Biographie universelle ancienne et moderne/2e éd., 1843/NICERON (Jean-François)

Michaud - Biographie universelle ancienne et moderne - 1843
Tome 30 page 430

NICERON (Jean-François)


NICERON (Jean-François), connu par ses recherches sur l’optique, naquit à Paris en 1613 et annonça de bonne heure des dispositions à l’étude des sciences mathématiques. A l’âge de dix-neuf ans, il entra dans l’ordre des Minimes, et, après avoir terminé son cours de théologie, reprit ses premières occupations, autant que ses devoirs pouvaient le fui permettre. Il fut envoyé deux fois à Rome, et profita de son séjour dans cette ville, pour visiter les savants. Il professa ensuite la théologie, et fut enfin choisi par un de ses supérieurs généraux pour l’accompagner dans la visite des couvents de l’ordre en France. Le P. Niceron s’était attaché particulièrement à l’optique, et les progrès qu’il avait faits dans cette science promettaient de sa part de nouvelles découvertes, lorsqu’il mourut à Aix le septembre 1646, âgé de 33 ans. On a de lui :

1e la perspective curieuse, ou Magie artificielle des effets merveilleux de l’optique par la vision directe, Paris, 1638, in-fol. ; réimprimée avec l’Optique et la Catoptrique du P. Mersenne, ibid., 1652, in-fol. Niceron la refondit, l’augmenta d’un grand nombre de remarques et la traduisit en latin sous ce titre : Thaumaturgus opticus, sive admiranda optices, etc., Paris, 1646, in-fol. Cette première partie devait être suivie de deux autres, dont la mort de l’auteur à privé les curieux.

2e L’Interprétation des chiffres, ou Règle pour bien entendre et expliquer facilement toutes sortes de chiffres simples, tirée de l’italien et augmentée, particulièrement à l’usage des langues française et espagnole, Paris, 1641, in-8°. Cet ouvrage est traduit en partie d’Ant.-Marie Cospi (voy. COSPI).

Le portrait du P. Niceron a été gravé in-folio par Lasne.

W-s.