Bouquets et prières/La Fête de Thomas Moore

LA FÊTE


de Thomas Moore.



Pourquoi demander l’heure ? Eh ! qu’importe comment
Le temps a secoué ses ailés sur nos têtes ?
Va, les minutes d’or qui brillent dans ces fêtes
Sont les trésors d’un Dieu plus jeune et plus charmant.
C’est un enfant qui rit, c’est le plaisir prodigue

D’instans. Si le calcul fixait ce don rapide,
Qui n’en ménagerait chaque parcelle ? Hélas !
Le plaisir glisse et meurt : on ne sent point ses pas.

Comme les baisers d’une femme,
Ils sont trop vifs pour les compter,
Trop légers pour les arrêter ;
Et l’on n’enchaîne pas la flamme !

Ainsi, remplis la coupe. Eh ! qu’importe comment
Le temps roule son cercle et détruit nos journées ?
Va, les minutes d’or, qui valent tant d’années,
Sont les trésors d’un Dieu plus jeune et plus charmant !