Ouvrir le menu principal

Angelo, tyran de Padoue

Oeuvres complètes, Texte établi par G. SimonLibrairie OllendorffIII (p. 139-220).

Dans l’état où sont aujourd’hui toutes ces questions profondes qui touchent aux racines mêmes de la société, il semblait depuis longtemps à l’auteur de ce drame qu’il pourrait y avoir utilité et grandeur à développer sur le théâtre quelque chose de pareil à l’idée que voici.

Mettre en présence, dans une action toute résultante du cœur, deux graves et douloureuses figures, la femme dans la société, la femme hors de la société ; c’est-à-dire, en deux types vivants, toutes les femmes, toute la femme. Montrer ces deux femmes, qui résument tout en elles, généreuses souvent, malheureuses toujours. Défendre l’une contre le despotisme, l’autre contre le mépris. Enseigner à quelles épreuves résiste la vertu de l’une, à quelles larmes se lave la souillure de l’autre. Rendre la faute à qui est la faute, c’est-à-dire à l’homme, qui est fort, et au fait social, qui est absurde. Faire vaincre dans ces deux âmes choisies les ressentiments de la femme par la piété de la fille, l’amour d’un amant par l’amour d’une mère, la haine par le dévouement, la passion par le devoir. En regard de ces deux femmes ainsi faites poser deux hommes, le mari et l’amant, le souverain et le proscrit, et résumer en eux par mille développements secondaires toutes les relations régulières et irrégulières que l’homme peut avoir avec la femme d’une part, et la société de l’autre. Et puis, au bas de ce groupe qui jouit, qui possède et qui qui souffre, tantôt sombre, tantôt rayonnant, ne pas oublier l’envieux, ce témoin fatal, qui est toujours là, que la providence aposte au bas de toutes les sociétés, de toutes les hiérarchies, de toutes les prospérités, de toutes les passions humaines ; éternel ennemi de tout ce qui est en haut ; changeant de forme selon le temps et le lieu, mais au fond toujours le même ; espion à Venise, eunuque à Constantinople, pamphlétaire à Paris. Placer donc comme la providence le place, dans l’ombre, grinçant des dents à tous les sourires, ce misérable intelligent et perdu qui ne peut que nuire, car toutes les portes que son amour trouve fermées, sa vengeance les trouve ouvertes. Enfin, au-dessus de ces trois hommes, entre ces deux femmes poser comme un lien, comme un symbole, comme un intercesseur, comme un conseiller, le dieu mort sur la croix. Clouer toute cette souffrance humaine au revers du crucifix.

Puis, de tout ceci ainsi posé, faire un drame ; pas tout à fait royal, de peur que la possibilité de l’application ne disparût dans la grandeur des proportions ; pas tout à fait bourgeois, de peur que la petitesse des personnages ne nuisît à l’ampleur de l’idée ; mais princier et domestique ; princier, parce qu’il faut que le drame soit grand ; domestique, parce qu’il faut que le drame soit vrai. Mêler dans cette œuvre, pour satisfaire ce besoin de l’esprit qui veut toujours sentir le passé dans le présent et le présent dans le passé, à l’élément éternel l’élément humain, à l’élément social, un élément historique. Peindre, chemin faisant, à l’occasion de cette idée, non seulement l’homme et la femme, non seulement ces deux femmes et ces trois hommes, mais tout un siècle, tout un climat, toute une civilisation, tout un peuple. Dresser sur cette pensée, d’après les données spéciales de l’histoire, une aventure tellement simple et vraie, si bien vivante, si bien palpitante, si bien réel, qu’aux yeux de la foule elle pût cacher l’idée elle-même comme la chair cache l’os.

Voilà ce que l’auteur de ce drame a tenté de faire. Il n’a qu’un regret, c’est c’est que cette pensée ne soit pas venue à un meilleur que lui.

Aujourd’hui, en présence d’un succès dû évidement à cette pensée et qui a dépassé toutes ses espérances, il sent le besoin d’expliquer son idée entière à cette foule sympathique et éclairée qui s’amoncelle chaque soir devant son ivre avec une curiosité pleine de responsabilité pour lui.

On ne saurait trop le réduire, pour quiconque a médité sur les besoins de la société, auxquels doivent toujours correspondre les tentatives de l’art, aujourd’hui plus que jamais le théâtre est un lieu d’enseignement. Le drame, comme l’auteur de cet ouvrage le voudrait faire, et comme le pourrait faire un homme de génie, doit donner à la foule une philosophie, aux idées une explication désintéressée, aux âmes altérées un breuvage, aux plaies secrètes un baume, à chacun un conseil, à tous une loi.

Il va sans dire que les conditions de l’art doivent être d’abord et en tout remplies. La curiosité, l’intérêt, l’amusement, le rire, les larmes, l’observation perpétuelle de tout ce qui est nature, l’enveloppe merveilleuse du style, le drame doit avoir tout cela, sans quoi il ne serait pas le drame ; mais pour être complet, il faut qu’il ait aussi la volonté d’enseigner, en même temps qu’il a la volonté de plaire. Laissez-vous charmer par le drame, mais que caleçon soit dedans, et qu’on puisse toujours l’y retrouver quand on voudra disséquer cette belle chose vivante, si ravissante, si poétique, si passionnée, si magnifiquement vêtue d’or, de soie et de velours. Dans le plus beau drame, il doit toujours y avoir une idée sévère, comme dans la plus belle femme il y a un squelette.

L’auteur ne se dissimule, comme on voit, aucun des devoirs austères du poète dramatique. Il essaiera peut-être quelque jour, dans un ouvrage spécial, d’expliquer en détail c qu’il a voulu faire dans chacun des divers drames qu’il a donnés depuis sept ans. En présence d’une tâche aussi immense que celle du théâtre au dix-neuvième siècle, il sent son insuffisance profonde, mais il n’en persévérera pas moins dans l’œuvre qu’il a commencée. Si peu de chose qu’il soit, comment reculerait-il, encouragé qu’il est par l’adhésion des esprits d’élite, par l’applaudissement de la foule, par la loyale sympathie de tout ce qu’il y a aujourd’hui dans la critique d’hommes éminents et écoutés ? Il continuera donc fermement ; et, chaque fois qu’il croira nécessaire de faire bien voir à tous, dans ses moindres détails, une idée utile, une idée sociale, une idée humaine, il posera le théâtre dessus comme un verre grossissant.

Au siècle où nous vivons, l’horizon de l’art est bien élargi. Autrefois le poète disait : le public ; aujourd’hui le poète dit : le peuple.

7 mai 1835. Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/156 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/157 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/158 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/159 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/160 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/161 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/162 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/163 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/164 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/165 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/166 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/167 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/168 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/169 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/170 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/171 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/172 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/173 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/174 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/175 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/176 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/177 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/178 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/179 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/180 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/181 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/182 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/183 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/184 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/185 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/186 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/187 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/188 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/189 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/190 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/191 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/192 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/193 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/194 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/195 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/196 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/197 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/198 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/199 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/200 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/201 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/202 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/203 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/204 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/205 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/206 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/207 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/208 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/209 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/210 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/211 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/212 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/213 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/214 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/215 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/216 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/217 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/218 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/219 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/220 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/221 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/222 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/223 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/224 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/225 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/226 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/227 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/228 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/229 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/230 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/231 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/232 Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome III.djvu/233


RODOLFO.

Tisbe ! Du secours ! Misérable que je suis !


LA TISBE.

Non. Tout secours est inutile. Je le sens bien. Merci. Ah ! livre-toi à la joie comme si je n’étais pas là. Je ne veux pas te gêner. Je sais bien que tu dois être content. J’ai trompé le podesta. J’ai donné un narcotique au lieu d’un poison. Tout le monde l’a crue morte. Elle n’était qu’endormie. Il y a là des chevaux tout prêts. Des habits d’homme pour elle. Partez tout de suite. En trois heures, vous serez hors de l’état de Venise. Soyez heureux. Elle est déliée. Morte pour le podesta. Vivante pour toi. Trouves-tu cela bien arrangé ainsi ?


RODOLFO.

Catarina !… Tisbe !…

Il tombe à genoux, l’œil fixé sur la Tisbe expirante.

LA TISBE, d’une voix qui va s’éteignant.

Je vais mourir, moi. Tu penseras à moi quelquefois, n’est-ce pas ? et tu diras : Eh bien, après tout, c’était une bonne fille, cette pauvre Tisbe. Oh ! cela me fera tressaillir dans mon tombeau ! Adieu ! Madame, permettez-moi de lui dire encore une fois mon Rodolfo ! Adieu, mon Rodolfo ! Partez vite à présent. Je meurs. Vivez. Je te bénis !

Elle meurt.