Ouvrir le menu principal

LETTRE QUINZIÈME.


Déterville à Valcour.

Vertfeuille, ce 26 Août.


Tu l’avais deviné, mon cher Valcour, il devait nécessairement nous arriver quelqu’aventure à ces promenades éloignées, si fort du goût de madame de Blamont, et si désaprouvées par ta prudence ; mais ne t’inquiète pas, aucune diminution à la somme totale de nos hôtes, nulle atteinte à aucune d’eux. Ce n’est qu’une recrue que nous avons faite… une recrue fort singulière, et pour que ton imagination, que je connais impatiente et fougueuse, n’aille pas au-devant de la vérité, et ne la change aussi-tôt en d’affreux revers, écoute avant que de prévoir.

Depuis que les jours diminuent, on dîne plutôt à Vertfeuille, afin de se trouver toujours à peu-près la même quantité d’heures de promenade. En conséquence, hier nous étions, malgré l’extrême chaleur, partis à trois heures et demie, dans le dessein de traverser un petit angle de la forêt, derrière lequel se trouve un hameau charmant, où ton Aline a une bonne amie, nommée Colette qui lui donne toujours d’excellent lait… on voulait donc aller goûter du lait de Colette ; mais il fallait se presser ; on ne voulait pas repasser le bois la nuit, et cette nuit qu’on craignait, devait étendre ses voiles lugubres à près de sept heures. Il y a deux lieues de Vertfeuille chez Colette ; ainsi, pas un moment à perdre. Tout allait le mieux du monde jusqu’au hameau ; on arriva à cinq heures et demie, chez la jolie laitière ; on but son lait. Aline qui lui portait plein ses poches de babioles qu’elle savait faites pour lui plaire, en fut reçue comme tu l’imagines ; mais toutes les montres marquaient six heures, il s’agissait de partir en diligence… On se quitta donc tout en me grondant, tout en disant qu’on avait à peine le tems de respirer… que j’étais plus effrayé que les femmes, et mille autres mauvaises plaisanteries, qui ne me démontèrent point, parce que si j’étais alarmé, les chères dames devaient bien voir que ce n’était que pour elles, c’est pourquoi je tins bon et nous partîmes.

À peine engagés dans la route du bois, dont le débouché touche aux avenues de Vertfeuille, nous entendîmes des cris perçans qui nous parurent venir d’une de routes diagonales qui se perdent dans le milieu de la forêt. Tout le monde s’arrête… il était déjà nuit ; l’étonnement fait place à la peur, et voilà toutes nos héroïnes tellement éffarouchées, que l’une, Eugénie, tombe évanouie dans mes bras, et que les trois autres perdant absolument l’usage de leurs jambes, se laissent tomber au pied des arbres.

Si je désirais qu’on ne se trouvât pas de nuit au milieu d’une telle route, c’est que je prévoyais bien ce qu’il arriverait au plus léger accident ; et l’embarras qui en résulterait pour moi ; rassurer, approfondir, défendre, telle était ma besogne, et j’étais bien plus embarrassé des deux premiers soins que du troisième. Je les calmai donc de mon mieux, et sans perdre une minute, je m’élance où j’entends les cris. Il n’était pas aisé de trouver l’endroit d’où ils partaient ; la malheureuse qui les jetait était hors de la route, elle paraissait enfoncée dans le taillis, et quelque bruit que je fisse moi-même, quoique j’appellasse… trop occupée de sa douleur, l’infortunée ne me répondait point. Je distingue cependant plus juste, je quitte la route, m’enfonce dans le taillis, et trouve enfin sur un tas de fougère, au pied d’un grand chêne, une jeune fille venant de mettre au jour une malheureuse petite créature, dont la vue, jointe aux douleurs physiques que venait d’éprouver la mère, faisait pousser à cette mère désolée de lamentables cris, qu’accompagnaient des pleurs abondants. Mon abord, l’épée à la main, l’effraya, comme tu peux penser ; mais la cachant sous mon habit si-tôt que je m’aperçus que je n’avais affaire qu’à une femme, je m’approchai d’elle, et lui parlant avec douceur, je parvins promptement à la tranquilliser. Pardon, lui dis-je, Mademoiselle, je n’ai le tems ni de vous écouter ni de vous secourir, je dois rejoindre des dames qui m’attendent ici près, que je ne puis abandonner seules à l’entrée de la nuit, et que vos cris viennent d’effrayer ; votre position me paraît embarrassante ; suivez-moi, emportez cette petite créature, donnez moi le bras et partons. Qui que vous soyez, me dit l’inconnue, vos soins me sont précieux, mais je n’ose en profiter, je voudrais aller au village de Berseuil, daignez m’en montrer la route, je suis assurée d’y trouver des secours. — Je ne connais point de village de Berseuil dans ces environs, je ne puis vous offrir pour le présent que ce que je viens de vous dire, acceptez-le, croyez-moi, ou je vais être obligé de vous quitter. — Alors cette pauvre fille ramasse son enfant ; elle le baise. Malheureuse créature, s’écria-t-elle en l’entortillant d’un mouchoir et le plaçant dans son jupon, fruit de ma honte et de mon déshonneur, devais-je croire que tu serais privée d’abri dès en voyant le jour ! puis elle prit mon bras, et marchant avec peine, nous regagnâmes au plutôt l’endroit où j’avais laissé ces dames. Nous les revîmes bientôt… mais dans quel état ! les deux filles tenaient leurs mères embrassées, et quoiqu’elles fussent elles-mêmes dans une agitation prodigieuse, elles s’efforçaient de les rassurer. Tu juges de l’effet de mon retour, n’apercevant qu’un individu de leur sexe, voyant mon air ouvert et tranquille, tout se calma et l’on accourut vers moi. Je fis en deux mot l’histoire de ma rencontre ; la jeune fille extrêmement confuse, témoigna son respect comme elle put. On examina, on caressa l’enfant ; Madame de Blamont voulait donner au moins quelques instans de repos à la mère, tant par humanité que pour s’instruire un peu plus à fond de ce qui pouvait éclaircir une aussi singulière aventure ; mais faisant observer à ces dames que la nuit s’épaissirait de plus en plus, et qu’il nous restait près de trois quarts de lieues, je décidai le départ le plus prompt. Aline voulut porter l’enfant, pour soulager la mère à laquelle je donnai le bras ; Eugénie aida des siens les deux dames, et nous sortîmes en diligence du bois. Point d’éclaircissemens que nous ne soyons au château, dis-je à Madame de Blamont qui voulait toujours questionner, ils nous retarderaient, ils fatigueraient cette jeune personne déjà très-abattue, ne nous occupons ce soir que d’arriver et de secourir. On approuve mon conseil, et nous touchons enfin le port. Il était tems ; à peine la pauvre demoiselle, dont j’aidais les pas, pouvait-elle se traîner. Ce qui fit dire à Madame de Blamont qu’assurément elle serait morte si elle eût persisté dans son projet de se rendre à ce village de Berseuil, dont j’ignorais la situation, et qui se trouvait à six grandes lieues de l’endroit où la rencontre s’était faite. Le premier soin de la maîtresse du logis, fut d’établir cette infortunée dans une des meilleures chambres du château avec son enfant, et après lui avoir fait prendre d’abord un bouillon, puis deux heures après une rôtie au vin de Bourgogne, on la laissa reposer.

Comme on n’avait voulu d’elle ce soir là aucun éclaircissement pour ne la point fatiguer, l’aventure comme tu le crois, fut interprétée de toutes sortes de manières, chacun dit son mot, et par une fatalité, assez commune dans ces sortes de cas, personne n’approcha d’une vérité plus importante que l’on ne le pensait.

Le lendemain matin, c’est-à-dire aujourd’hui, on doit, aussi-tôt qu’on supposera la belle aventurière éveillée, se transporter dans son appartement pour apprendre d’elle le récit de son histoire, si la sage-femme qu’on a envoyé chercher sur-le-champ, la trouve assez bien pour lui permettre de nous la raconter, ce récit fera donc le sujet de ma première lettre, le courrier part, Madame de Blamont me presse, et je t’embrasse.