Ouvrir le menu principal

Librairie de Dumont (1p. 1-7).







À Alphonse Rabbe,



MORT LE 31 DÉCEMBRE 1829.







Hélas ! que fais-tu donc ! ô Rabbe, ô mon ami !
Sévère historien dans la tombe endormi !


Je l’ai pensé souvent dans mes heures funèbres,
Seul, près de mon flambeau qui rayait les ténèbres,

Ô noble ami, pareil aux hommes d’autrefois,
Il manque parmi nous ta voix, ta forte voix
Pleine de l’équité qui gonflait ta poitrine,
Il nous manque ta main qui grave et qui burine,
Dans ce siècle où par l’or les sages sont distraits,
Où l’idée est servante auprès des intérêts,
Temps de fruits avortés et de tiges rompues,
D’instincts dénaturés, de raisons corrompues,
Où, dans l’esprit humain tout étant dispersé,
Le présent au hasard flotte sur le passé !

Si parmi nous ta tête était debout encore,
Cette cime où vibrait l’éloquence sonore,
Au milieu de nos flots tu serais calme et grand.
Tu serais comme un pont posé sur ce courant.

Tu serais pour chacun la voix haute et sensée
Qui fait que tout brouillard s’en va de la pensée,
Et que la vérité, qu’en vain nous repoussions,
Sort de l’amas confus des sombres visions !

Tu dirais aux partis qu’ils font trop de poussière
Autour de la raison pour qu’on la voie entière ;


Au peuple, que la loi du travail est sur tous
Et qu’il est assez fort pour n’être pas jaloux ;
Au pouvoir, que jamais le pouvoir ne se venge,
Et que pour le penseur c’est un spectacle étrange
Et triste quand la loi, figure au bras d’airain,
Déesse qui ne doit avoir qu’un front serein,
Sort à de certains jours de l’urne consulaire
L’œil hagard, écumante et folle de colère !

Et ces jeunes esprits, à qui tu souriais,
Et que leur âge livre aux rêves inquiets,
Tu leurs dirais : « Amis, nés pour des temps prospères,
Oh ! n’allez pas errer comme ont erré vos pères !
Laissez mûrir vos fronts ! gardez-vous, jeunes gens,
Des systèmes dorés aux plumages changeants
Qui dans les carrefours s’en vont faire la roue !
Et de ce qu’en vos cœurs l’Amérique secoue,
Peuple à peine essayé, nation de hasard,
Sans tige, sans passé, sans histoire et sans art !
Et de cette sagesse impie, envenimée,
Du cerveau de Voltaire éclose toute armée,
Fille de l’ignorance et de l’orgueil, posant
Les lois des anciens jours sur les mœurs d’à présent,
Qui refait un chaos partout où fut un monde,
Qui rudement enfonce, ô démence profonde !

Le casque étroit de Sparte au front du vieux Paris,
Qui dans les temps passés, mal lus et mal compris,
Viole effrontément tout sage pour lui faire
Un monstre qui serait la terreur de son père !
Si bien que les héros antiques tout tremblants
S’en sont voilé la face, et qu’après trois mille ans,
Par ses embrassements réveillé sous la pierre,
Lycurgue qu’elle épouse enfante Robespierre ! »

Tu nous dirais à tous : « Ne vous endormez pas !
Veillez, et soyez prêts ! car déjà pas à pas
La main de l’oiseleur dans l’ombre s’est glissée

Partout où chante un nid couvé par la pensée !
Car les plus nobles cœurs sont vaincus ou sont las !
Car la Pologne aux fers ne peut plus même, hélas !
Mordre le pied du czar appuyé sur sa gorge !
Car on voit chaque jour s’allonger dans la forge
La chaîne que les rois, craignant la liberté,
Font pour cette géante endormie à côté !
Ne vous endormez pas ! travaillez sans relâche !
Car les grands ont leur œuvre et les petits leur tâche,
Chacun a son ouvrage à faire. Chacun met
Sa pierre à l’édifice encor loin du sommet.
Qui croit avoir fini pour un roi qu’on dépose
Se trompe. Un roi qui tombe est toujours peu de chose.

Il est plus difficile et c’est un plus grand poids
De relever les mœurs que d’abattre les rois.
Rien chez vous n’est complet. La ruine ou l’ébauche.
L’épi n’est pas formé que votre main le fauche !
Vous êtes encombrés de plans toujours rêvés
Et jamais accomplis. Hommes, vous ne savez,
Tant vous connaissez peu ce qui convient aux âmes,
Que faire des enfants ni que faire des femmes !
Où donc en êtes-vous ? Vous vous applaudissez
Pour quelques blocs de lois au hasard entassés !
Ah ! l’heure du repos pour aucun n’est venue.
Travaillez ! Vous cherchez une chose inconnue,
Vous n’avez pas de foi, vous n’avez pas d’amour,
Rien chez vous n’est encore éclairé du vrai jour !
Crépuscule et brouillards que vos plus clairs systèmes !
Dans vos lois, dans vos mœurs, et dans vos esprits mêmes,
Partout l’aube blanchâtre ou le couchant vermeil !
Nulle part le midi ! nulle part le soleil ! »

Tu parlerais ainsi dans des livres austères,
Comme parlaient jadis les anciens solitaires,
Comme parlent tous ceux devant qui l’on se tait,
Et l’on t’écouterait comme on les écoutait.
Et l’on viendrait vers toi dans ce siècle plein d’ombre


Où, chacun se heurtant aux obstacles sans nombre
Que faute de lumière on tâte avec la main,
Le conseil manque à l’âme et le guide au chemin !




Hélas ! à chaque instant des souffles de tempêtes
Amassent plus de brume et d’ombre sur nos têtes.
De moment en moment l’avenir s’assombrit.
Dans le calme du cœur, dans la paix de l’esprit,
Je t’adressais ces vers où mon âme sereine
N’a laissé sur ta pierre écumer nulle haine,
À toi qui dors couché dans le tombeau profond,
À toi qui ne sais plus ce que les hommes font !
Je t’adressais ces vers pleins de tristes présages.
Car c’est bien follement que nous nous croyions sages !
Le combat furieux recommence à gronder
Entre le droit de croître et le droit d’émonder ;
La bataille où les lois attaquent les idées
Se mêle de nouveau sur des mers mal sondées ;
Chacun se sent troublé comme l’eau sous le vent ;
Et moi-même, à cette heure, à mon foyer rêvant,
Voilà, depuis cinq ans qu’on oubliait Procuste,
Que j’entends aboyer au seuil du drame auguste

La censure à l’haleine immonde, aux ongles noirs,
Cette chienne au front bas qui suit tous les pouvoirs,
Vile, et mâchant toujours dans sa gueule souillée,
Ô Muse ! quelque pan de ta robe étoilée !


Hélas ! que fais-tu donc ? ô Rabbe, ô mon ami !
Sévère historien dans la tombe endormi !



Victor HUGO.





14 Septembre 1835.





PHILOSOPHIE DU DÉSESPOIR.



DU SUICIDE.



Première Partie.




Alphonse Rabbe était imbu du sentiment religieux qu’il éprouvait à sa manière, et qui se modifiait chez lui suivant les nécessités et souvent aussi selon les caprices de son existence. Sous le coup irritant de cette idée d’un irrémédiable malheur qui le poursuivait sans cesse, en s’acharnant sur lui, il aurait pu être athée sans qu’on lui en fît un crime. Mais cette âme si vivement remuée dans ses agitations diverses, se sentait une cause au-dessus d’elle-même ; et puis dans le sort d’Alphonse Rabbe, tout n’était pas qu’injustice, et il avait la conscience déchirante que dans ce sort, tel affreux fût-il, il y avait quelque chose de mérité. La plainte lui était permise, mais la plainte avec ces terribles retours sur le passé qui enfantent le repentir : les passions d’une jeunesse fougueuse et d’une organisation de feu ne l’avaient pas laissé sans reproche ; il devait se reconnaître l’artisan des plus grandes misères de sa vie, et par cette douloureuse conviction de ses écarts, il lui était interdit de nier ou même de maudire le puissant arbitre des destinées du ciel et de la terre. D’un autre côté, il ne faut pas refuser aux impressions de l’enfance ce caractère d’indélibilité qui, malgré les réflexions d’un âge plus avancé, persiste et se manifeste jusque sur le bord de la tombe. Né dans un pays de croyance, Rabbe resta sous l’influence du reflet mystérieux de cette foi qu’un imperturbable bonheur ensevelit profondément, mais qui, dans de cuisantes infortunes, se ravive presque toujours par les tortures de l’âme et du corps. Cependant il conçut la pensée du suicide ; mais en se familiarisant avec cette pensée, dans la persuasion, comme il le dit, que le suicide pourrait être un jour son propre fait, il demande sérieusement à sa raison, et à des autorités dont l’opinion ou l’exemple lui semblent d’un grand poids pour résoudre cette question, s’il y a des motifs réels de décider que le meurtre de soi est un acte contraire, soit aux principes de la vraie morale, soit à ceux de la vraie religion…

La réponse qu’il obtient a été en quelque sorte l’œuvre mortuaire et peut-être la sentence de notre ami.................. pourtant, examinée de sang-froid et avec ce calme de l’esprit qui permet de s’identifier, jusqu’à un certain point, avec toutes les natures et toutes les situations d’hommes, cette réponse laissera encore des doutes et des objections.


PHILOSOPHIE DU DÉSESPOIR.






Du Suicide.


J’ai beaucoup réfléchi sur la question du suicide : il s’est fait des chances de ma vie et des dispositions natives de mon caractère, une combinaison telle, que j’ai dû examiner cet acte si diversement apprécié, comme pouvant être un jour mon propre fait.

Il m’a paru toujours révoltant, je l’avoue, que l’homme, non content de tyranniser de tant de manières son semblable, prétende encore lui disputer le droit de s’affranchir par le sacrifice absolu de son existence ! Une autre chose m’étonne, c’est que les hommes en général, faisant tant de bassesses pour vivre, on ait intéressé la morale et la religion à la proscription d’un acte qui peut être quelquefois, à la vérité, l’effet d’un aveugle désespoir, mais qui bien souvent aussi est l’explosion d’une âme généreuse indignée du monde, fière de sa céleste origine et amoureuse de son immortelle dignité.

Les anciens se donnaient la mort avec une merveilleuse facilité ; et leurs historiens, Plutarque entre tous les autres, ont consacré à l’admiration du genre humain, quelques suicides dont le récit arrache toujours des pleurs. Je ne parle pas de celui de Caton, il en est de plus beaux, il en est où le sacrifice a quelque chose de plus abondant et, si j’ose ainsi dire, de plus gracieux ; où brille un luxe de grandeur d’âme mêlé à je ne sais quel héroïsme d’amitié et de tendresse.

Je ne vois pas qu’aucun de leurs philosophes ait proscrit le suicide : Marc-Aurèle, le plus vertueux des empereurs, et qui, dans une condition privée, eût encore été le meilleur et le plus sage des hommes, lui dont la philosophie est empreinte d’un caractère si remarquable de résignation et de piété, le divin Marc-Aurile me permet de quitter la vie lorsqu’elle m’est trop amère ; seulement il veut que je prenne congé du monde sans colère, sans trouble et sans dépit ; mais avec une contenance assurée et un esprit tranquille, enfin comme je sors d’une chambre lorsque il y fume.

Je m’attends bien que certains hommes vont me dire que la licence des anciens sur un point aussi important que le meurtre volontaire de soi-même, vient de ce qu’ils n’avaient pas sur les devoirs et les obligations de l’homme envers son créateur, des idées aussi épurées que les nôtres, et que leur doctrine, à cet égard, est précisément ce qui prouve l’infériorité de leur morale à celle que nous puisons dans la connaissance de la seule religion qui soit vraie.

J’aurai toujours quelque peine à croire que les Socrate, les Marc-Antonin, les Thraséas et les Caton, n’eussent pas des idées convenables sur la dignité de la nature humaine, et sur les devoirs à remplir envers la Divinité. J’abandonne toutefois cette difficulté ; mais je trouverai facilement parmi les modernes des approbateurs du suicide, et le nombre en serait plus grand sans doute, si la crainte d’être flétri du nom de corrupteur de la morale publique, n’avait empêché beaucoup d’hommes dont la hardiesse n’égalait pas les lumières, de s’exprimer avec une entière sincérité. Il me suffira pourtant d’en citer deux, dont la haute sagesse ne peut pas plus être contestée que leur amour pour la vertu, je veux parler de Montesquieu et de J.-J. Rousseau.

Le premier a dit assez clairement, ce me semble, que l’homme n’a de garantie certaine de sa liberté qu’autant qu’il sait se dépouiller de son existence ; que le mépris de la vie uni à la faculté d’en disposer comme on le veut, en tous lieux et à toute heure, est la source la plus féconde de l’indépendance, et le gage certain d’une invincible fierté. Or, c’est par là surtout, c’est par leur supériorité dans cette haute science de mourir, que les Romains étaient les hommes que nous admirons.

Montesquieu avait déjà exprimé cette opinion dans les Lettres persannes. Cette opinion a donc été celle de toute sa vie : ce qu’il est bon de remarquer, par la raison que cet illustre écrivain n’a pas échappé d’être mis en opposition avec lui-même, en matière d’opinions philosophiques, par la comparaison des ouvrages de sa jeunesse avec ceux qui appartiennent à une époque plus avancée de sa carrière. Quant à Rousseau, son opinion ne saurait être douteuse, pour quiconque a lu attentivement les deux lettres, si justement vantées, de Boniston et de Saint-Preux ; et qui ne les a pas lues, qui ne les a pas présentes à la mémoire, assez pour se convaincre que la question, en apparence balancée, et malgré la renonciation de Saint-Preux au projet de s’arracher la vie, est en effet résolue dans le sens affirmatif ? Les argumens de ce dernier sont d’une force irréfutable : aussi on voit bien qu’il ne cède la victoire qu’aux témoignages de la tendresse, et non aux raisonnemens de son généreux ami.

Puisque j’ai parlé de Rousseau, je devrais avant d’aller plus loin me justifier, peut-être, d’oser aborder une question traitée par ce grand homme. Il semble que tout ce que touchent dans le domaine de l’intelligence les talens de cet ordre, ne peut plus être abordé par des talens vulgaires, sans irrévérence et sans ridicule présomption.

Toutefois, je pense que le respect pour les hommes supérieurs, porté jusqu’à ce point, serait une pusillanime erreur. Dans les sciences proprement dites, il y aurait sans doute de la témérité et de la sottise à vouloir ajouter à la solidité d’un problème résolu par les Newton, les Lagrange ; mais dans la philosophie morale il en va tout autrement : en matière de vérités positives et d’observations, la perception plus ou moins vive qu’un homme peut avoir de la justesse des siennes, ne conclut rien en faveur de son mérite ; mais pour ce qui est des observations dont l’homme lui-même est le sujet, le sentiment étant le fait primitif de l’âme, la conviction d’un homme sur ce qui se rattache aux intérêts les plus chers de cette âme, doit être prise en très grande considération, abstraction faite du talent ou du succès plus ou moins grand avec lesquels il rend compte de ses impressions particulières. C’est du droit d’opinion qu’a tout homme sur le domaine moral, que se compose et se déduit le sentiment universel, dont on se prévaut avec beaucoup de raison, toutes les fois qu’il s’agit d’établir quelqu’une de ces grandes vérités qui servent de fondement à la vie sociale et aux meilleures institutions.

Soit dit pour toutes les fois que je m’aviserai d’aller sur les brisées d’un autre, ou de joûter contre plus fort que moi.

De tous les argumens plus ou moins spécieux contre le suicide que Rousseau a pulvérisés, je ne prétends en examiner qu’un seul, celui qui consiste à imputer à crime, à l’homme qui se tue, la privation de tout le bien qu’il aurait pu faire en restant au poste que la Providence lui avait assigné.

Assurément, l’homme qui se tue est ou se croit bien malheureux ; car nul ne renonce au bienfait de la vie qu’à toute extrémité, et lorsque ce bienfait est entièrement dénaturé par la malignité du sort ; que si quelques hommes ont paru se donner la mort avec une certaine puissance de sang-froid et de facilité, c’est apparemment qu’ils avaient eu la sagesse de se préparer de longue main par le secours de la réflexion et de la philosophie, à s’acquitter de ce dernier acte avec noblesse et dignité, et même avec je ne sais quel bon goût qui ne doit jamais être exclu de l’accomplissement des actions les plus fières, les plus terribles, et dont il me semble que les anciens avaient parfaitement le secret. Je n’ai pas besoin, au surplus, de faire observer que comme le suicide n’a pas toujours pour motifs des situations extrêmes et des passions violentes, il est naturel qu’il prenne le caractère qui distingue les dispositions de l’âme dans un état de tranquillité. Tel est celui qui n’est provoqué que par de l’ennui, de la lassitude, de la satiété.

Or, à quoi peut servir un homme qui n’est plus bon pour soi ! Si la douleur a brisé le ressort moral, ou si l’abus de toutes choses en a détruit le jeu, prétendre renouveler un homme par l’attrait des actions vertueuses, c’est vouloir ranimer un asphyxié en lui faisant respirer les parfums les plus doux, tandis que les sels les plus irritans et les acides les plus caustiques peuvent seuls constater l’existence d’un reste de sensibilité.

Laissons de côté ces excès hideux qui flétrissent le moral de l’homme et le déshonorent en l’affaiblissant. N’expérimentons que sur des sujets d’élite, ne prenons que de vertueux infortunés, ceux dont le remords n’envenime pas les souffrances.

Mais la douleur déprave aussi ; et ce genre de dépravation est d’autant plus à craindre que celui qui gémit sous son atteinte a un plus vif sentiment de son innocence. Cette affreuse opposition entre ses droits au bonheur et le sort qui l’accable ; l’aspect de cette lutte prolongée où l’innocence, loin de suffire pour la victoire, semble un titre de plus à la défaite ; cet horrible et pourtant si commun renversement de toutes les notions d’ordre et de justice, pervertit, aux yeux de l’infortuné, le spectacle entier de la création, en bannit la providence pour mettre à sa place je ne sais quel génie de malheur ou l’incompréhensible fatalité ; car l’idée monstrueuse d’un Arimane, gouvernant le monde, pèse et répugne moins à l’esprit humain, que cette série de contradictions et d’inconséquences dont les sophistes d’une classe particulière composent leur triviale divinité.

Quand l’homme en est arrivé là, quelque bonté native qu’il y eût en lui, il y a grandement à craindre qu’il ne se détériore et ne perde toutes ses vertus. Alors quitter la terre est un bien, un grand bien. Dès qu’un doute affreux commence à pénétrer dans une âme active, il faut être sûr qu’il n’en sortira pas avant de l’avoir rongée : et au lieu d’attendre lâchement le terme de cette désorganisation morale, ne vaut-il pas mieux se hâter de porter son doute au pied du trône de l’Éternel pour en obtenir la solution ? ne vaut-il pas mieux aller rendre à ce Dieu tout-puissant, dont le souffle nous créa, une âme sinon encore vierge, au moins encore ornée de quelques vertus et riche de quelques nobles illusions ?

L’avantage qu’il y a dans une mort précoce est une des idées qui ont le plus occupé ma vie. J’étais bien jeune encore, lorsqu’en lisant l’Histoire de Cléobis et Biton, les yeux mouillés de larmes, je pressentis la grande vérité cachée dans cette touchante et mystérieuse histoire. Cette vérité, c’est le malheur de vivre, et la suite, puisque j’ai souffert la vie, me l’a assez révélé. Aujourd’hui, je ne sens plus cela de même : borné à de froides combinaisons intellectuelles, les grandes vérités de sentiment m’échappent ; que si, par intervalles elles viennent me rendre ma sensibilité passée, c’est pour enfoncer dans mon cœur la pointe dentelée du regret ! le regret d’avoir laissé venir trente ans sur ma tête, et d’avoir attendu la ruine de toutes les affections dont je fus l’objet ou la source ; le regret de ne m’être pas enveloppé dans le linceul funéraire au milieu des illusions d’une brillante jeunesse, de m’être laissé précéder dans la tombe par tout ce qui me fut cher !

Il ne serait peut-être pas difficile de prouver que le suicide, repoussé par les lois de la morale religieuse, est pourtant en harmonie avec l’esprit de toutes les religions en général, dont le principe le plus universel est d’exiger de l’homme le sacrifice de ses penchans les plus impérieux, de ses passions les plus naturelles. Dans tous les cultes possibles, en effet, l’adoration ne s’atteste que par le sacrifice ; et sans ce sacrifice plus ou moins déguisé, non seulement le culte, mais encore la religion n’existerait pas. Chez tous les peuples l’établissement d’un culte public paraît avoir découlé de l’idée d’une expiation nécessaire, du besoin de désarmer le courroux d’un Être puissant et redoutable par l’hommage volontaire des choses et des êtres sur lesquels il peut exercer un pouvoir bienfaisant et destructeur. Plus le sacrifice est grand, plus la victime est rare, plus l’hommage est réputé digne de la Divinité. Nos sauvages ancêtres, obéissant à la voix de leurs druides, cherchaient à satisfaire l’implacable courroux de leurs dieux féroces, par des torrens de sang humain versés au pied de leurs autels. Ils immolèrent quelquefois des bataillons entiers que le sort des armes avait livrés en leurs mains. Dans certaines occasions, Teutatès, par la voix de ses sombres ministres, ne demandait rien moins à l’intrépide guerrier tremblant devant son image, que le sang de ses enfans et de sa femme, et à défaut d’aussi chères victimes, souvent l’infortuné sauvage s’immolait lui-même.

Des traces d’un culte pareil peuvent se retrouver encore dans quelques contrées où subsistent ces mœurs primitives qui paraissent avoir été communes à toutes les nations du globe, après la grande catastrophe qui n’a laissé d’un monde antérieur que le souvenir funèbre de sa destruction. Les sectateurs de l’idole révérée dans le grand temple de Jagrenat, aujourd’hui encore se précipitent sous les roues de son char, ou se frappent de leurs poignards pour rougir de leur sang le chemin qu’elle parcourt, lorsqu’en certains jours solennels elle est menée en grande pompe.

Négligeons tout ce qu’il serait facile d’accumuler ici de citations historiques : le sacrifice n’est-il pas aussi l’article fondamental, le dogme essentiel de notre sainte religion ! Pourquoi dit-on le saint sacrifice de la messe ? Parce qu’un Dieu incompréhensiblement homicide de lui-même, livra son fils, se livra lui-même au supplice pour opérer notre salut. La messe n’est que la commémoration par son renouvellement, de ce mystérieux sacrifice.

Les bûchers de l’inquisition étaient bien aussi quelque chose de ce genre : il s’agissait toujours d’apaiser un Dieu irritable et jaloux. Le vœu de virginité, celui de pauvreté, d’ignorance, d’abnégation de soi-même, tous ces tourmens prolongés de la vie claustrale, qu’est-ce autre chose que la mutilation douloureuse de son être et une sorte de suicide journalier et permanent par lequel l’homme prétend être agréable à la Divinité ? Lequel est le plus cruel envers lui-même, lequel se détruit le mieux de celui qui s’immole d’un seul coup, ou de celui qui s’extermine en détail et porte par lambeaux la victime sur l’autel ?

Je n’ai pas besoin d’examiner si les idées que l’homme s’est faites de la Divinité et des moyens par lesquels il peut lui plaire, sont conformes ou non à la droite raison, injurieuses ou honorables à la Divinité. Je me borne à signaler ce caractère de férocité commun à toutes les religions primitives, et cette idée d’un sacrifice déguisée sous des formes adoucies, mais toujours subsistante même dans les plus humaines des théologies ; et j’ajoute, que l’anathême dont le suicide est frappé par les lois de ces systèmes religieux, est à-la-fois une contradiction et une barbarie.

On me répondra peut-être que le sacrifice ne vaut, qu’en vertu de l’intention qui le dirige ; mais alors quel infortuné pourrait espérer des consolations ; car quel est celui qui souffre volontairement et qui ne lutte pas contre le mal autant qu’il le peut ? Il n’y aurait à ce compte de méritoire que les macérations des cénobites et la vie des anachorètes, ce qui ne peut pas être admis. D’après l’Évangile, on peut faire son salut partout ; il n’est nullement enjoint au chrétien de quitter le monde, ce serait vouloir que le soldat fuie le danger. Il n’est pas non plus nécessaire de souffrir de bon gré ou de chercher les occasions de souffrir, il suffit d’être malheureux pour avoir un. droit spécial à la prédilection de la Divinité et aux dédommagemens promis à ses élus. Toutefois, il est probable, théologiquement parlant, que ceux qui sont avides de souffrances ont un degré de mérite de plus ; et que le mépris de la vie terrestre est un titre à la jouissance plus immédiate de la vie éternelle.

Cette inconséquence de la morale religieuse avait eu lieu chez les anciens, au moins dans quelques systèmes particuliers de croyance. Il est remarquable que Virgile a placé les suicides dans l’enfer qu’il décrit au vie. livre. Cela ne prouve point que l’opinion du siècle d’Auguste proscrivit cet acte, puisque le contraire nous est attesté par tous les monumens historiques de l’époque, et puisque cette époque fut précisément celle de la plus grande vogue du trépas volontaire, et de la plupart des suicides fameux vantés par tous les historiens du temps. Mais cela prouve que Virgile a rendu compte des opinions d’une secte particulière, et qu’il ne faut voir dans tout ce vie. livre, comme l’a prétendu le célèbre Warbuton, qu’une sorte de révélation des mystères de Cérès Éleusine et des initiations qui se pratiquaient dans son temple. L’abbé Delille rejette cette opinion et lave Virgile du reproche d’impiété que lui fait l’évêque anglais, en disant que le poète n’avait fait que reproduire des idées consacrées par les traditions les plus antiques, et devenues en quelque sorte populaires en philosophie. Mais à mon avis, l’évêque a raison, et je suis porté à croire qu’il faut voir une révélation dans toute la description du vie. livre ; à la vérité, non point une révélation coupable et impie, attendu que les mystères n’étaient plus environnés, et depuis long-temps déjà, du respect et de la crédulité des peuples. Ce qu’il y a de certain au moins, c’est que la morale des prêtres et celle des hommes les plus grands et les plus vertueux de la république, différaient en des points très graves, comme celui du suicide ; car sans cela comment admettre que Caton et Brutus se fussent plongé leur épée dans le sein aux applaudissemens universels de tout ce que le monde avait alors d’illustre ? Certes, Caton n’était pas un impie : lorsque César, dans le sénat, cherche à détruire le dogme consolant d’une vie future, Caton le réprimande avec une âpre ironie et finit par lui dire qu’il est un mauvais citoyen. Enfin certaines circonstances de son suicide prouvent combien l’âme de ce grand homme était éminemment religieuse : au rapport des historiens, il passa la nuit qui précéda son suicide à lire le Traité de l’immortalité de l’âme de Platon. L’abbé Delille a lui-même rendu cette situation en très beaux vers, dans ce dithyrambe qu’il eut le courage de composer à une époque funeste et terrible à tous les hommes qui croyaient en Dieu et à la liberté.


Ainsi quand tout fléchit dans le monde,
Hors la grande âme de Caton,
Immobile, il entend la tempête qui gronde
Et tient, en méditant l’éternité profonde,
Son poignard d’une main, et de l’autre Platon !


Que conclure de ce trait particulier de la morale des prêtres ? Une chose toute simple : c’est que dans tous les temps, ils ont voulu exercer sur la volonté de l’homme un empire illimité, et prescrire la mort ou la vie suivant qu’il pouvait convenir à leurs intérêts. Ne perdons pas de vue que la théocratie a été le premier de tous les gouvernemens, et que dans l’origine des sociétés les rois étaient pontifes. Or, dans ces temps primitifs où la terre n’était pas peuplée, la puissance des monarques ne pouvait consister que dans le nombre de leurs sujets. Cependant le caractère de leur tyrannie, en faisant beaucoup de malheureux, devait familiariser les hommes avec l’idée de la mort et la leur rendre souhaitable. Il devait donc arriver souvent qu’ils voulussent se soustraire à leurs fers par le trépas, et de là naquit nécessairement l’opinion inventée par les prêtres que le suicide était un crime abominable devant Dieu.

Mais comme les injonctions religieuses étaient loin de suffire ou du moins qu’elles ne purent pas suffire long-temps, il fallut que la législation civile vînt à leur aide avec son cortége effrayant de supplices et de bourreaux. Comment atteindre pourtant l’homme qui vient de se précipiter dans la profondeur du tombeau ? On dirait que l’impuissance des législateurs s’est quelquefois tournée en rage, surtout lorsqu’ils ont obéi aux inspirations des prêtres. Il est impossible de donner un nom plus convenable à l’esprit de ces dispositions pénales, qui jadis, chez la plupart des peuples de l’Europe, non contentes d’exercer sur un cadavre insensible d’inutiles fureurs, frappant encore une postérité innocente, la livraient à la misère et à l’infamie, au lieu de lui accorder cette pitié active et secourable à laquelle un tel malheur donne incontestablement des droits.

Heureusement nos lois sont purgées de cette étrange barbarie, et il faut espérer que, malgré les regrets que certains hommes exhalent à cet égard, elle ne reviendra pas les infecter de nouveau. Il nous est redéfendu de nous séparer de nos femmes : à la bonne heure, ce sera une raison pour les prendre moins légèrement ; mais du moins qu’il nous soit permis de nous séparer de cette vie contre le bonheur et le repos de laquelle tant de chances fatales, filles de nos perverses institutions et de nos fausses mœurs, peuvent conspirer. Aussi long-temps que les lois ne seront pas assez parfaites, ou les gouvernemens assez bons pour préserver l’homme de l’effet des plus fréquentes combinaisons de la fortune, et de la collision meurtrière des intérêts ; aussi long-temps que la machine sociale sera assez défectueuse pour que ceux qu’elle doit protéger aient à craindre d’être broyés à chaque instant par le jeu de ses ressorts, il sera absurde, odieux et barbare de vouloir empêcher ceux que la roue menace, de se mettre à l’abri du supplice en se jetant dans ce fleuve éternel, sur lequel la pitoyable machine est incessamment suspendue,

Dans l’Écriture Dieu dit à Moïse : « Va trouver Pharaon, dis lui qu’il laisse mon peuple s’en aller en liberté ; mais j’endurcirai son cœur, il refusera, et je frapperai son royaume de sept plaies. »

Tous les Pères commentateurs se sont mis l’esprit à la torture pour concilier ce passage, avec les idées que nous devons avoir de la suprême justice, de la suprême bonté ; mais tous ont échoué, et il a fallu finir par déclarer que les desseins de l’Éternel étaient incompréhensibles.

Ce privilège d’inconséquence et d’incompréhensibilité ne fut pas inventé pour les lois humaines : il faut qu’elles portent en elles-mêmes la raison de leur existence, et la preuve de leur justice et de leur nécessité ; je dis des lois qui aspirent à être autre chose que des volontés capricieuses et tyranniques.

Ainsi, que l’on cesse d’autoriser, par des mesures réglementaires, les maisons de jeux, les lieux de prostitution, les coups de dés si immoraux de la bourse, et la loterie où le pauvre va jouer le pain de la journée, après quoi il faut qu’il soit voleur ou suicide ; que l’on fasse disparaître ces agens de destruction appropriés aux habitudes de toutes les classes ; que l’on efface cette effrayante disproportion dans la répartition des biens sociaux, d’où naissent la corruption, le faste, la langueur, l’ennui, et finalement la consomption des riches, puis la misère abrutissante et féroce des prolétaires, que l’on renonce à cette complication d’agens corrosifs et destructeurs de la vie, après il pourra être permis de dire aux hommes, de par Dieu et les lois : vous ne vous tuerez plus. En un mot, multipliez les moyens de morale et de bonheur, et le sentiment impérieux qui attache l’homme à son existence reprendra toute sa native énergie.

Dans l’état actuel des choses, le monde présente le spectacle d’une immense arène, où les hommes se précipitent en foule pour se disputer, au prix de leur sang, de leurs douleurs et de leur honte, la possession des avantages sociaux. Eh bien ! celui que repousse et indigne la vue d’un pareil champ de bataille, et qui se trouve enrôlé malgré lui ; qui ne veut être ni oppresseur ni victime, et qui ne craint pas moins une odieuse et inhumaine victoire, qu’une humiliante défaite, ne pourra-t-il pas se précipiter en dehors du cirque, et disposer de lui, pour qu’un hasard sinistre et flétrissant n’en dispose pas ! En se retirant, en abdiquant sa part du butin, en jetant ses armes, ne diminue-t-il pas la masse des prétentions universelles, et en même temps l’ardeur féroce des concurrens ? S’il était imité par le plus grand nombre, le carnage ne serait-il pas infiniment moins grand ? quand la famine presse une ville assiégée, celui qui se donne la mort, parce qu’il se voit inutile à sa défense, et onéreux à la subsistance publique, ne fait-il pas un acte de magnanimité ?

Ô vous qui proscrivez et frappez le suicide d’un si facile anathême, vous ne savez pas toute la reconnaissance que vous devez à l’homme généreux et fort, qui vous abandonne ainsi tranquillement sa place et ses droits au banquet de ce monde, où tous ne sont pas également bien traités ; et si au lieu de consacrer sa puissante énergie à briser les liens qui nous attachent si invisiblement à l’existence, il l’avait employée à réclamer sa part de ces mets délicieux, de ces liqueurs enivrantes qui excitent votre impétueuse convoitise ; si non content de la sienne il eût encore voulu celle de ses voisins, à l’exemple de tant d’autres ; si plaçant dans vos rangs pusillanimes sa large individualité, il vous eût refoulés les uns sur les autres ; si plus ambitieux et plus méchant, il eût confusément renversé les tables et les convives, et des torches que portent vos esclaves, incendié la salle du festin : expirans sous ses ruines, combien voudriez-vous que ce redoutable adversaire eût lui-même étouffé sa force dans un précoce tombeau !

Telle est la déplorable imperfection de notre nature humaine, et surtout le résultat de la société, que le plus homme de bien n’est souvent que celui qui fait le moins de mal ; que l’on ne vienne donc pas me dire que je veux sanctifier un crime, par la supposition exagérée et fausse de crimes plus grands que le suicide prévient, Il est certain que celui dont la fierté rejette une vie mutilée par le sort, se trouvait par les conditions de son être moral, dans la terrible alternative de vivre coupable ou humilié, de se traîner au tombeau par la route des détresses ou par la route des prévarications. Injustement dépouillé de sa fortune, de son rang, de sa réputation, de tous les avantages qui lui rendaient la vie honorable et douce, je suppose que cet infortuné délibère sur celle qu’il doit adopter ; assurément il peut recouvrer une partie de ses pertes en se vouant aux pratiques perverses des scélérats qui lui ont tout ravi, hors le stérile témoignage d’une bonne conscience ; il peut à leur exemple intriguer, calomnier, fouler aux pieds tous les commandemens de la justice, et bientôt opulent et accrédité s’élever sur la ruine des malheureux qu’il aura faits à son tour ; ou si la possibilité de ces dédommagemens lui est même ravie, il peut au moins se venger, il peut aller plonger un couteau dans le sein de ses ennemis : au lieu de tout cela, il ne se venge que de la destinée, il se tue ! quoi que l’on puisse dire, un tel homme me paraîtra toujours grand.

Le bonheur de faire le bien dans ce monde d’une manière positive et absolue, est dépendant d’une multitude de circonstances, dépendantes elles-mêmes du hasard. Il n’est pas vrai que quelle que soit la position où l’on se trouve, on puisse être utile à ses semblables ; sous le point de vue général de cette utilité, pour qu’elle soit réelle, il faut ou des richesses, ou des talens, ou un crédit qui rarement n’est pas le fruit des unes ou des autres. Tout homme, même dépourvu de ces trois choses, peut sans doute faire une bonne action, mais dans ce cas la faculté de faire le bien n’est plus une condition de son existence, ce n’en est plus qu’un accident ; et quand j’ai de justes motifs pour être las de la vie au point de vouloir en sortir, il serait tout-à-fait ridicule et non moins inutile de me vouloir retenir, par la raison que je pourrais si le feu se mettait chez mon voisin, éteindre l’incendie, ou si sa femme tombait à l’eau l’empêcher de se noyer. Pour qu’il y ait équilibre dans des motifs contraires de détermination, il faut certainement qu’il y ait une égale actualité, avec une égale puissance. Les intérêts les plus prochains et les plus immédiats sont toujours ceux qui l’emportent ; et c’est de là que vient la prédominance des dispositions pénales des codes humains, sur toutes les menaces de la religion, bien que celle-ci ait à sa disposition l’éternité des supplices, et les trésors de la colère d’un Dieu vengeur.

Mais, selon moi, on fait encore un très-grand bien, quoique sous une apparence négative, toutes les fois que l’on se tire de la foule et que l’on renonce à prendre sa part des avantages que, contre l’intention de la nature, la société distribue avec une si aveugle ou si criminelle partialité ; d’accord me dira-t-on : tenez-vous à l’écart, renoncez à la richesse et aux honneurs, si vous êtes capable de ce stoïcisme ; mais qu’y a-t-il de commun entre cette résolution si digne d’éloge, et cette frénétique rébellion contre les lois de Providence dont on se rend coupable en se donnant la mort ?

Ce raisonnement est aussi faux, qu’il serait juste et invincible, si l’homme vivant en société pouvait se choisir les élémens de sa destinée : or, c’est précisément de l’impossibilité où il est de faire ce choix, que je suis parti pour plaider la cause du suicide. J’ajoute ici, pour mieux développer ma pensée, que l’homme de la société ne peut pas s’arrêter une fois qu’il s’est jeté au milieu de la tourmente, ou, si l’on préfère une autre comparaison, qu’il est presque absurde de vouloir fixer le point où dans cette lutte impétueuse des passions et des intérêts personnels, finit la défense et commence l’attaque ; le point où le domaine de la conservation personnelle est franchi pour faire place à l’invasion de l’existence d’autrui. Tel s’est jeté dans la carrière de l’intrigue et du monde afin d’acquérir seulement de quoi se soustraire à l’empire du besoin, qui finit par être dévoré de la soif des richesses, après avoir accumulé des millions. Amyot, fils d’un boucher, bornait son ambition à devenir possesseur d’un petit bénéfice ; depuis évêque de Béllosane, il disait avec une naïveté d’habitude, que l’appétit vient en mangeant, et d’ailleurs le nécessaire est souvent aussi difficile à obtenir que le superflu. Telle est la bizarrerie de la fortune : tandis que les uns semblent n’avoir que des vœux à former pour les voir accomplis, et que portés par je ne sais quelle main invisible, ils montent et s’élèvent sans travaux et sans peine sur tous les sommets sociaux, d’autres, et c’est nécessairement le plus grand nombre, semblent condamnés, dans ce monde, à réaliser la fable de Sysiphe qui roule contre un escarpement insurmontable, le rocher sous lequel il retombe éternellement. Les talens, les travaux, les vertus, toutes ces choses sont vaines contre l’ascendant de la destinée ; c’est une terrible vérité qui ne peut être contestée que par les hommes obligés de professer le mensonge, ou par ces favoris du sort dont l’heureuse, mais méprisable ignorance n’a, de la vie, que les étroites notions, fruit de leur expérience personnelle.

S’il ne fallait faire des lâchetés et trahir les intérêts de sa conscience que pour obtenir de l’opulence et du pouvoir, certes les hommes seraient trop heureux, et les sages triompheraient avec facilité. Le malheur est que la vie même et la vie la plus simple est souvent à ce prix ; le malheur est que la médiocrité dorée du poète Horace est d’une tout aussi difficile acquisition que les trésors de Lucullus. Celui-ci tient tout des mains généreuses de la victoire, et l’autre n’aurait rien obtenu sans la plus lâche adulation ; et j’ai vu tel père de famille qui pouvait dire à ses enfans : le pain que je vous donne est le prix de mon humiliation.

Le travail est le gage de l’indépendance, dit-on, je dis, moi, pas toujours. En tout pays, dit Rousseau, les bras d’un homme valent sa subsistance, cela n’est pas plus exact : le travail peut souvent manquer, il peut se faire que le hasard ne laisse à ma disposition que des instrumens dont je ne puis pas me servir. L’éducation décide de tout ce que nous sommes ; or, l’éducation telle qu’on l’entend dans les pays civilisés, par l’effet de directions trop spéciales et trop exclusives, prépare évidemment dès victimes au malheur : rien de plus fréquent que de voir des revers de fortune, des froissemens inattendus déjouer des plans trop prématurés en même temps que trop absolus, et rendre les provisions du jeune âge absolument inutiles pour l’âge avancé de la vie. Dites à celui dont une éducation trop délicate et trop molle énerva les membres, de prendre le sac et le mousquet du soldat ; à celui qui n’exerça que son cerveau et sa plume, de manier la hache du charpentier, ou le lourd marteau du forgeron ; à celui qui n’apprit à rien faire, parce qu’il pensait que la nature avait tout fait pour lui, de se rendre apte à quelque chose. Je veux bien admettre que toutes ces possibilités existent dans cette volonté forte, don si rare ; maïs l’adversité qui frappe chacun de ces êtres de convention, destitués des socles sur lesquels ils figuraient dans ce monde factice ; l’adversité pressante, impérieuse, souscrira-t-elle une convention, pour garantir cet apprentissage d’une nouvelle vie ? Non ! il faut pourvoir au moment, et le besoin d’aujourd’hui sera père de l’infamie de demain.

Que l’on prenne garde que je raconte les effets de la société, telle que les temps, les hommes et le sort nous l’ont faite, et que je préconise le suicide, non point comme étant un acte d’une bonté morale positive, mais comme un terrible remède, comme le moindre des maux à choisir dans cette fréquente et si cruelle alternative : vivre avili, ou mourir respecté.

Je sais que ces mots rigoureux d’infamie et d’avilissement, les lois de la société et son langage ne les attachent qu’à des actes d’une immoralité grossière, ou d’une bassesse odieuse, et sans doute dans ce sens, il y aurait plus que de l’exagération, il y aurait une sorte d’animosité anti-sociale, à prétendre que la conservation de la vie soit fréquemment pour les hommes bien nés le prix de ces extrémités dégradantes ; mais si dans nos mœurs il a fallu augmenter la flexibilité des principes, et accroître la mesure d’indulgence qu’a, dans tous les temps, réclamée la faiblesse humaine, une âme austère et généreuse peut elle même entrer dans ces ménagemens d’une corruption ingénieuse, et tolérer ces transactions ? d’ailleurs nos langues si polies, organes de mœurs fausses, ne sont— elles pas un mensonge, continuel ? Pauvreté n’est pas vice, dit-on, et cela est bien incontestable ; d’où vient donc que la pauvreté déshonore, non point, à la vérité, de ce déshonneur qui sépare violemment un homme de la société, lorsqu’il a volé sur les grands chemins ou coupé les bourses dans les carrefours, mais de ce déshonneur non moins réel, qui s’infiltre en silence dans tous les rapports de l’homme le plus digne d’estime et d’intérêt ? dès qu’il montre la corde, c’est-à-dire dès qu’il se laisse surprendre aux prises avec le besoin, on ne lui court pas sus, au contraire on s’écarte : le vide et la solitude se propagent autour de lui, comme sur les traces du pestiféré dont le souffle exhale la contagion et la mort.

Ce mépris du sot qui suit la pauvreté, et qui forçait André Chenier de regarder l’asile de la tombe avec une généreuse convoitise, ce mépris est une terrible chose ; qu’importe au sage, dira-t-on, l’opinion des sots ? qu’importe, ah ! ne nous faisons pas une philosophie impraticable, pour qu’au besoin les vaines sentences dont elle est bâtie nous laissent avec de la poussière dans la main. L’opinion des sots est beaucoup, puisque la société est leur domaine, et qu’ils y décident de tout en souverains absolus. Tout ce qu’a pu faire de mieux la science expérimentale de la vie, c’est de nous apprendre, non à leur résister, non à les combattre, mais a les fuir. Or, cette égrégation du vulgaire, de la foule, et des anxiétés de la tourmente sociale, est précisément la question à résoudre, pour celui qui peut trouver dans son avoir un gage suffisant d’indépendance et de repos.

On pensera peut-être que la commisération affectueuse des honnêtes gens, peut servir de compensation au dédain des sots, c’est une erreur : je puis me défendre contre ce dernier sentiment. il est de sa nature éminemment hostile ; sa manifestation soulève toutes les forces conservatrices du moi, au lieu que l’autre, le plus souvent déguisant l’égoïsme et son horrible volupté, sous les dehors de l’humanité et de la bienveillance, m’impose avec une insolence atroce un tribut de gratitude pour la stérile flétrissure qu’il me fait subir. Tout homme qui éprouve pour les maux de ses semblables une pitié vraiment généreuse, comprend assez que l’on n’a le droit de plaindre tout haut que celui que l’on peut et l’on veut secourir.

La pitié de l’homme, je le répète, est flétrissante pour son semblable, et il se rencontre des cas où l’infortuné portant le cœur le plus noble peut s’en voir accablé. Un fier taureau pourchassé dans un cirque barbare, tout hérissé de petits dards par cent vils gladiateurs en manteau de soie et en crépine, n’attend pas pour mourir d’avoir perdu son meilleur sang par tant de petites blessures, il s’élance sur l’épée étincelante chargée de lui donner la mort.

Je sais bien que cette fierté que je conseille aux malheureux, risque souvent d’être confondue avec l’orgueil ; car il ne suffit pas à l’inhumanité ordinaire des hommes que le malheur soit le malheur, ils veulent encore que ce soit l’abjection. Ils consentent rarement à voir leur égal dans celui que la fortune met à la disposition de leur bienfaisance cruelle ; et bien éloignés de l’esprit qui respire dans cette belle maxime de l’antiquité res sacra miser, ils ne voient dans l’infortuné qu’un être déchu et toujours à la veille d’être criminel s’il ne l’est déjà ; aussi il me paraît surprenant que le crime ne soit pas plus souvent la conséquence de certaines situations, puisque ces situations en emportent les effets les plus réellement terribles, pour ceux qu’elles dépouillent ainsi de tous les privilèges de la vie sociale. N’attribuons pas la résignation apparente à leur sort de tant d’hommes, aux enseignemens si infructueux de la religion, ni aux suggestion d’une conscience que le malheur même pervertit : c’est la lâcheté humaine qui seule peut expliquer la durée de cet odieux chaos social.

La Rochefoucauld a dit qu’il y a dans le malheur de notre meilleur ami quelque chose qui ne nous déplaît pas. Cette révoltante observation énoncée d’une manière si tranquille, constate pourtant le caractère de sensibilité de la plupart des gens qui se piquent d’en avoir. Ce sentiment ou cette disposition de l’âme touche de trop près par ses racines au domaine de l’amour de soi : il faut s’en méfier. Je croirai, en vertu d’une assez longue étude des effets propres de cette sensibilité, vantée comme un don très précieux, qu’elle compromet plus souvent la cause du malheur qu’elle ne la protège. La sensibilité est extrêmement exigeante, et la privation du retour de gratitude sur lequel il est rare qu’elle ne compte pas, la transforme en des dispositions contraires, et de la nature la plus odieuse ; c’est ainsi que la haine naît souvent des ruines de l’amour le plus vif. L’homme froid et médiocrement impressionable, qui ne s’attachant jamais aux individus, et peu ému de leurs souffrances, fait le bien pourtant, en vertu d’une certaine tendance à l’ordre, et d’une certaine théorie sur la dignité de l’espèce, laquelle ne peut se maintenir dans l’abaissement de la plupart, que par la grandeur morale de quelques-uns, me semble un agent beaucoup mieux choisi et beaucoup plus distingué des desseins de la Providence ici bas.

Quoi qu’il en soit, néanmoins, des exagérations et des fausses directions de cette sensibilité que l’on pourrait caractériser d’un seul mot, en l’appelant féminine y elle est encore préférable à la privation totale, soit des propriétés de la sympathie, soit de la perception et de l’amour de l’ordre, qui produit avec plus de convenance et de mesure les mêmes effets. La pire espèce dans les êtres sensibles et intelligens, est celle de ceux pour qui le malheur étranger n’est qu’un stimulant aux affreuses satisfactions de l’égoïsme, et qui composent leur nectar et leur ambroisie, comme les sorcières de Thessalie composaient leurs philtres et leurs poisons, avec le sang des victimes égorgées et les larmes arrachées à la douleur ; malheureusement dans cette dernière classe il faut ranger plus de la moitié des tristes mortels. On me dira que je calomnie l’humanité tout entière, cependant je ne fais guère que répéter la vérité que le moraliste que j’ai cité tout à l’heure, a fait passer en la disant du bout des lèvres, et en la signalant presque avec le plaisir que procure une liqueur nouvelle à un habile dégustateur.


ENTRE LA VIE ET LA MORT.

LE PAIN DES FORTS.






Au milieu des amertumes et des dégoûts de sa malheureuse existence, l’infortuné Alphonse Rabbe tournait sans cesse son espoir vers la mort qui pouvait seule l’en affranchir. La mort était devenue son culte de tous les jours, et il s’appliquait à la parer, afin d’avoir au moins une joie dans ce refuge et la perspective d’un avenir dans ce néant. Chaque sentence, chaque maxime, chaque réflexion où elle était représentée, sinon toujours comme un bienfait, du moins comme un soulagement ou plutôt une issue à l’enfer de la vie, était, par lui, recueillie religieusement et avec une sincère gratitude envers son auteur. C’était là la manne qu’il cherchait et dont il aimait à se nourrir ; c’étaient les fleurs du trépas qu’il glanait dans le champ de la philosophie. Il avait ainsi réuni, pour son usage, une série de pensées auxquelles il avait joint ses propres méditations. Cette série qu’il appelait le Pain des Forts, est une sorte d’évangile du suicide, c’est comme la recommandation de l’âme que peut se faire à lui-même l’homme qui aspire à sortir de ce monde par un trépas volontaire ; ce serait aussi, mais avec une utilité plus réelle et cette fois, du moins, dans un but louable, le bréviaire de celui qui aurait besoin de s’aguerrir contre les prévisions de ce terme fatal auquel nous arriverons tous.





Le Pain des Forts.




Exister c’est périr ; c’est mourir que de vivre.

*

Tota vita hominis nihil aliud quam iter ad iriortem [1].

*

Unde superbit homo cujus conceptio culpa, nasci pœna, labor vita, necesse mori [2] ?

*

Cadavre insensible ! quand seras-tu donc rendu à la poussière ! Oh solitude ! Oh mort ! Je me suis abreuvé de vos sévères délices, vous êtes mes amantes.

(Soirées de Mélancolie, p. 103.)
*

Monde d’illusions ! tes charmes disparaissent bien vite à l’œil de celui qui ne te regarde plus à travers le prisme des trompeuses voluptés.

*

Qui peut contempler une tombe, un cimetière, ce terme inévitable où viennent aboutir tous les sentiers de la tristesse, du plaisir et de la gloire, cet écueil effrayant de l’existence, sans pousser un soupir sur la destinée des hommes ?

*

La nécessité de mourir n’est à l’homme sage qu’une raison pour supporter les peines de la vie.

(J.-J. Rousseau.)
*

Vivre libre et peu tenir aux choses humaines, est le meilleur moyen d’apprendre à mourir.

*
  1. Toute la vie de l’homme n’est autre chose qu’un acheminement à la mort.
  2. De quoi s’énorgueillit l’homme, lui dont la conception est une faute, la naissance une peine, la vie un travail, la mort une nécessité ?