Biographie nationale de Belgique/Tome 2/BERLAYMONT, Louis, comte DE

◄  Tome 1 Tome 2 Tome 3  ►



BERLAYMONT (Louis, comte DE), archevêque de Cambrai, né à Bruxelles en 1542, mort à Mons, le 15 février 1594. Il était fils de Charles, comte de Berlaymont, chevalier de la Toison d’or, chef des finances, et l’un des principaux seigneurs des Pays-Bas. Il n’avait que vingt-huit ans lorsqu’il fut choisi archevêque de Cambrai, le 15 september 1570. Le duc d’Alençon s’étant emparé de cette ville, pendant les troubles qui ensanglantaient la Belgique à cette époque, Berlaymont, qui tenait pour les Espagnols, fur forné d’abandonner son siége épiscopal ; il se retira avec son chapitre à Mons, où il tint un concile provincial en 1586. Le pape Clément VIII le nomma pendant ce temps administrateur du diocèse de Tournai, où il fit son entrée le 13 novembre 1591. Il occupa ces fonctions provisoires pendant trois mois et, pendant cet intérim, consacra l’église des Capucins et rétablit la paroisse de Saint-Brice. Dans la cathédrale, il releva aussi les autels de Saint-Jean et de Saint-Georges, qui avaient été détruits par les Iconoclastes. Cambrai ayant été repris par les troupes espagnoles, le 3 octobre 1595, à la suite d’uu siége auquel Louis de Berlaymont avait assisté avec ses troupes et contribué pour une somme de quarante mille livres, le prélat était sur le point de rentrer dans sa métropole, lorsque des difficultés, survenues entre lui et les magistrats de cette ville l’obligèrent à protester contre leur conduite et le forcèrent à se retirer derechef à Mons, où il mourut.

On trouve des détails curieux sur l’archevêque Louis de Berlaymont et son épiscopat dans un manuscrit in-folio, n° 883, de la bibliothèque municipale de Cambrai, intitulé : Mémoires pour servir à l’histoire de Louys de Berlaymont, etc., où l’on voit les troubles arrivés en ce pays par l’usurpation du sieur d’Inchy, du duc d’Alençon, du sieur de Balagny et d’Henry IV, roi de France, avec plusieurs anecdotes curieuses.

Bon de Saint-Genois.

Le Glay, Catalogue des MSS. de la bibliothèque de Cambrai, p. 204. — Le même, Carmeracum Christianum, p. 62. — Lemaistre d’Anstaing, Histoire de la cathédrale de Tournai.