉ GÉOLOGIQUE


DE FRANCE



───────


RÉUNIONS EXTRAORDINAIRES À CAEN.


(DÉPARTEMENT DU CALVADOS),


du 4 au 10 septembre 1832.[1]


Les séances extraordinaires de la Société géologique ont eu lieu cette année à Caen, dans le local dont cette ville fait hommage aux sociétés savantes. La première séance a eu lieu le 4 septembre, à 6 heures du soir. La Société linnéenne, dont plusieurs membres appartiennent également à la Société géologique, s’était réunie pour recevoir les membres de cette dernière société.

Les membres de la Société géologique présens à la séance sont : MM. de Caumont, Daudin, Graves, de Magneville, de Montalembert, Mutel-Delisle, Spencer-Smith et de Verneuil [2]

Les membres de la Société linnéenne présens sont : MM. Lair, de La Foye, Le Sauvage, D.-M. Eudes Deslongchamps, prof. d’hist. nat., Busnel, Chauvin, Hardouin, D.-M., comte de Beaurepaire, baron de La Fresnaye, de Touchet, Cassin, Prudhomme, Castel, Faucon Duquesnaye, D.-M., Étienne, D.-M., Bourienne, D.-M., Pattu, ing. en chef des ponts-et-chaussées, vicomte de Chaumontel, Édouard Herbert-Smith, et Deshayes.

Plusieurs personnes, étrangères aux deux Sociétés, assistent à cette séance, ce sont : MM. de l’Abadye, d’Archiac, Léchaudé d’Anisy et Merlin.

M. de Caumont, après avoir exposé le but de la réunion, dépose sur le bureau deux exemplaires de l’ouvrage de M. Antoine Passy, sur la géologie du département de la Seine-Inférieure, description accompagnée d’une carte géologique et d’un atlas de coupes et de dessins de fossiles. L’un de ces exemplaires est destiné, par l’auteur, à la Société géologique, et l’autre à la Société linnéenne.

Cette dernière Société reçoit encore les ouvrages suivans, savoir : le deuxième numéro du Bulletin de la Société des sciences, belles-lettres et arts d’Angers ; les derniers Bulletins de la Société linnéenne de Bordeaux ; ceux du la Société académique de Poitiers, et le rapport de M. J. Desnoyers sur les travaux de la Société géologique de France pendant l’année 1831.

La Société géologique procède à la nomination d’un président, d’un vice-président et d’un secrétaire, conformément à l’article de ses statuts portant que : un bureau spécial sera formé dans les villes ou la compagnie tiendra des séances extraordinaires.

Elle élit pour président de la réunion, M. de Magneville pour vice-président, M. Spencer-Smith ; et pour secrétaire, M. de Caumont, secrétaire de la Société linnéenne et des antiquaires de la Normandie.

Le président proclame membres de la Société géologique :

M. H. Busnel, ancien officier de la marine, membre de la Société linnéenne, présenté par MM. de Caumont et de Magneville ;

M. d’Archiac, ancien officier de cavalerie, présenté par MM. Graves et Mutel-Deliale ;

M. de L’Abadye présenté par les mêmes membres ;

M. le baron Frédéric de La Fresnaye, propriétaire à Falaise, présenté par MM. de Magneville et de Caumont.

M. Léchaudé d’Anisy donne communication à la Société d’une collection de dessins coloriés représentant les principales espèces minérales. Ces dessins, de la main de M. Léchaudé, sont exécutés avec une rare perfection.

MM. de La Frenaye et Castel donnent verbalement quelques détails sur les résultats du forage, pratiqué à Quesnay, arrondissement de Falaise, dans le but d’obtenir de l’eau jaillissante.

Il résulte de cette communication qu’après avoir traversé le calcaire de Caen, on a trouvé des argiles de différentes natures, les unes rougeâtres, les autres bleuâtres et bigarrée, et qu’on est parvenu au milieu d’une glaise noire pyriteuse. M. de Caumont, tout en reconnaissant qu’il est impossible de rien affirmer sur l’âge du terrain auquel on est parvenu, vu l’état de trituration dans lequel se trouvent toujours les parties ramenées par la sonde, suppose que ce terrain pourrait être identique avec les argiles qui se montrent au-dessous du calcaire de Caen, en sortant de la Ville de Falaise, et qu’il a rapportées au red marle.

M. Chauvin, membre de la Société linnéenne, lit une notice sur les plantes marines des côtes de la Normandie. Après avoir donné un aperçu du nombre des plantes marines qui croissent sur le rivage normand, et être entré dans des détails circonstanciés concernant la distribution de ces plantes sur les roches calcaires, granitiques, schisteuses, etc., l’auteur présente plusieurs cahiers de son magnifique Herbier.

M. Deslongchamps, professeur d’histoire naturelle, lit ensuite un mémoire sur les coquilles fossiles, rapportées ordinairement au genre Plagiostmoma de Sowerby.

Une partie du Mémoire est consacrée à examiner de quelle manière les naturalistes, qui ont adopté ce genre, l’ont considéré et caractérisé. Il résulte de cet examen, que le Plagiostoma spinosa, de Sow., est le seul auquel la caractéristique, donnée par Sowerby, puisse rigoureusement s’appliquer, si toutefois cette coquille n’a pas eu sa charnière en partie détruite par suite du passage à l’état fossile, comme cela est arrivé pour le genre Podopside. M. E. Deslongchamps est porté à admettre cette dernière supposition, et présume que le plag. spinosa, mieux conservé, deviendrait probablement un spondyle.

Les autres espèces, rapportées successivement par Sowerby à son genre Plagiostoma, n’y ont été admises que parce qu’on n’avait pu sans doute examiner convenablement leurs charnières altérées ou encroûtées de pierre ; car, bien conservées et totalement dégagées, elles diffèrent considérablement de celle du plagiostoma spinosa.

Les modifications que Lamark, MM. de France, de Blainville et Deshayes ont fait subir au genre Plagiostome de Sowerby, ont approché, plus ou moins, de la réalité sans l’atteindre ; car, suivant M. E. Deslougchamps, les coquilles regardées comme des plagiostomes ont tous les caractères des limes. Il remarque que le caractère regardé par Lamark et M. de France comme distinctif des plagiostomes, c’est-à-dire le défaut de bâillement sous les oreilles, est fautif. En effet, la plupart de ces coquilles, lorsqu’elles sont bien entières et que leurs valves n’ont point chevauché l’une sur l’autre, montrent, dans l’endroit indiqué, un bâillement, à la vérité peu considérable, mais assez prononcé pour détruire la valeur attachée à ce caractère, qui du reste varie à l’excès, même dans les limes vivantes. L’auteur du mémoire remarque en outre que plusieurs de ces limes fossiles ont en dedans de la lame cardinal, sous l’extrémité des oreilles, de chaque côté, une dent obtuse, reçue dans une fossette de l’autre valve. Cette particularité. ne peut néanmoins servir à distinguer les limes fossiles des vivantes, puisque celles-ci montrent également ce caractère, mais les conchyliologistes n’en avaient point parlé. Enfin M. E. Deslongchamps a pu mettre à découvert l’intérieur des valves de plusieurs de ces coquilles ; l’impression musculaire en est unique, peu prononcée, et située absolument comme dans les espèces vivantes.

M. Deshayes, dans son article Plagiostome du Dictionnaire classique d’histoire naturelle, avait pressenti la nécessité de réunir ce genre à celui des limes ; M. E. Deslongchamps l’a démontrée, et a résolu le problème.

La plupart des limes fossiles semblent s’éloigner beaucoup par leur facies général des limes vivantes ; mais les caractères essentiels sont identiques dans les unes et dans les autres. Il faut dire aussi que, parmi les fossiles, plusieurs ont l’aspect de leurs congénères vivantes, et que toutes les espèces se nuancent et se tiennent par les rapports les plus directs.

Le tissu de la couche interne des limes fossiles, de même que celui de la lame cardinale, paraît être d’une autre nature que le tissu de la couche extérieure ; du moins, dans certaines circonstances de fossilisation, la couche extérieure seule a persisté, le reste a été détruit. Dans cet état, les limes fossiles, tout en conservant leurs formes générales, n’ont plus de lame cardinale ; leur charnière présente alors un aspect tout différent de ce qu’il est lorsqu’elles sont intactes. M. E. Deslongchamps a trouvé la plupart des espèces qu’il a décrites, dans les deux états de conservation. Cette singulière altération des limes, et qui se trouve dans plusieurs coquilles fossiles, pourrait facilement induire en erreur, sur leurs rapports génériques, les naturalistes qui ne seraient pas prévenus de ce fait.

Ce mémoire est accompagné de dessins très soignés, représentant chaque espèce sous trois aspects et de grandeur naturelle, Dix-sept espèces y sont décrites, dont les deux tiers au moins sont nouvelles. Elles ont été recueillies dans les diverses couches calcaires du Calvados, depuis le lias jusqu’à l’Oxford-clay. C’est le forest-marble et l’oolithe ferrugineuse qui ont fourni le plus grand nombre d’espèces.

L’auteur les range sous quatre sections :

I. Bords des valves entiers, non coupés en biseau, lunule distincte.

Lima gigantea, L. heteromorpha.

II. Bords des valves sinuoso-dentés, lunule distincte.

Lima sulcata, L. variabilis, L. radiata, L. punctata.

III. Bords des valves coupés en biseau, aux dépens de la face interne, lunule distincte.

Lima elliptica, L. lucida, L. pulchella, L. uniaurita, L. typus, L. lœvis, L. semistriata.

IV. Bord des valves sinuoso-anguleux ; point de lunule.

Lima altemans, L. duplicata, L. gibbosa, L. exigua.

Sur la proposition de M. de Caumont, la Société arrête le programme suivant pour les excursions qu’elle doit faire aux environs de Caen.

Le 6, partir de Caen pour Bayeux et Port-en-Bessin ; le 7, le 8 et le 9, visiter la mine de houille de Litry, puis Villers-Bocage, en passant par Balleroy et Tilly-sur-Seule ; revenir à Caen par Harcourt, les Moutiers, Laise, Étavent, etc. ; le 10, de Caen, se rendre à Lisieux, en passant par Cambremer ou par Pont-l’Èvêque ; et le 12, séance de clôture à Lisieux.

Le 5 septembre, la Société géologique se réunit à neuf heures et demie du matin chez M. Eudes Deslongchamps, D. C. S., professeur d’histoire naturelle à la Faculté des sciences de Caen, afin d’examiner sa belle collection. Elle voit avec intérêt les nombreuses coquilles fossiles recueillies par ce savant ; les débris de crocodiles qu’il a dégagés de leur gangue calcaire, et au sujet desquels il a composé un ouvrage encore inédit, dont quelques parties ont été communiquées à M. Geoffroy-Saint-Hilaire ; et toutes les autres richesses que renferme ce cabinet.

À onze heures et demie, la Société se transporte au Musée d’histoire naturelle de la ville de Caen, où s’étaient rendus d’avance M. de Magneville, directeur-fondateur de l’établissement, et M. Chauvin, qui en est le conservateur. MM. de Touchet, le docteur Le Sauvage, de Caumont, Deslongchamps, Busnel, comte de Beaurepaire, et Castel, membres de la Société linnéenne, accompagnent la Société géologique.

Elle examine surtout la collection des roches du département du Calvados et du département de la Manche, la nombreuse série de coquilles vivantes et de coquilles fossiles que possède l’établissement, les curieux débris de crocodiles restaurés par M. Deslongchamps, la belle collection de poissons formée par M. Chauvin, la précieuse collection de polypiers provenue du cabinet de feu le professeur Lamoureux ; enfin elle jette aussi un coup d’œil sur les minéraux, sur les mammifères, les oiseaux, etc. etc.

Après avoir passé près de trois heures au Musée de la ville, la Société exprime ses remerciemens à MM. de Magneville et Chauvin, et les complimente sur l’ordre parfait qui règne dans toutes les parties du Musée.

Le temps ne permet pas de visiter les cabinets de fossiles de MM. Tesson et Vautier.

À six heures et demie du soir, la Société géologique et la Société linnéenne tiennent conjointement séance, sous la présidence de M. de Magneville et de M. P.-A. Loir.

Après la lecture et l’adoption du procès-verbal de la séance précédente, M. de Verneuil, arrivant d’Angleterre, donne quelques détails sur les courses géologiques qu’il a faites dans ce pays.

M. de Montalembert offre, de la part de M. Constant Prévost, l’introduction au rapport, fait par lui à l’Académie des sciences, sur son Voyagé à l’ile Julia.

M. de Magneville lit une notice historique sur l’origine et les accroissemens du Musée d’histoire naturelle de Caen ; ce bel établissement, que l’on doit ou zèle de M. de Magneville, n’existait pas encore en 1817, et en peu d’années le fondateur, secondé par ses concitoyens, est parvenu à former cette intéressante et riche collection, qui renfermera, outre les productions exotiques, tous les produits naturels des cinq départemens de la Normandie.

M. Busnel lit un Mémoire intitulé : Observations sur les terrains intermédiaires du Calvados, suivies de quelques réflexions sur la nécessite de déterminer rigoureusement la direction et l’inclinaison des couches, et de les indiquer sur les cartes géologiques.

M. Busnel reconnaît d’abord que, vus rapidement, ces terrains ne présentent que désordre et bouleversemens ; mais qu’en les observant avec attention, on y reconnaît beaucoup d’uniformité. L’auteur propose de les diviser en deux séries ; la première, composée de grès quartzeux, de conglomérats, de calcaire-marbre, de schistes, communément rougeâtres, etc., renfermant des fossiles, et dont les couches, on général, dirigées du, S.-E. au N.-O, plongent d’environ 45° au N.-E.

La seconde, qui parait antérieure à la première, à peu près exclusivement composée de schistes argileux et de grauwacke, ne contenant que bien rarement, et peut-être jamais, des corps organisés fossiles, ayant des couches presque verticales et de l’O. 15° S. à l’E. 15° N.

Cette discordance de gisement, qui a suffi à M. Busnel pour le déterminer à séparer les roches anciennes en deux groupes, l’a convaincu en même temps de la nécessité de ne plus se contenter observer approximativement la direction et l’inclinaison des couches ; mais de les déterminer, au contraire, de la manière la plus rigoureuse. Pour y parvenir, il entre dans quelques détails sur les erreurs que l’on peut commettre dans ces observations.

« Il faut d’abord chercher (dit l’auteur) à bien voir si les roches, dont on veut déterminer la position, sont en place et n’ont point subi des dérangemens depuis leur formation, soit par les vallées transversales, dont les eaux leur ont fait subir de fortes déviations, soit par les soulèvemens dus à l’apparition des granits, des porphyres, etc., soit, enfin, par les agens extérieurs ou par toute autre cause. Il faut également s’assurer que les faces découvertes sont bien celles des véritables joints de stratification ; enfin il faut bien tenir compte des faux et doubles clivages, des erreurs de la boussole elle-même, de la déclinaison, etc.

« En prenant toutes les précautions désirables, on obtiendra la situation générale de certaines roches qui peuvent offrir un désordre plutôt apparent que réel, et l’on tirera sans doute, de ces observations, des lumières nouvelles sur la formation des roches anciennes.

« Il serait à désirer que l’on indiquât la direction et l’inclinaison des roches sur les cartes géologiques : ce serait chose facile à faire, car le point de l’horizon vers lequel plongent les couches étant toujours à 90 degrés de leur direction, il suffirait d’indiquer celle-ci par une simple ligne dont le milieu, marqué d’un point, serait le lieu de l’observation, et d’écrire, du côté de l’inclinaison, le nombre de ses degrés ; l’absence des chiffres près de la ligne de direction indiquerait que les couches sont verticales. Par ce moyen fort simple, la vraie situation des roches se trouverait alors complètement déterminée. D’après un grand nombre d’observations, j’ai trouvé que la direction moyenne des couches, presque verticales, de la seconde série, était le O. 15° S. et E. 15° N. corrigés, ou N. 82° 3O′ O. et S. 82° 30′ E. de la boussole, en supposant 22° 30′ de déclinaison N.-O. ; déclinaison que je crois trop faible, mais que je n’ai pas encore eu le temps de constater. Il n’est pas nécessaire de faire remarquer que cette direction moyenne pourra varier par suite de nouvelles et meilleures observations. »

Dans la seconde partie du même mémoire, après avoir élevé des doutes sur l’horizontalité primitive des schistes et grauwackes des parties anciennes du terrain de transition, et indiqué les motifs de ces doutes, M. Busnel suppose que les roches de la première série (grès quartzeux, conglomérat, calcaire, schistes, etc.) ont été formées de celles de la seconde série, qui, battues, en partie détruites et remaniées par les flots, auront offert de nouvelles plages ou des mollusques et des crustacés auront pu se développer.

M. le docteur Hardouin présente un travail fort étendu sur les plantes rares qui croissent dans le département du Calvados, et communique verbalement un grand nombre de faits relatifs à l’influence que la diversité des terrains du département paraît exercer sur la distribution géographique de ces plantes.

À l’occasion de la lecture de ce mémoire, des observations intéressantes sont communiquées par MM. Graves et Daudin, sur la distribution des plantes dans le département de l’Oise.

Après avoir rapidement examiné les principales roches qui se rencontrent dans le département de la Manche, M. de Caumont met sous les yeux de la Société la carte géologique de ce département, qu’il a commencé à dresser depuis l’année 1825, et il annonce la publication prochaine de cette carte, qui sera accompagnée de coupes et d’une description détaillée.

Le 6 septembre, la Société part de Caen pour commencer ses excursions. Aux membres de la Société géologique, se joignent MM, de Beaurepaire-Louvagny, Castel, Cassin, membres de la Société linnéenne, et M. l’abbé Pinault, professeur de mathématiques ; à Bayeux, M. Lamarre, ancien élève de l’École polytechnique, s’est réuni à la Société pour la course de Litry ; et, à Harcourt, M. de Brebisson, membre de la Société linnéenne.

Le département du Calvados, si intéressant par la variété des formations géologiques qui forment son sol, est tellement connu par les travaux de MM. de La Bèche, Hérault, C. Prévost, de Caumont et Desnoyers, qu’il serait surabondant de donner une description nouvelle des formations que MM. les membres de la Société géologique ont examinées dans leurs courses aux environs de Caen [3]. M. de Caumont a servi de guide à ses confrères, ce qui a beaucoup augmenté l’intérêt de ces excursions ; il avait même eu l’attention de leur donner des exemplaires de sa carte du département.

Entre Caen et Bayeux, la Société a successivement observé jusqu’à Martragny les plaines formées par la grande oolithe et par le forest-marble, puis, à Vieux-Pont, les premières carrières de lias, sur lequel est assise la ville de Bayeux, et dont un des bancs supérieurs contient plusieurs espèces d’ichtyolithes.

À Port-en-Bessin, la Société a examiné les falaises qui bordent la côte à l’est et à l’ouest du village, et y a reconnu, de haut en bas, les trois étages suivans : calcaire blanc avec silex, appartenant à la grande oolithe ou au forest-marble ; marne bleue de Port, ou fullers-earth, enfin calcaire oolithique inférieur ; et, vers Sainte-Honorine, un calcaire bleuâtre, avec silex, appartenant probablement au lias supérieur, ou au sand et marlstone des Anglais. De ce côté se remarquent, le long de la falaise, des espèces de contreforts, ou masses avancées d’oolithe inférieure, à un étage plus élevé que les couches de même nature qui se voient dans la falaise même, et indiquant ainsi une grande faille parallèle à la direction du rivage.

À Maisons, la fosse du Soucy, où se perdent les rivières d’Aure et de Drôme dans des crevasses de l’oolithe inférieure, a fixé l’attention de la Société.

Le 6 septembre au soir, dans une réunion à Bayeux, M. de Caumont a lu une notice sur le parti qu’on peut tirer de la combinaison raisonnée des teintes, dans les cartes géologiques, pour exprimer non seulement l’étendue des roches doivent être considérées comme unités géologiques, mais encore celle des variétés de roches qui s’éloignent plus ou moins du type ordinaire des espèces géologiques.

« En explorant le département de la Manche, dit M. de Caumont, je fus frappé des changemens qui s’opèrent dans la structure de certaines roches, lorsqu’on les observe sur une surface un peu étendue. Dans certaines contrées, par exemple, les schistes dont la structure parait d’abord si différente de celle des granites, offrent des exemples frappans de passages insensibles à des roches granitoïdes. Dans l’arrondissement de Cherbourg, les schistes deviennent souvent verdâtres ; le feldspath, en parties très fines disséminées dans la pâte amorphe, se développe et se sépare des feuillets du schiste ; en même temps le quartz devient visible, la masse parait grenue, à grains très longs ; c’est, suivant les lieux, une espèce de gneiss, ou phyllade talqueux, ou bien le stéaschiste noduleux de M. Brongniart. Enfin les grains, allongés et couchés entre les feuillets, perdent leur direction commune, les cristaux se groupant, et la roche devient un granit ou une syénite. Il résulte de ces changemens : 1° des roches intermédiaires entre le schiste et le granite ; 2° des roches qui tiennent plus du granite que du schiste ; 3° des roches qui tiennent plus du schiste que du granite.

« J’ai peiné que le mouvement progressif d’une espèce de roche vers une autre, ou, si l’on veut, l’étendue des oscillations des roches les unes vers les autres, devrait être exprimée sur les cartes géologiques, et j’ai essayé de le faire sur ma carte du département de la Manche. Pour cela, j’ai employé un système de notation extrêmement simple. Lorsqu’une roche tend à se rapprocher d’une autre roche, j’ai semé la couleur qui la représente avec des points de la couleur consacrée à la roche dont elle tend à se rapprocher ; ainsi, lorsqu’un granite passe au gneiss et au micaschiste, je ponctue la couleur du granite avec celle que j’ai assignée à ces deux roches. Le schiste passe-t-il au stéaschiste et à la syénite, la couleur du granite est appliquée en semé sur celle du schiste.

« J’ai étendu cette théorie à beaucoup d’autres formations, et j’en ai tiré un grand avantage. Au moyen de la méthode que j’ai adoptée, j’indique les variétés de roches, mais sans faire oublier le type de la formation à laquelle elles appartiennent ; les unités géologiques demeurent présentes à l’esprit, puisque la couleur consacrée à une espèce forme toujours le fond de la teinte qui exprime les variétés, et que celles-ci ne sont indiquées que par une nuance accessoire qui ne forme que des points semés sur la couleur principale. »

Le 7 septembre, les membres de la Société géologique se sont rendus, de Bayeux, à la houillère de Litry ; ils ont observé dans ce trajet le lias de Longeau, dont une des couches passe au calcaire lithographique, et le trapp porphyrique de Goville, sur les bords du bassin houiller, roche qui s’est aussi rencontrée au fond du puits de recherche creusé au hameau du Carnet.

À Litry, la Société a examiné l’intéressante collection d’échantillons de toutes les couches reconnues dans les excavations entreprises à diverses époques, collection formée par MM. Noel et Lance, directeurs de la mine, qui se sont empressés de la mettre à la disposition de la Société.

Après avoir observé le terrain houiller de Litry, dont l’extraction occupe près de six cents ouvriers, et s’opère par sept puits, la Société a vu, au Molay, un dépôt de cailloux roulés de roches de transition, qui semble dépendre de la formation du red marle, et qu’elle a retrouvé plus loin au Vernay.

M. de Caumont a fait alors observer que, vers le sud, les phyllades bordent, à peu de distance, le dépôt qui renferme la houille ; qu’au nord, des collines de lias viennent recouvrir d’un épais manteau les couches du red marle ; de sorte que ce dernier terrain, dans lequel sont ouverts les puits de la mine, offre à peine à Litry trois quarts de lieue de largeur entre les phyllades et le lias ; mais qu’il acquiert plus de largeur en avançant vers l’ouest.

De plus, en considérant la topographie des roches dans le Calvados et dans la Manche, on remarque que Litry se trouve sur le bord d’un golfe dont le terrain houiller du Plessis occupe le bord opposé à Litry. Ce golfe devait présenter des rives abruptes et profondes, puisqu’on y a trouvé du grès houiller et des galets roulés jusqu’à une profondeur de 700 pieds, tout près des phyllades qui bordent le bassin.

De Litry jusqu’au Vernay, la Société n’a rencontré que des schistes de transition.

Au coteau qui borde, à Longraye, la rive droite dv l’Aure, elle a vu le diluvium superpose au lias, ainsi que du silex abondans au milieu d’une argile ; dépôt répandu sur plusieurs autres points du département, et que M. de Caumont considère comme pouvant être bien plus ancien que la formation diluvienne.

À Tilly et dans la vallée de la Seule, la Société a retrouvé les phyllades que recouvre immédiatement, à Juvigny, la formation du lias ; et jusqu’à Villers, tantôt les argiles du red-marle, tantôt le lias.

8 septembre. À Villers-Bocage, l’attention des membres a été dirigée vers la partie supérieure de la formation du lias, dont la principale couche, mêlée d’oolithes ferrugineuses irrégulières, est connue dans le pays sous le nom de banc de roc ; puis sur les phyllades de la vallée de l’Odon.

De Villers à Aulnay, la Société a reconnu le grès quartzeux et le conglomérat pseudo-porphyrique de transition, qui s’étend depuis la Ferrière jusqu’au-delà de Falaise, et dont les points culminas sont les plus élevés du département du Calvados ; elle a vu ensuite le calcaire de transition de Valcongrain.

D’Aulnay à Harcourt, on a surtout observé le conglomérat pseudo-porphyritique de la bruyère de Saint-Martin de Sallen, et l’attention a été fixée par M. Busnel sur les buttes de grès et de calcaire intermédiaire de Caumont, de la Mousse et de Saint-Remy ; sur les anciennes exploitations de fer dans le terrain de transition des environs ; enfin sur l’ardoisière de Curcy, dans laquelle on a trouvé des grains d’argent natif en quantité assez notable.

9 septembre. Après avoir examiné à Harcourt les schistes de transition, la Société a visité les carrières de Croisilles et des Moutiers, creusées dans le terrain oolithique inférieur et si riches en coquilles fossiles ; elle a revu à Saint-Laurent le conglomérat intermédiaire, et étudié à Notre-Dame de Laize les marbres de la rive droite de la rivière, paraissent, au bas de la côte, reposer sur des grauwackes ; et sont recouverts, à son sommet, par un calcaire oolithique grossier, et très cristallin, qui peut dépendre de la partie supérieure du lias.

À May, la Société a visité les vastes exploitations de grès quartzeux intermédiaire qui fournit le pavé et la pierre employés au pavage des rues et à l’entretien des routes voisines.

M. Busnel appelle l’attention de la Société sur les masses arrondies qu’il a nommées globolites dans une notice dont il donne une analyse, et qui a pour but de signaler ces corps extraordinaires aux recherches des naturalistes.

D’après lui, les globolites se trouvent fréquemment dans les carrières de May et de Feuguerolles ; ils sont toujours séparés de la roche qui les entoure, par une fissure. Leur diamètre varie de quelques décimètres à deux mètres ; leur forme générale est celle d’un sphéroïde allongé, et rappelle celle qu’offrirait le moule d’un immense nautile, ou d’un crustacé roulé sur lui-même, on remarque à leur surface des espèces de stries fort régulières, dont les plus grandes se bifurquent à leur extrémité ; ils sont ordinairement composés d’une enveloppe de grès de deux à trois décimètres d’épaisseur, renfermant un sable quartzeux micacé très pur et très fin ; quelquefois ils sont massifs et présentent tous les degrés de cohésion. Dans tous les cas, leur partie solide est coupée en tous sens par des fissures ; de sorte que, lorsqu’on enlève la roche qui les entoure, ils tombent en morceaux. Le fragment que M. Busnel est parvenu à faine découvrir à environ un mètre de développement dans un sens, et un mètre soixante centimètres dans l’autre il offre les caractères indiqués plus haut. ainsi que deux autres fragmens, mais fort incomplets.

De l’extrémité du coteau, dont la rivière d’Orne baigne le pied, M. de Magneville fait remarquer les carrières de Feuguerolles, ouvertes dans le prolongement des mêmes couches ; et, un peu plus loin, dans la même commune, l’emplacement où l’on a fait sans succès, il y a quarante à cinquante ans, des recherches de houille, dans un schiste d’un aspect charbonneux, associé à un calcaire noir, fétide, contenant des orthocératites et une quantité considérable de graphtholites M. Busnel indique, près et au sud du coteau où la Société se trouve, un autre emplacement qui n’avait point encore été signalé, où des recherches semblables furent faites : cet emplacement se trouve séparé du premier par les bancs de grès quartzeux intermédiaires, exploités à May et à Feuguerolles.

La Société s’est ensuite rendue aux carrières d’Allemagne, ouvertes sur la pente N.-O, de la colline par des galeries horizontales dans le calcaire de Caen (grande oolithe), dont la pierre est employée, depuis plusieurs siècles, aux grandes constructions du pays, et d’où elle est fréquemment expédiée à l’étranger. C’est dans ces carrières qu’ont été découverts la plupart des nombreux débris de reptiles (crocodiles et autres genres) qui ornent le Musée de la ville de Caen, et plusieurs collections particulières.

10 septembre. De retour à Caen, la Société a visité la collection de roches et de fossiles de M. Busnel, et sur l’invitation de M. de Magneville, président de la Société, elle s’est rendue à sa campagne de Lebisey, où s’est tenue la séance de clôture.

Dans cette localité, l’une des plus riches en fossiles du calcaire à polypiers dépendant de la grande oolithe, on a étudié plusieurs couches de ce système. De l’extrémité de son parc, M. de Magneville fait remarquer, en face, sur le coteau de Mondeville, la jonction du calcaire à polypiers avec la grande oolithe ; à gauche, sur le bord de l’Orne, les carrières de Ranville, ouvertes dans le premier de ces groupes ; au-dessus, des coteaux formés par l’argile de Dives et le coral-rag ; plus loin, les parties supérieures des terrains secondaires, jusques et y compris la craie ; plus loin encore il indique les grès tertiaires qui dominent les hauteurs des environs d’Orbec et de Livarot, et enfin les falaises crayeuses du département de la Seine-Inférieure. M. de Mngneville appelle encore l’attention de la Société sur le banc supérieur du calcaire à polypiers percée de trous de pholades où sont attachées des huîtres fossiles, et indique plusieurs des bords de l’Orne (Longuevel, Laroque, Ranville, etc.) où se retrouve ce banc ; il offre aux membres présens des échantillons de polypiers fossiles de cette localité.

On ouvre ensuite la séance de clôture, après la lecture du dernier procès-verbal.

La société géologique arrête que des remerciemens seront votés et adressés à la Société linnéenne de Normandie, pour la bonne réception et les excellentes communications qu’elle en a reçues, et en particulier à MM. de Magneville, de Caumont et Busnel, qui ont bien voulu l’accompagner et la diriger pendant son voyage.

Cette même décision a été prise de nouveau à la séance du 5 novembre, à Paris, après la lecture de ces procès-verbaux et du récit des excursions.



  1. Le procès-verbal a été rédigé par M. de Caumont pour les séances et courses antérieures au 8 septembre, et pour les jours suivans par M.Busnel.
  2. L’épidémie, régnant alors dans plusieurs départemens, a empêché la plus grande partie des membres de la Société géologique de se rendre à ces réunions extraordinaires.
  3. C’est cette considération qui a porté le conseil de la Société, dans sa séance du 26 novembre, à décider que le récit de ces courses, rédigé par MM. de Caumont et Busnel, et dont on peut retrouver les détails dans la Topographie géognostique du Calvados serait très abrégé pour le bulletin.