Biographie nationale de Belgique/Tome 1/AGILFRIDE

◄  - Tome 1 Tome 2  ►



AGILFRIDE ou AGILFROID (Agelfredus ou Egilfridus), moine d’Elnon, d’abord abbé du monastere de Saint-Bavon à Gand et de celui d’Elnon, fut choisi évêque de Liége, après la mort de Foucher ou Fulcaire, vers l’an 765. Il était d’une naissance illustre, et on assure même qu’il était parent de Charlemagne. Son origine, mais plus encore son propre mérite, lui donnèrent une grande considération à la cour de l’Empereur, qui lui accorda plusieurs franchises et des biens considérables en faveur de son église. Lorsque ce puissant monarque eut vaincu Didier, le dernier roi des Lombards, et qu’il l’eut emmene avec lui pour le reléguer avec sa femme Ansa à Liege, ce fut à Agilfride qu’il recommanda le soin d’adoucir les peines de son exil. Au reste, le nom de cet évêque n’a pas laisse des traces très-marquees dans l’histoire. On croit qu’il mourut vers l’an 787. Sigebert de Gembloux le nomme évêque et abbé tout ensemble, ce qui ferait presumer qu’il avait conservé le titre d’abbé pendant son épiscopat. Le premier biographe de saint Lambert, Godescalc, diacre de l’église de Liége, a, dit-on, composé la vie de ce saint par ordre d’Agilfride.

Voyez les historiens de Liege et Gallia Christ, nov., t. III, p. 831, et t. V, p. 175.

P. F. X. de Ram.