Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran/2/VI

VI

Où le docteur Ruskaert se dévoile.


Lettre de George-William Doubleface, esq., chef de la police secrète de Calcutta, à lord Henri Braddock, gouverneur général de l’Indoustan.

Bhagavapour, 15 février 1860.
« Mylord,

« Le courrier qui remettra ce rapport à Votre Seigneurie est un homme sûr, et je réponds de sa fidélité.

« Suivant les ordres de Votre Seigneurie, j’ai pris la route de Bhagavapour, et je me suis présenté à la cour du soi-disant maharajah Corcoran avec les lettres de créance que Votre Seigneurie a bien voulu demander pour moi à sir Samuel Barrowlinson. Sous le nom du docteur Scipio Ruskaert, de l’Université d’Iéna, j’ai pénétré sans peine auprès du capitaine Corcoran, qui m’a reçu d’abord avec défiance, je dois l’avouer ; mais bientôt cette défiance, qui paraît, du reste, fort étrangère à son caractère habituel, a fait place à des sentiments meilleurs. Quelle que soit sa pénétration, et je dois dire qu’elle dépasse tout ce qu’on peut imaginer, son insouciance et son intrépidité sont encore supérieures ; aussi n’ai-je rencontré aucun obstacle dans l’accomplissement de la mission dont Votre Seigneurie a bien voulu m’honorer.

« D’abord, il ne m’a pas été difficile d’obtenir la confiance de la reine Sita. La photographie, tout à fait inconnue dans ce pays reculé, m’a servi de passe-port auprès de la fille d’Holkar, qui n’a pas résisté au plaisir de voir son image et celle de son fils, — un marmot de deux ans. — reproduites et tirées à vingt mille exemplaires. Dans tel cas donné, c’est un signalement tout trouvé. Pour cette raison, j’aurais vivement désiré joindre à ma collection le portrait du capitaine Corcoran ; mais il s’est toujours refusé à poser devant moi, et j’ai craint, en insistant trop, de faire naître ses soupçons.

« En revanche, aussitôt qu’il a connu la lettre de sir John Barrowlinson, il s’est empressé de mettre à mon service ses armes, ses roupies, ses chevaux, ses éléphants et de me donner toute facilité d’aller et de venir dans ses États. Grâce à ma connaissance parfaite de la langue hindoustani, j’ai déjà trouvé moyen de recueillir les informations les plus variées et les plus sûres, et je m’empresse d’envoyer sous ce pli à Votre Seigneurie le tableau des forces de terre et de mer du royaume d’Holkar. Je dis : et de mer, car, malgré la répugnance des Indous pour la marine, le capitaine a gardé son brick et l’a fait armer en guerre, soit que, prévoyant le sort que lui réserve Votre Seigneurie, il le garde pour protéger sa fuite, soit qu’il ait, car on doit tout craindre d’un tel homme, quelque raison de compter sur l’appui de ses compatriotes. Votre Seigneurie, dans sa sagesse, appréciera mieux que moi les motifs réels de la conduite de cet aventurier.

« Votre Seigneurie, mylord, est priée de remarquer que l’armée dont elle verra l’énumération sur le tableau ci-joint, n’est pas, comme on pourrait le croire d’après les usages généralement reçus en Orient et en Occident, une armée sur le papier, et que les non-valeurs n’y tiennent aucune place. J’ai eu plus d’une fois occasion de vérifier avec quelle exactitude le capitaine se rend compte de l’effectif réel de ses troupes et de leur instruction, et je dois ajouter qu’il serait fort désirable que les cipayes où les sikhs enrôlés au service de la reine Victoria eussent la discipline et la solidité de ces Mahrattes.

« Une chose a rendu le maharajah très-populaire : c’est se scrupuleuse attention à rendre et à faire respecter la justice. Sous ce rapport il est inflexible, et il a fait pendre quelques centaines de brigands qui ravageaient impunément tout le pays sous l’autorité contestée de son prédécesseur. Plusieurs d’entre eux ont offert des sommes immenses pour racheter leur vie : mais il n’a fait grâce à personne, et il a distribué leurs dépouilles au petit peuple. Votre Seigneurie devinera facilement à quel point cette générosité, qui lui coûte si peu, a fait bénir son nom.

« Ceci me mène tout droit au sujet principal de ce rapport. J’ose espérer que Votre Seigneurie ne me désapprouvera pas, si j’ai cru devoir outrepasser un peu mes instructions.

« L’exécution des principaux brigands a mis fin au brigandage, et la plupart des pauvres diables qui faisaient ce sot métier sont rentrés dans la vie privée. D’autres ont passé la frontière et exercent leurs talents au Bengale, où j’ai eu le plaisir d’en saisir et d’en faire pendre une vingtaine. Parmi ces derniers (je veux dire ceux qui sont au Bengale, et non ceux qui ont été pendus), j’ai eu occasion de remarquer un drôle de la pire espèce, nommé Punth-Rombhoo-Baber, ou plus commodément Baber, ce qui signifie, en langue indoue, Votre Seigneurie ne l’ignore pas, le Tigre, Baber donc, ou le Tigre, s’est signalé, depuis sa naissance, par les exploits les plus brillants. Je n’oserais affirmer qu’il ait tué son père ou sa mère ; mais, à cela près, il a commis toutes sortes de crimes. À quinze ans, sa réputation était faite. Son habileté à se tirer des mains de la justice et de la police est presque fabuleuse. Pour citer de lui un tour qui vaut tous les autres, il a été empalé, et, profitent de l’absence des gardes, il s’est débarrassé de son pal et a traversé le Gange à la nage pendant la nuit pour chercher un asile dans le Goualior. Un autre jour, il fut pendu, mais si mal, que, sans que la corde eût cassé, il continua de respirer. Deux heures plus tard, on le dépendit pour le disséquer, et le docteur Francis Arnolt, chirurgien du 48e de ligne cipaye, allait lui plonger le scalpel dans la poitrine, lorsque Baber eut l’effronterie de se lever, d’arracher le scalpel au docteur étonné, de bondir vers la porte de l’amphithéâtre, de se glisser au travers de quatre ou cinq cents personnes, sans qu’on osât ou qu’on voulut lui mettre la main au collet, et de fuir jusqu’à Bénarès, où je le rencontrai, quand Votre Seigneurie daigna m’envoyer à Bhagavapour.

« Cette rencontre fut providentielle. Quoique j’ose me flatter de connaître à fond ma profession, un aide tel que Baber n’est pas à dédaigner. Par un bonheur extraordinaire, ce coquin croit avoir à se plaindre du capitaine Corcoran, qui l’a chassé du pays des Mahrattes. « Sans lui, dit-il, je vivrais bien tranquille au fond du royaume d’Holkar ; je jouirais paisiblement d’une fortune acquise par tant d’honorables travaux, et je serais heureux sous ma vigne et mon figuier avec ma femme et mes enfants, comme un patriarche. »

« Un motif plus singulier encore, et qui fera sans doute sourire Votre Seigneurie, l’a rendu l’ennemi irréconciliable du maharajah.

« Baber (où l’amour-propre va-t-il se nicher ?) se croit le premier homme de son temps et tout à fait invincible dans l’exercice de sa profession. S’il a subi quelques échecs dans le cours d’une vie déjà longue, ces échecs ne sont pas, dit-il, un effet de la faiblesse de son génie, mais de la sensibilité de son cœur. Deux fois les femmes l’on trahi et vendu ; mais aujourd’hui, plein d’expérience et de jours, revenu de sa passion aveugle pour un sexe trompeur, il se flatte de ne plus craindre personne, et l’idée d’obtenir du gouvernement anglais sa grâce et trois cent mille roupies (je n’ai pas cru hasarder trop en lui promettant cette somme de la part de Votre Seigneurie), l’idée plus éblouissante encore de prendre mort ou vif le capitaine Corcoran, que tous les Mahrattes regardent comme invincible, et de terminer ainsi sa glorieuse carrière par un magnifique coup d’éclat, tout cela décide Baber à tenter la grande entreprise.

« Quant aux moyens d’exécution, je le connais : on peut s’en fier à lui. Dans sa première jeunesse, il était l’un des chefs les plus redoutables des thugs, et il a commandé longtemps des bandes de cinq à six cents hommes. C’est parmi ses anciens associés qu’il s’est chargé de recruter trente coquins déterminés, dont le moindre a été condamné à mort deux ou trois fois. Trente, c’est assez ; car je ne dois pas dissimuler à Votre Seigneurie que le but de Baber est bien moins de faire prisonnier Corcoran (chose à peu près impossible), que d’en débarrasser le gouvernement anglais, quibuscumque viis, c’est-à-dire n’importe comment.

« Je n’ai pas besoin, mylord, d’informer Votre. Seigneurie que, en aucun cas, son nom ne pourra être compromis dans une pareille entreprise, et qu’elle pourra nier hardiment toute participation aux manœuvres du brave Baber. J’ai dû cependant montrer à Baber les pleins pouvoirs, signés de la main de Votre Seigneurie, qui me furent remis au moment de mon départ pour Bhagavapour, car ce gentleman voulait être certain d’obtenir sa grâce et les trois cent mille roupies que je lui ai promises ; mais vous devez bien penser, mylord, que ces papiers précieux n’ont été que montrés et non pas remis à l’honorable M. Baber.

« Au reste, l’exécution de son projet n’est pas très-difficile. La confiance du capitaine Corcoran dans sa popularité est si grande, qu’il n’a pas daigné mettre garnison dans sa capitale. Toute l’armée est distribuée sur la frontière, ainsi que Votre Seigneurie pourra s’en assurer si elle daigne jeter les yeux sur le plan ci-annexé. Il n’y a pas deux cents soldats à Baghavapour ; encore ce sont des soldats de police, dispersés dans les divers quartiers. Le palais est ouvert à tout le monde et à toute heure du jour. La seule garde qui soit à craindre, est composée d’un jeune tigre de trois mois et demi à peine, d’un grand tigre sauvage et de sa mère, cette fameuse Louison qui a donné tant de fil à retordre au colonel Barclay. Ces trois animaux sont doués d’un instinct merveilleux ; mais il est aisé de les surprendre à l’heure de la sieste et de les enfermer.

« Baber et moi, tantôt séparément, tantôt ensemble, nous avons examiné avec soin la disposition du palais et de ses issues, et fait notre plan de campagne. Il me paraît impossible que le soi-disant maharajah puisse s’échapper, quelle que soit sa force physique, qui est vraiment prodigieuse, et quel que soit son sang-froid.

« Si j’ai pris soin, mylord, de ne pas mêler le nom de Votre Seigneurie à ceux de M. Baber et d’autres gentlemen de même farine, je n’ai pas voulu non plus qu’on pût m’attribuer, en cas d’insuccès, une part quelconque de l’affaire. Ce n’est pas que je ne sois toujours prêt à exécuter, concilio manuque, tout ce qu’il plaira à Votre Seigneurie de m’ordonner dans l’intérêt du gouvernement de la Reine, notre gracieuse souveraine ; mais ici il n’est pas nécessaire de pousser si loin le zèle. Grâce au ciel, Baber et ses complices feront tout à eux seuls, et je ne tremperai pas les mains d’un loyal Anglais dans un meurtre que la morale publique réprouve bien que la politique le commande.

« En revanche, je me suis réservé la prise de possession de Bhagavapour au nom de Votre Seigneurie. Je profiterai du trouble qui suivra la mort de Corcoran pour annoncer l’arrivée prochaine de l’armée anglaise. Je connais ce peuple. Corcoran mort, nul n’osera résister, et tous ses desseins périront avec lui. Quant à la veuve et au jeune héritier présomptif, ils seront, comme disent les Français, expropriés pour cause d’utilité publique.

« J’espère que le prochain courrier apportera de bonnes nouvelles à Calcutta, et j’ose, mylord, supplier Votre Seigneurie de croire aux respects les plus profonds

« De son très-loyal, très-obéissant
« et très-dévoué serviteur,
« George-William Doubleface
« (alias Scipio Ruskaert). »

« P. S. Votre Seigneurie ne sera pas étonnée, j’ose le croire, si j’ai dû porter à un million de roupies le crédit qu’elle a daigné m’accorder sur la maison Smith, Henderson and C°, de Bombay. Votre Seigneurie n’ignore pas que les investigations de toute espèce auxquelles je me suis livré par ses ordres coûtent fort cher, et que, de toutes les marchandises connues, la trahison est la plus précieuse, bien qu’elle ne soit pas la plus rare. Outre l’honorable M. Baber et ses amis, j’ai dû acheter vingt-cinq ou trente consciences indoues, et bien que ces consciences païennes ne soient pas tout à fait au même taux que les consciences chrétiennes de messieurs les membres de la chambre des communes, cependant le tarif est encore très-élevé. Du reste, le trésor d’Holkar, auquel le soi-disant maharajah n’a fait qu’une brèche insignifiante, remboursera amplement le gouvernement de Sa Majesté.

« Il est même possible — mais ceci n’est qu’une conjecture dont Votre Seigneurie fera le cas qu’elle jugera convenable — que le gouvernement de Sa Majesté ne soit pas obligé de remplir tous ses engagements envers Baber ; car il est très-vraisemblable, ou que Corcoran surpris se défendra vigoureusement et pourra tuer quelques-uns des assaillants et peut-être Baber lui-même (ce qui éteindrait la créance en même temps que le créancier), ou que le peuple, indigné de l’assassinat de son chef bien-aimé, prendra les armes et se jettera sur les meurtriers, surtout si, comme il est désirable, la veuve du soi-disant maharajah survit à son époux et poursuit implacablement sa vengeance. Dans ce cas, l’économie serait encore plus complète, car aucun de ces gentlemen ne pourrait réclamer sa part de butin, et le gouvernement anglais ne perdrait guère que le somme insignifiante de vingt mille roupies, arrhes nécessaires du marché. Il pourrait même arriver que Sita, ignorant les diverses réflexions qui ont été échangées entre Baber et moi, et se défiant des ministres du défunt mahajarah, eût l’idée de me confier le soin de sa vengeance. Dans ce cas, je me verrais obligé de poursuivre les assassins et de ne faire grâce à personne. Plus j’y pense, plus cette dernière solution me paraît la plus vraisemblable et la meilleure.

« 2e P. S. Au moment où j’allais terminer ce trop long rapport, un grand tumulte s’est élevé dans Bhagavapour. J’ai mis la tête à la fenêtre pour voir de quoi il s’agissait. J’ai même cru que Baber, par excès de zèle, venait de commencer l’attaque. C’était une erreur. Le peuple tout entier levait les yeux et les mains vers le ciel et poussait des cris comme à la vue d’un animal extraordinaire. J’ai regardé en même temps que les autres et j’ai vu un ballon d’une forme extraordinaire descendre lentement dans le parc du maharajah. On a jeté l’ancre. J’étais trop loin pour rien distinguer ; mais le peuple se prosterna dans les rues en criant que c’est le resplendissant Indra, dieu du feu, qui vient rendre visite à Vichnou, son confrère, incarné à Bhagavapour dans la personne de Corcoran. Je vais voir cette merveille et savoir quel est cet aéronaute qui joue le rôle du puissant Indra. À coup sûr, cet incident imprévu est fait pour augmenter encore le crédit et la réputation du maharajah. »